12/01/2014

Ariel Sharon, d’une nuit à l’autre

312413-pas-de-trou-noir-a-l-horizon.jpg


Sauveur de la patrie israélienne ? Criminel de guerre ? A chacun son Ariel Sharon. Un homme est mort, avec ses verses et controverses. L’histoire jugera, sans doute. Mais elle est un magistrat qui change ses verdicts au fil du temps. Alors, laissons le silence ouvrir le chemin à cette âme qui s’en va comme des millions d’autres au même moment.

 

C’est moins la vie de ce combattant, pour le pire et le meilleur, qui nous interpelle aujourd’hui que son entre-vie-et-mort, long de huit années. Peu importe les raisons qui ont poussé familles et médecins à prolonger ce coma. A notre place, nous ne pouvons que les ignorer. Les progrès éblouissants de la pratique médicale place l’humain devant des énigmes d’un type radicalement nouveau. Pour les résoudre, les expériences passées ne nous servent à rien. Naguère encore, il y avait un moment-clé précis où la vie se terminait et la mort commençait son ouvrage de destruction-reconstruction. Il n’appartenait à aucun humain de le déterminer. Aujourd’hui, nous pouvons jouer les prolongations. Mais pour quel match ? Qui donnera le coup de sifflet final ? Et quelle responsabilité ! Car il n’est pas facile à l’humain de se prendre pour Dieu.

 

Durant ces huit ans, quelle fut la vie intérieure d’Ariel Sharon ? L’an passé, il a été transporté à l’Hôpital Soroka de Beer-Sheva pour y passer une batterie de tests. Un examen IRM avait montré, selon le communiqué officiel, « une activité cérébrale significative, ce qui témoigne d’une mise en œuvre de l’information sensorielle ». En revanche, les médecins ignoraient si Sharon était ou non conscient de se passait autour de lui. 

 

A-t-il souffert, plus ou moins confusément, d’être ainsi enfermé dans cet entre-deux avec l’incapacité de rejoindre les siens ou de partir vers un autre rivage de nous inconnu ? Le saurons-nous un jour ?

 En tout cas, si souffrance il y a eu, elle reste indicible, dans tous les sens du terme. Indicible parce qu’il est impossible de la décrire. Indicible par son caractère rendu d’autant plus douloureux que celui qui l’éprouve ne peut, justement, pas la dire.

 

L’humain est assez avancé pour reculer l’heure de la mort. Mais il reste ignorant de ce qui fait le grand mystère de la vie qui va et qui vient. Les mortels feraient mieux de ne pas oublier qu’ils le sont, mortels, et de s’abstenir de prolonger des instants qui, dans cette dimension qui est la nôtre, ne seront jamais éternels.

 

Jean-Noël Cuénod

Photo Max Brice-CERN

11:46 | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : israël, coma, mourir, sharon, ariel | |  Facebook | | |

Commentaires

En 1980, mon mari et moi au chevet de notre fille maintenue en coma artificiel qui ne dura heureusement que du mardi au dimanche d'une seule semaine, nous demandâmes au médecin de garde si elle souffrait. A cette question, répondit-elle, il nous est impossible de répondre...

Merci, Jean-Noël Cuénod, pour ce vibrant article. Puisse-t-il susciter, inspirer des débats "actifs"!

Du côté TV, nous entendions annnoncer que la santé de Sharon dans le coma artificiel depuis environ huit ans s'était "subitement" dégradée: qui dit mieux?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 12/01/2014

Criminel de guerre ??

Vous parlez de Sabra et Shatilah ?

Je vous rappel que les massacreurs de ces deux camps étaient tous chrétiens, phalangistes libanais !

Il n'y avait aucun israélien sur les lieux des massacres !

Que les phalangistes aient attendus que Tsahal réplique aux attaques de missiles lancés sur la population civile israélienne pour perpétrer les massacres de Sabra et Shatilah, pas de doute, mais allez sur wikipedia et lisez ceci :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Damour

Sans parler des autres massacres perpétrer contre chrétiens libanais par des milices "palestiniennes" financées par l'UNRWA, donc par des chrétiens européens, américains et suisses !

Les criminels sont ceux qui ont armés les milices "palestiniennes", donc les subsides de l'onu, il faut rappeler que des centaines de milliers de passeports de réfugiés "palestiniens" ont été vendus illégalement par des membres de l'UBRWA à qui voulait payé 400 $ pour ensuite toucher 250 $ par moi pendant des décennies et c'est pas finit alors qu'aucune autre population n'a touché des aides plus que 12 mois !

Écrit par : Corto | 12/01/2014

D'autre part, Jean-Noël, l'histoire a jugé !!

Sharon a été reconnu innocent dans cette affaire, ne regardant que des musulmans et des chrétiens libanais !

Par contre l'histoire ne jugera certainement jamais el assad, comme elle n'a jamais jugé polpot et tant d'autres !

Écrit par : Corto | 12/01/2014

Concernant le coma, nous avons assisté aux USA il y a peu, il me semble en 2013 a une sortie de coma profond après 30 ans !

Cependant après l'AVC de Sharon, il semblait évident que Sharon ne reviendrait pas entier de son AVC, voir pas entier du tout, les dégâts constatés par les IRM étaient formels !

Un spécialiste en neurologie avait déclaré après les premiers examens que si il ne s'était pas agi d'un premier ministre, il n'y aurait pas eu un tel acharnement, d'où la probabilité que Sharon soit resté en respiration artificielle aussi longtemps a sûrement un arrière goût de politicien !

Cependant il y a 6 mois, des signes étranges ont été remarqués, Sharon a exprimé des mouvements de lèvres et des mouvements pouvant laisser des espoirs à certains, du moins, c'est ce que la presse a peut-être quelque peu romancé, histoire de faire tourner les rotatives !

Écrit par : Corto | 12/01/2014

L'état d'Israël existe par la volonté de l'Occident. Sharon a défendu le principe de cet état et s'est battu contre les crétins continuant de vouloir la mort de ce pays et de ses habitants.

Il a été accusé à tord, sans preuves. Aujourd'hui on sait qui sont les ennemis de ce pays. Les israélienss ont raison de ne rien lâcher et de transformer le désert en jardin dont profites les arabes musulmans. C'est bien mieux que de transformer le désert en royautés islamiques ou les femmes sont esclaves des hommes et leur concept mortifère, et s'entre tuer.

"" Un diplomate israélien, a récemment fait sourire la communauté des diplomates aux Nations Unies. Le représentant d'Israël qui venait d'être appelé pour faire son discours, déclara: " je désire vous raconter une histoire à propos de Moïse. Lorsqu'il frappa le rocher et que l'eau se mit à jaillir, Moïse pensa:"Quelle belle occasion de prendre un bain!" Il se déshabilla, posa avec soin ses vêtements sur un rocher puis entra dans l'eau. Lorsqu'il en sortit, ses vêtements avaient disparu, volé par un "palestinien"....
Le représentant palestinien aux Nations Unies, estomaqué et furieux, interrompit le discours du représentant israélien et s'écria : "Que racontez-vous ? Les palestiniens n'étaient pas là à cette époque"
Le représentant israélien sourit puis dit:"Maintenant que ceci est clairement établi, je peux commencer mon intervention!"

Écrit par : Pierre NOËL | 12/01/2014

Pierre, savais-tu que depuis un ans environ 1'500 membres du hamas ont fuis via l'Egypte pour se rendre en Europe, parmi ces "immigrants" illégaux quelques uns, que même le hamas ne voulait plus garder sur son territoire, des violeurs, des assassins, enfin que l'Europe se prépare, ils ne vont pas changer !

Écrit par : Corto | 12/01/2014

Corto, non je ne peut suivre toutes les infos en ce moment. Par contre, ce qui se passe en Europe en particulier en France, va devenir dramatique, je suis allé "sur le terrain" ils nous mentent afin d'afficher un islam au miel ou à la confiture. Seules les mouches et les ignorants ne voient rien. Les islamistes tiennent la plupart des commerces pour -une seule raison. Je ne peux en dire plus.

La Suisse ne sera pas épargnée malgré ses petits z'avions, la stratégie est la même....

Tout se fait au sol.

Écrit par : Pierre NOËL | 12/01/2014

Ce que je sais sur diabledooné, c'est que ce sont de sérieuses affaires liant le hizbollah passablement dans la tourmente syrienne, ce qui a donné un léger répit à Manuel Valls, mais l'affaire courante n'est qu'une minuscule pointe de l'iceberg, les actions de ce groupe pro-iranien retire des milliards d'euros de France et d'Europe, au travers de multiples réseaux de trafiques de drogues, d'armes et de structures opérants dans le vol organisé !

Alors, comme le sous-entendent encore et encore, les "journalistes" continuent de vouloir salir Israël, notamment en alléguant que Sharon aurait été un "criminel de guerre" alors qu'en 1982 Israël se défendait contre des pluies de katioucha dans le nord du pays, comme si Sharon ou quiconque aurait pu prévoir que des chrétiens massacrés eux même 6 ans plus tôt allaient se venger contre ceux qui les avaient lâchement massacrés et sans raison !

Il faut savoir que les phalangistes chrétiens libanais avaient eux une bonne raison pour s'en prendre aux palos de Sabra et Shatilah, que ces mêmes palos avaient massacrés des chrétiens juste pour tuer, car ce sont des malades comme ceux qui actuellement s'entretuent en Syrie, en Irak et bientôt en Iran et en Turquie, pour ne pas parler de ce qu'il va se passer en Europe, continent où les médias laissent des criminels couverts d'or et de fric sale traiter Sharon de criminel, bientôt l'Europe pourra faire le même constat que celui fait actuellement en Syrie, ça ne pas un plis !

Écrit par : Corto | 12/01/2014

Sans doute, sans doute, chers amis... mais quoi des problèmes/réalités de la mort, de l'agonie, du coma artificiel, de l'euthanasie active, passive... qui, formant trame, tissaient l'article de notre ami Jean-Noël Cuénod?

Écrit par : Dekoriacis | 13/01/2014

Les problèmes actuels ne sont-ils pas la colonisation croissante des terres par ailleurs "mitées" des Palestiniens, le partage de ces terres, le problème de l'EAU/JOURDAIN flaque aujourd'hui

pratiquement parlant?!

Écrit par : Mère Antoine-Marie | 13/01/2014

Problème d'eau ? vous retardez.

Les mesures mises en place, à savoir:

-économie dans les ménages
-économie dans l'agriculture (notamment grâce au développement de technologies dans ce but)
-création d'un réseau de collecte des eaux de pluie et de bassin de rétention
-usines de dessalement de l'eau de mer

font qu'Israël consomme par tête de pipe 160 m3/an (division par 3 en 30 ans); chiffre quasi identique à celui des palestiniens (150 m3/a, multiplication par 3 en 30 ans) qui sont les arabes du Moyen-Orient les mieux approvisionnés.

Écrit par : archi-bald | 13/01/2014

archi-bald, sauf erreur, à 4 km de mon domicile, la plus grande station mondiale de désalinement des eaux de mer par osmose inversée, c'est à dire à très faible consommation énergétique, soi environ un tiers de la consommation israélienne, sans oublié l'eau pour Gaza qui est donnée en échange lance des missiles sur des civiles israéliens !

Ne pas oublié les milliards provenant des "subsides" alloués au hamas et qui sont à 90% sur des comptes privés à numéros !

Pourquoi les soi-disants palestiniens arrêteraient un business aussi juteux, puisque l'on parle de liquides !

Écrit par : Corto | 13/01/2014

Pour la petite histoire et pour lutter contre le révisionisme ambiant:

- après Sabra et Shatila, le gouvernement d'Israël a mis sur pied une commission d'enquête, connue sous le nom de Commission Kahane,
- cette commission est arrivé à la conclusion qu'Israël ne pouvait être tenu pour directement responsable du massacre, mais qu'elle était en revanche indirectement responsable (car elle a laissé entrer les phalangistes dans les camps malgré les risques évidents et n'a pas réagi promptement suite aux premiers rapports de massacre),
- en ce qui concerne Sharon, la Commission Kahane la reconnu comme personnellement responsable du massacre ("bear personal responsability")et a recommandé qu'ilsoit démis de ses fonctions de ministre (ce qui n'est pas arrivé).

En d'autres termes, une enquête des instances gouvernementales israéliennes n'a pu que reconnaître la responsabilité personnelle de Sharon dans le massacre. Ce qui n'a pas empêché les Israéliens de l'élire un peu plus tard à la fonction exécutive suprème. Chacun en tirera les oonclusions qu'il voudra.

Lien vers le rapport de la Commission:
http://www.mfa.gov.il/mfa/foreignpolicy/mfadocuments/yearbook6/pages/104%20report%20of%20the%20commission%20of%20inquiry%20into%20the%20e.aspx

Écrit par : ecanto | 13/01/2014

@archi-bald

Mon fils, notre communauté, ses moyens économiques restreints, certes, ne nous portent pas forcément à la pointe de l'actualité. Vous avez eu, en l'occurrence, plus que raison et bien fait de nous remettre en mèmoire les précisions que vous nous apportez. En revanche, pour nous, et tant d'autres, le Jourdain, son EAU, celle du baprême des disciples de Jean-Baptiste, et du Christ, n'a pas qu'un sens... Dieu vous bénisse.

Écrit par : Mère Antoine-Marie | 13/01/2014

@ecanto

Ci-dessous la phrase dans sa totalité :

"Elle conclut que la responsabilité directe des massacres était imputable aux phalangistes libanais. Elle détermine qu'aucun Israélien ne peut être jugé directement responsable, mais qu'Israël a une responsabilité indirecte" !

Je vais rappeler les faits ::

Pourquoi l'armée israélienne a envahi une partie du Liban en 1982 ?

Je vais rappeler aux lecteur qu'avant 1977, le Liban-sud était peuplé à 80% par des chrétiens libanais ! (en 2006, seulement 6% de chrétiens au Liban-sud), 6% de chrétiens qui acclament l'arrivée de Tsahal sur ce qu'il reste de leurs terres !

Le 18 septembre, certes Tsahal était présent, ceci dit, pas directement présente au nord de Sabra et Chatila, il y avait une "tête de pont accédant depuis l'ouest des zones concernées.

Donc Tsahal n'encerclait pas les deux zones au sens du terme "encerclait", d'autre part Tsahal n'avait pour mission de protéger les diverses milices en conflits mais de garantir la sécurité d'Israël victime de lancements aveugles de Katiouchas sur le nord d'Israël, principalement depuis 1979, soit 3 ans avant l'invasion du sud-Liban.

Egalement, environ 1'500 phalangistes présents dans les alentours de Sabra et Chatila avaient proposé d'aller chercher des responsables palestiniens reconnus coupables de massacres et d'hostilité organisée, les milices phalangistes connaissant ces responsables sanguinaires étaient mieux placés pour effectuer cette tâche et ont promis de ne pas faire de victimes civiles lors de leur opération de nettoyage envers des terroristes actifs et armés. Selon les estimation entre 150 et 300 militants du fatah opéraient depuis les zones de Sabra et Chatila.

Que parmi ces activistes du fatah, certains étaient recherchés pour avoir eux-mêmes commis un autre massacre d'un village chrétien 6 ans plus tôt, le massacre de Damour, laissant derrière eux 600 civiles égorgés, femmes et enfants.

Autre point, pas des moindres, la commission Kahane était une commission israélienne, dans quel autre pays une commission condamnant son propre état a mis au grand jour des conclusions aussi indépendantes et réalistes de la situation ? de plus suivie de sanctions et de condamnations ?

Aussi, Sharon était le responsable de la campagne "paix en Galilée", cependant il n'était pas sur les lieu, ce n'est tard qu'il a été informé du massacre.

Il faut rappelé que la guerre du Liban a fait 250'000 victimes civiles, que de nombreux massacres y ont été commis, cela sans la présence indirecte de l'armée israélienne. Il est même plus que reconnu, que la période (1978-1985) où les israéliens occupaient le Liban-sud et Beyrouth, fut la période où il y a eu le moins de victimes libanaises et que suite au départ des milices du fatah imposé par Tsahal, le conflit s'est drastiquement calmé.

Il serait temps de regarder les biens-faits et de maintiens de la paix entre les factions ennemies dû à l'action israélienne au Liban !

Écrit par : Corto | 14/01/2014

Trente-deux ans après la tragédie et moins d’une semaine après la mort d’Ariel Sharon, les langues commencent à se délier et la vérité à sortir. Dans une analyse largement diffusée, Hameed Ghuriafi, éditorialiste du quotidien koweïtien as-Siyassa, affirme que c’est le président syrien Hafez el-Assad qui a donné l’ordre des massacres de Sabra et Chatila en 1982, a rapporté mercredi soir le quotidien libanais L’Orient Le Jour.

Cet ordre aurait été donné à un chef de milice libanais, par le biais des services de renseignements syriens à Beyrouth, et précisément du général Ghazi Kanaan.

S’il a déjà été établi que les massacres ont été directement perpétrés par les milices libanaises, Hameed Ghuriafi insiste que les ordres ont émané de Ghazi Kanaan, comme le lui aurait confirmé un témoin oculaire, Robert Hatem, l’ancien responsable de la sécurité du chef de milice en question.

Le journaliste relève que le seul élément qui n’a jamais fait l’objet d’une enquête sur les massacres est celui « de l’influence syrienne sur ce chef de milice ». Pourtant, selon un observateur à Beyrouth, qui avait suivi le débat sur Sabra et Chatila en 1982, « identifier le responsable des massacres, c’est retracer l’origine des ordres donnés ».

Sachant que Sharon et ses alliés libanais voulaient sécuriser les camps jusqu’à l’arrivée des troupes libanaises, une partie tierce aurait donné l’ordre aux miliciens d’attaquer.

Un témoin principal sur le terrain avait déjà révélé que cette personne était bien le général Ghazi Kanaan, mais son témoignage n’a jamais été intégré dans les travaux de l’enquête. Un livre incluant ce témoignage a été publié dans les années 90, sans toutefois éveiller la curiosité des médias occidentaux.

Entre 700 et 3500 réfugiés palestiniens furent massacrés entre le 16 et 18 septembre 1982.

Écrit par : Corto | 16/01/2014

Les commentaires sont fermés.