03/08/2013

Banlieues et politique de la Ville : 36 ans d’échec. Pourquoi ?

 

clichy-sous-bois-la-foresti-1260725706.jpg

 

36 ans de politique de la Ville en France. 36 ans d’échec. Depuis le premier plan d’aide aux cités des banlieues défavorisées, adopté par le premier ministre Raymond Barre en 1977, chaque gouvernement y est allé de son « plan Marshall » pour calmer ces quartiers qui, régulièrement, flambent en émeutes. Les uns croyaient aux miracles de la rénovation urbaine, les autres ne juraient que par le renforcement des dispositifs policiers, d’aucuns misaient sur l’aide sociale. Aucune de ces mayonnaises, montées à gauche ou à droite, n’a pris.

Le président Hollande table aujourd’hui  sur la concentration des ressources vers les zones les plus pauvres. Gageons que ces louables intentions seront aussi vouées à l’insuccès que celles de ses prédécesseurs.

Cette impressionnante succession de défaites démontre que ce problème ne se limite pas aux banlieues mais qu’il se rapporte à la conception même du pouvoir en France.

 Ce pays est le plus centralisé du monde démocratique. C’est le centre qui décide de tout, aux échelons inférieurs d’appliquer les directives de Paris. Et ces directives concernent les situations les plus diverses. Or, il n’y a pas une, mais des cités. Les échelons locaux sont donc bien mieux placés pour débrider les plaies dont souffrent certains de leurs quartiers. Mais voilà, ces échelons n’ont pas de ressources qui leur sont propres et sont obligées de quémander l’aide du centre qui l’accorde ou non selon ses critères.

 La France n’aime pas le fédéralisme. Les réformes entreprises pour dégonfler le centre des décisions se sont révélées bien timides et ont favorisé l’émergence de roitelets provinciaux qui se satisfont des apparences du pouvoir. Mais sans une véritable décentralisation, la politique de la Ville restera lettre morte.

Jean-Noël Cuénod

 

08:54 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je n'aime pas le titre un plouc chez les bobos ni l'idée qu'en une 1/2 page, on imagine résoudre un tiers de siècle de problèmes ( excès de suffisance sans doute) mais le remarque sur l'opposition fédéralisme/ centralisme et émergence de roitelets est très juste.

Frédéric Lemaréchal

Écrit par : Frédéric Lemaréchal | 03/08/2013

La France a construit de nouveaux logements pour accueillir des immigrés, venus en principe pour travailler dans les usines.

Non seulement les usines délocalisent en laissant la France avec moins de ressources en impôts, mais de plus l'immigration augmente chaque année.

Dans cette situation donnée, inutile de parler de la violence, la dégradation des bien publics, mais aussi de la délinquance engendrée par l'ennui d'une part, l'absentéisme d'une école pourtant gratuite.

Actuellement les jeunes sont formés gratuitement à coup de milliards, pour devenir de toute façon des chômeurs, si ce n'est des délinquants.

Et dans le cas où ils deviendrait quand même des délinquants, malgré les efforts de l'état, ce même état va encore dépenser de l'argent pour nourrir, surveiller, encadrer lesdits délinquants, à qui on offre quand même une deuxième chance et pourtant ils ne la saisissent même pas.

De plus, ils se droguent mettant ainsi en péril leurs vies, avec de la drogue, cigarettes ou bien alcool, qui génèrent des guerres des gangs comme à Marseille.

Le problème existe chez nous, en Suisse aussi.

Isabel Rochat était même prête à donner 4'000,- francs suisses à ceux qui aurait décidé de partir de leur plein gré.

Il y a à Genève des personnes âgées qui n'osent même plus sortir de chez elles, de peur de se faire attaquer, violer ou bien encore assassinées.
Quand ce n'est pas un accident de la route qui les guettent.

Et dire que des centaines (que dis-je ... des milliers!) de femmes vont dans ces pays du Sud, pour chercher un bonheur éphémère ... alors que de toutes les façons, elles peuvent trouver ici, sur place, des hommes qui arrivent par centaines en provenance de ces pays du Sud, cherchant un Eldorado ...

Certaines tombent même enceintes, élèvent seules leurs enfants et deviennent encore plus malheureuses qu'avant.

Pour se plaindre de leurs propres actes elles vont encore dépenser de l'argent pour se confier à des psychiatres, qui ne font que les écouter sans leur donner la moindre piste pour qu'elles s'en sortent.

Tombant dans la dépression, elles perdent aussi leurs emplois, bien sûr l'estime d'elles mêmes, tombent en fin de droit au chômage à l'Hospice Général et cerise sur le gâteau ... elles vont dépenser le peu d'argent que l'Hospice leur donne en France voisine.

Malgré cela, elles se considèrent encore heureuse en se comparant avec d'autres femmes ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 03/08/2013

Jean-Noël, vous écrivez :

"Depuis le premier plan d’aide aux cités des banlieues défavorisées", dans votre petite note permettant aux blogueurs de s'exprimer et n'ayant certainement aucune prétention de vouloir régler quelque problème que ce soit en dépit de ce que déclare Frédéric, je voudrai avancer quelques critiques, ne serait-ce que sur une seule de vos phrases :

"Depuis le premier plan d’aide aux cités des banlieues défavorisées"


Deux mots me font sourire jaune, "aide" et "défavorisées", connaissez-vous d'autres populations recevant autant "d'aide" ? Des "aides" provenant de ceux qui eux travaillent et respectent les règles sociétales, payent des impôts, se saignent à longueurs d'années parfois etc...

Des "aides" qui arrivent comme du beurre sur les épinards de populations en abusent et de plus, volent, trafiquent et roulent en voitures de luxes, c'est d'ailleurs le seul moyen de la police française de leur mettre la main dessus, (pour 2 ou 3 jours) !

Je le répète encore et encore, les trafiques de drogues en France rapportent à ces "nécessiteux" plus de 50 milliards d'euros par an, les vols tout azimut, eux ne sont pas non-plus en reste, 100'000 véhicules volés et jamais retrouvés, ceux qui remplissent les containers venus avec des armes et des drogues pour leurs retours, prostitutions de femmes venant des pays de l'est par des réseaux albanais musulmans intégristes, groupes extrêmement cruels déjà utilisés par Al Capone dans les années 20 aux USA !

Mais il y a un petit espoir, ce sont les bouleversements en Syrie, au Liban et dans plusieurs pays d'Afrique, les pourvoyeurs en substances illégales et en armes de guerre, ce sera peut être et même certainement par ce biais que la France sortira de cette économie infernale.

Ce n'est d'ailleurs pas par hasard que l'ensemble des gouvernements eurabiens se sont réunis pour reconnaitre ou pas le hizbollah comme organisation politique. Comme si dans un dernier élan d'espoir les technocrates de cette Europe pourrie dans la moelle, voulait octroyer des passeports diplomatiques aux barbus terroristes avant de les voir découpés en morceaux par les djihadistes sunnites !

C'est un peu le voile qui se lève qui crée tous ces questionnements, allant du dépouillages des victimes d'un déraillement tout aussi louche que le reste, des bandes qui vont "ruclonner" autour d'autres cadavres que ceux laissés par la guerre des drogues tout aussi meurtrières !

Qui sont les vrais défavorisés, Corto ne si trompe pas !

Écrit par : Corto | 03/08/2013

Intuitivement je serais aussi tenté de m'exclamer que "c'est un échec".

Mais factuellement ça ne veut rien dire: Un échec selon quels critères et points de mesures ? Quelles sont exactement les problèmes, posés par qui, pourquoi et quand ?

Avant de prétendre poser des solutions, il faudrait déjà analyser et clairement identifier les problèmes.

Écrit par : Eastwood | 03/08/2013

Messieur,

Votre ideologie vous interdit voire la réalite Vous voulez voir le probleme administrative au lieu regarder em face la réalité GRAND PROBLEME ETNIQUE Admettez enfin que les gens puevent se detester pour le race ou le religion

amicalement

Marek Stepinski

Écrit par : stepinski | 03/08/2013

Jean-Noël Cuénod, avec raison vous écrivez de la France que "ce pays est le plus centralisé du monde démocratique (...) centre qui décide de tout, aux échelons inférieurs d'appliquer les directives de Paris." Quid de la zone euro? n'est-ce pas "aux échelons inférieurs d'aplliquer les directives de" Bruxelles?! Myriam Belakovsky

Écrit par : Myriam belakovsky | 03/08/2013

Ah, la belle époque où on s'engueulait sur les blogs, comme le temps passe vite !!!

Écrit par : Corto | 03/08/2013

Les commentaires sont fermés.