26/06/2014

Les fumées de Monsieur Sapin dans la forêt bancaire (les Jeudis du Plouc)

 images-1.jpgLe déplacement du ministre des finances Michel Sapin à Berne, mercredi, n’est pas tout à fait passé inaperçu dans les médias de son pays. En règle générale, ils saluent sa mâle fermeté vis-à-vis de ces Suisses aux doigts crochus. Sur le plan intérieur français, le voyage à Berne se révèle donc profitable. Et c’est sans doute ce qui importait au ministre français: montrer ses muscles devant ses compatriotes, même si ses hôtes helvétiques rigolaient sous cape. On a vu de quel bois se chauffait ce Sapin, ah mais!

 

Car tout était joué avant les roulements de mécaniques sapinesques. Si le secret bancaire helvétique a été vaincu, c’est parce que les Etats-Unis ont décidé que les gnomes de Zurich et les lutins de Genève avaient cessé de rendre service à la puissance américaine. Bien aidé par des banquiers suisses qui ont fait rimer cupidité avec stupidité, Washington a contraint la Confédération à accepter, en fin de compte, le principe de l’échange automatique d’informations en matière fiscale avec les pays de l’OCDE dont la France. En attendant la mise en place de cet échange automatique, la Suisse accepte les demandes de renseignements fiscaux venant des pays étrangers, de façon groupée. Cela signifie que le fisc tiers n’a plus besoin de connaître l’identité du fraudeur. La France, comme d’autres en bénéficiera. Et son ministre des finances n’y est pas pour grand-chose.

 

De même, il se fait une gloire d’avoir récupéré près d’un milliard d’euros auprès de 25 000 fraudeurs français qui avaient, pour la plupart (80%), planqué leur fric en Suisse. Or, Sapin doit moins ce spectaculaire résultat à ses mérites qu’à la rapide adaptation des gnomes de Genève et des lutins de Zurich (ils sont interchangeables) à la situation créée par les Etats-Unis. Allant plus vite sur leurs petites pattes que ce lourdaud de pouvoir politique suisse, nos nains dorés ont d’ores et déjà anticipé l’échange automatique d’informations fiscales et la mort du secret bancaire helvétique.

Ils ont donc mis en demeure leurs clients étrangers (dont les Français) de se mettre immédiatement en ordre avec le fisc de leur pays, faute de quoi leurs comptes seraient fermés. Pour les banques suisses, ces clients devenaient une source d’ennuis plus que de profits. Dès lors le dentiste de Carpentras, qui avait placé à l’abri une partie de ses honoraires à Genève, a été prié de ramener sa fraise ailleurs.

 

Voilà pour le dentiste de Carpentras. Car pour les grands groupes français, d’autres mesures, plus courtoises, ont été proposées. Le produit de l’«optimisation fiscale» (c’est comme ça qu’on appelle l’évasion fiscale quand on est ultrariche) ne passera plus par la Suisse mais par Hong-Kong, le Delaware, l’Ohio ou d’autres paradis fiscaux. Et vous voyez Monsieur Sapin réclamer la fin de leur secret bancaire à Xi Jinping ou à Obama?

 

1749347818_fraude_fiscale_sapin_en_suisse_pour_maintenir_.jpgA Berne, le ministre français a fait un peu penser à un Fabrice Del Dongo qui aurait pris la pose du vainqueur à Waterloo.

Photo: Michel Sapin et la conseillère fédérale Widmer-Schlumpf, un couple qui déménage!

Jean-Noël Cuénod

14:59 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Cassez les états Nations, au profit des fiefs régionaux tenus par des magouilleurs, des grandes familles avec la bénédiction des princes et leurs prélats et leurs lèches bottes. C'est compatible avec la démocratie oui, comme l'islam.

Pour cacher de l'argent, il suffit de constituer des dizaines de sociétés minoritaires ou majoritaires, privées ou publiques dans les pays des énergies fossiles ou dans les paradis fiscaux en Europe et ailleurs. Ca passe mieux qu'une lettre à la poste.

"Nous avons perdu la liberté budgétaire après la liberté monétaire, nous perdons la liberté de faire nos lois. Nous appliquons celles de Bruxelles, nous subissons celles des Américains."

""Notre glissement de pensée, nous ramène à ce qui s’est passé avec la Yougoslavie, la Libye, la Syrie, c’est le même schéma de destruction d’états souverains avec éclatement en minorités dépendantes de l’étranger. C’est le schéma en cours en Belgique, Catalogne, Ecosse….""

""Le grand Projet, que ce soit celui des Anglo-Saxons ou celui des Allemands, n’est pas nationaliste, cela est évident, c’est un Projet soft, de contrôle politico-économique.

Et il passe par 1) la destruction des ensembles historiques existants 2) la mise en place de féodalités régionales 3) la soumission de ces féodalités régionales aux Centres/Suzerains, supra nationaux, post démocratiques. Le Projet est de casser ce qui existe et à la faveur du chaos, d’imposer une gouvernance nouvelle, autre, authentiquement féodale.""
.../...

Dans quelques temps, il ne sera plus possible de manifester et comme l'écrit Charles Sannat, il ne restera que la liberté de consommer en fonction des revenus. Il ne restera qu'à prier pour aller au paradis ou la mort est la vie, selon le roi et ses religieux de toutes les couleurs.

Voici la nouvelle arme des présidents des régions de la future Eurabie soviétique et autres chefs fous de dieu; ça dure une minute trente, rien que du bonheur pour qui voudra se révolter, même pacifiquement:

https://www.youtube.com/watch?v=mWrrUJJBjHc

Sapin dans tout cela? C'est un simple fonctionnaire contrôleur fiscal.

Écrit par : Pierre NOËL | 26/06/2014

En son livre Le miroir de Cassandre Bernard Werber raconte l'histoire d'une personne qui annonce toujours le pire sans accorder à autrui la moindre étincelle d'espérance voire indulgence. Un peu comme dans Pierre et le loup les bonnes gens manipulés s'angoissent ou se précipitent toujours pour rien si bien que cette personne n'est plus prise au sérieux jusqu'au jour où elle discute avec une tireuse de carte (correspondrait au grand-père de Pierre (en musique, le basson) et le loup ou à peu près... De quoi en prendre de la graine...

Se "révolter pacifiquement"! est-ce être à retardement marxiste-léniniste?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/06/2014

Les commentaires sont fermés.