09/10/2013

Marine Le Pen interdit que l’on appelle un chat, un chat

 

chatsauvage.jpg

MarineLePensevere.jpg

Pour Marine Le Pen, un chat n’est pas un chat. C’est un félin, un félidé, un felis silvestris, un felis felis. Mais pas un chat. Et le premier qui prétend le contraire sera traduit devant les tribunaux.

 

Nous vivons des temps étonnants. Le candidat UDC au Conseil d’Etat Yves Nidegger propose de créer une enclave suisse au Maroc pour y envoyer les vieux Genevois désargentés. Marine Le Pen interdit aux journalistes d’indiquer que son parti d’extrême droite est d’extrême droite. Ces énormités n’empêchent nullement l’UDC en Suisse et le Front national en France de prospérer électoralement. Et ce sont ces partis, extrémistes quoiqu’ils en disent, qui taxent les autres d’irréalisme!

 

De la part de Marine Le Pen, le seul fait de vouloir traîner en justice les journalistes plaçant son mouvement à l’extrême droite, signe son extrémisme. Il en serait de même si Mélenchon et son Front de Gauche annonçaient des poursuites contre ceux qui les rangeraient à l’extrême gauche. Les extrémistes, d’où qu’ils viennent, ne supportent pas que l’on donne d’eux une autre image que celle diffusée par leur propagande… C’est même à cela qu’on les reconnaît.

 

En prônant le référendum pour la peine de mort, le repli de son pays à l’intérieur de ses frontières, en faisant des immigrés les boucs-émissaires de la crise économique, le Front national se place sur une ligne politique qui a toujours été celle de l’extrême droite, de tout temps et en tous lieux.

 

En revanche, il serait tout à fait erroné de prétendre que Marine Le Pen ou Blocher sont fascistes. Contrairement aux mouvements fascistes ou nazis, le Front national et l’UDC acceptent pleinement le jeu démocratique et n’organisent pas de milices destinées à prendre le pouvoir par la force.

 

L’extrême droite ne se résume pas qu’au fascisme. Elle est formée de plusieurs courants distincts les uns des autres: royaliste (en France, bien sûr), intégriste chrétien, conservateur radical, républicain nationaliste entre autres. Certains d’entre eux se réclament du racisme mais d’autres ne sauraient y être associés. Ces composantes diverses ont pour dénominateur commun le «nationalisme intégral», formule chère à Charles Maurras, le penseur royaliste qui fut l’intellectuel majeur de ces droites extrêmes au début du XXe siècle.

 

De même, l’extrême gauche ne doit pas être réduite au seul communisme autoritaire. L’anarchisme, le stalinisme, le trotskisme sont séparés par des gouffres et non par de subtiles nuances.

 

Dire que Blocher ou Marine Le Pen appartiennent à l’extrême droite ne revient pas à les traiter de fascistes. Et qualifier Mélenchon de leader d’extrême gauche ne signifie pas qu’on lui colle l’étiquette de chef stalinien. Mme Le Pen fustige le «politiquement correct» des «bobos de gauche». Voilà qu’elle veut désormais imposer la novlangue du Front national.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

 

 

ESPACE VIDEO

Excellente analyse du rédenchef de L’Express, Christophe Barbier

 

16:40 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

je suis un vieil extrémiste, ne me prenez pas pour un con-sensuel.
Quel curseur pour quel dispositif politique ? au delà de l'extrême , il y a l'ultra , et ensuite il me semble que nous n'avons plus de mots .
Enfin moi je n'en connais pas.
Je suis radical , non pas membre du PLR , je suis pour des réformes radicales .
alors je suis de gauche, de la gauche de la gauche ,alors gauchiste ? non je suis extrémiste.

Écrit par : briand | 09/10/2013

"Sentiment subjectif d’insécurité"
"mal voyant"
"chance pour la France"

En terme de novlang c'est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité.

Écrit par : Eastwood | 09/10/2013

Le problème, c'est que lorsque les journalistes parlent d'exrêmistes de droites, il pensent fascistes. Ce n'est pas dit ouvertement, mais c'est tellement visible que s'en est risible. Rares sont les journalistes à reconnaître, comme vous le faites" que CB ou MLP ne sont pas fascistes.

Je comprends que MLP ne veuille plus qu'on dise d'elle qu'elle est extrêmiste si pour les journalistes cela signifie fasciste.

Écrit par : Pavel | 10/10/2013

Pavel, un état doit être fort, fort n'est pas synonyme de faible, cela va sans dire, ni violent, car la violence est un aveu de faiblesse.

Concernant le fascisme, ce phénomène est indissociable de violence et surtout d'injustice vis à vis de ses opposants ou de ses victimes désignées.

La France n'en est plus au stade des choix, les électeurs se déplacent vers les urnes pour des motivations liées à des urgences graves, dans la majeure partie des cas, les électeurs français, ou votent contre les partis républicains en donnant leurs scrutins au FN ou votent pour les partis républicains pour barrer l'avancée du FN, le parti socialiste la bien comprit en divisant le pays avec des formules comme celle du "mariage pour tous", en faisant de la sorte, nous avons vu les militants socialistes amalgamer les républicains conservateurs au FN. Alors que c'ette manoeuvre peu habile provoque aujourd'hui des listes communes entre socialistes et UMP dans le département du Var pour contrer le FN !

Pour illustrer les faits, que deviendrons les homosexuels dans le Var au cas ou le FN remporte les cantonales, ils deviendrons l'exemple cuisant de ce que nous pouvons qualifier de dérives fascisantes et de formes de persécutions annoncées. Des homosexuels voulant, faire exercer leur droit de se marier vont se heurter aux blocages et aux pressions exercées sur les maires de localités, le fait qu'un maire unisse des personnes du même sexe, vont devoir supporter des pressions d'ordre fonctionnel, budgétaires et cloisonnement, ceci est un des exemple que nous pouvons qualifier de pratiques fascistes, de plus stigmatisant une minorité.

Cet exemple n'est imputable uniquement au FN, mais à la réaction prévisible ayant aussi poussé des électeurs à ne pas voter républicain.

Le PS pleurs et le FN coupe les ognons !!

Écrit par : Corto | 10/10/2013

CORTO évoque les promesses aux gays, le mariage gay, des socialistes comptant sur leurs voix pour se retrouver au pouvoir: démarche correcte, loyale (en politique?)! J'avais suggéré, sans être entendu, non un mariage gay mais, en un premier temps, un compagnonnage gay, puis, en un second temps, vu les divorces toujours plus nombreux, l'aspect trop souvent, exceptions confirmant la règle, aussi, malgré tout... tellement contraignant du mariage habituel, un compagnonnage pour tous, homos comme hétéros... démarche qui n'aurait pas monté les uns comme les autres... Quant aux enfants... ce qui peut choque l'enfance le peut tout aussi bien concernant les manifestations homos qu'hétéros... Je proposais juste le droit de ces enfants à connaître leurs géniteurs/trices à leur demande... J'ai perdu bien du temps, affranchi nombreux courriers, même pas accusé réception, bref! autaant cracher dans un violon (je ne suis pas du genre "je sais tout" mais je crois que cette suggestion, telle qu'exposée ici, était positive)... Myriam Belakovsky

Écrit par : myriam belakovsky | 11/10/2013

Myriam, je partage volontiers votre avis sur le mariage, mais ce n'était pas vraiment le propos de mon commentaire, je tentais d'illustré la totale complémentarité entre le PS et le FN !

Bien à vous

Écrit par : Corto | 11/10/2013

Les commentaires sont fermés.