13/02/2014

Après l’initiative UDC: Fier ou honteux d’être Suisse? A sotte question… (Les Jeudis du Plouc)

 

 

sculpture-sur-les-quais-de-montreux-1879350604-1676148.jpg

Après la votation du 9 février contre l’immigration, maints acteurs politiques suisses se sont partagés entre deux attitudes : bomber le jabot façon moineau dans la volière ou se flageller pour solliciter une très hypothétique mansuétude européenne. Deux attitudes aussi improductives l’une que l’autre.

 

Côté moineau, il n’y a pas de quoi gonfler son maigre plumage. L’initiative que l’UDC a réussi à faire approuver d’un souffle, place la Suisse dans la pire des positions. Claquer la porte au nez de nos clients européens n’est certainement pas faire preuve de l’intelligence la plus pénétrante.

 

Côté flagellant, il n’y a pas de quoi exhiber sa honte devant les Européens. Si la question avait été posée par exemple en France, ce ne serait pas à 50,3% que l’initiative aurait été approuvée, mais à un taux nettement plus élevé.

L’europhobie est un sentiment largement partagé au sein de l’Union et les responsables de cette situation se trouvent aussi à la tête de cette technobureaucratie bruxelloise qui se soucie des peuples comme de son premier tampon. Peuples qui sont en train de se rappeler à son mauvais souvenir. Les partis europhobes risquent fort de faire un malheur, dans tous les sens du terme, lors des élections au Parlement européen des 22 au 25 mai prochain. Ils ne proposent rien qui puisse régler les problèmes sociaux et politiques du continent, mais offrent aux électeurs européens l’occasion de crier leur colère. Crier fait du bien sur le moment. Toutefois, après le cri, il est fréquent que l’on se mette à tousser.

 

Il est donc absurde de se sentir fier ou honteux d’être Suisse ­– avant ou après ­le 9 février 2014–, comme il est stupide de se vanter d’être né quelque part. Qu’y pouvons-nous, si le destin, Dieu ou le hasard (choisissez la formule qui vous sied) nous a fait voir le jour à Carouge plutôt qu’à Bombay, à Pontault-Combault plutôt qu’à Goumoëns-le-Jux ou à Kuala-Lumpur ? Nous pouvons être fiers de ce que nous faisons, voire de ce que nous sommes devenus. Mais chanter nos propres louanges parce que notre passeport est suisse, français ou guatémaltèque, c’est faire aveu que nous ne valons que par notre appartenance et non par notre mérite.

 

Au cours de ces prochains mois, il sera temps de tirer les leçons politiques et économiques du vote de dimanche. A cet égard, il faudra que l’UDC paye enfin les conséquences de sa propagande nocive. Et puisque Blocher se veut si malin, qu’il négocie donc avec Bruxelles!

Mais pour l’instant, épargnons-nous d’éprouver des sentiments qui n’ont pas lieu d’être.

 

Jean-Noël Cuénod

Photo: Matthieu Gigon, in linternaute

15:30 | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : udc, immigration, xénophobie, votation, suisse | |  Facebook | | |

Commentaires

Il y a beaucoup plus de raisons à évoquer que seulement la bêtise, le racisme ou encore la xénophobie.

Une parmi d'autres ... la décroissance.

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 13/02/2014

Jean-Noël Cuénod, votre commentaire ne place-t-il pas sur le tapis le problème no 1, celui de L'Union: cette "technobureaucratie qui se soucie des peuples comme de son premier tampon (...)" Puis vous faites allusion aux "partis europhobes qui ne proposent rien qui puisse régler les problèmes sociaux et politiques du continent (...) mais "offrent aux électeurs européens l'occasion de crier leur colère"! Cette colère est-elle justifiée? La colère justifiée est saine et garantie de santé, de vigueur. Sans elle, DIALOGUE, credo de psy, aucune réconciliation, aucune mesure, issue envisageables. Les électeurs européens ont-ils de quoi être en colère? Quant au résultat de la votation fondant votre article, Jean-Noël, Daniel Fillon le trouve légitime. Comme vous le pensez, nous n'avons pas plus à pavoiser qu'à culpaviliser mais qui dira que notre démarche de ce dimanche ne déteindra pas ou n'influencera pas les autres pays en espérant une réforme, voire, une refondation de l'Union sur d'autres bases premières qu'acier ou charbon. Entente réelle, Assistance: COOPERATION entre les nations. Gains et profits à répartir AUTREMENT PLUS EQUITABLEMENT qu'on ne le fait aujourd'hui. DIKTATS DE BRUXELLES, AU DETRIMENT DES PLUS FAIBLES,SANS DEFENSE, EVACUES: IRRECEVABLES!

Écrit par : Dekoriacis | 13/02/2014

L'Europe promise par les politiciens de gauche et de droite devait amener le progrès, le bonheur et la Lune. Résultat, nous sommes spoliés par les monarchies et les financiers. Ceux-ci accompagnés de certains industriels ayant installé à l'insu de notre plein gré une multiculture islamisante et terrifiante pour notre avenir et celui de nos enfants.

Une fiscalité débile puisque pour la même Europe il peut y avoir une quarantaine de lois pour les taxes sur un paquet de cigarette!

Le Luxembourg et ses banquiers fonctionnent en mafia, ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

"La France, paradis fiscal ? Oui, mais pas comme au Luxembourg…"

13 fév 2014 | Didier Maurin | Catégorie: Article, Indices, marchés actions, stratégies "Cronique Agora"

La Goldman Seasch agit comme une pieuvre à l'identique des concepts religieux dont l'islam. Les finances islamiques sont chez nous avec la charia qui s'imposera à moyen terme.

Cette banque nous a roulé dans la farine en faisant entrer la Grèce dans l'Europe, pour ce faire elle a trafiqué les comptes avec l'aide de la chrétienté orthodoxe devenue le plus grand propriétaire d'immeubles publiques.
La dette a pu ainsi être camouflée.

D'après le New York Times, la banque américaine aurait proposé à la Grèce des outils financiers lui permettant de renflouer ses comptes tout en dissimulant les transactions. La banque aurait empoché au passage près de 300 millions de dollars.

Le Figaro Publié le 15/02/2010 à 12:35

""Un nouveau scandale pour Goldman Sachs ? Après avoir été accusée de la faillite de l'assureur AIG, la banque américaine est montrée du doigt par la presse américaine qui lui reproche d'avoir joué un rôle majeur dans la crise que connaît la Grèce au sujet de sa dette. Le New York Times publie dans son édition ce lundi des informations mettant directement en cause l'établissement financier. Sur la base de témoignages de banquiers anonymes....""

"Le Contrarien Matin" (contact@lecontrarien.com)

"L’Europe est une dictature que nous devons combattre et dénoncer sans relâche !"

"J’aime l’idée d’Europe. Je ne souhaite pas la guerre avec nos voisins européens mais je constate car, c’est un fait, que notre Europe vend les peuples et les plonge dans la misère avec le consentement actif et passif de l’ensemble des classes dirigeantes dans chaque pays.

L’Europe leur permet en réalité, en passant par un échelon supranational, de dépasser la démocratie nationale. « Ce n’est pas nous, c’est l’Europe » et c’est ainsi qu’en toute opacité nos politiciens nous ont volé notre liberté et notre capacité citoyenne à peser sur les décisions qui impactent notre quotidien.

Cette Europe est la négation même de la liberté et de la démocratie, elle porte en elle, génétiquement, tous les attributs pour être l’un des régimes les plus totalitaires et les plus efficaces jamais conçu.

Lorsque la vice-présidente de cette Europe m’explique le plus sérieusement du monde que je suis trop con pour avoir une opinion différente d’elle, alors je n’ai envie que d’une chose, lui hurler de toutes mes forces : « Vive la France !! »

--La volonté des peuples n'est pas due au hasard ou à je ne sais quel divinité. La greffe des croyances, infligée aux enfants dès la naissance est faite pour obéir au roi et lui donner son énergie qu'elle qu'en soit la forme, rien de plus.

--Imaginez un monde sans religions, fonctionnant avec des règles simples mais strictes issues de notre fabuleuse histoire, ce serait le paradis -ici- sur terre.

Il faut faire la différence entre un immigré en conquête, non qualifié voulant imposer ses mœurs et son concept soi-disant religieux et l'immigré qualifié voulant évoluer et gagner sa vie sans imposer la merde qu'il a dans le cerveau, là ou paraît-il dieu serait logé...avant, c'était risible.

La Suisse provoque un débat mondial, c'est plutôt sain pour la Liberté. Anticiper plutôt que subir, c'est aussi une règle pour la Liberté, n'oublions jamais Hitler et ses croyances nazies, Staline, Mao et bien d'autres. Il ont toujours des adeptes, même sur les blogs.

Satan....

Écrit par : Pierre NOËL | 13/02/2014

Connaissant la Suisse et surtout les suisses, ce pays adhérera à l'UE le jour où ce dernier sera aboli par les actuels membres !

Écrit par : Corto | 13/02/2014

Je ne sais pas quel crédit est encore accordé en France à Michel Roccard, mais j'ai été ébranlé par l'assurance avec laquelle il prédisait la fin de l'UE dans un récente interview. Du moins de l'Europe telle qu'elle fonctionne actuellement.

Écrit par : Mère-Grand | 13/02/2014

"Et puisque Blocher se veut si malin, qu’il négocie donc avec Bruxelles!"

A condition qu'il soit Conseiller Fédéral. Qui démissionne pour lui laisser sa place?

Autrement ce n'est pas malin comme remarque.


"Une parmi d'autres ... la décroissance."

Ma motivation d'avoir voté oui.
Et n'assistons-nous pas à une révolte des gueux face à cette nouvelle aristocratie qui tourne en vase clos et se contrefiche du bas peuple, tous partis confondus?

Quant à ses gens de bruxelles, ils n'ont aucune légitimité. Ils sont une forme de dictature. Ils ne veulent pas discuter, ils veulent imposer. Au mépris des peuples.

L'Union Etrangère n'a pas empêché la guerre, elle l'a attisée en Yougoslavie et elle recommence en Ukraine. Sans parler de la Syrie. Mais bon, quand on est raciste, on estime que la Syrie n'est pas en Europe et du moment que ce sont des bougnoules, tout faire pour qu'ils s'entretuent en armant les insurgés. L'union étrangère se comporte comme un empire.

Les peuples européens sont muselés. Lors des élections, c'est le choix entre la peste et le choléra. Et rien ne change.

Écrit par : Johann | 13/02/2014

Vous avez viré Blocher du conseil fédéral et maintenant que le peuple a voté l'initiative UDC vous voulez l'envoyer négocier. C'est pitoyable! Il fallait l'écouter quand il y était.

Écrit par : norbertmaendly | 14/02/2014

J'ajoute un point essentiel en complément de mon petit commentaire, au sujet d'une Europe fédérale. Le piège est tendu pour les non initiés et les scribouillards. Actuellement, nous assistons à la destruction progressive d'une Europe des états au profit d'une Europe des régions.

Détruire les états, c'est le but de la Goldman (Mario Draghi ancien de la Goldman devenu par enchantement Président à la BCE entre autres) et des autres banques dont celles des USA. L'avantage est de faire disparaître les systèmes sociaux et démocratiques nés de la révolution et des révoltes de nos ancêtres. Un autre avantage pour eux, un alignement des salaires au plus bas par la libre circulation. (Pologne et autres)

Détruire les états ou les rendre inoffensifs au travers de fonctionnaires et des politiciens inféodés aux obscurantismes religieux de toutes les couleurs, agissant sous l’œil des banquiers et des monarchies avec une politique, ou chaque région, ferait la mayonnaise du souverain.

L'Europe fédérale des états avec une seule politique était possible. Le concept a disparu grâce aux financiers (et certaines grandes banques) pour faire une Europe des régions. L'Europe ne sera jamais la Suisse pour mille raisons, et vis et versa. La Bulgarie et la Roumanie (comme la Grèce) n'auraient jamais dû entrer dans l'Europe. La Turquie devenue très dangereuse avec l'islam ne doit jamais entrer dans cette Europe désastreuse, afin de ne pas faire entrer le loup dans la bergerie.

Les USA et leurs banquiers sont pour. Lorsque l'on a perçu le manège qui se trame au travers des discussions, "de libre échange" (se faisant soit dit en passant, en dessous de table) il est plus facile de comprendre. Les mensonges des USA ne datent pas de l'ère Obama pour dominer le monde, dont l'Europe fait partie. Obama continue sur le chemin de ses prédécesseurs, les Clinton en faisaient partie.

"Prions dieu pour l'Amérique" c'est le slogan de chaque Président. Pour les zôtres inutile, -on- (le dieu USA)s'occupe de vous.....comme en Irak, en Afghanistan et ailleurs.

Écrit par : Pierre NOËL | 14/02/2014

Jusque Pierre, à nouveau en lacune de connaissance vient mêler le rôle d'une banque dans les égarement de cette Europe corrompue jusqu'à la moelle, bien sure que Goldman-Sachs a prêté des centaines de milliards à différents pays avec la garantie de l'UE, ce marché était ouvert à toutes les banques, c'était un marché "public" d'échelonnement de dettes, la seule proposition retenue par les technocrates et députés européens était en majorité celle de Goldman-Sachs, Pierre ne va pas refaire le coup de 1939 où les avoirs de Goldman avaient été confisqués (pillés) par le führer , ce qui au demeurant ne semble pas vraiment déranger aucun député européen ni la chancelière allemande !

Au fait savez-vous sur quels comptes les aides européennes ont été versées directement ?

En ce qui concerne la Grèce, 2/3 des montants, soit 200 milliards d'euros ont été directement transférés sur des comptes à numéros en Suisse et à Chypre !

C'est pas Corto qui le dit, c'est le FMI !!

Écrit par : Corto | 14/02/2014

Pierre NOEL, à ceux qui disent à propos de l'initiative pour réguler l'immigration qu' il faut revoter (en laissant entendre que le oui remporté à faible majorité, mais indiscutable causera à jamais la ruine de la Suisse), Pierre NOEL, à ces personnes, que diriez-vous?

Écrit par : Alix | 14/02/2014

Alix, la Suisse a voté d'une part contre la mondialisation des revenus à bas coût, alors que le pays est sur le scénario gagnant: "ce qui est cher n'est pas toujours de qualité, mais la qualité se vend toujours plus chère"

L'Allemagne ou d'autres pays ont également cette vision. Par contre les polonais, les roumains, les bulgares, les portugais, les grecs etc, fuient leurs pays aux mentalités de salariés et au manque d'entrepreneurs.

Nous sommes dans l'Europe des dupes et des banquiers mais aussi des industriels à bas coût, les arguments des "europathes" ne tiennent pas la route. Une partie de la Suisse voit le danger de cette Europe s'islamisant à outrance justement pour faire baisser les coûts et faire effondrer le système social. La planète des marchés est devenue trop petite.

Pourquoi a-t-on construits des grands ensembles d'immeubles proches des grandes usines de production comme l'automobile par exemple. Pourquoi -a-ton voulu repeupler certaines campagnes de France en particulier, là ou il y a des usines et des vignerons et des betteraviers?

Il y a des europathes en Suisse, quels arguments ont-ils vu de Genève, ou de Zurich ?

La Suisse en Europe c'est donner de la confiture aux cochons.

L'islamisation va réduire les Libertés et les salaires, comme c'est le cas en France et ailleurs en Europe; car il ne faut plus critiquer, stigmatiser -l'islam ou les -islamistes (musulmans au repos) La chrétienté se félicite d'ailleurs de ces lois n'étant ni plus ni moins que l'interdiction du blasphème et l'autorisation du mensonge afin de mieux tondre les croyants et les autres.

Ce faisant, je n'ai aucun conseil à donner aux Suisses, il suffit qu'ils s'informent de la réalité de cette Europe dont on ne veut plus en France.

Écrit par : Pierre NOËL | 16/02/2014

Pierre NOEL, il a été annoncé par une conseillère fédérale qu'invités à voter les Suisses refuseront d'entrer dans l'UE... Donc comme nous entrerons dans l'Europe, a-t-elle précisé, nous y entrerons "de façon biaisée"! Comment rapidement, activement, dans l'urgence (non dans mille ans, pas question ici de contes de fées), donner l'idée aux pays membres de l'UE d'une indispensable autre UE fondée sur d'autres valeurs qu'uniquement celles des gains et "profits aux profits des plus nantis"! au détriment des plus démunis et classes que l'on dit moyennes, celles qui vont non s'enrichissant mais, de jour en jour, s'appauvrissant: comment réveiller, comment secouer les gens?! Sans "catastrophisme", je vous l'affirme, "demain" ne sera-t-il pas trop tard?

Écrit par : Alix | 17/02/2014

Alix, il suffit de regarder l'histoire les révoltes, les conflits se sont développés lorsque les peuples n'étaient plus considérés mais aussi lorsque les Libertés étaient restreintes.

Le cas de la Suisse est particulier par sont statut et sont concept de démocratie direct.

Cette Europe n'a pas bonne presse pour les raisons déjà évoquées. La politique d'immigration en France et en Europe est préjudiciable incontestablement, à tous niveaux; mais nos élites préfèrent collaborer pour des raisons mercantiles. Notre politique énergétique est mauvaise, elle n'anticipe en rien le pic final des énergies fossiles.

Enfin, la crise fait des ravages, les gens ont peur de l'avenir. La fin du monde industriel n'a pas été anticipée, on fabrique des salariés en masse mais pas assez de techniciens hyper qualifiés, pas assez d'entrepreneur avec le mental allant avec etc.

La Suisse est le coffre-fort de bon nombre de pays et d'organisations religieuses ou politico-religieuse je doute qu'elle puisse entrer dans cette eurabie foutoire sans y laisser des plumes.

Les politiciens ont la science infuse, ils sont comme les trois singes d'Afrique, mais cette fois ils ont tord. Plus on attend, plus la réalité sera difficile à vivre et là?????

Écrit par : Pierre NOËL | 17/02/2014

Les commentaires sont fermés.