26/10/2013

POLLEN

 

pollen3.jpg

 

 

Eternel matin

           L’esprit est un corps

 

 Un corps libéré

 De sa puissance

Et de ses rictus

 

Un corps délié

             Aux formes sans forme

 Sans lieu ni jour

 

 Un grain de pollen

 Porté par le souffle

        Pour d’autres semences

 

                                          Joie d’être éclaté

                                         En feu d’artifice

                                      Se décomposer

                                      Se recomposer

 

 

Devenir toujours

Toujours devenir

 

     Rien n’arrête la mort

     La mort n’arrête rien

 

Jean-Noël Cuénod

 

Livres de poésie de l'auteur disponibles dans les librairies Payot ou auprès de l'éditeur Samizdat (Denise Mützenberg, 8 chemin François-Lehmann - 1218 Grand Saconnex):

- Circonstances

- Le Goût du Temps (Prix Festival Rilke 2012)

Disponibles sur les sites FNAC, Amazon,

 - Matriarche (Editions Editinter Paris)

- Liens (Editions Editinter Paris)

- Amour Dissident (Editions Editinter Paris. Coécrit avec Christine Zwingmann - Médaille du Sénat).

 

14:51 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Merci pour votre poème Pollen: si "la mort n'arrête rien"... ne nous donne-t-elle pas la chance de tout remettre à plat, de repartir à zéro avec un nouveau "corps", l'Inde nous souffle une nouvelle "robe", quelle que soit la saison, printanière?! Si nous pouvions adopter ce point de vue, porter un regard "étoilé" sur nos quatre saisons... l'hiver, sans lequel nul printemps, que nous redoutons, l'hiver, en trait d'union avec le printemps, ses paysages féeriques, ses lutins... ne serait-il paa plus que bienvenu; ne vieillierions-nous pas mieux: plus proches les uns des autres, en harmonie, en douceur: mort "faucheuse", "gueuse"? ou mort-passage par lequel nous nous "changeons" en changeant de vêtement... d'un corps l'autre... en attendant le suivant, et ainsi de suite?!

Écrit par : myriam belakovsky | 26/10/2013

Autant j'apprécie vos commentaires en prose et en prise avec l'actualité autant je reste quasi imperméable à votre poésie. Vous n'y pouvez rien...et moi non plus.

Écrit par : Michel Sommer | 27/10/2013

Les commentaires sont fermés.