12/04/2014

LE SANG DES ETOILES

LE SANG DES ETOILES

r133_9_p.compere_az_82-2.jpg

 



Molle molécule dans le sol

Infime reste de mon corps

Rendu à sa glèbe initiale

Glissant coulant dans les replis

De l’infini minuscule

Voyage au centre de la terre

Par les veines diamantifères

Par l’eau noire pailletée d’or

Quelle fête pour un cadavre !

Ce moi-même infime et caduc

Mélangé à d’autres déchets

Nourrira le sang des étoiles



Jean-Noël Cuénod 

Photo: http://www.picdumidi.com/soirees-etoilees

Livres de poésie de l'auteur disponibles dans les librairies Payot ou auprès de l'éditeur Samizdat (Denise Mützenberg, 8 chemin François-Lehmann - 1218 Grand Saconnex):

 

- Circonstances

 

- Le Goût du Temps (Prix Festival Rilke 2012)

 

Disponibles sur les sites FNAC, Amazon,

 

 - Matriarche (Editions Editinter Paris)

 

- Liens (Editions Editinter Paris)

 

- Amour Dissident (Editions Editinter Paris. Coécrit avec Christine Zwingmann - Médaille du Sénat).

 

10:03 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

pour les régimes spéciaux . la voie lactée sans lactose c'est au même rayon cosmique que Mars sans gluten?

Écrit par : briand | 14/04/2014

Symboliquement, yoga, la "voie lactée" se trouve entre nos deux hémisphères cérébraux au chakra dit SAHASRARA (lotus aux milles pétales, aussi, moins dit, siège de l'âme)! En ajoutant quelques pierres précieuses à l'or et au diamant de ce poème, dont l'émeraude, nous serions aux portes de la Jérusalem Céleste... en veille des Fêtes de Pâques... que l'on souhaite aux bons amis ce qu'ils sont au coeur d'autrui.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/04/2014

Le titre est magnifique! ce petit peu d'élévation spirituelle sur les blogs TdG est si rare en ces temps : écoutons les violons et disons 1000 mercis!

Sauf que. passer de perruque poudrée à la voie lactée, ça peut inspirer quelques canulars

d'une âme artiste qui n'ose plus peindre tant l'écart c'est creusé dans les esprits
entre nos vies rétrécies nos politiciens & la réalité du cosmos informatisée d'Obol & autres engins télescopiques vs 1 marché de l'ART globalisé à la madoff

au fait, vous vouliez en arriver où?

Écrit par : pierre à feu | 15/04/2014

@ pierre à feu
"(...) passer de perruque poudrée à voie lactée (...) peut inspirer quelques canulars(...) ou en ébranler voir compromettre un ou deux autres?!
La voix lactée du ciel, le corps calleux, dit "voie lactée" situé entre nos deux hémisphères cérébraux ( j'avais pensé au ciel parce que nous avons l'espérance, "étant aussi cela"! d'être dotés d'un élément divin, l'âme, contre lequel la mort ne peut rien, élément, à notre mort, qui retourne à la source dont il émane... dit de façon juive: "à la source, à l'Eternel, béni soit-Il"!
Les sept corps qui nous composent, auxquels sont rattachés nos centres nerveux et de conscience (chakras) font de nous un univers miniature, certes, mais un univers "au complet" de sorte (voir Le Pendule de Foucault, Umberto Eco) que, contrairement à ce que nous racontons, vivant non sur notre corps mais en, dans et par notre CORPS-UNIVERS: nous vivons dans notre corps, DANS la terre, en cette galaxie. Sans un instant quitter le poème de Jean-Noël Cuénod... ce qu'il m'inspire (une lectrice selon ses centres d'intérêts, son ressenti). Bientôt Vendredi-Saint... Coran: Jésus n'aurait pas été crucifié. On ne sait pas quoi croire partons à partir de ce que l'on nous enseigna enrichi par nos recherches. Jésus étant appelé spontanément "rabbi" portait un collier de barbe ("la lame du rasoir n'effleurera pas la joue du Juif pieux)! Mais si Marie-Madeleine le prend d'abord pour le jardinier du cimetière, alors, comme tous les jardiniers de cimetières, il ne porte plus la barbe.! Thomas ne croit pas que Jésus a été crucifié puis est mort et ressuscité. Jésus lui donne à voir et sentir ses stigmates ce qui prouve "bel et bien", si on peut dire, qu'il a été crucifié mais... "MORT ET RESSUSCITE"?! L'agonie des suppliciés du Golgotha pouvait durer non des heures mais des jours sans qu'intervienne la mort raison pour laquelle, avant de les jeter dans une vallée appelée Géhenne on leur brisait les membres. Ici, une synchronicité (coïncidence signifiante, "signe")! c'est le temps épouvantable qu'il fait qui vaut à Jésus de n'avoir pas les membres brisés ... ce qui est certain est qu'il dit à Marie-Madeleine, en ce récit, qu'il n'est pas encore monté auprès du père (autrement dit retourné à la source dont il émane: il est toujours, comme expliqué, dans et de la terre et de l'esprit (âme, étincelle divine) qui plus est non menteur (Marie-Madeleine: Jésus "vivant"! a de quoi croire qu'il est mort et ressuscité... Mort et ressuscité, on ne sait, MENTEUR, ABUSANT SON MONDE? EN AUCUN CAS! Pourquoi plus la barbe, pour qu'on ne le reconnaisse pas? Imaginons que ses proches le croyant mort procèdent à sa dernière toilette: la barbe du supplicié est désormais le lieu, l'espace privilégié des insectes attirés par la sueur, les larmes et le sang des suppliciés du Gogotha, donc, on le rase... pour le purifier de toute cette vermine. De même, sans nul doute, PIERRE A FEU, sinon poudré la perruque... on lui aura lavé les cheveux.
Bonnes Pâques

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/04/2014

Étoile, souffle d'Univers, Poussière d’Étoiles,
Étoile Matutine qui élève nos Cœurs,
Vers l'Espérance, l'harmonie et l'Amour vainqueur,
Qui nous offrent la Lumière et relèvent tous les voiles.

Écrit par : Michel CARRIERE | 16/04/2014

Les Étoiles

Les cieux resplendissants d'Étoiles
Aux radieux frissonnements,
Ressemblent à des flots dormants
Que sillonnent de blanches voiles.

Quand l'azur déchire ses voiles,
Nous voyons les bleus firmaments,
Les cieux resplendissants d'Étoiles
Aux radieux frissonnements.

Quel peintre mettra sur ses toiles,
O Dieu! ces clairs fourmillements,
Ces fournaises de diamants
Qu'à mes yeux ravis tu dévoiles,
Les cieux resplendissants d'Étoiles ?

Théodore de Banville, tiré de Rondels (1875)

Écrit par : Berekla kamel | 30/04/2014

Bien beau poème que

Ces étoiles
Aux radieux frissonnements

Orphelins d'esprit d'enfance
Comment ressentirions-nous ces radieux frissonnements d'étoiles

Fournaises de diamants, yeux éblouis
Au vu des mille diamants étincelants de la Rosée du Jardin

Au plus tôt Matin
Au Levant




Merci, Jean-Noël Cuénod

Écrit par : Solange | 30/04/2014

Les commentaires sont fermés.