10/06/2014

Marine Le Pen contre son père... Fausse querelle?

jmlp.png

 Gratinés, les repas de famille chez les Le Pen! Ce samedimanche, le père, la fille et le gendre (pas de Saint-Esprit à l’horizon) se sont lancés dans de sévères invectives intrafamiliales par médias interposés. A l’origine, une vidéo diffusée par le site du Front national au cours de laquelle Jean-Marie Le Pen se moque des chanteurs qui ont proclamé leur déception après la victoire frontiste aux Européennes.

Vient le tour de Patrick Bruel: «Oh, ça ne m’étonne pas… On fera une fournée la prochaine fois !»  Parler de fournée, à propos d’un chanteur de religion juive, nous ramène au Front national des origines et de son antisémitisme fondamental.

Ce faisant, le père semble saboter tout le travail de dédiabolisation entrepris par Marine Le Pen et son entourage, au grand dam du député Bleu Marine Gilbert Collard et de Florian Philipot, numéro 2 du FN.

Le compagnon de Marine Le Pen (qui est aussi vice-président du FN) Louis Aliot s’est lâché devant les micros à propos de la déclaration de beau-papa: «C’est stupide politiquement et consternant». Sentant sa moutarde lui monter au nez, le père Le Pen a ensuite traité son gendre et les amis de ce dernier d’ «imbéciles» pour avoir mal interprété ses propos qui sont pourtant d’une couleur brune tout à fait voyante. 

 

C’est alors que Marine Le Pen en a rajouté une louche: «Je suis convaincue que le sens donné à ses propos relève d’une interprétation malveillante. Il n’en demeure pas moins qu’avec sa très longue expérience, ne pas avoir anticipé l’interprétation qui serait faite de cette formulation est une faute politique.»

 De plus, cette «sortie» paternelle intervient peu après une autre où le «président d’horreur» du FN invoque «Monseigneur Ebola» pour éradiquer l’«immigration massive» due à l’«explosion démographique».    

 

Bien entendu, il ne s’agit pas de dérapages, contrairement à ce que les médias radios-TV ânonnent façon mantra. Jamais le père Le Pen ne dérape. Il faut lui laisser au moins cette qualité, il est l’un des rares politiciens français qui usent de notre langue à la perfection; Le Pen dispose d’un large registre d’expressions qu’il utilise chaque fois avec précision. Dès lors, que cherche-t-il? Subirait-il les vicissitudes du grand âge – 86 ans aux cerises? Il n’y paraît guère à le voir aussi prompt à la réplique.    

 

Tentons deux explications.

 

Version divergence réelle. Jean-Marie Le Pen – furieux de se voir dépossédé de «son» parti – mine la politique actuelle de sa fille qu’il juge coupable de vouloir émasculer le Front national en n’utilisant plus la rhétorique néofasciste paternelle.  Déjà que les fils tuent les pères à l’instigation de Freud (encore un Juif, ils sont partout !), si les filles s’y mettent, c’est la fin des haricots patriarcaux.

Version divergence bidon. Le père et la fille miment leurs désaccords en utilisant la classique tactique, en l’honneur chez les vieux flics, du «bon» et du «méchant». D’un côté, Marine Le Pen fait des risettes à l’électorat de la droite modérée mais aussi aux ouvriers et aux laissés-pour-compte du social-hollandisme. Elle élargit ainsi de façon notable l’audience du FN. De l’autre, Jean-Marie Le Pen rassérène le noyau dur des frontistes par ses déclarations racistes et antisémites. Et de cette façon, il conserve au sein du Front national, ces militants très actifs qui pourraient être tentés de rejoindre d’autres mouvements encore plus extrémistes.

 

Quelle que soit l’explication, c’est le noyau dur du FN qui est en cause. Soit, Marine Le Pen veut le réduire à son minimum, en multipliant les gestes symboliques contre son père. Soit, elle veut conserver ce précieux héritage militant en laissant son père batifoler dans la forêt brune.

«Marinistes» contre «gollnischiens» au congrès de Tours du FN  

 

Lors du Congrès FN à Tours en janvier 2011, deux camps bien distincts se font face. Il s’agit de procéder à l’acte final de l’élection interne qui paraphe la victoire de Marine Le Pen contre son rival Bruno Gollnisch. Les «marinistes» se présentent comme des Français moyens, aux idées tout aussi moyennes. Dès que Marine parle de «justice sociale» sur le mode gauchisant et de «République» sur le mode gaulliste, ces garçons et filles applaudissent à tout rompre, dans un joyeux désordre, quitte à huer Gollnisch. En face, les «gollnischiens», nettement plus machos, sont groupés au cordeau. De l’ordre, de la discipline. Pas de huées contre la fille du Chef, seulement un silence glacial lorsqu’elle discourt sur les mérites de la République.

 Leur patron Gollnisch fait un discours totalement opposé à Marine Le Pen et reprend tous les vieux mythes du fascisme français. Il met du baume sur la nuque rasée de ses troupes en évoquant, avec des trémolos, l’émeute antirépublicaine du 6 février 1936. Pour les «gollnischiens», cette République célébrée par Marine Le Pen n’est que la «Gueuse», pour reprendre l’expression de leurs grands-parents, lecteurs de feu L’Action Française. 

 

Les «gollnischiens» sont nettement moins nombreux que les «marinistes». Mais contrairement à ces derniers, ils sont bien organisés et disposent d’un corpus idéologique cohérent. Ce sont de tels éléments qui constituent la colonne vertébrale de tous les partis extrémistes; ils sont les garants de leur pérennité. Il est donc difficile de s’en passer, même s’ils sont encombrants. Les «marinistes», eux, sont idéologiquement flottants et se montrent plus enclins à butiner ici ou là au gré des modes politiques. Il est difficile de pétrir des militants avec cette pâte un peu molle. A la première bourrasque, ils peuvent quitter le navire.

Pour filer la métaphore fromagère, les «gollnischiens» représentent le ferment lactique du Front national.

 

C’est pourquoi Le Plouc penche en faveur de la version «divergence mimée» entre le père et la fille. Certes, il peut se tromper car personne ne se promène dans la tête des Le Pen. Mais de toute évidence, le noyau «gollnischien» constitue un enjeu important dans la vie interne du FN, même si Bruno Gollnisch n’est plus qu’une relique d’Ancien Régime.

 

DERNIERE MINUTE

 

 

 

Les événements se précipitent au Front national. Lundi après-midi, l’avocat du parti, Wallerand de Saint-Just, annonce que le blogue de Jean-Marie Le Pen – dans lequel le vieux chef avait déblatéré sur Patrick Bruel et sa «fournée» ­– ne sera plus hébergé par le site du FN. Explication avancée: Marine Le Pen, responsable du site frontiste, en avait marre d’essuyer les plaintes provoquées par les propos paternels. Dès lors, ce serait plutôt la thèse de la divergence réelle qui prendrait de la consistance. Que fera le noyau dur des frontistes ? 


 

Jean-Noël Cuénod

 

 

ESPACE VIDEO

 

La première vidéo montre Jean-Marie Le Pen prononçant sa formule contre Patrick Bruel ; la seconde met en scène les JAG (Jeunes avec Gollnisch), le noyau «gollnischien» du FN.


Le Pen attaque Bedos, Madonna, Noah et Bruel... par LeLab_E1



10:42 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook | | |

Commentaires

Tout comme vous, je penche pour la seconde raison.
En effet, la droite française est très fragmentée.
L'extrême droite encore plus.

La question qui se pose au clan de Marine est comment faire alliance avec toutes ces fractions et les faire marcher sous la même bannière.

Un élément qui pourrait les réunir, à mon avis, est la religion.
Peut-on espérer une nouvelle Croisade avec l'appui du Pape ?

Aujourd'hui cela semble impossible, mais demain ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 10/06/2014

quelle quenelle que cette querelle.?
Chaque point de détail est une arme pour contrer la stratégie de Marine , elle ,qui vise à tenter de fédérer les droites conservatrices en Europe qu'elles exercent le pouvoir comme en Hongrie ou en Suisse ou qu'elles soient dans l'opposition comme aux Pays-Bas .
L'objectif est de recomposer des droites nationalistes à même de représenter des alternatives crédibles aux Conservateurs-Libéraux ou aux Socio-démocrates tout aussi libéraux.
Cela signifie que pour être réellement en mesure d'emporter l'élection présidentielle ., Marine se propose de récupérer la droite populaire de l'UMP"Morano-Mariani etc". au bord de l'implosion au sein d'un FN prêt à exercer le pouvoir au niveau national en France.
De ça le vioque n'en veut pas , peut-être rêve-t-il d'une révolution nationale ,ethniquement française , donc sans les juifs et les résistants à l'Ebola.
Vieille querelle évolution ou révolution , droite comme gauche se pose la question de la légitimité des institutions.
Chez nous notre vioque Blocher résout le problème en se barrant du parlement qu'il méprise. Pour financer des initiatives quasi inapplicables mais posant le socle d'un nouvel état compatible avec sa vision non pas ancrée vers l'avenir mais Ankerisée dans un passé enchanté.

Écrit par : briand | 10/06/2014

La version divergence bidon est la bonne.

La stratégie de la querelle "familiale" a déjà été pratiquée par Chirac et Sarkozy, elle a fonctionné également avec le centre afin de ratisser large. Ce n'est pas pour diviser les intérêts représentés, mais pour récupérer les déçus, les croyants déçus, les révoltés déçus puis, en finale, garder le pouvoir ou le reconquérir afin de sauvegarder les mêmes intérêts. C'est aussi la stratégie des rois lorsqu'ils abdiquent, afin de tromper leurs ouailles.

Faut bien que la greffe des croyances serve à quelque chose?

La stratégie des Le Pen est claire; en se divisant en deux camps possibles, ils en profitent pour faire d'une pierre deux coups, cela n'empêchera pas le "rassemblement pour la République souveraine" en finale.

Tiens, ça me rappelle l'UDR, le RPR l'UMP, la HPP, la HPC et les couillons...

Écrit par : merou | 10/06/2014

le fascisme c'est des mots pour le dire , un génocide virtuel près de chez nous.

Les palestiniens sont tous des terroristes. Du plus petit au plus grand et du plus jeune au plus âgé. Qu'ils soient hommes ou femmes. Et même ceux qui sont encore dans leur ventre de leur mère peuvent être considérés comme terroristes.

Donald Tokowit sur le site de Dominique Jordan peintre ... en bâtiment .DJ Liberté de massacrer pour rire. un détail virtuel de l'histoire à écrire à l'échographie

Écrit par : briand | 10/06/2014

Je terminerai ma réflexion sur l'avenir du nationalisme en Europe , non pas en observateur du cadre général de sa construction , mais plus modestement comme témoin des voies de communications, que sont les réseaux sociaux , pis aller des messes fascisantes du temps d'avant.
Un ennemi, c'est la condition sine-qua non du début de l'ébauche d'un tout: Nation- Europe -Occident.
"Les peuples mentalement arriérés" ,selon Mireille Valette, les terroristes embryonnaires, selon Jordan et qui prend le lecteur comme témoin de sa liberté d'exclure. de réduire et in fine de détruire l'Autre.
Résister , ne pas accepter que Liberté ne rime pas avec Responsabilité , et dénoncer les ,soldats anonymes ,commentateurs racailles

Écrit par : briand | 10/06/2014

briand:"commentateurs racailles..d'un totalitarisme Mabut compatible."

Le présomptueux militant antisémite BDS et pro-Europalestine, nous fait part de sa "réflexion" sur l'avenir du nationalisme en Europe - aidé par un logiciel de français - avec des bribes de phrases récoltées de ci de là et qui avec suffisance et cynisme nous présente Dominique Jordan: "Dominique Jordan peintre ... en bâtiment"?!!!
J'ai toujours su qu'il n'y a pas de sots métiers, mais qu'il n'y a que de sottes gens, et vous briand/Djinius/Largo/Marcel vous détenez indiscutablement la palme

Monsieur Mabut vous aurait signifié son ras-le-bol de votre délation quotidienne que vous vous servez de ce blog? J'espère que cela n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd

@JEAN-NOËL CUENOD

SVP Seriez-vous assez aimable pour nous donner la traduction des commentaires de briand..... Merci!

Écrit par : Patoucha | 11/06/2014

@BRIAND

Liberté, certes, n'est pas responsabilité

Mais liberté sans responsabilité

Ou responsabilité sans liberté

En un sens comme en l'autre: cas de conscience?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/06/2014

Le diable est plus intelligent que le Pen!

Une partie non négligeable de l'UMP est proche de FN. L'UMP ne répond plus aux aspirations des adhérents et des citoyens, ce n'est pas d'aujourd'hui. Combien d'entres eux ont quitté le parti pendant que celui-ci, (avec la bénédiction des députés et sénateurs) continuait d'envoyer des courriers aux anciens adhérents, faisant croare à l'administration que le nombre d'adhérents était réel. Ils ont touché les subventions sans qu'il n'y ait le moindre contrôle.

Cette divergence des le Pen n'est qu'une parade pour créer un deuxième parti englobant ce qui restera de l'UMP.

Patoucha vous avez raison, les commentaires de briand n'ont rien à faire ici, quant à Jordan, qu'il soit charretier ou éboueur on s'en fout royalement, il a un blog adapté.

Écrit par : Pierre NOËL | 11/06/2014

La divergence des Le Pen est intervenue quelques heures après l'émission Cdans l'air, Yves Calvi, où il a été nettement dit que Marine Le Pen avait un choix à faire concernant son père ("chemises brunes")! ou elle, Marine, par sa rupture avec son père confirmant ses propos autres que ceux des anciens du FN

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/06/2014

Les commentaires sont fermés.