19/12/2013

Les Jeudis du Plouc : scandale, un ouvrier candidat PS aux élections européennes

 

7764827306_edouard-martin-lors-d-une-manifestation-devant-le-siege-de-campagne-du-candidat-sarkozy-en-mars-2012.jpg

 

C’est le scandale de la semaine en France. Le métallurgiste Edouard Martin (50 ans) a été désigné tête de liste du Parti socialiste pour la région Grand Est lors des élections européennes de fin mai 2014. Un ouvrier, vous vous rendez compte ? Et, tenez-vous bien, un ouvrier SYNDICALISTE ! Incroyable ! Hallucinant ! Bouleversifiant ! Indécent, pour tout dire…

 

Dans n’importe quel autre démocratie, la nouvelle n’aurait même pas été relevée. Un parti social-démocrate qui choisit pour le représenter un ouvrier issu des rangs du syndicalisme, quoi de plus banal. Après tout, l’un de nos meilleurs présidents de la Confédération, le socialiste Willy Ritschard, était monteur en chauffage de profession et secrétaire syndical.

 

Mais en France, la chose fait événement. Le pauvre Martin, qui appartient à la CFDT (Confédération française démocratique du travail), se trouve attaqué de toutes parts. Son syndicat devrait se féliciter qu’un des siens brigue un siège au Parlement européen. Pas du tout ! Conformément il est vrai aux règles de ce syndicat, Edouard Martin a dû se défaire de ses mandats syndicaux et n’a reçu qu’un bref satisfecit pour son action. Il fut pourtant la figure charismatique de la lutte des métallos pour sauver le site sidérurgique de Florange en Lorraine. 

 

Ses anciens camarades des autres syndicats – FO et CGT – n’hésitent pas à lui coller l’étiquette de « traître », tel l’indigeste Broccoli (FO) qui l’accuse d’avoir utilisé la bataille de Florange « pour servir son ambition personnelle ». Au Front national, qui se revendique comme le seul défenseur des ouvriers français, la rage est à son comble. Son vice-président Florian Philippot crache : « Il est allé à la soupe, comme les autres ! » Parce que Philippot, il n’y va pas à la soupe ? Il se présente, comme Martin, aux élections européennes dans le Grand Est !

 

La réaction la plus arrogante, la plus méprisante vient de Raffarin : « Il y en aura au moins un de recasé à Florange. C’est assez spectaculaire ! » L’ancien premier ministre UMP - élevé dans la ouate protectrice de la bonne bourgeoisie terrienne du Poitou, fils de secrétaire d’Etat, homme d’affaires avant de faire de la politique sa profession fort joliment rémunérée - n’a jamais eu besoin d’être recasé. Il fut bien casé dès sa naissance.

 

On reproche même à Edouard Martin, son indemnité parlementaire (12.000 à 15.000 euros par mois), avant qu’il ne soit élu. On peut la juger importante, mais pourquoi souligne-t-on cet aspect lorsque c’est un ouvrier qui se porte candidat ? Son montant est donc scandaleux dans le cas d’un métallo et normal s’il s’agit d’un politicien professionnel, un comptable ou un médecin ?

 

Certes, le Parti socialiste utilise son charisme pour sa propagande. Mais comme les autres partis, qui n’hésitent pas à mettre en avant leur « pipole » ou leur vedette du sport. Certes, Edouard Martin trahira peut-être les siens, qui peut le savoir ? Mais qu’on le laisse siéger avant de lui faire un procès d’intention qui relève du racisme antiouvrier. Un sentiment qui, d’ailleurs,  persiste en France, ce pays qui reste marqué culturellement par la paysannerie.

 

Lors de sa fondation il y a plus d’un siècle, le Parti socialiste a été créé pour défendre la classe ouvrière. Il s’en est depuis bien éloigné, c'est le moins que l'on puisse écrire. Alors qu’un métallo syndicaliste soit placé au premier plan, au lieu du sempiternel énarque de service, c’est une très bonne nouvelle.

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

 

Edouard Martin réplique à ses adversaires et à la Reine de la Gaffe Morano.


BFM Story: Européennes 2014: la contre-attaque... par BFMTV

15:06 | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : elections, france, politique, vidéo, syndicat | |  Facebook | | |

Commentaires

Je parie que s'il avait eu la tête de Krasucki, le PS ne serait pas allé le chercher.

Écrit par : briand | 19/12/2013

Je pense que tout au contraire ses "amis" socialistes devraient plutôt être rassurés. Le jour où on leur mettra les fers, on peut rêver, il y aura au moins un qui saura comment les leur enlever! A défaut il pourra leur offrir les (fl)oranges qu'ils ne mériteraient pas n'ayant pas été assez productifs dans le redressement du pays mis à plat par Hollande ce qui, je l'admets, est un pléonasme

Écrit par : Patrick Dimier | 19/12/2013

@Patrick Dimier: Que se passe-t-il au CamerOnex? une tentative de Coup d'Etat à Chaud et Froid, le Traducteur pour les sourds du Discours de Saint-Pierre , que l'on croyait pour une fois proche d'avoir une Belle Idée est séquestré sur son balcon avec vue sur les manœuvres de l'Ennemi qui infiltre quotidiennement notre territoire , dans l'impossibilité de rapporter devant les Camera du Monde Entier , son œuvre critico-budgétaire , il doit laisser la place à son Son Sanchez Panza..

Écrit par : briand | 19/12/2013

Le petit Notaire du MCG y va de son couplet; les combattants de la vallée de la Fensch ne roulent pas en Ferrari , ne font pas la " Fête " dans les Bars à Whisky, l'échange hors Sauthy se nomme partage et pas Parties ;autre monde au delà des frontières du Post Ténèbras Luxe à la Rue du Rhône alors qui Dimier ajoute une phrase , c'est toujours ça .et vienne ensuite.

Écrit par : briand | 19/12/2013

Cynique, la réaction de Raffarin ("au moins un de recasé à Florange") est ignoble... mais, vis-à-vis de ses camarades, de Florange, précisément, pouvait-il accepter ce poste et, toujours vis-à-vis de ses camarades, les 12.000 à 15.000 euros par mois... En le désignant tête de liste pour la région Grand Est lors des élections européennes de fin mai 2014, le Parti socialiste a-t-il été bien inspiré? Donne-t-il tort à ceux qui disent de lui qu'englué dans le caviar, notamment, il a perdu tout contact avec sa base?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 19/12/2013

"On reproche même à Edouard Martin, son indemnité parlementaire (12.000 à 15.000 euros par mois), avant qu’il ne soit élu."

Ce n'est pas très socialiste.....

Écrit par : Patoucha | 19/12/2013

"Le métallurgiste Edouard Martin (50 ans) a été désigné tête de liste du Parti socialiste pour la région Grand Est lors des élections européennes de fin mai 2014."

Mais non, vous savez pertinemment bien que le maquignon Martin n'a été désigné tête de liste du parti socialiste pour la région Grand Est qu'en rétribution pour sa félonie à l'égard du troupeau de Florange qu'il aura efficacement estourbi avant équarrissage.

Laguiller, Bové, Besancenot, Martin. Au suivant !

Écrit par : Giona | 19/12/2013

Un peu d'air frais à l'UE ne fera pas de mal :-)

Quant au problème des castes, il existe aussi chez nous. Hélas.

Écrit par : Jmemêledetout | 20/12/2013

Intéressant de remarquer que votre article attire pas mal des charognards.

Écrit par : Phil | 20/12/2013

Les réactions de Mme Morano et de M. Raffarin sont assez significatives de la place qu'occupe, pour de nombreux membres de la classe (caste ?) politique française, le citoyen lambda.

On ne va quand même pas autoriser n'importe qui à entrer en politique !

En France, tous les citoyens son égaux, Mais il y en a qui sont un peu moins égaux que les autres.

Écrit par : Michel Sommer | 20/12/2013

"On ne va quand même pas autoriser n'importe qui à entrer en politique !"

Au contraire, si un éleveur de chèvres-fantômes, vandale à temps partiel et de surcroît repris de justice a pu y faire son nid, je ne vois pas ce qui en empêcherait Martin-le-jaune, bonimenteur à plein temps de faire de même d'autant plus qu'il possède ces deux qualités minimum nécessaires.

Écrit par : Giona | 20/12/2013

Ce petit épisode illustre bien pourquoi certains d'entre nous ne veulent pas du grand genève et du mélange politique entre la france et la suisse qui fatalement lui suivra.

Contrairement à ce que l'on voudrait nous faire croire, sur certains points la france est un pays très différent de la Suisse. La france est un pays de caste encore tout entier habité par des mentalités de "chasse gardée" comme sous l'ancien régime, c'est exactement ce que l'exemple de ce syndicaliste nous montre...

et nous ne voulons pas y ressembler, même si du côté de l'hôtel de ville à genève c'est leur souhait le plus cher, que les chasses redeviennent de mieux en mieux gardées et que l'on y exclue ce peuple empêcheur de s'arranger entre gens du même monde et que comme la bête à chasser (n'est-ce pas mr cuénod ?) l'on affuble du surnom de populiste pour pouvoir mieux lui tirer dessus...

Écrit par : quidam | 20/12/2013

A lire les commentaires présents, il semble que personne ne cherche à se mettre dans la peau, à la place des camarades d'Edouard Martin: ont-ils, la plupart d'entre eux, retrouvé un emploi? Si oui, sont-ils satisfaits (conditions, salaires)? A en croire Raffarin, la réponse est négative. Ces chômeurs sont, on le comprend rien, dans un état d'insécurité, de préoccupations, problèmes de santé... leurs familles, leurs enfants?! Tombe la nouvelle de la désignation d'Edouard Martin... A ces chômeurs, sans emploi, communiqué le montant de son indemnité parlementaire chaque mois... Comment ne pas le comprendre, se mettre à leur place?! Comment le Parti socialiste n'y a-t-il pas songé?!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/12/2013

En résumé, l'ouvrier syndicaliste Edouard Martin, se trouvant au bon endroit au bon moment, a eu de la chance. Comment ne pas se réjouir pour lui et les siens? Mais, sans parler, commentaires dixit, de maquignon et autres charognards, on comprend bien pourquoi ses camarades ont ressenti, concernant sa démarche, c'est-à-dire, son acquiescement à cette désignation, comme une désertion...

Écrit par : Dekoriacis | 22/12/2013

Un petit détail qui peut faire faire la différence.
Martin, syndicaliste CFDT.
F. CHérèque ex-secrétaire général de la CFDT.

Début 2013, F. Chérèque est nommée Président de Terra Nova, un Think Tank très technocratique et grassement doté d''argent public, des grandes institutions, entreprises,régies étatiques et banques, dit proche du PS.
Que faut il comprendre? Que ce laboratoire de pensée, une vraie fabrique d'opinions est plutôt une émanation du PS. Une entité aux accointances très affirmées avec le capitalisme mondialisé et les multinationales françaises.

Ici, on remercie une deuxième fois Chérèque pour son militantisme de vieille collaboration avec le MEDEF et le PS qui a donné lieu au sabotage des retraites des Français via ladite réforme sarkosyste (ces assurances qu'on a arrachées à la CGT historique pour les donner au frère de Sarkosy, affairiste nouvellement spécialisé dans la protection sociale complémentaire: Malakof et Médéric).
Si le social des socialistes était différent de celui de Sarkosy, on aurait dû connaître, avec l'arrivée de Hollande, au moins un pas en faveur de la pénibilité de certaines professions et le rétablissement du départ à la retraite pleine à 60 ans, promesse dans l'enfer de sa campagne non tenue par ce président socialiste.
C'est tartufe dans un palais de verre!

On pourrait comprendre ici l'indignation si elle était de source ouvrière. Ce n'est pas le cas. Ou alors, se peut-il que les médias ont pris soin de ne pas lui faire écho.

Indignation ouvrière qui aurait été justifiée, car, non seulement un syndicaliste FO est un syndicaliste jaune pour ceux qui ont lutté âprement pour maintenir Florange et contre la réforme de la retraite sarkosyste sans que la PS n'ait tressailli une seule fois face à l'offensive de Sarkosy. Hollande, impassible plus que jamais lorsqu'il vient à se mouvoir, c'est pour faire les poches, même des petits vieux et poursuivre de nouvelles créations de taxe sur les revenus du travail.

Alors, Édouard Martin, candidat-pantin aux yeux des autres syndicalistes? Ou symbole de la démagogie et du cynisme? A donner de l'urticaire dans les cantines d'usines.
Cette investiture, au de là de la personne d'E. Martin, signale plutôt une volonté du PS d'instaurer de nouveaux rapports avec le syndicalisme des salariés en général. Les incriminations contre lui vont devenir la règle politique pour laminer toute velléité rivale ou contestataire.

Il ne faut pas déranger les tartufes socialistes quand ils sont aux affaires.
C'est plus qu'une histoire de caste ou de famille... politique!
Il y a besoin d'une douche glacée à l'Est sinistré et exsangue de la France avant que la marée ne devienne rouge incendiaire comme en Bretagne.

Écrit par : Beatrix | 24/12/2013

Les commentaires sont fermés.