09/01/2014

Les Jeudis du Plouc: Marine le Pen, l' "horreur européenne" et les mots mous

 

derapages_marine.png


Dans la bouche des médiacrates, les mots deviennent tout mous. Ils vont se diluant dans ce flot de salive jusqu’à perdre leur signification. A cet égard, Marine le Pen démontre qu’elle est une télépoliticienne comme les autres, contrairement à l’image qu’elle veut imposer. Lors de ses vœux pour 2014, la présidente du Front national a lancé cet appel à ses militants : « Nous devons continuer d’ouvrir les yeux des Français sur l’horreur européenne».

Les Européens ne traversent pas une passe difficile, douloureuse parfois. Non, ils vivent dans l’ « horreur ». Au cours de sa longue histoire, ce continent a pu pourtant mesurer tout le poids de ce mot. Sans remonter aux guerres de religions qui l’ont ensanglanté durant des siècles, ni aux ravages des conflits napoléoniens, le XXe siècle européen fut marqué par de véritables « horreurs » :

 

–      la boucherie de la Première guerre mondiale – 900 morts par jour pendant quatre ans ;

–       la terreur stalinienne – un Soviétique adulte sur cinq a subi le Goulag, un à deux millions d’entre eux périrent dans les camps ;

–       la Shoah des nazis – au moins six millions de Juifs massacrés, soit les deux tiers de la population juive d’Europe ;

–      le monstrueux deuxième conflit mondial – 60 à 70 millions de morts. 

 

Le Plouc rougit de rappeler ces évidences. Mais la destruction du vocabulaire par les politiques pour plateau télé l’y contraint. Marine le Pen, en utilisant le mot « horreur » à propos de l’Europe, vise à frapper les esprits. Elle ne fait qu’ajouter à leur confusion.

 

Si tout est « horreur », alors rien n’est  horrible.

 

Certes, l’état économique du continent et, particulièrement celui de l’Union européenne, n’est guère reluisant. Le chômage apporte son lot de douleurs. Mais on ne saurait qualifier pour autant la période que nous traversons d’  « horrible ». Telle qu’elle est aujourd’hui, l’Union doit être critiquée : institutions de faible intensité démocratique, bureaucratie souvent absurde, structures opaques, manque de volonté politique commune. Mais les outrances verbales des démagogues forment un écran de fumée qui empêche toute critique pertinente de se développer. Paradoxe apparent : en utilisant les mots qui choquent, ils confortent l’ordre ou le désordre établi.

 

 N’oublions pas l’essentiel. Grâce au processus d’unification de l’Europe, ce continent jadis ravagé par les haines – réveillées à chaque génération – vit en paix. Et commet, certes des erreurs, mais non plus des... horreurs.

 

Jean-Noël Cuénod

11:42 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vous avez raison le Plouc, mais vu l'incompétence de la classe politique française en général et celle se trouvant au pouvoir maintenant en particulier (qui ne trouve autre chose que s'attaquer à un bouffon) je crains fort que le prochain parti au pouvoir en France sera bien le FN.

Écrit par : François | 09/01/2014

Marine Le Pen, physiquement, n'est pas une femme repoussante... La stratégie, en l'occurrence, de même qu'une photo de Mme Boutin, il y a un ou deux ans, de présenter aux lecteurs des photos d'elles, dont on ne saurait partager les idées, inspirant un simple "beurk"! de dégoût (toujours: bouches, lèvres et langues visées) suivi, côté lecteurs, du passage presse, comme électronique, à autre chose sans forcément lire les textes concernés, est-ce informer "juste", de façon impartiale? De même, en France, semblable stratégie facilement reprérable: les élections présidentielles Royal/Sarkozy, l'un à son avantage, l'autre, Royal, au fur et à mesure des sondages grimpants à son avantage désavantagée sur films ou photos, clichés, certainement pas de façon innocente... en d'autres parutions, bien évidemment, que celles du blogue du Plouc!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 09/01/2014

En rapport avec un autre commentaire, et d'autres en différents blogs, je note que si l'on voulait résumer le point de vue sur Marine Le Pen en vous priant de vouloir excuser le genre un peu vulgaire conforme, je dirai:
- Marine Le Pen est une salope!
- Pourquoi?
- Parce qu'elle est la fille de son père.
- Je vous punirai, disait le Dieu local (non universel et individuel) des Sadducéens (judaïsme) de générations en générations(Pharisiens: Dieu universel et individuel).

La famille Le Pen vénère Jeanne D'Arc (comme becoup de Français de la génération de Le Pen). On observe côté Marine une assurance, un ton, avec les hommes, notamment, qui porte à se demander si, enfant, Marine ne s'identfia pas, peu ou prou, à cette sainte dite "patronne" (non poltronne)?! Mais, concernant l'article de Jean-Noël Cuénod, le commentaire qui me convient le mieux est celui est celui de François: "Vous avez raison le Plouc mais vu l'incompétence de la classe politique française (...) je crains fort que le prochain parti politique au pouvoir en France sera bien le FN." Pour preuve? "Victoire du gouvernement français face à Dieudonné"!enfin une (victoire)! Allons enfants... et... "cocorico"!

Écrit par : Alix | 10/01/2014

D'Alix, l'hypothèse singulière: Marine Le Pen, identification éventuelle à Jeanne D'Arc. En ce cas, qui sont, lesquels sont les "Anglais" de Marine?

France occupée... par qui?

Écrit par : Dekoriacis | 10/01/2014

Aux dernières nouvelles il va aller à Rome faire allégeance au pape des rois-dieux; il faut craindre le pire. Que François 1er lui lave les pieds et les embrassent.....

Écrit par : Page here | 17/01/2014

Les commentaires sont fermés.