11/11/2013

Mauro Poggia à l’épreuve du réel

 

Pour la première fois dans la longue histoire de Genève, l’extrême droite est parvenue à faire élire l'un de ses candidats au gouvernement de la République et canton. Une partie de la population a donc été attirée par la propagande gluante de haine fétide du MCG. Le nouveau «politiquement correct» - tout à son blanchiment d’idées sales - exige désormais que l’on comprenne ces votes «populistes» qui traduisent un malaise profond. Bien entendu, qu’ils «traduisent un malaise profond», le dire équivaut à enfoncer des portes ouvertes ! Eprouver «un malaise profond» est une chose. Voter pour un mouvement qui n’a pour tout horizon idéologique que la traque des boucs émissaires en est une autre.

 

Certes, Mauro Poggia s’est habilement dédouané des outrances les plus nauséabondes de son mouvement en désignant d’un regard prudent son colistier Stauffer. Toutefois, par sa présence sur la liste du MCG, le nouveau conseiller d’Etat a cautionné les affiches les plus immondes et les discours les plus malsains. Utiliser les ficelles de l’extrémisme grossier avec le costume trois-pièces de la respectabilité bourgeoise se révèle diablement efficace sur le plan électoral. Mais celui qui use de cet artifice démontre le peu de cas qu’il fait de la morale en politique.

 

Toutefois, force est de reconnaître que les électeurs du MCG ont choisi le moins pire des candidats extrémistes, et de loin. Comme avocat, Poggia a démontré une efficacité indéniable dans la défense des assurés. Passé à la moulinette gouvernementale, le nouveau conseiller d’Etat pourrait devenir un magistrat, en fin de compte, acceptable.

 Mais justement, c’est là où le bât blesse le flanc des extrémistes de droite. Devenant un politicien comme les autres, Mauro Poggia perdra tout charme aux yeux de ses électeurs. Il devra passer des compromis, reculer, composer, affadir son propos, affronter une gauche et un centre droit qui ne lui feront aucun cadeau. Même Blocher n’a pas pu faire grand-chose lorsqu’il était conseiller fédéral.

 Les institutions suisses sont tellement bien huilées qu’elles broient les extrémistes. Soit ils se plient aux impératifs de la collégialité, et ils perdent leur caractère attractif. Soit ils tentent de lui résister, et ils finissent par être rejetés.

 

Quelle sera la politique de Mauro Poggia lorsque le Conseil d’Etat devra régler les problèmes transfrontaliers, alors que son MCG a tout fait pour attiser la mésentente stérile entre Genève et son arrière-pays? Quelle sera la position de ce mouvement sur cette question? C’est facile de hurler sur les bancs de l’opposition, mais se transformer en parti responsable de la politique gouvernementale relève du défi himalayen pour une formation fondée sur la démagogie.

 

Poggia part avec un handicap supplémentaire: son colistier Stauffer. Il l’a devancé très largement de 9 127 voix. Pour le fondateur du MCG, la claque est d’autant plus sonore qu’elle vient de ses propres rangs. Or, l’ego de Stauffer donnant une idée assez précise de l’infini, on imagine que la vie de Poggia ne sera pas facile, au sein même de son mouvement. Ses amis qui l’ont hissé dimanche soir sur leurs épaules risquent fort de le laisser tomber à la première occasion qui leur sera offerte

 

Le réel est une rude épreuve. Pour tous. Et particulièrement pour Mauro Poggia.

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

Poggia.jpg

11:17 | Lien permanent | Commentaires (29) | |  Facebook | | |

Commentaires

Ce n'est pas un parti qui a été élu, mais un candidat expérimenté, collégial et capable de travailler avec d'autres.

En tant que Conseiller D'Etat, il est là pour défendre les citoyens genevois et non les visions d'un parti. La question ne se pose donc pas.

Et c'est tout ce qui importe au citoyen. Ces guerres de partis sont lassantes et contre-productives. Le Parlement devra lui aussi apprendre a travailler ensemble, en collégialité au lieu de passer son temps à se tirer dans les pattes.

Vous êtes tous là, les blogueurs, à tirer à boulets rouges avant de savoir quel sera le travail effectué... c'est une destruction par anticipation. Et moi citoyenne, de tout cela, j'en ai marre.

Laissons-les bosser et on verra bien.

Ca peut difficilement être pire qu'avant.

Écrit par : Jmemêledetout | 11/11/2013

Cher Monsieur Cuenod,

Vous me savez proche de vos idées et de votre façon de concevoir votre métier. Clair/ouvert-factuel/pertinent. En un mot comme en cent, vous êtes une plume journalistique de qualité.

Est-ce la perspective de revenir sur les rives du Léman qui vous fait plonger dans les travers de certains de vos collègues, en particulier votre employeur actuel, qui altère à ce point votre sagacité?
Cessez une fois pour toute d'amalgamer le MCG et l'extrême droite.

Comme vous je ne supporte pas ceux qui ont pour leitmotiv la haine de l'étranger. Si Genève est là où elle est, elle le doit grandement, si pas principalement à celles et ceux qu'elle a su recueillir pour certains et accueillir pour d'autres. L'arrivée de M. Hodgers est là pour le prouver. Hier requérant d'asile aujourd'hui gouvernant de sa Cité d'accueil.

Si pour vous lutter pour défendre celles et ceux que la prospérité, bienvenue, laisse sur le bord de la route de l'emploi sont d'extrême droite, alors c'est que nous avons un problème avec le centre!

Le MCG n'est pas et n'a jamais été un parti d'Extrême droite. Il rempli le rôle que votre parti fétiche, le PS, a déserté; tout simplement.

Il est vrai qu'il est difficile, pour le PS, de défendre à la fois les BoBos de la fonction publique, dont la moyenne des revenus ferait pâlir n'importe quel cadre supérieur de la région parisienne que vous connaissez bien, et les classes laborieuses qui luttent sans cesse contre la pression que leur fait la main d'œuvre corvéable à souhait qui envahit Genève. Non pas de son arrière pays comme vous le prétendez faussement, mais du très fond de l'Union européenne en plein naufrage.

Ce n'est pas le MCG qui attise sans relâche la mésentente entre la Suisse et la France mais un gouvernement français, majoritairement composé de va-t-en guerre et de jusqu'au-boutistes, genre Montebourg/Moscovici & Co.

La réalité que vous entendez rappeler à M. Poggia est aussi à remettre en mémoire du gouvernement Hollande dont la très vaste majorité des français veut le départ. Précisément en raison de son incapacité à entretenir des relations normales tant avec ses voisins qu'avec le reste du monde.

Plus que n'importe qui, Mauro Poggia a osé lutter contre des mastodontes, les assureurs maladie-accidents qui, notamment avec la complicité de l'ultra- lisse et PDC compatible, Sieur Berset, s'apprêtent à commettre un hold-up légal de plus d'un milliard de francs, commis en volant les assurés notamment genevois.

Non décidément cher Monsieur Cuénod votre retour au pays n'est pas porteur de promesses, surtout celle de pouvoir lire vos excellents papiers parisiens. Je me demande même si ce séjour ne vous a pas rendu..... pharisien!

Au grand plaisir de vous lire dans une posture plus objective, elle vous va mieux et elle est plus pertinente.

En toute amitié,
Patrick Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 11/11/2013

"Le MCG n'est pas et n'a jamais été un parti d'Extrême droite. Il rempli le rôle que votre parti fétiche, le PS, a déserté; tout simplement."

"Ce n'est pas le MCG qui attise sans relâche la mésentente entre la Suisse et la France mais un gouvernement français, majoritairement composé de va-t-en guerre et de jusqu'au-boutistes, genre Montebourg/Moscovici & Co."

Il faut oser affirmer de telles contre-vérités ! Soit par méconnaissance du sujet, soit par bêtise. Je ne me prononce pas.

Au fond, le MCG n'étant ni à gauche, ni à droite, ni à l'extrême droite tout en étant partout à la fois mais jamais au même endroit que les autres partis, il était normal que Me Poggia arrivât logiquement chez eux, lui qui a habilement (?) slalomé entre les partis de la République avant de finir la compétition au MCG.

Contrairement à M. Dimier, j'aime bien votre commentaire. Il est empreint de cette patte journalistique qui commence à faire cruellement défaut à nombre de vos confrères qui confondent - hélas ! - écrire et penser.

Et pour finir avec le MCG je me permets de rappeler le mot d'Helvétius qui a dit : "Les hommes sont si bêtes qu'une violence répétée finit par leur paraître un droit."

Écrit par : Michel Sommer | 11/11/2013

Je me demande à la lecture du message de Michel SOMMER si finalement le plouc de la république c'est pas lui en tout les cas cela lui sied bien, d'être un plouc !

Quant à vous, sieur Cuenod, nöel ne doit pas frapper à votre porte tous les jours, car au final, votre article gluant de haine fétide à l'encontre des élus MCG et à l'égard de la population qui soutien le MCG manque totalement d'objectivité et essaye maladroitement de faire passer un message blanchissement d'idées sales et de mauvaise fois nauséabonde dont seul vous avez le secret !

Écrit par : thierry | 11/11/2013

@ Cuénod,

Vous faites là un "beau" procès d'intention à M Poggia. Rien dans votre analyse, n'explique le pourquoi ou le comment, ce candidat à finalement été élu, à la barbe des grandes coalitions dites gouvernementales...

Finalement, vous enfoncez des portes ouvertes, à l'instar de beaucoup de vos collègues,comme vous, inféodés au pouvoir en place depuis des lustres. En fait vous avez de la peine à changer votre fusil d'épaule, et vos "munitions" sont du genre politiquement correct. Celui qui s'invite, par le pouvoir du peuple, à une place qui ne lui était pas dévolue est forcément suspect à vos yeux. .

Vous ne vous posez pas la question, par exemple, de savoir pourquoi la candidate PLR; Mme Rochat, a été la plus biffée par ses troupes. Non cela n'entre pas en ligne de compte pour un journaliste de votre "trempe", qui plus est grand observateur du grand monde politique hexagonal.

Autre question encore sur une autre situation, tout aussi évidente, par exemple, de savoir combien de candidats députés ou au conseillés d'état...sont-ils passés par d'autres partis avant de se fixer sur leur formation définitivement. Cela aussi serait intéressant à savoir...

Mais au fond, c'est vous le journaliste, et certainement vous allez un jour, nous informer de cela et bien d'autre chose encore...

Écrit par : Exprof | 11/11/2013

Stupeur! que votre commentaire (à la demande: "courtois"!) sieur thierry!
Si les "amis qui ont hissé Poggia sur leurs épaules dimanche soir risquent fort de le laisser tomber à la première occasion qui leur sera offerte", que sont, qui sont, quelle "qualité d'être", de tels amis? Quant à ceux qui seront gouvernés pas ces "amis"! pitié pour eux.

Écrit par : Alix | 11/11/2013

Le vocabulaire émotionnel est décidément détestable et creux:

"propagande gluante de haine fétide"
"blanchiment d’idées sales"
"outrances les plus nauséabondes"
"affiches les plus immondes et les discours les plus malsains"

Ah, le gluant... Huuuummmmm.... Et la haine fétide: je m'en bouche le nez rien qu'à lire. Et surtout le plus marqué: nauséabond. C'est la marque indélébile de l'extrême-gauche la plus crasse.

Tous les mots y sont: vous êtes un vrai stalinien style Mediapart.

Écrit par : hommelibre | 12/11/2013

Si Poggia est d'extrême droite... c'est donc que vous êtes d'extrême gauche, dans la lignée de votre camarade Hodgers. Résultat du jeu: 1-1, donc jeu blanc !

De toute façon les Genevoises et Genevois ont eu le temps de réfléchir et ils ont rendu un verdict parfaitement équitable. Et bravo encore au jeune capitaine Maudet pour son score éblouissant. Espérons qu'il ne chope pas trop le melon... et qu'il ne devienne pas le Couchepin de service.

Quant aux deux dames qui ont été virées, c'est la preuve qu'il ne suffit pas d'être dame-née... les Genevoises et Genevois l'ont bien compris... sauf Maria... qui va sûrement écrire une lettre de protestation à Antonio pour qu'il cède sa place à Michèle. Post Tenebras Lux !

Écrit par : petard | 12/11/2013

Deux islamistes sur 7 conseillés d'état genevois, ça doit arranger les banques !

Ils blanchissent d'un coté et se font braquer de l'autre par les mêmes clients !

Maria-Antonella Bino est nommée Responsable de la Conformité, des Affaires Juridiques et du Contrôle Permanent de BNP Paribas (Suisse) SA

Vous savez, votre ex-procureur suppléante du ministère publique de la confédération qui a le cœur qui balance entre Hodgers et Poggia !!!!!

Écrit par : Corto | 12/11/2013

Quant à Poggia, il faudra le mettre à la justice, parce que question santé politique, c'est pas garanti !

Écrit par : Corto | 12/11/2013

D'accord avec votre commentaire, hommelibre. L'usage de ces formules dispense, semble-t-il, de toute analyse.

Écrit par : Mère-Grand | 12/11/2013

"Deux islamistes sur 7 conseillés d'état genevois"
J'espère sincèrement que ce commentaire est excessif. Mais ...

Écrit par : Mère-Grand | 12/11/2013

Mère-Grand, un qui va rendre des visites officielles payées par l'état au hamas et l'autre lié par les liens sacrés du mariage à la famille trabelsi qui s'est retournée comme une veste du coté d'Enarda, je sais pas ce qu'il faut de plus ?

Écrit par : Corto | 12/11/2013

sans parler du ministère publique de la confédération qui obéi au doigt et à l'œil aux ordres des islamistes "révolutionnaires", dans le même temps l'un des fusibles du ministère publique de la conf qui se fait exploser, alors que ce n'était pas la pire (de plus très belle femme) et qui finit directe dans la banque de Ben-Ali et qui plus est, aux compliances !

Je comprend mieux pourquoi il n'y a plus de BD genre Tintin, la concurrence de la réalité dépasse tellement la fiction.

L'impunité a atteint des sommets dépassant largement la hauteur de nos alpes, il faudra penser à bétonner nos sommets !

Écrit par : Corto | 12/11/2013

Un ami musulman m'a bien fait comprendre une jour qu'on ne dit pas islamiste.

Ensuite notre société étant résolument laïque je ne vois pas le problème, du moment qu'il n'y ait pas de changement dans notre mode de vie de tous les jours. Voila des arguements qui font juste le polémique mais ne résoud rien. En attant Monsieur Poggia, que je ne soutiens pas, à la possibilité de faire un vrai ménage dans son futur service. Il serait bien que le système de mobbing du SPC cesse. Que cette entité arrête de dicter ses règles en se mettant en désaccord de manière permanente avec la loi. Je ne mentionnerai pas le squat de locaux qui a duré pendant des années.

Cette logique me rappelle certains pays ou régime qui ne tolère que des gens d'une religion ou d'un parti. C'est très grave!

Écrit par : plume noire | 12/11/2013

Mais comment faites-vous pour être publié, HL, pétard et les autres ? Si je dis le 1/10ème de ce que vous dites, mes commentaires passent à la poubelle ...

Écrit par : Géo | 12/11/2013

Blocher n'avait pu rien faire...

Je me rappelle surtout que sont département à fait une bourde administrative monumentale. près de 40'000 dossiers laissé en déshérance. Pas traité. Ce problème n'était pas politique. Il était purement professionelle. Dur pour un homme d'affaire d'être aux affaires et au pays!

Écrit par : plumenoire | 12/11/2013

@ Jean-Noël Cuénod,

Votre billet résume ce que les observateurs attentifs publient dans des revues scientifiques.

VU le travail que vous aurez à abattre à La Cité, j'imagine que vous ne publierez plus ici.

Tant mieux pour vous.

Vous méritez mieux que l'attention distraite des gugus qui rédigent des sermons de 50 lignes sans un fifrelin d'effort.

Bon vent.

Écrit par : Marcinkovsky | 12/11/2013

@Michel Sommer: Je constate une fois de plus que vous ne savez répondre à un commentaire étayé que par l'invective, c'est une preuve de manque d'arguments plausibles.
En fait vous êtes dans la même situation que Sieur Stauffer qui jette un verre d'eau, le courage d'affronter la sanction en moins.

Pour le reste je pense effectivement que le conseiller d'Etat Poggia n'est, et de très loin pas d'extrême droite, pas plus que celles et ceux qui l'ont porté au pouvoir. Si il doit cette victoire à quelqu’un, c'est avant tout à son travail acharné à la défense de ceux, comme le dit M. Dimier, qui ont été abandonnés par le PS bien plus occupé à protéger les acquis des bobos qui le dirigent.

Je pense que vous feriez bien de relire un peut d'histoire genevoise et vous rendrez rapidement compte que les socialistes genevois étaient souvent du côté des bruns. Ne crachez donc pas trop dans la soupe vous allez salir votre propre chemise, qu'elle soit brune ou noire est sans importance.

@Marcinkovski: A votre place je me méfierais des revues scientifiques en matière politique.

Écrit par : SIMON DURANT | 12/11/2013

Sur le fond, M. Cuénod a bien entendu raison. Le mcg n'est ni de droite ni de gauche mais d'extrême droite. Qu'il ait élu un opportuniste qui veut à tout prix "parvenir" ne change rien à l'affaire.

Maintenant s'il est lié à la fameuse famille Trabelsi qui a pillé la Tunisie pendant tant d'années, il y a me semble-t-il un petit problème moral.

Il est juste de dire que la montée de l'extrême droite est la conséquence de l'arrogance et de l'incompétence, de l'arrivisme et de l'égoïsme de ceux qui sont au pouvoir depuis des décennies ici et ailleurs. Mais si les électeurs de l'extrême droite croient qu'ils roulent pour eux, ils font preuve d'une naïveté sans égale : l'histoire a montré qui étaient les dindons de la farce.

Il n'est pas besoin d'être un grand analyste pour constater que la haine est une valeur en forte hausse. Condition préalable au déclenchement de la prochaine der des ders.

Écrit par : Johann | 12/11/2013

"Il est vrai qu'il est difficile, pour le PS, de défendre à la fois les BoBos de la fonction publique,"

Ca, c'est l'hôpital qui se moque de la charité. Qui a défendu tout récemment les annuités des fonctionnaires dans son blog? Combien de fonctionnaires chez les élus mcg? Beaucoup selon Girardet.

Écrit par : Johann | 12/11/2013

Déchainement à Merdiapart Goetl'haine y va de ses cadavres dans le placard, si Hitler correspond au point Godwin Staline doit correspondre au point G selon Homme Libre friand d'images nympholisées.
La vérité selon la Police: Qui Dimier? le PS défend les Bobo fonctionnaires le MCG les flics qui chacun le sait ne sont pas fonctionnaires.
Poggia vers un nouveau CEVA lisation son opposition au train qui ramène la racaille , chacun sait que si les voyous piquent des bagnoles 'c'est pour êtreà l'heure à la gare et prendre le prochain train pour Cornavin.
En attendant que le plouc se ramasse un coup de pic à glace.

Écrit par : briand | 12/11/2013

Plume noire qui traine dans les ornière qui consiste à faire croitre l'espérance autour des Poggia et autres clowns de service, mon cher Plume noire, Poggia mangera sa soupe comme tous les condamnés à fléchir dans cette république pour républiques bananières en manque de comptes à numéros.

Maintenant que l'Europe et les US font la moue, il faut bien remplir les rangs avec des métèques facilement montrables dans les news frelatées et insipides de la tour infernale.

Pour le reste, vous pouvez toujours rêver !

Écrit par : Corto | 12/11/2013

Que penser de la démarche d'un député MCG, Henry Rappaz, qui, TDG dixit, a publié un "message de soutien à l'hebdomadaire Minute" en l'illustrant d'une photographie de singe: comment accepter une démarche pareille?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/11/2013

Le même Rappaz qui mord la main du journal qui a popularisé son parti… Je cite sur son compte Facebook. Il est en plein délire.
"Voilà que la tdg.ch se vante être le site de presse le plus lu à Genève (!) et pour cause, mise à part ce "torchon de papier" il n'y a rien d'autre faut le savoir !
Seule chance le rachat du TEMPS par Blocher avec Pascal Décaillet en rédacteur en chef pourrait changer la donne."

Écrit par : fred | 13/11/2013

« [...] rachat du TEMPS par Blocher avec Pascal Décaillet en rédacteur en chef pourrait changer la donne.»

Rachat par Blocher plausible, mais plutôt avec Philippe Barraud comme réd. en chef. Non seulement ce serait un retour aux sources, mais ce serait béton !

Écrit par : petard | 13/11/2013

Déacaillet au Temps et il coule en 3 semaines, même avec le fric blanchit par blocher et sa clique !

De toute façon, si blocher achète quelque chose c'est avec le fric de l'UBS, comme ses campagnes électorales !

Écrit par : Corto | 13/11/2013

Par contre, où petard vise juste, c'est sur la condescendance de Décaillet vis-à-vis de l'UDC, que dis-je, l'unique espérance d'une carrière ratée tenant enfin sa revanche de la main droite le coude levé vers les cieux.

Ce à quoi nous avons assisté lors de l'irrésistible ascension de blocher où in petto, l'ensemble de l'intelligencia rose-verte sur l'emballage mettait en futs la diarrhée de la cuvée 2013.

Mais de quoi parlait-on, ah mais oui !!

Écrit par : Corto | 14/11/2013

Dans le dernier épisode du "Plouc contre le MCG", nous avions eu droit à un petit essai de victimisation, pensez-donc: "Ma grand-mère savoyarde" qui m'a fait découvrir le patriotisme genevois et l'escalade s'en retournerait dans sa tombe si elle voyait le MCG au pinacle actuellement.... Et les savoyards qui défendaient Genève depuis les remparts! Splendide! Comme si l'Escalade fut un affrontement inter-ethnique et pas un épisode de la géopolitique catholico-protestante. Vos savoyards devaient être convertis au protestantisme, voilà tout. De deux pour jouer sur la corde de la victimisation, il faut être une vrai victime, et il y a déjà une communauté qui a beaucoup souffert qui occupe ce segment de marché et qui joue de cet instrument régulièrement, avec autrement plus de succès. Alors je pose la question: qu'aurais dit grand-maman devant cette récupération politique de son petit-fils? A présent, occupons-nous du reste de la famille, hors donc le plouc espère que la subversion finira par avoir raison du Poggia, non le Plouc, non, c'est dans les loges maçonniques que cela se passe ainsi: c'est au sein de ces lieux d’abaissement intellectuel, ces « sociétés enfantines » dont la conséquence est la « déformation progressive des intelligences par le moyen des sélections et de suggestions combinées dans ce but », selon Paul Copin-Albancelli. Hors Mauro Poggia n'a pas choisi cette voie, il a choisi une école traditionnaliste, le soufisme, il résistera donc à la subversion, d'oú qu'elle vienne.

Écrit par : Jacques Masson | 21/11/2013

Les commentaires sont fermés.