23/12/2013

La Russie de Poutine et la preuve par la grâce

 

 Après l’oligarque et opposant Mikhaïl Khodorkovski, les deux dernières chanteuses punks du groupe Pussy Riot ont été libérées par le président Vladimir Poutine, ce lundi. Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova purgeaient leur peine de deux ans de prison dans des camps de la Volga pour l’une, de la Sibérie orientale pour l’autre. Elles avaient été condamnées après avoir prié de façon iconoclaste et antipoutinienne dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou.

Très courageusement, Maria Alekhina a déclaré à sa sortie de geôle, à propos de la grâce accordée par Poutine: "Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un geste d'humanisme, mais plutôt d'une opération de communication." D’ailleurs, la Pussy Riot aurait refusé cette grâce si elle avait eu le choix.

 

Mikhaïl Khodorkovski a, lui aussi, placé une série de bémols sonores à cette mansuétude du président élu à perpétuité. Son geste tient surtout au fait que ses Jeux Olympiques d’hiver de Sotchi risquaient d’être boudés par les chefs d’Etat. Et puis, la conjoncture économique induit Poutine à se montrer un peu moins arrogants vis-à-vis des autres puissances.

 

Les partisans de l’évolution de la Russie, telle que Poutine l’a engagée, souligneront que sous Staline les Pussy Riot et Khodorkovski auraient reçu une balle dans la nuque et sous Brejnev, des soins musclés dans une clinique psychiatrique. Certes, mais la Russie reste tout de même éloignée des standards les plus basiques de la démocratie et de l’Etat de droit. Mikhaïl Khodorkovski souligne bien le nombre élevé de prisonniers politiques russes qui n’ont pas eu la chance d’être aussi « visibles » que lui.

 

Pour Vladimir Poutine, cette clémence très intéressée se révèle à double tranchant. Car en libérant ces prisonniers par sa seule décision, il prouve l’absence de justice digne de ce nom puisqu’il peut, à son gré, enfermer et libérer.

 C’est la preuve par la grâce que son régime repose sur l’arbitraire.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

 

Maria Alekhina : premières déclarations de femme libre (et qui l’est restée même en prison).

14:00 | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : vidéo, poutine, russie, pussy riot, khodorkovski | |  Facebook | | |

Commentaires

Oui oui. Reste qu'en Occident on ne fait guère mieux. Mais bon, c'est vrai qu'on adore signaler la paille dans l’œil du voisin. Hein?

Écrit par : Bof | 23/12/2013

Premièrement, il reste des milliers de petits et moyens entrepreneurs condamnés pour des chimères pour que par la suite leurs affaires soient kidnappés par des petits roitelets faisant partie de la bande à poutine.

Concernant Khodorkovski, il va certainement faire comme ses anciens collègues ayant fuit la Russie, cependant la représentation genevoise lui appartient ainsi que la totalité de Lukoil, il ne tardera pas de le faire reconnaitre par la CEDH ratifiée par la Russie dès 1996.

Cela promet des rodéos de cowboys dans les rue de la ville de Calvin !

Écrit par : Corto | 23/12/2013

Monsieur Cuénod, je crois que rester factuel, faciliterait le respect du code déontologique du journaliste.

Pour l'info, ces deux membres du groupe Pussy Riot - comme beaucoup d'autres d'ailleurs - rentrent dans le champ d'application de l'amnistié votée, il y a quelques jours, par la chambre basse du parlement russe, à l'occasion de la 20ième anniversaire de la Constitution de la Fédération de Russie, l'anniversaire qui a été commémorée le 12 décembre 2013.

Alors ce n'est pas « son régime » qui repose sur l'arbitraire, mais plutôt votre « preuve » par absurde.

Écrit par : vlad | 23/12/2013

Vlad, d'abord il n'y a pas que les chambres basses qui sont basses, ensuite poutine craint pour ses jeux de Sotchi, plusieurs annonceurs se sont désistés et ce n'est pas d'avoir joué au gentil qui les fera revenir !

Coca-cola ne sera pas de la partie, Nike non plus, quant aux autres ils n'ont encore rien signés !

Voila pourquoi il y a des chambres basses dans la "république oligarchique de Russie !

De plus, on parle d'engins explosifs coulés dans le béton des gradins, un cocktail prometteur !!!

Al qaïda, eux ils payent les ouvriers de ce chantier digne de l'Egypte ancienne et actuelle aussi !!!

Écrit par : Corto | 24/12/2013

VLAD!

Quant à vous-même, que diriez-vous d'un cours de psychologie de la motivation? Excellent ouvrage du psychologue Paul Diel, Psychologie de la motivation à vous faire offrir pour vos étrennes?
Après quoi vous pourriez présenter vos excuses à qui de droit... (Avez-vous, judicieusement, choisi votre pseudonyme?)!

Écrit par : Alix | 24/12/2013

Apparemment, c'est la chambre basse qui avait fait la démarche de la demande de grâce au président. Le président peut accepter ou refuser.
Ce serait bien si le Congrès entamait la même démarche pour Chelsea (Bradley) Manning.
Plus près de nous, la France aurait pu faire cette semblable démarche .Le Président Hollande aurait fait un geste de clémence en accordant la grâce à Abdallah Ibrahim, syndicaliste libanais emprisonné depuis 29 ans. Dans le cas d'Ibrahim, la justice avait prononcé plusieurs fois en faveur de sa sortie de prison, mais ce sont les pouvoirs politiques qui s'y sont systématiquement opposés.

Écrit par : Beatrix | 24/12/2013

Comme c'est curieux, je n'ai pas entendu parler de la libération de Chelsea Manning ou d'Assange ou de Snowden. Un oubli (arbitraire?) du plouc sans doute.

Écrit par : Fonctionnaire | 25/12/2013

Curieusement, ce qui ferait revenir la Suisse à un niveau de criminalité moins indécent, ce serait la méthode russe.

Et inversement, ce qui perdrait la Russie, c'est le laxisme de la justice suisse, bonhomme, patenôtre et bien trop tolérante.

On peut aimer ou non Poutine (moi je l'aime), mais force est d'admettre que pour gérer un pays aussi ingérable que la Russie, il faut un Poutine.

Il faut un homme fort comme lui.

Personne ne souhaite un mou ou un hésitant à la tête de la Fédération de Russie : le sinistre jour où cela arriverait, nous pourrions alors réellement trembler et nous inquiéter.

Cet immense pays serait confronté au risque d'éclater en plusieurs petits sultanats-royaumes, et alors ce sera le total chaos parce que chaque petit sultan-roitelet pourrait librement négocier les armements et arsenaux sur son territoire pour faire du fric, en les vendant à qui voudrait les acheter. Et des clients pour des machines de mort, il y en a beaucoup, ces temps-ci.

Nos amis israéliens verraient d'un très mauvais œil que entités islamiques extrémistes puissent mettre la main sur des engins capables de rayer une grande ville.

Chacun sait déjà que lorsqu'on a hélas plus rien à perdre, on est capable de tout, même du pire. Les exemples ne manquent pas.

Personne ne peut faire mieux que Poutine, mais sans Poutine le pire pourrait arriver. Ne l'oublions pas.

Écrit par : Denise Park | 25/12/2013

Je suppose qu'en France, comme ne Suisse, on aimerait avoir ces cinglées (à poil") dans nos églises et se faire voler comme l'a fait ce Khodorkovski à ses concitoyens. Selon mes informations américaines, il voulait même vendre Ioukos à Exxon-Mobyl; en plus de l'argent qu'il avait détourné...La Russie a besoin d'un dirigeant fort, pas un d'un mou comme notre Hollande ou l'excité sur talonnettes que nous avions avant. Depuis 1997, j'ai fait 15 séjours en Russie. Même si ce n'est pas facile et qu'il y ait toujours de la pauvreté, la vie du peuple russe s'améliore graduellement et dans peu de temps, elle dépassera celle des français. Ici, ça va de plus en plus mal et même la nature se fâche...

Écrit par : Jean-Claude Meslin | 25/12/2013

Denise Park, parce que la Russie n'est pas touchée par la criminalité ?

Faut arrêté la propagande, c'est le pays le plus criminalisé de la planète, même le président élimine ses opposants ou les fait enfermer dans ses goulags identiques à ceux de Brejnev lorsqu'il faisait ses galons dans les polices devenues les meilleures écoles de la corruption et des empoisonnements !

Quant à Israël, d'où je vous écrit, ce pays sait très bien se défendre, je peux vous garantir qu'aucun pays ne pense sérieusement vouloir s'en prendre à Israël, y comprit la Russie avec ses milliards de tonnes de quincailleries datant de le la seconde guerre mondiale et customisé au niveau du look !

Vous avez remarqué comment l'armée israélienne survole les systèmes radars russes installés en Syrie et au Soudan sans bouger une oreille ?

Maintenant en Russie, Poutine ne contrôle rien en matière de trafiques d'armes, il a dû laissé ce département aux généraux, tous plus alcoolos les uns que les autres !

Allez faire un tours dans les quartiers nantis de Moscou, regardez les bunkers dans lesquelles les plus riches croupissent en attendant les attaques des moujiks !

Écrit par : Corto | 26/12/2013

Les commentaires sont fermés.