05/06/2014

François Hollande reconstruit la France façon puzzle (Les Jeudis du Plouc)

 

4096309.jpg

 

Plus un pays est centralisé, plus il est doté de sous-ensembles qui s’enchevêtrent. La France en offre l’illustration avec son mille-feuilles administratif devenu indigeste même pour les estomacs technocratiques qui doivent digérer régions, départements, cantons, communautés de communes, communautés de pays, communautés urbaines, syndicats intercommunaux, agglomérations, métropoles, communes. Le plus hallucinant est que les départements et régions bénéficient d’une clause de compétence générale qui leur permet d’intervenir dans à peu près n’importe quel domaine.

 

 C’est ainsi que Le Plouc a dû se taper deux aller-retour entre son village périgordin et le chef-lieu du Département, Périgueux, puis deux autres, entre son coin et le chef-lieu de la région Aquitaine, Bordeaux, pour tenter (en vain d’ailleurs) de résoudre une question d’ordre bureaucratique. Périgueux lui disait d’aller se faire voir à Bordeaux et Bordeaux lui rétorquait de retourner à Périgueux pour voir si Bordeaux y était. Après une telle expérience, on ne sait plus où on habite, que voulez-vous! En tout, Le Plouc a dû parcourir 828 kilomètres pour ne pas régler un problème.  

Que le président François Hollande s’empare de ce mille-feuilles coûteux pour le réduire à l’état de crêpe rapportant de la galette, voilà qui part d’une bonne intention.

 

L’ennui avec Hollande, c’est que les bonnes intentions sont souvent suivies de mauvaises décisions. Il a commencé par la réforme des régions, alors qu’elles ne constituent pas le niveau administratif le plus budgétivore. Il aurait été plus urgent et plus lucratif – mais il est vrai plus compliqué politiquement – de régler le sort des départements et de mettre de l’ordre dans les intercommunalités.

Toutefois, ce péché est véniel en regard de la démarche générale. Elle consiste à redécouper ces régions façon puzzle, dans l’arbitraire le plus complet, en écoutant plus certains que d’autres, en fonction des pouvoirs de nuisances :

«Tiens, je vais mettre le Poitou-Charentes présidée par Ségolène avec l’Aquitaine. Ah non, c’est impossible ! Mon ex ne veut pas faire région commune avec le Duc de Bordeaux Juppé qui lui porterait ombrage. Mais c’est qu’elle a de l’appétit Ségo ! Elle veut maintenant fusionner Poitou-Charentes avec les Pays de Loire. Oui, mais là, c’est Ayrault qui refuse et projette de s’aboucher avec la Bretagne. Contre l’avis de mon pote Le Drian qui n’est pas un facile… »

 Résultat : comme le relève Le Canard Enchaîné, lundi à 20 h. 40, l’Elysée envoyait un communiqué sous embargo aux rédactions en laissant en blanc le nombre de régions sur la nouvelle carte. Ce n’est qu’à 21 h. 10 que cette information a été donnée. On imagine les coups de fils de dernière minute qui ont dû crépiter sur la ligne présidentielle. C’est dire aussi le caractère improvisé de l’exercice. D’ailleurs, les maires, pourtant les premiers concernés, n’ont même pas été consultés et n’ont pris connaissance de la nouvelle carte à 14 régions (au lieu de 22 actuellement) qu’en lisant la presse, comme tout le monde. 

 

En France, c’est toujours d’en haut que l’on dessine la carte d’en bas. Depuis les Jacobins et l’instauration de leur République, Paris se méfie du sentiment d’appartenance locale qu’il perçoit comme un reliquat des provinces de l’Ancien Régime.

Sous la monarchie, les provinces, aux contours parfois assez flous, disposaient de statuts tout à fait différents, avec des prérogatives attachées aux unes mais pas aux autres, des hiérarchies qui ne correspondaient pas et des administrations qui, déjà, se chevauchaient. Le « mille-feuilles » français ne date pas d’aujourd’hui!

A la Révolution, les provinces ont fait place aux départements, de dimensions plus réduites et formés par le même moule. Il s’agissait de mettre de l’ordre dans le fouillis d’Ancien Régime pour libérer des échanges économiques entravés par ces inextricables buissons de particularités, de rapprocher le citoyen du pouvoir, mais aussi de permettre à ce même pouvoir de garder un œil sur le dit citoyen et ses capacités fiscales.

 

La suppression des provinces obéissait également à un autre but plus idéologique. Ces pays provinciaux avaient été formés par l’histoire et la géographie, ce qui a fait naître en leur sein une culture, voire une langue, des mœurs, des coutumes partagées par leurs habitants qui, de ce fait, éprouvaient un sentiment d’appartenance collective. Or, pour la Révolution, il fallait que tous ces sujets d’origines diverses devinssent des citoyens d’une même nation. Les Bretons, les Normands, les Provençaux, les Bourguignons et tant d’autres ne devaient n’avoir qu’une seule identité, française. L’égalité devait l’emporter sur les différences. Car la contre-révolution monarchiste pouvait utiliser ces différences comme autant de coins à enfoncer dans les positions d’une République qui venait de naître.

 

Cette méfiance du Centre parisien vis-à-vis des particularismes provinciaux a perduré lorsque la République s’est installée. Au XIXe et jusqu’à la Libération, l’influence du courant monarchiste – incarné par l’intellectuel antisémite Charles Maurras et son journal «L’Action française» – irriguait encore la vie politique, culturelle et sociale de la France. Or, Maurras prônait le retour des provinces, représentant le «pays réel» contre le «pays légal» illustré par les institutions républicaines. Ce qui ne pouvait que renforcer les républicains dans l’idée qu’il fallait réduire le plus possible les pouvoirs locaux au profit du Centre.  

 

La défiance républicaine a même repris de la virulence à la Libération, le régime de Pétain ayant tenté de rétablir les provinces afin d’achever la République. Dès lors, des gaullistes aux communistes, un consensus a été vite trouvé: retour au centralisme.

Cela explique, par exemple, pourquoi Nantes et son département de Loire-Atlantique n’ont pas été réunis à la Bretagne, contre toute logique historique et culturelle, lors des premières tentatives pour créer les régions, dès 1955. Derrière les arguments d’ordre technocratique, il est difficile de ne pas voir la persistance de cette vieille méfiance républicaine à l’égard d’une Bretagne reconstituée, ayant une forte identité culturelle et pouvant parasiter le dogme fondateur de la «République une et indivisible». Le même processus explique sans doute la réunion des deux départements savoyards dans cette construction artificielle qu’est la région Rhône-Alpes.

 

Au lieu de prendre en compte le fait que, désormais, personne n’aurait l’idée de mettre à bas la République pour la remplacer par un trône royal, François Hollande a repris la vieille démarche jacobine. Et le voilà avec sa paire de ciseaux en train de redécouper en solitaire, mais non sans pression de ses amis, des régions formées par une longue histoire, sans demander l’avis des populations concernées. Dans une démocratie, cette attitude est indigne et génératrice de troubles futurs. La révolte des bonnets rouges de cet hiver a pour origine le sentiment d’être dépossédé de sa vie collective au profit d’entités technocratiques. Mais Hollande reste sourd et aveugle. Jusqu’à la prochaine révolte.

 

Jean-Noël Cuénod 

11:21 | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : france, régions, république, province, bonnets rouges | |  Facebook | | |

Commentaires

Une tres lourde tache que le President s'est decide a mettre en oeuvre.
Chapeau bas !

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 05/06/2014

Hollande a-t-il le droit constitutionnel de redécouper la France?

Cette initiative, sans l'accord du "souverain" (le peuple) apportera-t-elle remède au chômage, à la violence, aux problèmes de la relance économique?

Vous l'écrivez très justement, Jean-Noël Cuénod, l'attitude de François Hollande, sorte d'électron libre, est "indigne et génératrice de troubles futurs"! Mais qui, une fois de plus, qui, en cas d'échec, payera la facture?!

Les journalistes ont à informer non étaler des états d'âme mais à la longue ne perdent-ils pas de vue qu'ils rencontrent des gens en chair et en os, comme eux! qui, hélas! bien souvent n'en peuvent plus (ce qui explique la faveur dont profite une Marine Lepen, faveur qui bientôt montera jusqu'à ses pieds en nuages d'encens...

Écrit par : Myiam Belakovsky | 05/06/2014

De toute façon il finira pas son mandat

Écrit par : norbertmaendly | 05/06/2014

L'Ancien Régime et Maurras ont bon dos, ils servent de repoussoir, ou de prétexte à la restriction des libertés régionales, et bien sûr l'Egalité aussi, mais l'égalité non tempérée par la liberté devient en fait un despotisme, Victor Hugo lui-même disait que Louis XIV pratiquait l'égalité, tout le monde était égal au-dessous de lui, c'est le nivellement par le bas, il le dit dans "L'Homme qui rit".

Il est vrai que l'identité de certaines anciennes provinces s'est diluée avec le temps, d'ailleurs elles étaient souvent liées à des titres princiers que le Roi donnait comme des privilèges, ou alors à des résidences d'été des princes qui gouvernaient à Paris ou à Versailles. On peut alors les unifier. Mais d'autres provinces ont une identité, une culture propre qu'il est légitime de représenter organiquement dans les institutions.

D'ailleurs il est ridicule de prétendre réformer les régions dans un but d'efficacité économique et de refuser de le lier aux libertés culturelles, car la culture est souvent le moteur de l'économie, on essaye de vendre des produits locaux, ou même un savoir-faire régional, ou bien national, la montre suisse, la voiture allemande, le miel corse.

Politiquement on admet que c'est dangereux surtout en Bretagne, car elle vote socialiste, Hollande fait perdre beaucoup de voix à son parti.

Bref, le dogme prévaut, c'est le poids des fonctionnaires.

Écrit par : Rémi Mogenet | 05/06/2014

Cela que vous écrivez, Monsieur, est génial: avoir la sentiment d'être dépossédé de sa vie collective au profit d'entités technocratiques.

Réalité dénoncée par Bruno Bettelheim à propos des nazis, de leur régime et, comme inspiré pour nous mettre en garde, il repérait déjà ce péril technocratique dément, ses conséquences dans nos sociétés d'après-guerre...

et visibles jusque dans les salles d'accueil des cures. Jusqu'en 1990 cette salle comprenant des armoires avec matériel et robes pastorales avec une grande table conviviale fleurie. On installa des " Notre Dieu" qui était un rempart)! Visites aux malades plus sur le cahiers des charges. Ordinateurs: rapports, statistiques ragots divers (des "sur le terrain")! Tout se tenant... on se comprend.

Écrit par : Solange | 05/06/2014

"(...)On installa des guichets en cette salle autrefois conviviale. Puis il y avait une référence au cantique C'est un rempart que notre Dieu. Merci de publier cette correction de mes lignes ci-dessus. Depuis, en parcourant 24heures de ce 5 juin 2014, un article de Jean-Daniel Nordmann, enseignant retraité, prolonge en soulignant gravement le péril tehnoratique : "emprise légalomane sur la vie de l'école et la vie en général. ("légalomanie",on peut dire)! La loi qui fait la loi en classe et non plus le talent, la culture et l'enthousiasme du pédagogue (...) aujourd'hui le bon professeur est celui qui applique les directives, qui s'en tient au plan de route élaboré en chambre close par quelques techniciens qui, l'âme en deuil et le cœur en écharpe, produisent des règlements ad nauseam." Très bonne soirée.

Écrit par : Solange | 05/06/2014

L'état, réduit au minimum, est là pour garantir la cohérence des régions tout en assumant ses fonctions régaliennes. Le temps que l'on a pas compris qu'il fallait des millions de petits entrepreneurs pour assurer l'avenir nous irons droit dans le mur.

De l'argent, on va en fabriquer autant qu'on en veut; que ça serve à la véritable économie, plutôt qu'aux marchés.

-Hors sujet: Myriam les "bonnes" soeurs et les prélats ont assassinés près de 800 enfants, c'est Moïse qui doit être content? Quelle différence avec l'islam?

Pardonnez-moi Jean-Noël Cuenod je ne recommencerai plus.

Ségolène Royale a changé pour le bien, elle a les compétences pour prendre la Présidence de la République. Elle est le seul rempart contre le fascisme intégriste religieux.

Christine Lagarde amie des islamistes et de la finance islamique a indiqué au forum de Davos qu'il fallait remettre tout à plat :

"Le mot « reset », que l’on peut traduire par « remise à plat » en français. Il s’agit d’une intervention lors du forum économique de Davos.

Le grand "reset" est désormais admis au FMI; videz vos comptes bancaires, vos assurances "vies ou décès" achetez de l'Or ou de l'argent. A défaut, placez vos petites économies sur les boites de conserves que vous stockerez dans les lieux surs. Ils vont "chyprer" l'argent là ou il sera.

Écrit par : Pierre NOËL | 05/06/2014

Pardon, voici le lien qu'il faut absolument écouter afin d'être bien informé.

http://lecontrarien.us6.list-manage.com/track/click?u=54fb71744bca4f72b722cf925&id=3db771ec28&e=6663824bf2

Écrit par : Pierre NOËL | 05/06/2014

Pierre NOEL, si les "bonnes" sœurs et les prélats (il y en eut qui furent assassinés après avoir nourri, soigné et enseigné) ont assassinés près de 800 enfants, "c'est Moïse qui doit être content": je ne vois pas bien le rapport avec ce que j'ai signé de mon nom. "Quelle différence avec l'islam"? Moi je crois que pour avoir avec l'islam IL LE FAUT (mais sans faiblesse ou complaisance de mauvais aloi) un dialogue positif il vaudrait mieux lire le coran qui est le nœud premier du problème: comment peut-on respecter Jésus en très bonne place dans le coran, Jésus qui annonce que son Royaume n'est pas de ce monde tout en suivant Mahomet homme de conquête: "englober judaïsme et christianisme d'abord puis dépasser ces religions" ensuite était le projet de l'islam le plus ancien.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/06/2014

P.S. Pierre NOEL, Je souhaite évoquer le monde protestant: les diaconesses de St-Loup admirables soignantes en hôpital comme infirmières visiteuses. Sœur Julie Hofmann fondatrice d'Eben-Ezer au service des enfants et adultes les plus handicapés s'étant consacrée également à modifier le langage d'alors les concernant... parce qu'en vos lignes ci-dssus auxquelles j'ai répondu vous évoquiez "bonnes" soeurs et prélats.
Je souhaite nommer le théologien protestant allemand Dietrich Bonhoeffer, son soutien aux juifs. Et tant d'autres tel, l'Evangile en chantant, "Nous allons de villes en villages... par la Croix de Camargue, dans les hôpitaux aussi, du pasteur Alain Burnand. Pourquoi vouloir démolir l'Eglise, Pierre
NOEL? Eglise/s en crise, certes, mais ce rappel incessant des crimes du passé à la longue ne devient-il pas "ratiocination"?! Diriez-vous qu'en ces temps relativement proches les jeunes étaient bien plus violents, malheureux et moins bien éduqués et suivis à l'école qu'aujourd'hui et croyez-vous que la "reconstruction de la France façon Hollande" apportera aux jeunes des banlieues, notamment, le sens et la nécessité du respect de soi et des autres enseignés par une Eglise certes faillible mais en même temps désirant entendre du fond du coeur les suggestions saines et généreuses, "modernes"! des évangiles avec courage, amour et persévérance.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/06/2014

Myriam, ça fait plus de deux milles ans que les religieux ont inventé le jésus fantôme afin de préserver le pouvoir des rois Pharaons. Ce bouclier des croyances a été transformé au fil des âges en une doctrine psychologique afin de contrôler donnent comme indication. l'inconscient des gens et les faire penser dans le sens des roi et leurs prêtres.

Quand au mahomet, à part être le gardien de chèvres local, chef de tribus inculte, s'il a existé c'était un pédophile, un sanguinaire tout est marqué dans les écrits islamique il suffit de lire au bon endroit. C'est avec cela que vous voulez collaborer enfin vous ou la HPP. Les nouvelles régions n'arrêteront pas l'avancée islamique et ne favorisera pas la hausse des salaires. Nous sommes dans les années 1930 en pire.

Qu'il y ait des croyants sincères je n'en doute pas aujourd'hui moins qu'hier. Vous, comme d'autres, y avez cru et y croyez encore, c'est votre affaire, ça ne me dérange pas. Nous sommes allés chez le docteur Schweitzer à Lambaréné au Gabon, puis chez lui en Alsace à Kaysersberg en Alsace. Ce fut un type très bien.

L'avenir de l'humanité ne repose pas sur les évangiles mais chez les Athées humanistes dont la clairvoyance n'est plus à démonter et les gens de bonne volonté en dehors de toutes croyances. La guerre avec l'islam aura lieu un jour, écartons ces gens qui pour la majorité veulent tuer du juif, les Athées, lapider à tout va etc. On ne discute pas avec nos ennemis, ennemis de la Liberté comme il n'y avait pas à discuter avec les nazis. Mais ça la chrétienté ne veut pas le comprendre à cause de la croyance au divin. C'est une erreur historique. N'étant pas au service du roi ou de je sais quel maître je me moque des diaconesses et autres valets des princes s'occupant des pôôvres et des indigents uniquement pour la bonne image et la bonne conscience. Même si vous n'êtes pas de ceux-là.

Hollande est dans le déni lorsqu'il indique après avoir vu le paperon blanc au vatican que :"l'islam est compatible avec la démocratie." Pôve con.

"Pourquoi vouloir démolir les églises?" réponse: parce qu'elles veulent nous démolir ou nous rendre esclaves de manière aussi sournoise que l'islam dit modéré. Mais ça, seuls les initiés le savent.

Bien le bonjour à Moïse....

Écrit par : Pierre NOËL | 06/06/2014

Pierre NOEL. quels sont ces "athées humanistes" qui imposent ce qu'il faut croire ou non?! Moïse, je crois que vous savez qu'il s'agit du nom de mon chat.
Je perdis me fille, puis son papa.je dis à Dieu: ces deuils ne me grandissent pas...SI VOUS EXISTIEZ VOUS NE PERMETTRIEZ PAS QUELQUE CHOSE DE PAREIL. A ce moment, très précisément, le téléphone sonne. Mon plus jeune fils: "Maman on va te demander quelque chose. Il ne faut pas que tu refuses. On a trouvé un tout petit chat abandonné, notre chien, féroce, menace de le dévorer. Il faut que tu le recueilles. J'eus le sentiment d'une intervention providentielle au moment où j'allais définitivement déclarer Dieu out. Cette coïncidence est une synchronicité. Les églises ne sont plus celles du Moyen-Age et, chez nous nul n'est obligé de les fréquenter. Je crois qu'il y a en toute société un aspect auberge espagnole qui fait que l'on y trouve aussi ce que l'on apporte. Jésus m'est apparu comme quelqu'un qui devait être un dur mais avec un cœur en or. Mais ce petit chat, nommé Moïse parce que trouvé sous une pluie battante vu mon prénom évoqua le Nil et l'autre Moïse. Si jamais il me faussait compagnie, ce qu'à Dieu ne plaise, de Myriam je deviendrai Michèle, la mère, celle qui a perdu son chat. Idée pour un futur pseudonyme, Pierre NOEL?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 06/06/2014

La clairvoyance des athées humanistes est encore assez loin d'être démontrée, à mon avis, ils avaient globalement prévu la chute des religions, j'en ai entendu prétendre qu'avec un enseignement agnostique on pouvait faire disparaître l'Islam en France, la clairvoyance pour l'instant a manqué.

Écrit par : Rémi Mogenet | 06/06/2014

Myriam, on est loin du sujet....

Aucun Athée humaniste impose une religion aux enfants pour en faire des ignorants au service du roi. Nous ne mentons pas aux enfants sur la véritable histoire humaine et de l'univers et de Allah?
Nous raisonnons avec notre culture, nos acquis, notre vécu, nos savoirs tout en ayant une démarche scientifique laissant libre cours à la curiosité, l'imagination, la créativité et le raisonnement tout en recherchant les véritables informations. C'est un vaste sujet....

Pour le reste prenez bien soin de Moïse il ne doit pas s'ennuyer avec vous, vous lui racontez les mêmes histoires bibliques? Parlez lui des régions de France il va aimer...

A bientôt....

Écrit par : Pierre NOËL | 06/06/2014

Rémi Mogenet, une seule activité peu sauver les régions d'Europe:

""Suède, Italie, Espagne...et c'est maintenant le Royaume-Uni qui va compter les revenus d'activités illégales comme le trafic de drogue et la prostitution dans son Produit Intérieur brut (P.I.B)
Intégrer ces revenus «illégaux» devrait doper le PIB du Royaume-Uni de 12,3 milliards d'Euros. Un nouveau mode de calcul qui doit débuter en septembre 2014 et devrait se traduire par une hausse de 4 à 5% du PIB. Selon BFM Business, la prise en compte de ces revenus est prévue par des règles Européennes. Le but : comparer les économies des pays membres de l'union Européenne, gonfler le PIB donc minorer l'importance de la dette. «Une façon commode de gonfler le PIB» selon Olivier Berruyer, spécialiste de la gestion du risque dans la finance et l'assurance; «Quand le PIB augmente, le ratio dette diminue» explique-t-il.""

Voilà ou en est l'Europe en faillite comme les USA.

.../...

-Merci de citez vos sources plutôt que d'écrire "j'ai entendu parler" vous êtes historien si j'ai bien compris, la rigueur vous connaissez??

Le pouvoir des religieux se comprend par ce scandale de la "greffe des croyances effectuées sur les gamins par l'ignorance des parents. Leur concept monarchique est de type "pyramide" ce qui veut dire que tout vient d'en haut et le haut, c'est le paperon blanc avant son dieu. N'ayez crainte internet et autres, risquent bien de porter un coup fatale aux religions à moyen terme, ajoutez les scandales avec la pédophilie, les 800 enfants tués et enterrés par des bonnes soeurs et l'histoire du christianisme bourrée de scandales, de meurtres, de tortures, de pillages, de mensonges, j'en passe et des meilleures et des autres religions ce qui n'est pas triste.

Les moines et les bonnes soeurs dans les couvents ont beau réfléchir en étudiant nos comportements sur les réseaux sociaux, la véritable histoire humaine ne correspond en rien à celle inventée par les prêtres et Pharaons. Le créationnisme est mort et bientôt enterré. Toute la belle histoire racontée dans les livres scolaires et bouquins religieux iront droit dans les caves ou dans les greniers. Le monde de demain ne peut se construire avec les religions et leurs fables pour enfants? Les temps changent....

La clairvoyance des Athées s'est attaquée au mensonge de l'islam afin qu'un débat mondial ait lieu, pour dénoncer la dangerosité de ce concept mortifère. En cela, ils sont en avance sur les momies de la chrétienté et les collabos des monarchies pétrolières.

Alors patience, vous y verrez plus clair chaque jour qui passe.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/01/17/fatrasies-coraniques/

Écrit par : Pierre NOËL | 07/06/2014

Mon impression est que les athées s'énervent après les musulmans parce qu'ils ne se convertissent pas à l'agnosticisme aussi vite qu'ils le voudraient.

Je ne suis pas historien, mais ma source je peux vous la donner: à l'époque où j'étais stagiaire à l'I.U.F.M. de Créteil, Val-de-Marne, j'ai entendu le sous-directeur de l'Institut dire qu'il ne fallait pas s'énerver après l'Islam, parce que de lui-même l'enseignement "républicain", celui des Lumières, l'anéantirait. Evidemment il ne l'a pas écrit. Mais mon impression du coup est que comme cela n'arrive pas, que c'est aussi la philosophie des Lumières qui peu à peu est relativisée, ceux-là même qui disaient qu'il ne faut pas s'énerver finissent par s'énerver. Bien sûr, si c'est seulement remis à la semaine prochaine, pas de quoi s'énerver. Mais personnellement je n'y crois pas, je n'en vois aucun signe, et l'âme humaine pour moi dépasse par ses peurs et ses désirs le monde visible et cela ne renvoie pas seulement à un futur matériel plus intéressant ou plus effrayant, car une fois qu'on est physiquement dans ce futur, toujours finalement plus intéressant ou moins que ne l'était le présent, on a de nouveau des désirs qui dépassent le visible, ou des peurs qui font de même. C'est un problème, certains ont essayé de vacciner l'être humain, mais il est devenu amorphe, du coup il ne produisait plus rien, il se laissait mourir, il s'étiolait. La vie a de ces mystères.

Écrit par : Rémi Mogenet | 07/06/2014

Cher Pierre NOEL, vous me voyez mal. Lorsque j'étais une petite fille un jour que je regardais par une fenêtre je vis les fleurs prendre une couleur plus vive. Une présence envahit la chambre. Je vis un feu dans le ciel et je m'évanouis. Lorsque je revins à moi, je me relevai. j'entendis une voix en moi me dire "Je ne t'abandonnerai jamais"! L'"accent" de cette voix me toucha infiniment. J'avais alors environ sept ans. Lorsque ce souvenir me revint en tête, nous étions en 1969. Je souffrais d'une névrose affective qui devait être traitée dès que j'aurais accouché. Ce souvenir revenu en tête, je fus come touchée au cœur par l'accent encore plus que par les mots et cessai de souffrir. Je retournai auprès du psy qui me déclara sans pouvoir expliquer comment guérie. Il y avait dans mes connaissances un médecin. Dès ce retour en mémoire débute (lui étant moyen de transfert) une incroyable autopsychanalyse venant comme accompagner: sorte de révélation sur moi-même. Cet homme évoquait le Christ d'un chant religieux qui s'dresse à lui comme à un médecin. Si vous souhaitez poursuivre, approfondir prenez de Jung un livre qu'il a écrit; UN MYTHE MODERNE étude psychologique des soucoupes volantes

Ce qu'en fin de votre message au-dessus vous m'écrivez sur moi parlant au chat Moïse est "à côté de la plaque"! Voulez-vous venir me dire bonjour et faire la connaissance de Moise qui a maintenant douze ans sans donner des signes particuliers de bigotisme afin d'assumer: voir en quoi vous voyez juste et faux, faux et juste...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/06/2014

Rémi Mogenet ISLAM: si le nœud à dénouer se trouve en et par le coran il faudrait pouvoir analyser la vision même de Mahomet en la "décortiquant"! il serait souhaitable que quelques musulmans se sentent invités à passer du coran en les évangiles de façon impartiale non pour se convertir mais expérimenter ce qu'ils ressentent en eux en étant conscients du préjugé déposé en eux: "il n'y a que l'islam qui dit vrai et si Jésus était un prophète Mohammed lui et lui seul est "le" prophète"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/06/2014

Rémi Mogenet, vous avez un point de vue ne correspondant pas au mien. Si dénoncer le concept mortifère sous son aspect dangereux c'est s'énerver, que dire de nos ancêtres ayant combattu le nazisme!

Soit vous ne connaissez pas le coran et les autres écrits, soit vous raisonnez avec vos sentiments comme beaucoup et c'est grave. L'impression n'est pas la réalité des faits encore moins l'histoire.

Je vous remets ce lien, informez-vous auprès de cet expert; bon weekend à tous.

http://www.blog.sami-aldeeb.com/2014/01/17/fatrasies-coraniques/

Écrit par : Pierre NOËL | 07/06/2014

P.S. Le mot qui revient sans cesse dans le coran est le mot CHATIMENT lequel n'empêche pas la récidive. Le mot évangélique est non châtiment mais CONVERSION non par la peur mais par le cœur. Le mot RETOUR (à Dieu) est précisément cet appel avec promesse d'accueil et de pardon.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 07/06/2014

Honnêtement, au temps où on croyait que l'Islam allait de lui-même se dissoudre sous le poids de la pensée rationaliste occidentale, peut-être qu'on le méprisait déjà, mais on ne s'énervait pas. D'ailleurs c'est sans haine qu'il fallait combattre le peuple allemand, selon Aragon.

Je dois dire que j'ai lu une traduiction du Coran il y a une vingtaine d'années. Mais je n'ai pas tellement retenu le détail des prescriptions. Je crois que les mots écrits dans les livres sont d'un poids moindre qu'on croit généralement, qu'en fait les gens agissent selon des modèles reçus dans l'enfance, soit dans la famille, ou dans le clan, ou dans les histoires qu'on raconte. Ce qui frappe davantage à mon avis, ce sont les figures, le merveilleux. Dans le Coran on trouve par exemple une image qui m'a frappé, l'homme a toute sa vie avec lui un ange qui écrit dans un livre ses bonnes et ses mauvaises actions; à la fin il lui présente pour ainsi dire la note. C'est le genre de choses que j'ai retenues. C'est mon goût pour le merveilleux sans doute qui le veut.

Écrit par : Rémi Mogenet | 07/06/2014

Le nom de ma famille a 3000 mille ans. Mon prophete a l epoque avait fait que le mani cheisme soit une religion universelle. Chacun a le droit de prier comme il l entend mais d utiliser la religion pour faire la gueure, ou va t on avec une chose aussi stupide. Je pense que dans toutes les religions il n y a qu un dieux nous somme dieux mais seulement la diversité nous fait du tord. Voila, la paix, l amour de l autre et surtout le respect a tous ceux qu ils veulent faire se qu ils veulent pour le bien de la planette. Partagez vous les pleins aux as car un fois je gagnerai la partie avec une suite royal.

Écrit par : sauthier | 07/06/2014

Je souhaite juste encore montrer une chose: le divin, ou la geste divine agit à notre insu. En ce soir de Pentecôte, aux nouvelles, un journaliste a dit à propos du pape François qu'"il souffle un vent de renouveau" au Vatican. Or, en parlant de la Pentecôte on évoque un feu qui descendit en oubliant qu'avant le feu il y avait eu un grand vent...

comme "souffle d'Assise"

il y a quelques années?

Tout pourvu que le monde aille mieux...

Non pour parler de moi mais il se trouve que ce soir je n'avais pas envie d'entendre les nouvelles. Cependant j'y fus comme poussée, comme obligée ce qui me permet d'écrire ces lignes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/06/2014

Rémi Mogenet, en quelques minutes (quelques minutes pour nos enfants) Le père Boulad et l'abbé Pagès vous permettront-il de mieux comprendre le combat à mener contre les fausses images ou les paroles bidons, que l'on vous a inculqué lors que vos étiez jeune, et pour cause....

https://www.youtube.com/watch?v=lziFltTZdrs


https://www.youtube.com/watch?v=T9mN_JFGS-A

http://www.islam-et-verite.com/

Écrit par : Pierre NOËL | 09/06/2014

Heu, quand j'étais petit j'étais dans un milieu très laïque et athée, mes parents sont athées, j'étais à l'école Decroly à Paris qui était remplie de soixante-huitards, et puis ensuite je suis allé à l'école publique à Annecy. En fait j'ai développé de moi-même, par mes lectures, d'autres types de pensées. Cela a suivi une sorte de hasard, mes goûts personnels. Je crois que je me suis intéressé au christianisme après avoir lu Dostoïevski, et puis ensuite j'ai appréhendé les ouvrages du catholicisme savoyard qui étaient dans la bibliothèque familiale, que mon père n'ouvrait pas, mais qu'il gardait par fidélité à son père à lui, mort alors qu'il était jeune. A vingt-cinq ans je me suis dit qu'il était important de lire le Coran parce que beaucoup de gens en France et dans le monde s'en réclamaient, et puis voilà. Quand j'étais adolescent j'étais moi aussi athée, comme mes parents, je répétais ce qu'ils disaient, ou ce que disait mon frère aîné lui aussi athée et qui l'est resté, et d'ailleurs ça choquait certains camarades moins athées que moi. Et puis un jour je ne sais pas, j'ai eu des lectures qui m'ont frappé, ou une sorte de crise morale, ou les deux en même temps, j'ai suivi un autre chemin.

Écrit par : Rémi Mogenet | 09/06/2014

Pierre NOEL

Il y a 2000 ans, au Temple de Jérusalem, Il est dit que Jésus accueille une femme, Cananéenne, qui vient lui demander de guérir sa fille (qui n'est pas présente). Jésus s'adresse à cette femme avec une arrogance toute saddducéenne en lui disant que ce qui est sur la table des maîtres n'est pas pour les chiens. Possible! répond cette femme, mais les chiens sous la table ramassent les miettes qui en tombent. Elle lui cloue le bec et Jésus: Tu peux aller, ta fille est guérie! Elle l'était. Pas d'explication: "miracle"! 2000 ans plus tard Dolto est au chevet d'une femme qui vient d'accoucher d'un bébé malade. La mère parle de ses problèmes de couple, s'épanche et pleure. Puis Dolto retourne auprès du bébé qui est guéri parce que, expliquera-t-elle plus tard à la mère le corps de votre enfant disait la souffrance que vous gardiez en vous. Ce qui permet de comprendre que la Cananéenne affrontant l'apparente arrogance de Jésus (par transfert évoquant un sadducéen, ou un Juif ou un homme ou le mari de cette femme: transfert qui fait des psys, disait Dolto, des sortes de caméléons voit en lui aussi bien un Juif, lesquels n'aimaient pas les Cananéens, qu'un homme parlant à une femme avec mépris, hauteur voire son propre époux et que ce qu'elle n'ose exprimer dans sa vie par ce transfert elle le "crache" à la face de Jésus. S'en suit pour elle une sorte de fort contentement, chaleur énergie dans son corps... véritable "pinte de bon sang"! qui atteint ou rejoint alors la fillette en la guérissant. Jésus, il y a 2000 ans, en sait autant que Dolto, pédiatre, aussi. Je préfère, Pierre NOEL, les bâtisseurs aux entrepreneurs en démolition: plus utile. Si Jésus n'a pas existé, en ce cas, ce personnage est le moyen par lequel on enseigne de bonnes et saines choses. Par d'autres sources qu'habituelles on apprend que Jésus aurait pratiqué la médecine égyptienne.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/06/2014

Les commentaires sont fermés.