06/11/2013

Politiciens à plan de vol ou à bulletin météo?

 

En ces temps d’élections, il n’est peut-être pas inutile d’évoquer deux grandes catégories de femmes et d’hommes politiques. Celles et ceux qui utilisent un plan de vol pour piloter l’action gouvernementale. Et les autres, qui se contentent de se conformer au bulletin météo.

 

Les premiers choisissent leur lieu de départ et leur point d’atterrissage. Le bulletin météo ne leur sert qu’à prendre de l’altitude pour s’écarter d’un courant adverse ou en perdre afin d’éviter des masses nuageuses. Mais la météo ne leur fera pas changer de cap, sauf tempête exceptionnelle.

 

Les seconds, eux, font du bulletin météo, leur plan de vol. De Genève, ils voulaient aller à Barcelone, mais le temps se gâte vers le sud. Alors, rendons-nous plutôt à Berlin. Ah, la pluie s’abat sur l’Allemagne! Voyons plutôt si à Rome, le soleil luit…

Ces politiciens de tendance météorologiste n’ont d’autre vision que leur élection. Ils ne savent pas où se rendre et peu leur importe. L’essentiel est de siéger et pour ce faire, tout est bon.

 

S’ils sentent que la population pourrait bien prendre tel bouc émissaire pour exprimer sa colère, les voilà qui poursuivent la proie à cor et à cri, la caricaturent sur leurs affiches, en font l’unique objet de leur ressentiment.

 

Mais tout change, même les boucs émissaires. Peu importe, capturons en un autre. Et tout recommence. Avant-hier, les Juifs figuraient comme victimes expiatoires. Hier, c’étaient au tour des ouvriers italiens et espagnols d’être assigné à ce rôle. Aujourd’hui, il est dévolu aux Roms, aux émigrés, aux frontaliers. Et demain, qui d’autres?

 

La haine des Juifs a conduit à la Shoah. La xénophobie a rendu plus difficile l’intégration des Italiens et des Espagnols, mais elle ne l’a pas empêchée. Leurs enfants sont désormais des Suisses comme les autres. Notre pays aurait simplement pu s’épargner des haines stupides et improductives. Les recettes toxiques de jadis et naguère aboutiront aux mêmes plats empoisonnés.

 

La Suisse, la France et un grand nombre de pays européens fourmillent de ces politiciens à verbe haut et vision basse qui brandissent leur drapeau national, alors qu’ils n’ont pas d’autre patrie que celle de leur ego surdimensionné. Leurs solutions n’ont jamais apporté que ruines dans le pire des cas ou impasses dans le meilleur.

Certes, les politiciens à plan de vol n’ont pas la superbe des grandes gueules. Leurs affiches sont moins colorées. Leurs discours manquent de flammes. Mais il est préférable de les installer aux commandes. Sinon…

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

avioncrash.jpg

16:24 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Pour info :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_214_Asiana_Airlines

Écrit par : Johann | 06/11/2013

Monsieur, votre article retient notre attention.
Une femme de radio a dit que les politiciens nous correspondent... Notre civilisation, je vous cite, en un précédent article, "médiamercantile", serait-elle, peu ou prou, responsable de nos égos surdimensionnés à force de publicités de...flatteuses à... mirobolantes?

Écrit par : Alix | 06/11/2013

Merci pour votre reflexion ..très salutaire...Espèrons que la majorité gardera la tête froide et ne se laissera pas happer par l'appel des populistes de bas étage"..

Malgrè tout il y a des sujets qui fâchent, même ceux qui gardent la tête froide.. En vrac ....explosion des loyers en parti liés aux employés de grandes entreprises mais aussi à l'abscense du canton en tant que "constructeur" de logements , assurance maladie exorbitante, petites délinquances dans les quartiers, dealer, incivilité (cours d'école transformées en lieux de beuveries et de fumette le soir) , mobilité exécrable pour tous (bus, vélo, pièton..), touristes en niqab sur les quais qui bafouent les principes de laïcité et d'égalité de notre république, encadrement des jeunes insuffisants (parascolaire, services sociaux pour la jeunesse,..) , ..., , etc..., .... bref tous ces sujets doivent être pris à bras le corps par les partis politique "non-populiste".... sinon le crash est déjà programmé..

PS: les termes "Ces politiciens de tendance météorologiste" ne me plaîsent guère... comme si les "météorologistes" étaient des girouettes.. il ne faut pas confondre le vent et celui qui le prévoit... et c'est un météorologiste qui vous parle (remarque sur le ton humoristique ..évidemment) ..
"Ces politiciens girouette"... d'accord
Cordiales salutations,

Écrit par : lionel | 06/11/2013

Cher Plouc,
Pour avoir été fille d'émigrés dans les années 1945 et plus, j'entends encore mon papa et ma maman me seriner chaque jour que nous nous devions d'être encore meilleurs que les Suisses,même si mon père a toujours refusé la nationalité suisse, me disant que l'on ne vendait pas son propre pays dont il était fier, mais il était plus Suisse que les natifs, et lors de nos séjours chez les grands parents en Italie, il donnait de la Suisse une image idéale, oubliant les salaires qu'il touchait...Mon arrière grand père partait, lui, chaque printemps du nord de l'Italie avec quelques copains du village pour aller travailler à Paris, ils faisaient le trajet à pieds, mais oui, avec un baluchon sur l'épaule, pour aller construire des maisons dans la capitale, logeant chez une vieille demoiselle pour 3 fois rien, et repartant de Paris en novembre pour regagner l'Italie avec les quelques sous qui allaient permettre de faire vivre sa famille nombreuse...Oui, je sais, il faut débrancher les Papy et les Mamys avec leurs vieilles histoires, pourtant il est parfois bon de se souvenir et de refuser toute tentation de populisme (puisque c'est le nouveau à la mode).Serait-ce que le terme de Fascio est démodé ???
Merci cher plouc pour cette chronique que, en tant que Suissesse ayant choisi la France profonde pour passer sa retraite, me permet de lire la Tribune et d'avoir les nouvelles du pays...

Écrit par : wilfredagnes | 07/11/2013

Les commentaires sont fermés.