10/09/2013

A la Galerie ART-aujourd'hui: la caresse du vide

 

 

pierre_saint_paul_technique.jpg

L’Esprit souffle où il veut mais selon les règles précises qu’il s’est à lui-même fixées. Il en va ainsi des œuvres créées par deux Pierre que la Galerie ART-aujourd’hui à Paris vient de cimenter. Ils y exposent de mercredi 11 septembre à dimanche 20 octobre. Le peintre Pierre Saint-Paul (photo en haut) et le sculpteur Pierre Martinon (photo en bas) ne se connaissaient pas. La philosophe-galeriste Marianne Rillon et l’artiste Philippe Rillon les ont réunis, leurs démarches présentant d’étonnantes similitudes.

 

Martinon et Saint-Paul donnent, chacun selon sa technique, corps à cet Esprit qui ne connaît ni dogme ni prison. Le peintre et le sculpteur remplissent pleinement leur rôle de chaman, de truchement entre l’invisible et le visible.

 

«Toujours en quête de la plus grande économie de moyens, la peinture de Pierre Saint-Paul vise au sacré. Mais, pour non-figurative qu’elle soit, s’y inscrivent les tensions profondes et les puissants paradoxes qui sont la trame même de notre réalité contemporaine. Saint-Paul fuit les certitudes et ose affronter le doute», explique Marianne Rillon dans son dossier de presse.

 

Le doute, loin d’être opposé au sacré, lui confère son aura. Lorsque le sacré va de soi, il n’est plus questionné; n’étant plus questionné, il devient simple chose, un meuble parmi d’autres. Alors que s’il est remis en cause et en question, le sacré doit résister à cette interpellation; il en résulte une tension dramatique qui lui infuse un sang nouveau. C’est le combat avec l’Ange, toujours recommencé.

 

«Il faut avoir vu dans l’atelier, une pièce en cours, pour comprendre que les formes si sensuellement pleines de Pierre Martinon sont physiquement faites d’une peau ou membrane de terre autour d’un noyau central… vide (cet espace intérieur permettra ultérieurement la cuisson sans fissures ni éclatements)», relève Marianne Rillon.

 

Le vide, véhicule du sacré, est ce qui donne vie au plein. La nature n’a donc pas horreur du vide, sa matrice. Au contraire. Un vase sans vide ne remplirait pas son office et c’est grâce au vide que le sang irrigue le corps. Dans notre monde actuel trop plein, nous manquons singulièrement de vide. A quand l’infarctus social?

 

L’Esprit, tel qu’il est incarné par Martinon et Saint-Paul, est aussi fait de chair. Les sculptures de l’un et les tableaux de l’autre, appellent la caresse.

 

Jean-Noël Cuénod

 

pierre_martinon_terre_cuite_h_50x60x50cm.jpg

 

PRATIQUE

 

La Galerie ART-aujourd’hui est sise 8 rue Alfred-Stevens à Paris IXe arrondissement (métro: Pigalle). Elle est ouverte mercredi et jeudi de 13 h. à 19 h., vendredi et samedi, de 15 h. à 20 h. et sur rendez-vous. Contact: Marianne Rillon, tél. fixe +33 (0) 1 71 37 93 51; tél. portable: +33 (0) 6 52 34 98 24. Courriel: contact@galerie-art-aujourdhui.com; site: www.galerie-art-aujoudhui.com

18:42 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.