18/03/2014

La Russie, cet ennemi que nous aimons tant détester

 

 

imgres-1.jpg

Le retour de la Guerre froide sonne dans les médias comme ces vieux refrains qui nous énervaient tant jadis, mais sans lesquels la vie nous paraissait si fade. Il faut dire que le maître de toutes les Russies (et un poil au-delà) a tout fait pour nous rappeler le réfrigérant passé. Tout d’abord, un bon coup de force et après un petit coup de référendum pour faire passer le tout. Un bortch bien gras et après, hop, une lampée de vodka ! Tout ça vous tient bien au corps.

 

La question posée aux Criméens était un petit bijou de manipulation digne du Grand Staline lui-même. Les votants n’avaient pas à choisir entre la Russie et l’Ukraine mais entre la Russie et un statut d’autonomie tellement large que de toute façon, l’Ukraine aurait perdu, de fait, la Crimée. Le choix entre «oui» et «oui» voilà qui nous ramène aux listes uniques de la démocratie version tchékiste. Avec une superbe invention moderne, le portage des urnes au domicile des votants.

Le résultat de cette consultation – 96,77% en faveur de la Russie – nous rappelle aussi quelque chose. Surtout, le taux de participation semble aussi sincère que celui des consultations brejnéviennes : 86% alors que les minorités ukrainienne et tatare (37%) avaient appelé au boycott.

Toutefois, Moscou n’aurait même pas eu besoin d’artifices pour l’emporter (mais que voulez-vous ? On ne se refait pas !), les Russes étant majoritaires en Crimée ; ils s’étaient réveillées Ukrainiens le 20 février 1954, sans que Khrouchtchev, alors patron du Parti soviétique, ait songé à demander leur avis. Dans les Républiques populaires, le peuple n’est là que pour faire adjectif.

 

Ces apparences ­– car il ne s’agit que de cela – d’un passé récupéré ont semé chez nous autres Européens, un drôle de sentiment : à l’angoisse de découvrir une situation de guerre à nos portes, s’est ajouté le soulagement de compter à nouveau avec un ennemi connu. Après la chute de l’Empire soviétique, nous nous sommes sentis dépourvus. Contre qui se construire? A qui se comparer pour pouvoir se rassurer et se dire qu’en ce miroir, l’Europe est toujours la plus belle? Sur quelle poupée vaudoue planterions-nous nos aiguilles?

 

Certes, l’islamoterrorisme s’est inscrit comme ennemi de substitution. Mais il demeure à l’état gazeux. Il peut couver ses vapeurs dans une cité des banlieues européennes, au fond des grottes du Sahel, sur les sommets afghans. Il est toxique, bien sûr, mais insaisissable. Il a le visage de Mohammed Merah qui pourrait être n’importe quel voisin de métro. Il n’a ni lieu bien circonscrit ni frontière et ses chefs paraissent interchangeables sous leur turban. On en tue un au Pakistan et son clone surgit à l’autre bout de la planète. Ce n’est pas du jeu, a-t-on envie de crier à ces ectoplasmes sanguinaires!

 

Alors qu’avec Poutine, c’est du solide, du charpenté. Il joue le jeu, lui, avec sa tronche d’espion qui venait du froid et ses gros sabots garnis de chenilles tankistes. C’est un ennemi d’Etat qui a l’obsession des frontières. Il veut les élargir, bien sûr, mais justement, en visant ce but, il en respecte le principe, contrairement aux islamoterroristes. L’agressivité russe a même quelque chose de rassurant. L’Europe se dit qu’avec Poutine, il est possible, en fin de compte, de lire ses desseins et de parler la même langue.

Et puis, ce retour de l’ennemi moscovite entrainera celui des kréminologues qui nous manquaient tellement. Les plus anciens d’entre nous avaient la nostalgie de ces savants politologues qui – rien qu’en scrutant sur l’estrade du 1er Mai la position de tel membre du Bureau politique par rapport au Secrétaire général du Parti ­– pouvait prédire son avenir. Une place plus loin par rapport au précédent 1er Mai, et la disgrâce voire le goulag se profilaient. Une place plus près, et le nirvâna bolchevique s’illuminait.

 

Aujourd’hui bien sûr, plus de 1er Mai à Moscou. Pour exercer leurs talents, les nouveaux kréminologues choisiront plutôt les cérémonies officielles qui se tiennent en la Cathédrale  de l’Annonciation lorsque le Patriarche de toutes les Russies, Sa Béatitude Kirill, accueille et glorifie le Pouvoir temporel. Quel ministre est-il plus proche de Poutine? Quel autre stagne derrière ses collègues? Qui reçoit la bénédiction juste après que Sa Présidence a baisé la croix tendue par le Patriarche ? Pour les kréminologues, c’est une véritable résurrection.

 

L’annexion de la Crimée nous a donc offert le retour de notre vieil ennemi bien aimé. L’ennui, c’est que l’autre, le fantôme islamoterroriste, continuera à nous hanter.

 

Jean-Noël Cuénod

imgres.jpg


16:10 | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : crimée, guerre froide, moscou, kremlin | |  Facebook | | |

Commentaires

"alors que les minorités ukrainienne et tatare (37%) avaient appelé au boycott."

Voilà qui fleure bon la propagande anti-russe. En commençant par gonfler votre chiffre. Relisez-vous si vous ne comprenez pas. Et pour votre information, chacun a pu se déterminer en conscience:

http://fr.ria.ru/world/20140318/200749455.html

Je vous croyais un observateur de la vie politique, pas un partisan. Il n'y a pas de retour de la guerre froide, puisque celle-ci n'a jamais cessé. Le 11 septembre ne vous rappelle rien? Quand il n'y a pas la guerre on invente des prétexte de guerre même au prix de ses propres citoyens. Où est le coup de force puisque le terrain était déjà acquis? Plus besoin de "conquête". Mais besoin de protéger une population à 80% russophone que les putschistes de Kiev voulaient contraindre à parler ukrainien.

Écrit par : Johann | 18/03/2014

Une lampée de wodka à votre santé, cher Jean-Noël, après votre analyse géopolitique drôle et éclairante

Écrit par : Zita Burgy | 18/03/2014

La grosse différence d'avec la guerre froide, c'est qu'à l'époque l'extrême-droite était globalement pro-américaine et parfois même manipulée par la CIA. Tandis que là, tous les fachos européens et suisses semblent avoir Poutine pour idole. Ils partagent les mêmes goûts pour la famille traditionnelle, l'islamophobie, le nationalisme et les milliardaires fricotant avec la politique...
Pour autant cela ne dédouane pas Obama, qui travaille avec un Département d'Etat truffé de néo-cons.
Sur le fond, idéalement, je préférerais une UE agrandie jusqu'à Vladivostok ce qui implique le départ de Poutine. Mais en attendant, à choisir entre la NSA - qui ne fout la paix, en réalité - et l'ordre moral orthodoxe, je préfère encore Obama.

Écrit par : L'Ancien Observateur | 18/03/2014

" Pour autant cela ne dédouane pas Obama, qui travaille avec un Département d'Etat truffé de néo-cons. "

Obama qui travail dans un département truffé de néocons? Une info qui ferait plier en quatre de rire Guy Millière.

D.J

Écrit par : D.J | 18/03/2014

"Tandis que là, tous les fachos européens et suisses semblent avoir Poutine pour idole."

Oui, c'est ce qu'on appelle la géopolitique à portée des mollusques. Signalons au passage que les fachos de là-bas (Ukraine et Russie), des purs et durs, loin des warriors de clavier qu'on trouve ici à la pelle, haïssent farouchement Poutine, et doivent être consternés par la position majoritaire des natios occidentaux. Dernier délire en date, évidemment de la part de l'inénarrable pissoir-poète de Savièse :

http://ofreysinger.ch/61-ukraine

Mais puisqu'on vous dit que tout ça c'est de la faute aux Ricains et à Israël...et en motion parlementaire en plus

Écrit par : Tapioca | 18/03/2014

"Tandis que là, tous les fachos européens et suisses semblent avoir Poutine pour idole."

Ben... vous voulez quand même pas que les fachos européens et suisses soient dans le même camp que les démocratistes Lumiéristes initiateurs des révolutions légales.

Écrit par : petard | 19/03/2014

Etonnant, hein, Colonel Tapioca ? On croirait que ces mots lui ont été soufflés par son communiquant serbe: Despot, Milosevic, Poutine, ça fait assez suite logique non ?
Sinon DJ, Victoria Nuland, l'autrice de l'immortel "fuck the EU" (et ci-devant responsable de l'Europe au Département d'Etat) est l'épouse de Robert Kagan; ça lui dit quelque chose, ce nom, à Guy Milière ?

Écrit par : Vieil Observateur | 19/03/2014

Les "occidentalopithèques" ont humilié pendant des années le renard blanc de l’Arctique, il s'est transformé en véritable loup polaire.

Nous allons nous récupérer une Ukraine délabrée, l'Europe est devenue la poubelle du monde à tous niveaux. Les musulmans d'Afrique arrivent par milliers en Europe avec leurs us et coutumes et leurs machettes, mais aussi des revendications comme la construction de mosquées-casernes, la possibilité d'avoir des femmes esclaves et profiter de nos systèmes sociaux. Tout va bien madame la marquise!

Oui ce vote est une escroquerie. Poutine commet deux erreurs graves. La première est de continuer à faire confiance à l'ancien président bandit-menteur-laqué Iyanoukovich,. La deuxième, est sur la forme pour annexer la Crimée, car il s'agit bien d'une annexion dans la procédure. Il est soutenu par les religieux Orthodoxes (gardiens du concept monarchique) voyant en lui le "nouveau tsar des temps modernes" en reconstruisant l'ancien empire selon certains, et les ex cocos transformés en perroquets.

Après l'Iran, la Syrie, le Liban voilà la Russie dans la ligne de mire. Le conflit mondial avance à grand pas. Il débutera lorsque les ukrainiens prendront les armes et défendre leur patrie ou à la fin du mandat de Obama. Ca laisse le temps aux discussions ou ce qu'il en reste.

Les armes, le pétrole et le gaz seront les arbitres de cette discussion éventuelle. Ca se passera sur le dos des moutons et des chèvres mais également des bourricots, comme d'habitude.

"on croat, (du verbe croasser) se battre pour la cause de dieu, on se bat pour les monarchies, les financiers et les industriels" Amen. En attendant, reprenons ce refrain que nous aimons tant dans les chaumières, les temples, les églises et les immeubles, tous en chœur et de bonne humeur 1, 2, 3 .....

https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=TB2OaJknOco

Écrit par : Pierre NOËL | 19/03/2014

VOUS ÊTES DES ESCROCS LES SUISSES !

Vous ne valez pas mieux que les autres rapaces pseudo démocratiques.

Écrit par : ANNA | 16/03/2014 (sujet du blog: "Crimée sans châtiment")

.../...

Cette affirmation dans un commentaire sur le blog pro Russe-Ianoukovitch, n'a pas été modéré par la responsable du blog, la modération est à géométrie variable.

Dommage pour les Suisses et Didier Burkhalter dans une période ou la Suisse est appelée à jouer un rôle important pour la paix en Europe.

Écrit par : Pierre NOËL | 19/03/2014

Les commentaires sont fermés.