14/03/2014

Pics de pollution, Le Plouc en a ras le pot d’échappement !

nuage_pollution_paris_14_mars_14_05.jpg

 

Visez donc la photo prise par l’excellent Stefan de Vries, correspondant néerlandais à Paris pour RTL4.  Une partie montre Paris un jour de pollution, si l’on ose dire, «normale» et l’autre, prise sous le même angle de vue, représente la capitale telle qu’elle est actuellement, au moment où l’empoisonnement de l’air atteint l’un de ses pics monstrueux. L’anticyclone qui apporte le soleil, transforme la cuvette parisienne en un vaste cloaque poussiéreux. 

 

Alors que chacun pourrait se réjouir de ce temps splendide, nous voilà en train de fermer les fenêtres, d’éviter toute sortie inutile, de laisser tomber les balades à vélo et les flâneries sur les boulevards. Nous en sommes réduits à espérer le retour des jours pluvieux qui, pourtant, ont accablé les Parisiens pendant des semaines, longues, grises et enrhumées. Nous avons le choix entre le coryza causé par l’humidité et la bronchite due aux particules fines.

 

Ces micro-organismes restent en suspension dans l’air et pénètrent à l’intérieur des poumons, pouvant provoquer cancers, crises d’asthme, infections respiratoires, maladies cardio-vasculaires et autres joyeusetés qui font le bonheur des petits et des grands.

 Ces saloperies ont diverses origines : les volcans en éruption, mais ils sont assez rares dans la région parisienne ; les feux de forêts, mais le Bois de Boulogne est plus enflammé par des allumeuses que par des allumettes ; le chauffage, mais qui fait marcher sa chaudière par une météo aussi estivale ?

Restent les seuls grands coupables : les bagnoles, surtout celles qui roulent au diesel ; elles abondent en France, puisque ses gouvernements successifs ont été  assez stupides – ou alors soumis aux groupes de pression bagnolards ­– pour avantager fiscalement ce carburant.

 

La version démagogique de la plaidoirie des bagnolards a pour thème : ce sont les pauvres des banlieues qui sont contraints d’utiliser leurs caisses au diesel, alors que les Bobos parigots bénéficiant de formidables réseaux de transports publics, peuvent s’en passer. C’est réducteur. Mais ce n’est pas faux.

 

Les RER amenant les banlieusards dans la Ville Lumière (tamisée aujourd’hui par les gaz), se transforment trop souvent en galère. Au zinc des bistrots, on raconte souvent qu’un tel a perdu son boulot parce qu’il arrivait systématiquement en retard à cause de son maudit train. Cela dit,  si les RER tombent en rideau, les voitures restent bloquées dans les bouchons. Les banlieusards sombrent donc de rideaux en bouchons. Ce qui n’est pas la plus enthousiasmante des perspectives.  Et rien n’est fait pour améliorer la situation.

 

Alors qui faut-il accuser ? L’incroyable millefeuille administratif qui dilue les responsabilités entre municipalités, intercommunalités, départements, régions, Etat au fur et à mesure que les gaz polluants se concentrent ? Cela saute aux yeux (qui piquent).

Les groupes de pression des constructeurs autos, des compagnies pétrolières, des transporteurs routiers ? Certes, mais enfin, ils font leur boulot.

Les sphères dirigeantes qui sont tellement élevées dans la stratosphère que même la pollution de l’air ne les concerne pas ? Certainement, puisqu’elles cèdent aux pressions desdits groupes.

 Les médias ? Bien sûr, puisqu’au lieu de battre le tambour à propos de ces pics polluants, ils nous jouent du pipeau à coulisse sur de vaseuses histoires d’écoutes sarkophages.

 

Mais l’accusé principal n’est autre que le citoyen bagnolard. Si le gouvernement fait mine d’augmenter les impôts sur le diesel, il s’embrase. Si le parlement adopte l’écotaxe, il prend son bonnet rouge. Si la vitesse est réduite, il démolit les radars de contrôle.

 

Bref, le Français aime sa bagnole. A en mourir.

 

 

Jean-Noël Cuénod

20:34 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : pollution, paris, particules fines, photo, écotaxe | |  Facebook | | |

Commentaires

Il n'y a pas que le Français, à plus petite échelle voyez le citoyen bagnole Genevois. La contagion est pire que la grippe.

Écrit par : grindesel | 14/03/2014

Le gouvernement fait pitié, à créer la gratuité des transports publics et à essayer de parler gentiment aux gens pour qu'ils ne prennent pas leur voiture; le résultat est qu'ils l'ont prise encore plus. Il y a des pays où on interdit les voitures, ou la moitié d'entre elles, et cela montre que le gouvernement central est simplement soumis à la population parisienne. C'est pourtant dans Paris qu'il faudrait mettre l'écotaxe.

Écrit par : Rémi Mogenet | 15/03/2014

Vous en avez ras le pot d'échappement dites-vous Monsieur Cuénod d'autres en ont mais alors plein la patate de ces articles qui fleurissent comme la peste juste avant des élections Municipales
C'est pareil chez nous c'est ce moment que choisissent tous les catastrophistes pour ressortir leurs éternels bobos qu'ils aimeraient tant faire partager à d'autres .S'en devient extrêmement lassant car trop répétififs montrant bien par là leur nullité complète dirait Jean Lumière
toute belle journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 15/03/2014

Paris Brule et nous respirons leurs pots d'échappement. Que les Français aiment leurs bagnoles c'est bien connu. Seulement ici on voit beaucoup des leurs épaves qui dégagent de la fumée noir et qui circulent librement sans aucun contrôle. Je me demande si ces voitures sont bien autorisés a circuler de l'autre coté de la frontière car ici , une voiture immatriculée en Suisse va directement a la casse. Ou alors, elles ne sont pas autorisées sur France mais uniquement lors de déplacement en Suisse ou les autorités ne contrôlent que les voitures Suisses. Si la pollution et le smog en Suisse n'est plus contrôlée comme dans le temps c'est parce que nous avons largement dépassé les limites du respirable. Il va falloir bientôt obliger de moins circuler en ville de Genève au bénéfice des TPG. Mais il va falloir convaincre nos cher voisins qui traversent la frontière tout les jours. Plus les voitures françaises viennent des département éloignés, plus elle sont vieilles et polluantes. A mon avis , va falloir être un peu moins laxistes et obliger a nos voisins de respecter un peu notre ville et sa population. Laisser leurs voitures dans les P+R près de leurs frontières et utiliser les TPG comme tout le monde. Mais je connais presque la réponse. "S'il faut que nous laissons nos voitures près de la frontière il va falloir aussi que les genevois circulent moins. (Egalité dans le traitement). Nous ne décidons plus rien ici.

Écrit par : Manco | 15/03/2014

Ce problème majeur est à prendre avec de la hauteur, il est du même type que le réchauffement climatique. Les lobbys et les inféodés réussissent à faire avaler que ça n'existe pas....les croyants y croient dur comme fer. Normal il faut bien que la greffe des croyances serve à certains.

Cela fait plus de dix ans que les experts, les scientifiques ont indiqué qu'il fallait investir sur les énergies renouvelables. L'investissement de long terme est payant à tous points de vues. Des revues scientifiques avaient calculé les bénéfices sur vingt ans. Mais nos inféodés sont à la botte des monarchies financières et pétrochimiques mais aussi de certains industriels.

Pourquoi ne pas taxer les importations énergivores pour des produits bas de gamme arrivant en Europe?

Ma voiture est diesel elle pollue moins que les petites motos avec les pots d'échappement trafiqués, elle pollue moins que les 4 x 4 et bien moins que les camions ou les bus? Touche pas à ma bagnole!

Pourquoi autant de camions sur les autoroutes, créant des bouchons par dizaine de kms? Non, tout cela n'est que plaisanterie, la pollution des villes est normale toutes les nationales et autoroutes aboutissent vers les grandes métropoles comme tous les chemins mènent à Rome. Ne parlons pas des paysans avec leurs engrais, les médicaments donnés au bétail et leurs pesticides.....

Enfin, les particules fines se baladent au gré des vents pour retomber au sol même dans les endroits ou nous vend des légumes soi-disant bio. La pollution ne s'arrête pas aux frontières, pour cette raison, elle concerne tous les pays du monde et leurs dirigeants.

Des milliers d'avions sillonnent les airs 24 h sur 24 ou vont les particules?

(Au moment ou je rédige ce commentaire quatre petites motos avec pots échappements percés viennent de passer. Outre le bruit, l'odeur d'essence est au maximum. nous sommes au premier étage....Que font les autorités? Rien.)

--Général Motors avait inventé dans les années 1995 un bon véhicule électrique le V2 qu'il a dû détruire sous la pression des lobbys:

"Un documentaire diffusé sur la chaîne publique PBS en juillet 2006 met en cause les lobbies pétroliers et l'administration Bush pour pousser GM à arrêter le programme de l'EV1. Le documentaire explique, entre autres, comment GM à soudainement décidé de détruire l'ensemble des EV1, malgré les propositions d'achat faite par les consommateurs qui sont allés jusqu'à proposer 1,9 million de dollars et manifester pendant plus de 15 jours devant les 78 modèles restants dans le park de GM à Burbank. Ce film documentaire, intitulé Qui a tué la voiture électrique ?, peut être visualisé dans son intégralité sur Dailymotion, en cinq parties.""

Source Wikipédia.

-Il ne reste qu'un seul véhicule sur toute la série, il se trouve dans un musée d'un particulier le moteur et les accessoires ont été démontés par GM.
Combien de milliards ce constructeur a-t-il reçu en subventions quelques années après pour éviter la faillite?

Encore une fois on se moque du monde. Les politiciens nous racontent du vent il est beaucoup plus polluant que ma voiture, en plus il sent la fosse septique.....

Écrit par : Pierre NOËL | 15/03/2014

Nous ne sommes pas en reste ici à Genève en ce qui concerne la pollution :

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/5691827-un-taux-important-de-particules-fines-est-releve-dans-les-villes-suisses-avec-le-beau-temps.html

Mais non seulement le peuple n'est informé que s'il regarde notre journal télévisé, mais on peut toujours rêver à une gratuité des transports publics lors de pics de pollution ou de mesures d'alternance :-)

Il faut le savoir : les allergies représentent 45 % des maladies chroniques dans le monde selon l'OMS.

C'est énorme !

Écrit par : Jmemêledetout | 15/03/2014

A lire cet article comment ne pas lever les bras au ciel! Quid des gouvernementS?! Circulation alternative: faudra-t-il attendre les premiers ou suivants accidents graves voire mortels? Petits enfants, femmes enceintes, personnes âgées, malades cardiaques (liste non exhaustive)? Privilégier les transports publics: les privilégier ou les imposer? Le "fou de sa bagnole à en mourir" (ou faire mourir les autres) irresponsable, s'en fichant finalement "létalement"?!
En en revenant au protocole dit de Kyoto que serait-il arrivé si, dés l'emblée, il avait été annoncé (décidé et déclaré) "contraignant"!
Les transports publics, leurs horaires, retards, une mesure: dès qu'il y a retard le salarié ne pouvant arriver à l'heure au travail ne doit pas/plus être sanctionné et s'il devait l'être... être en mesure de pouvoir se défendre.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 15/03/2014

Les Bloggeurs à particules moins fines essaiment du côté des sites jusque-là moins exposés , et envahissent nos prairies historiques Valette- Decaillet- Barraud et d'autres atomes anonymes , se déposent sur l'ultime" Réduit National" ou sur le rocher privilégié des " Observateurs" : sorte de bulle aseptique parce que non-contaminée et sensée diffuser un antiallergique à l'Autre garanti avec effets secondaires.

Écrit par : briand | 15/03/2014

l'ADEME indique que la diminution de la vitesse augmente au contraire les pollutions d’échappement
on préfère pénaliser les excès, ça rapporte plus...

Écrit par : elodie160314 | 16/03/2014

Je veux le dire que d'adore, par exemple, ELODIE, qui parle pas selon sa hargne ou je sais pas quo d'antisceptique mais qui vous dit quelque chose de pas con: la "diminution de la vitesse augments au contraire les pollutions d'échappement on préfère pénaliser les excès, ça rapporte plus!. Plein de trucs en trois en mots (aussi aur d'autres domaines). Merci de nous la passer.

Écrit par : maîtresseInflexible | 16/03/2014

Les commentaires sont fermés.