17/02/2014

Votation contre l’immigration, Le Plouc cause dans le poste à France-Info

 

immigration de masse.jpg


Pas facile de présenter aux Français la votation suisse contre l’immigration... Avec sa consoeur portugaise Ana Navarro Pedro, correspondante à Paris de Visao, Le Plouc s’y est collé, dimanche, lors de l’émission de Marie-Christine Vallet, Micro Européen sur France-Info.

 

Bonne écoute !

10:22 | Lien permanent | Commentaires (14) | |  Facebook | | |

Commentaires

Très bon commentaire

Écrit par : Bertrand Buchs | 17/02/2014

Etrange conclusion: il me semble qu'il suffisait d'expliquer aux Français quelques principes de la démocratie suisse, tel que le droit d'initiative, et les conséquences qu'auraient chez un un vote sur la même question. Les sondages indiquent que leur score serait probablement encore plus tranché que le nôtre.
Tout se ramène donc à une forme de gouvernement du pays, le nôtre donnant plus de droits au peuple que le leur. Eventuellement leur rappeler aussi qu'en cas de vote sur l'UE, le même schéma aurait certainement prévalu.

Écrit par : Mère-Grand | 17/02/2014

La réécoute n'a pas fonctionné pour moi et je ne comprends pas pourquoi

Écrit par : Zita Burgy | 17/02/2014

Désolé chère Zita. Mais je viens de remettre en marche le lien audio de France-Info. Et ça fonctionne. Peut-être un problème de puissance de votre PC? Ou alors de ligne et de hi-fi? Espérons en la résolution prochaine de votre problème. Bien à vous. jnc

Écrit par : Cuenod | 17/02/2014

En conclusion de cet entretien "xénophobie" ambiante:

Dans les permanences de soutien (complémentaires aux ORP) aux demandeurs d'emploi, en temps de crise du chômage, région lausannoise et environs (1993/ quelques années suivantes) le langage était dénoncé "blochérien". Un Suisse à un autre Suisse: "tu cherches un emploi, tu veux avoir une chance? Une seule solution, commencer par te faire passer pour un étranger (allusion, également, à changer de couleur de peau) En fin de crise, les personnes concernées, retrouvant des emplois, le langage de blochérien qu'il était se "retraneutralisa"! En tant que grands voyageurs les Suisses, ce, depuis très longtemps, sont ouverts aux étrangers (bien évidemment en Suisse comme partout ailleurs il y aura toujours lesdits "irréductibles"). Très appréciables et léitimes précisions de Jean-Noël Cuénod en début d'entretien, Suisse du Grand Large, d'une part, Suisse du territoire, de l'autre. Merci à lui.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/02/2014

Dans toute cette histoire j'aimerais que l'on m'explique comment le fait que les contribuables des pays pauvres forment des spécialistes, des universitaires qui, au lieu de contribuer à la prospérité de leur pays, par leurs connaissances, vont enrichir des pays riches et que ce processus est...de gauche ???
Bien sûr on me dira: il n'y a pas de travail dans ces pays....Ah oui, mais voyez-vous, le travail ça se travaille. En clair ce sont justement des entrepreneurs, des gens formés qui sont capables de créer des emplois et non les fonctionnaires de l'UE.

Écrit par : Christian Favre | 17/02/2014

Jean-Noël Cuenod vous résumez très bien la situation, c'est un vote contre l'Europe avant tout, ou d'une méfiance à celle-ci.

Y voir une xénophobie c'est avoir une vision plutôt déformée.

Cette Europe n'est pas celle des Nations et des peuples. Olivier Delamarche chef d'entreprise et économiste averti, résume parfaitement en quelques minutes, l'échec de cette Europe.

Si des peuples fuient leur pays, la raison est à chercher dans le montage de cette entité et dans la très mauvaise gestion de chaque pays.

http://www.youtube.com/watch?v=2LxCFjf2tQ0

Écrit par : Pierre NOËL | 17/02/2014

Des commentaires présents je note plus particulièrement l'allusion de Christian Favre aux universitaires qui, au lieu de contribuer à la prospérité de leur pays vont enrichir les pays riches, ce, de par un processus qui est de... gauche! et de Pierre Noël, cette "Europe qui n'est pas celle des Nations et des peuples (...) d'où son échec" mais, il y a quelques jours, à la télévision, interviewé par Darius Rochebin: en contemplant le visage de José Manuel Barroso... je ne cacherai pas que, du côté de l'UE, en privé et pour soi, côté finances, également, l'"échec" n'est pas forcément pour tout le monde!
Dire que le visage, l'expression des traits du visage de Barroso (pas question de "beauté ou de "laideur", de "jeunesse" ou d'"âge plus avancé")! évoque ce "Grand Large" évoqué par Monsieur le Plouc, au MICRO EUROPEEN... Comment, après l'inteview de Barroso ne pas fermer les yeux en évoquant au loin d'autres terres... sans passage de l'homme (Jean Rostand) planètes "saines"...

Écrit par : Solange | 18/02/2014

ESPAGNE
Madrid veut de l'argent européen pour enrayer l'afflux de clandestins

http://www.courrierinternational.com/

Simplement pour signaler qu'entre cette immigration et celle de la Suisse la différence est énorme. Regardons et jugeons en fonction des comportements et non au travers des bonnes intentions affichées.

Écrit par : Pierre NOËL | 18/02/2014

Pourquoi pas une nouvelle initiative populaire sur la suppression de l'Armée Suisse? Parce que franchement une armée opérationnelle seulement aux heures de bureau (et encore, pas pendant la pause déjeuner!) je ne suis pas sûre que ça mérite tant de dépenses.
Et quand on ne veut pas d'étrangers, ça la fiche un peu mai de leur demander de nous protéger contre des pirates de l'air parce que c'est l'heure de la sieste ou du petit déjeuner!

Écrit par : Cara | 18/02/2014

Pourquoi ne pas s'attarder un instant à la situation de ceux que l'on place sous le boisseau: pas de place pour eux dans les Courriers de lecteurs tant lorsqu'il s'gissait, par l'acceptation de l'initiative sur les minarets, d'ENVOYER UN SIGNE FORT A L'ISLAM DU STATUT DES FEMMES ET DE LA CHARIA, puis, par l'acceptation de l'initiative de régulation des migrations comme SIGNE FORT ENVOYE, CETTE FOIS, A L'UE. Or, à vous entendre, Plouc, aucune trace de cette part de population. Seuls, chez nous, en Romndie, acceptent l'initiatice gens pas de Grand Large, salariés tremblants pour leurs emplois et/ou salaires! Cette part de populaton, tenue sous le boisseau, encoe une fois, Plouc ami, pas forcément installée dans la précarité ou la xénophobie, Plouc, ne la méconnaissez-vous pas peu ou prou?

Écrit par : Dekoriacis | 18/02/2014

Monsieur Cuénod, votre explication n'est qu'un "copier-coller" de celles données par les milieux politiques qui ont voulu expliquer leur échec. La Suisse industrielle contre la Suisse profonde. C'est un peu maigre ne trouvez-vous pas ?
Car ne croyez-vous pas que l'initiative contre une immigration massive ne soit réellement qu'une partie d'un sentiment antieuropéen général ?

Dans un grande partie de l'UE (du moins dans ses pays fondateurs) la montée de l'euroscepticisme montre bien qu'il y a un problème. Et ce sentiment se retrouve dans toutes les tranches (politiques, industrielles ou profondes) des populations. Sauf peut-être dans la grande industrie qui trouve de la main d'œuvre bon marché et un moyen d'exercer une pression sur les salaires.

La soumission aux dictats technocratiques et rigides de Bruxelles, à une uniformisation générale qui ne tient pas compte des particularités locales, commence à énerver beaucoup de monde et pas uniquement en Suisse. Ni uniquement au sein des partis dits "populistes".
L'Angleterre, la Hollande, l'Allemagne commencent à ruer dans les brancards. François Fillon est lui-même favorable à un contrôle de l'immigration.

A titre d'exemple, je suis tombé sur un site français "Vous cherchez un emploi en Suisse ? Alors contactez-nous". Mais je n'ai trouvé aucun site proposant un emploi dans l'UE ni à fortiori en Roumanie, en Bulgarie, ou en Croatie. Bizarre bizarre !
Je me suis connecté à ce site. Il regroupe plusieurs chasseurs de tête qui cherchent des cadres français et européens pour des niveaux de salaires de 100.000CHF/an jusqu'à 500.000+. Ce sont des postes en Suisse pour lesquels nos propres cadres ne trouvent pas d'emploi (pression sur les salaires oblige).
Alors expliquez-moi où se trouve la Suisse industrielle et la Suisse profonde ?

Écrit par : Lambert | 18/02/2014

Cara vous évoquez un problème Suisse, très grave mais qui m'a bien fait rire. Que les Suisses n'achètent pas le rafale n'est pas le problème, il faut être Français en cdi pour piloter cet engin ultra perfectionné. Mais que la Suisse achète des coucous à plusieurs millions de francs pour promener quelques pilotes fonctionnarisés, uniquement pour montrer aux petits Suisses que l'armée est là pour les protéger, c'est un scandaaaaale!

Notre rafale a accompagné l'avion détourné, je ne mangerai plus de petits suisses de la même façon 24 h/ 24 !

Écrit par : Pierre NOËL | 18/02/2014

A titre d'exemple, je suis tombé sur un site français "Vous cherchez un emploi en Suisse ? Alors contactez-nous". Mais je n'ai trouvé aucun site proposant un emploi dans l'UE ni à fortiori en Roumanie, en Bulgarie, ou en Croatie. Bizarre bizarre !

Écrit par : tai uc browser mien phi | 19/02/2014

Les commentaires sont fermés.