14/02/2014

Herr Blocher, vous avez raison, Le Plouc n’est pas un vrai Suisse

Herr Blocher, ainsi les Romands ont eu le mauvais goût de ne pas approuver  votre initiative contre les immigrés. Ces Suisses qui ont l’insigne malheur de ne point gazouiller dans votre mélodieux idiome et se contentent de la langue de Rousseau pour s’exprimer sont donc affligés, selon vos propres («propres» ne seraient pas le mot propre, mais passons) déclarations, «d’une conscience nationale plus faible».  

 

Le Plouc étant un concentré de Vaudois et de Genevois, il ne peut que se sentir visé. Et au fond, Herr Blocher, tout au fond, bien au fond, vous avez raison. Votre Suisse n’est point celle du Plouc.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle d’Henri Dunant, révolté par la boucherie de Solférino et transformant son indignation pour créer la Croix-Rouge.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle du général Dufour, évitant à notre pays le bain de sang d’une longue guerre civile.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Ramuz, faisant sentir le vent de nos montagnes bien mieux qu’un tableau de votre Anker.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Chappaz, se révoltant contre les «Maquereaux des cimes blanches».

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Stéphane Eicher, chantant de par le monde des paroles en français, italien, anglais, allemand, bärndütsch.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Johann Heinrich Pestalozzi, ouvrant aux enfants de pauvres la porte du savoir.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Blaise Cendrars, traversant les frontières par la grâce de la poésie.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Mario Botta, créant sur toute la planète la beauté des formes architecturales.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle de Paul Grüninger, commandant de la police saint-galloise, sauvant des centaines de juifs entre 1938 et 1939, malgré les lois que vos semblables avaient édictées.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle d’Elisabeth Eidenbenz, tirant des griffes nazies plus de 600 enfants juifs et roms.

 

  • La Suisse, notre Suisse, et non la vôtre, est celle d’Ella Maillart, découvrant des horizons toujours nouveaux malgré les périls.

 

Voilà, Herr Blocher, la Suisse du Plouc. Il vous laisse celle que vous avez conservée dans le formol.

Jean-Noël Cuénod

 

17:54 | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : udc, immigration, blocher, suisse, romands | |  Facebook | | |

Commentaires

Bien envoye, cher Plouc

Écrit par : Zita Burgy | 14/02/2014

D'accord avec vous Jean-Noël, mais on peut tout à la fois aimer Ramuz et Anker, ce n'est pas incompatible ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 14/02/2014

Tous vos exemples datent d'au moins 70 ans pour les plus récents. La Romandie a changé depuis. Vous vivez dans le passé, Blocher parle de maintenant.

Écrit par : norbertmaendly | 15/02/2014

Bon....mais n'oubliez jamais que si vous êtes Suisse c'est avant tout parce que des paysans schwyzois se sont battus avec d'autres pour leur liberté. Point.
Je souligne cela parce qu'il semble qu'aujourd'hui on s'imagine que si on est suisse, en Suisse romande, ce serait grâce aux Français et à Napoléon, en confondant le fait que c'est effectivement grâce finalement à la Révolution que les cantons devinrent égaux en droit.
On oublie aussi après tout, qu'une bonne partie de la France s'est réalisée grâce à la défaite de Charles le Téméraire, défaite dont les Suisses du moment (je précise pour Philippe Souaille)furent les principaux acteurs.

"Pestalozzi, ouvrant aux enfants de pauvres..." oui mais d'abord Pestalozzi a recueilli les orphelins de Stans

Finalement je n'aime pas votre énumération, ni la déclaration de Blocher, tendant à diviser plutôt qu'a unir.

Écrit par : Christian Favre | 15/02/2014

Monsieur Jean-Noël Cuenod et Cher Plouc,

D'un côté, vous vous gaussez de Blocher parce qu'il ne considère pas tous les Suisses comme en étant de "vrais"... Très bien ! Et, de l'autre, dans votre élan d'humeur, vous dites certaines choses qui sont de même essence. Des choses qui ne sont «pas triotique», elles non plus.
N'êtes vous pas d'accord, ajoutez une graduation à la suissitude, n’est-ce pas aller dans la même fausse direction qu'un Blocher ? (
Jean d'Hôtaux mentionne également le fait de manière différente.

Ramuz meilleur Suisse qu'Anker?... Ou Anker, bouc émissaire*?

Même dans sa tomnbe, le peintre n'appartient qu'à lui et son oeuvre aussi! Lui n’est pas propriété du tribun UDC et son oeuvre pas plus. Le fait que l'un possède une série de toiles de l'autre n’en fait heureusement pas "la chose" du premier.
Il s'agirait là du "bond en arrière" qu’un certain Rédac-Chef de "La Cité" mentionne dans son édito (No 1 nouvelle formule). Un hebdomadaire que je conseille d'ailleurs vivement de lire, contrairement à l'autre. Oui, cet autre qu'il est même conseillé de ne plus feuilleter afin de découvrir les crobars de Mix et Remix... Malheur! Il n'y en a plus!

0u alors, moi qui suis "propriétaire" de certains de vos livres (du contenant et non pas du contenu, même différence qu'entre toile et oeuvre) de certains de vos livres et d’un tirage de l'édito mentionné ci-dessus, je serais dons aussi propriétaire du Plouc... Qu'en ferais-je?

Et puis, pour terminer, je remarque que vous trimballer une certaine frustration. Celle de ne point gazouiller dans le mélodieux idiome d'outre Sarine!... Alors, par dépit, vous vous en gausser!

"Du, Pluck!... Rasch tue wii d'wetsch! Schwitzer-Dütsch isch aber e richtigi Sproch und, dezue, sötsch wösse dass me immer e so spräche söe wii dr Schnabou gwachse isch!"
(Sans aucune garantie orthographique)

Traduction:
Du Pluck! Du kannst tun wie du willst! Schweizer-Deutch ist aber eine rischtige Sprache und, dazu, du solltest wissen dass man immer so sprechen soll wie der Schnabel gewachsen ist!

* Vous dénoncez également le recours aux boucs émissaires dans votre édito. Il est vrai qu’il est plus facile d’écrire dans l'absolu que dans le réel. Il plus aisé de sortir "Anker" que d'entrer "en guerre" contre TOUS les a priori.

Avec mes respectueuses salutations et un bon week-end

JCB alias Père Siffleur

Écrit par : Père Siffleur | 15/02/2014

Oui à la saute d'humeur de notre ami Plouc. Mille fois, oui.

Mais il n'en demeure pas moins l'énigme suivante: comment, après tant de récriminations, "requérants qui viennent tout salir et fiche en l'air chez nous, nous prendre nos emplois, etc. Un homme, région lausannoise, il y a un an, à un autre, avec hargne: "Veux-tu que "ces gens" (migrants) fassent de toi ce que sont les Palestiniens ("natifs" de Palestine) aux juifs anciennement réfugiès (Israël, les sionistes)?! Comment, après avoir entendu tout ce que nous savons bien comprendre le non des Romands à l'initiative? Nous expliqueraient-ils, ces opposants que, l'initiative ils l'auraient acceptée s'ils n'avaient pas redouté Bruxelles? en ce cas, le problème n'est-il pas "Bruxelles"! ses diktats, son indifférence... par le Plouc lui-même, en un précédent Editorial mentionnée?!

Écrit par : Dekoriacis | 15/02/2014

A nouveau, la Suisse ne parle plus que de "Blocher", ça me rappel les années 90 où il n'y pas une seule couverture sans la photo du facho, qui est le vrai responsable de son ascension ? Lui même avec son fric notamment obtenu grâce à des ventes de composants chimiques ayant nettoyés le Kurdistan irakiens et certainement des quartiers de l'Est de Damas, ou la persévérance, l'assiduité des "journalistes" romands ?

Allons nous revivre à nouveau comme le firent les syriens, avec des "Blocher" à chaque ligne comme c'était le cas pour assad avant le début de la tuerie ?

Écrit par : Corto | 15/02/2014

Plouc, vous avez oublié la collection d'Hodler du tribun raciste !

Écrit par : Corto | 15/02/2014

Simple question technique au sujet des votations sur l'initiative UDC: aucun risque de fausse calculation du nombre des bulletins de vote?

Écrit par : Alix | 15/02/2014

Alix, il faut voir certains bureaux de vote et leurs responsables pour comprendre, en Suisse des milliers de tricheries ont été signalées et prouvées, sans aucun effet !

Cette affaire est manipulée par les banques, si les banques embauchaient encore des frontaliers qui fuient avec les données, les résultats de ce vote auraient été différents, ça c'est garanti sur facture !

Écrit par : Corto | 15/02/2014

Merci pour cet article, avec des journées pourries comme aujourd'hui, ton blog m'a bien occupé :-)

Écrit par : comparateur assurance auto | 15/02/2014

Les commentaires sont fermés.