01/02/2014

T’ATTENDRE

 

vide.jpg

 

Palissade bleue longue rue

T’attendre

Dans la danse des poussières

Trottoir

Vieux ciel à l’envers

Tordu

Et constellé de crachats

Une ombre

Animale a-t-elle surgit

Vraiment ?

L’air une seconde a frémi

Un songe

Oublié qui passait par là

Sans doute

Voulait-il rencontrer une âme

Perdue

Comme lui dans les méandres

Du temps ?

Vaine quête dans le brouillard

Rien

Ne s’est passé dans la rue vide

T’attendre

Jean-Noël Cuénod 


Livres de poésie de l'auteur disponibles dans les librairies Payot ou auprès de l'éditeur Samizdat (Denise Mützenberg, 8 chemin François-Lehmann - 1218 Grand Saconnex):

 

- Circonstances

 

- Le Goût du Temps (Prix Festival Rilke 2012)

 

Disponibles sur les sites FNAC, Amazon,

 

 - Matriarche (Editions Editinter Paris)

 

- Liens (Editions Editinter Paris)

 

- Amour Dissident (Editions Editinter Paris. Coécrit avec Christine Zwingmann - Médaille du Sénat).

 

16:34 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Etranger
M'a-t-on dit
Vas t'en
Sans attendre

Il fallait "T'attendre"
Longtemps
Pour lire
Entendre
Et sentir
Au fond de moi,
Cette brûlure
De ce mur
Dur que j'ai longé
Pour arriver
Ici
d'Où
Je dois
Repartir
Sans attendre
Parce que
Personne
n'était là
Pour
M'attendre...
Au revoir
Sur ce sujet
Je ne veux pas m'étendre...

Merci pour ton magnifique poème qui a réveillé en moi les douleurs de l'exil...

Écrit par : Ouardiri Hafid | 01/02/2014

"L'air une seconde a frémi
Un songe
Oublié qui passait par là
Sans doute...

Un songe
de nuit, d'été

Sans doute
ou du mois d'août

Filles, "putains"!
Si acceptez

"Salopes"!
Si refusez...

Un songe, un rêve
à ne pas froisser

Compagnons du guet
qui
si tard passaz

Méditez!

Écrit par : Solange | 02/02/2014

Attendre est aussi entendre, tendre l'oreille, voire sans le vouloir, hélas!
Entendu hier soir exceptionnellement critiquer quelqu'un d'absent
Lâcheté de celui qui pouvait rétablir la vérité:

un amoureux des flocons de neige qui semblent avoir déserté son territoire

Aurait-il fâché la Dame des neiges qui, par la grâce d'un ou deux flocons de neige, lui envoyait (tant que possible) simples bisous réparateurs au coin de l'oeil?

Coeur brisé
Vaee éclaté


Tessons...

Allons, ma Mie, certes, Allons! mais non en chansons

S'il rend les hommes aussi fats, miteux...

Ne me parlez plus d'Amour, jamais

Écrit par : Solange | 02/02/2014

Les commentaires sont fermés.