21/06/2014

Coupe du Monde : survie d’un Suisse à Paris après la déculottée

safe_image.jpg

 Le Plouc a bien souffert, vendredi soir, lorsqu’en se riant l’équipe de France de foot a enfoncé ses cinq coups d’épée dans le ventre mou de la défense helvète. Une sorte Morgarten à l’envers. Les rochers en avalanche roulaient dans le mauvais sens. Et les deux buts marqués par les Suisses n’ont même pas sauvé un honneur définitivement compromis sur cette pelouse pelée de Salvador de Bahia.

 

Même s’ils parviennent tout de même à se qualifier pour la suite de la Coupe du Monde, les Suisses traineront cette déculottée comme un boulet rouillé. D’autant plus qu’elle leur a été infligée par ces Français qu’ils aiment tant brocarder avec la suffisance des bons élèves vis-à-vis des cancres. Le dépit en est d’autant plus vif côté Suisse et la joie d’autant plus intense côté France.

 

Au milieu de la foule en liesse dans les rues parisiennes, Le Plouc s’est senti très seul. Furieuse envie de descendre de la Butte-aux-Cailles pour se terrer dans les catacombes à Denfert-Rochereau. Et ne plus en sortir, jusqu’à ce que la joyeuse rumeur s’éteigne. Voilà pour les mauvais sentiments. Car Le Plouc était vraiment envahi par cette bile noire. Le foot réveille en vous un animal intérieur aussi effrayant qu’effarant.

 

Et puis, petit à petit l’animal footeux regagne sa niche. La raison revient avec ses baumes analgésiques pour réduire les bleus, non pas à l’âme – faut pas exagérer! – mais à l’instinct. Au fond, – mais alors tout au fond – cette calamiteuse défaite suisse est une bonne chose.

 

D’une part, elle nous remet les pieds sur terre. Nous autres Helvètes avons la fâcheuse tendance à plastronner sur la scène européenne en donnant en exemple notre prospérité, notre harmonie sociale, notre stabilité politique comme signe de notre supériorité sur les autres. Oubliant ainsi qu’il s’agit là d’un état précaire et que si nos mérites ne sont pas minces, la chance y tient aussi son rôle.

D’autre part, cette victoire éclatante de la France sera peut-être la petite goutte de confiance nécessaire pour que ce pays, qui est au fond du gouffre sur le plan moral, reprenne confiance en son destin.

 

Romands mes compatriotes, l’Histoire nous apprend que lorsque la France est affaiblie notre influence en Suisse diminue vis-à-vis des Alémaniques. Et lorsqu’elle parle haut dans le monde, notre voix se fait mieux entendre au-delà de la Sarine. 

Jean-Noël Cuénod

10:16 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Pourtant si la France poursuit son déclin la Romandie elle-même verra d'un meilleur oeil, face à l'Alémanie, de créer sa propre langue, dérivée de celle de Paris, que de parler celle de Paris! La victoire au foot n'y changera peut-être pas grand-chose.

Écrit par : Rémi Mogenet | 21/06/2014

Belle analyse. J'y mettrais juste un petit bémol : le gouffre social et économique français est tellement profond qu'ils vont avoir de la peine à retourner la situation avec une victoire sur une équipe de Suisse aux abonnés absents. Les Helvètes me rappellent d'ailleurs un peu les Bleus d'il y a 4 ans en Afrique du Sud, le côté "sales gamins riches et gâtés" en moins, mais avec la même suffisance et le même orgueil mal placé. On arrive au Brésil en se voyant déjà en finale avant même d'avoir joué... Une attitude que je trouve peu digne d'une équipe qui vaut pourtant largement mieux. Il manque la rage de vaincre et l'humilité qui va avec. Il semble que les Bleus aient retrouvé ces qualités, eux...

Écrit par : Félix WEBER | 21/06/2014

Extraordinaire de voir comment une victoire lors d'une rencontre de football parvient à faire oublier les problèmes d'une nation.

La France aurait-elle besoin que l'on organise la coupe du monde chaque année ?

Quant à la défaite helvétique, il n'y a pas de quoi dramatiser. Cela n'aura sûrement aucune influence ni sur les relations bilatérales avec l'Europe ni sur le taux de chômage dû à "l'immigration massive"...

Et du coup, je me souviens que le football est un sport qui est complètement pollué par l'argent - merci M. Blatter - alors qu'au temps de la guerre froide, c'est la politique qui s'en était emparé.

Écrit par : Michel Sommer | 21/06/2014

Et que pensez-vous Jean-Noël Cuénod de ça?:

http://youtu.be/qrbtmbNZocY

Écrit par : Patoucha | 21/06/2014

@Patoucha Pas grand-chose sinon qu'il y avait beaucoup moins de Suisses sur les Champs, hier soir!

Écrit par : Cuénod | 21/06/2014

L'arrogance française avant comme après ce match ne pose-t-elle pas la question concernant la conception de l'"esprit sportif"de cette nation ainsi que le respect de l'autre en l'occurrence commentaires, gags et mimiques de l'autre soir dès avant le match?!

Tristes coqs, en vérité.

Lamentable.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/06/2014

Quand les journalistes et politiciens romands vont-ils élever un peu le niveau de réflexion de leurs compatriotes?
Ce n'est que du foot et comme en matière d'économie le classement FIFA cache une réalité aux romands.
Le classement FIFA a été obtenu grâce a des victoires de secondes zones. Au même titre la dette suisse est bien plus inquiétante que la dette française (160% contre 100%). Qui va payer la dette hypothécaire quand les taux vont monter de 4%?
Et les 14 milliards de dette du canton de geneve. Heureusement que le pillage des impôts des frontaliers est possible. En plus ces fonds ne servent qu'à alimenter la péréquation, et repartent directement en Appenzell ou autres cantons arriérés.

On ne peut même pas dire que c'est a cause des serbo croates très rapidement naturalises, parce la passoire c'est quand même deux arrières genevois, Djourou et Senderos. Le coach aurait dû se renseigner auprès de l'entraîneur Arsene Wenger.

Écrit par : Franck Ribeiro | 22/06/2014

L'arrogance contre la France -et- l'équipe de France a eu lieu avant elle continue après. Seuls les initiés savaient que la France allait gagner pour des raisons de technique et de mental. Mon commentaire à ce sujet avait été envoyé en début de match.

Faire l'amalgame entre la politique et la victoire de l'équipe de France me paraît très simpliste et reflète un "esprit" perdant, jaloux, bref rien de bien haut.


@ Patoucha,

Les musulmans-algériens n'ayant rien de français dans la typologie et les valeurs, ont pris les champs Elysées en otage; normal, nos idiots-utiles pro-musulmans et les instruits-idiots de la chrétienté et des gauches réunies, islamisent notre pays comme l'Europe et la Suisse. Les peuples devraient réagir face à l'envahisseur et leurs collabos.

Mais nous ne sommes qu'en 1929, le pire est à venir.....

Myriam vous raisonnez comme une poule mouillée qui ne sait pas écayotée et mouillée depuis des lustres. Le coq gaulois reste tout frais, tout beau et conquérant.

Écrit par : Pierre NOËL | 22/06/2014

@ Pierre NOEL

A propos de "déculottée": lorsqu'un postérieur est déculotté que peut-on faire?

Ce postérieur on peut le botter.

Puissance de l'imaginaire.

Sans ses joueurs français mais d'origine africaine l'équipe de France?

Les Suisses ont perdu, certes, mais non sans honneur.

J'ai écrit quelques lignes sur ce que j'ai entendu/commentaires et vu/gags et mimiques "dès avant le match"!

Apprenez à lire, Pierre NOEL!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 22/06/2014

Les commentaires sont fermés.