23/07/2013

Hitler, nomades et fausse bourde de Bourdouleix

 Le dérapage reste la principale activité des politiciens, même l’été. Si la route des vacances est sèche, le boulevard des médias demeure glissant. Mais le mot « dérapage » convient-il ? Nullement. C’est un de ces termes fourre-tout que les médiacrates utilisent par paresse et manque de temps.

 

Penchons-nous donc sur la dernière fausse bourde, celle commise par le bien nommé Bourdouleix. Rappel des faits : une communauté évangélique de nomades campe de façon sauvage sur la commune de Cholet dans l’Ouest de la France. Le député-maire Gilles Bourdouleix déboule sur les lieux pour exiger le départ des évangélistes en roulottes. On s’invective. On échange des noms d’oiseaux. Les nomades ont-ils fait le salut nazi devant le maire?  En tout cas le micro d’un journaliste capte ce soupir de l’illustre Bourdouleix : « Comme quoi, Hitler n’en a peut-être pas tué assez… ». Bien entendu, le député-maire criera au « bidouillage » ourdi par un « petit merdeux de journaliste ». Mais personne ne croît à ses dénégations, même pas son parti, l’Union des démocrates indépendants (UDI). Ses dirigeants, horrifiés par ce propos, l’ont exclu de leurs rangs manu militari, avant de se rendre compte qu'une éviction aussi prompte n'était pas conforme aux statuts de leur parti. Une démarche a donc été lancée afin de mettre Bourdouleix à la porte. Quant à la justice, le procureur de la République a ouvert une enquête préliminaire pour "apologie de crime contre l'humanité" afin de mieux connaître les détails de cet échange. 

 Il est sans doute nécessaire, hélas, de rappeler que le nazisme a développé une politique systématique d’extermination des Tziganes, Roms, Gitans et autre peuples nomades. Plus de 500 000 d’entre eux ont été massacrés.

 

Alors, Bourdouleix a-t-il « dérapé » ? Notons tout d’abord qu’il ne s’agit sans doute pas d’une provocation à la Jean-Marie Le Pen, qui préparait de façon savante ses prétendus « écarts de langage » lorsque les médias ne parlaient pas suffisamment de lui. Mais Le Plouc hésite à qualifier de « dérapage » la bourdouleixerie.

  Ne serait-elle pas plutôt l’expression d’une opinion enfouie que le politicien prenait soin d’occulter afin de ne pas nuire à sa précieuse carrière ? La chaleur estivale, l’énervement, les insultes ont alors fait sauter ce barrage pour laisser couler le fond de sa pensée, si on ose user d’un terme aussi noble en de si méprisables circonstances. N’oublions pas que ce député-maire est obsédé par les nomades contre lesquels il multiplie recours et démarches.

Sa référence à Hitler n’est pas une bourde, c’est une panne temporaire de surmoi.

 Politiquement, Bourdouleix-sed-lex ne vient pas de nulle part. Sa participation aux centristes très modérés de l’UDI dirigée par Jean-Louis Borloo ne doit pas faire illusion. Sa véritable formation est le Centre national des indépendants et paysans (CNIP) qu’il préside depuis 2009. Ce petit parti s’est fondu récemment au sein de l’UDI. Créé en 1949, le CNIP a longtemps servi de sas de décontamination pour politiciens d’extrême-droite soucieux de faire carrière dans les grandes formations de la droite gouvernementale.

 

 Après la Libération, le CNIP a réuni des conservateurs venant de l’aile droite de la Résistance et d’autres ayant participé à la collaboration. Cette présence d’authentiques résistants au Centre des Indépendants a permis aux pétainistes de se retremper dans des eaux plus républicaines que celles de Vichy. Par la suite, le CNIP a continué sa fonction de machine à laver les anciens extrémistes de droite. Après sa rupture avec Poujade (le défenseur du petit commerce), Jean-Marie Le Pen a été député du CNIP de 1958 à 1962.

 

 Plus récemment, Hervé Novelli, secrétaire d’Etat durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, est passé par le Centre national des Indépendants et paysans après avoir milité à l’extrême-droite et avant de rejoindre des partis plus intéressants pour participer aux sphères nutritives du pouvoir, c’est-à-dire l’UDF de Giscard, puis l’UMP de Sarkozy. Le remugle qui émane du « centrisme » façon CNPI n’est donc pas sans rappeler celui qui s’exhale de l’Union démocratique du Centre de notre pays.

 

Il faut se garder de toute illusion : Bourdouleix recevra moult messages d’encouragements après sa « sortie » sur Hitler et les gens du voyage. L‘antagonisme entre peuples sédentaires et nomades est sans doute le plus ancien de l’histoire humaine. Il sévit à toutes les époques et sous toutes les latitudes. Il prend aujourd’hui une ampleur particulière avec la montée de la pauvreté. Car le plus souvent, les conflits entre nomades et sédentaires opposent des pauvres entre eux. Ceux qui cherchent un coin pour se loger et ceux qui entendent ne pas s’en faire déloger.

 

 Les nantis, eux, sont fort loin d’en être affectés. Ce qui ne les empêche pas de mettre un plein jerrican d’essence sur ce feu lorsque cela sert leurs intérêts. Avocat au Barreau de Paris, chargé de cours en droit constitutionnel à l‘Université d’Angers, député et maire, Gille Bourdouleix fait, de toute évidence, partie des nantis. Sa sortie médiatique va lui valoir sans doute maints suffrages dans sa ville de Cholet. Monsieur Bourdouleix est bien dans le sale air du temps.

 

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

Voici la vidéo qui a diffusé la bourdouleixerie. Tendez bien l'oreille, à la fin.

19:32 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : racisme, roms, france | |  Facebook | | |

Commentaires

Dans votre "rappel des faits", vous oubliez juste de mentionner qu'un élu d'un état de droit démocratique qui a voulu empêché la confiscation par la force d'un bien public s'est vu retourner des saluts nazis par les "évangélistes" !

D'ou engagement de la "conversation" sur ce sujet. Et quoi d'étonnant a ce qu'un journaleux a la recherche d'un homme a abattre (de préférence a droite du PC) le sorte du contexte pour le monter en épingle.

Mais vous, que pensez vous défendre comme valeurs dans votre article ? A force de caricaturer jusqu'au non sens vos idéaux, non seulement vous les desservez mais stimulez la haine intercommunautaire bien plus que ne le ferait un petit extrémiste nazillon que personne n'écoute.

Écrit par : Eastwood | 23/07/2013

Vos propos, Eastwood, sont hargneux, désobligeants ("journaleux")! Certes, si la mendicité excessivement accroupie des roms, l'état en lequel se retrouvent les espaces occupés par eux (mais ces endroits comprennent-ils de quoi assurer l'hygiène de personnes, qui sont des personnes, exactement comme nous... ) à la longue exaspèrent, les propos de Gilles Bourdouleix, comme les vôtres, Eastwood, sont inqualifiables...
Inqualifiables, d'autant plus qu'un peu partout on détecte de "nouveaux-anciens puants relents antisémites...

Puisse le plouc, sa verve, son talent (Eastwood, en seriez-vous jaloux?) son courage faire des petits... si possible pas dans mille ans. myriam Belakovsky

Écrit par : belakovsky myriam | 24/07/2013

Cher Eastwood,
Ne perdez pas de temps à contredire le plouc. Il est tellement imbu de ses théories et de sa soi-disant si très bonne connaissance de la politique française et suisse que je me demande pourquoi le journal « Le temps » libéral, mais si proche de son point de vue, ne l’a pas recherché !
Là où il devient intéressant, c’est lorsqu’il se pique de comprendre l’UDC suisse et de donner ses interprétations toujours enclines à reconnaître, sans aucun doute possible, tous les extrémistes et autres nazillons de service, façon de faire ancrée chez lui comme s’il avait fait ses classes au Kominterm, au KGB et autres groupuscules néo-communistes bien connus.
Mais en fait, son incompétence en matière de langues autres que le français et ses variantes, et surtout sa nullité en langue allemande, majoritaire chez nous, et particulièrement de la « Mundart » si différente d’un canton alémanique à l’autre et leur viscérale et juste rejet de l’omnipotence du « Grosskanton », de la vaste Germanie, ne lui permettent pas de saisir toutes les nuances d’un discours juste sur les valeurs de la Suisse qu’il voudrait voir disparaître au profit de l’internationalisme et multiculturalisme dégradants prônés par ses suppôts de la politique crypto-communistes. Il n’a pas évolué, c’est son droit. Mais est-il vraiment lu, si ce n’est écouté dans es chroniques que, dès le titre lu, pourraient être rédigés par le lecteur tellement son explication de texte est attendue et rarement nous déçoit sur ce point !

Écrit par : simonius | 24/07/2013

@Myriam

Heureusement que j'ai écrit "journaleux" sinon vous auriez vraiment eu de la peine a me classer dans le camp de la haine comme vous le faite systématiquement avec les gens qui ne pense pas comme vous. Et mon principal point, c-a-d que des saluts nazis ont été faits par ces "évangélistes" vous est totalement passé a travers.

Ici on ne parle pas de la mendicité des roms, mais de gitans qui s'empare de terrain par la force et la violence, en défonçant des murets a la masse, découpant des portails a la meuleuse électrique et frappants tous ceux qui se mette en travers de leurs passage, qu'ils soient simple citoyens, élus ou gendarmes. Et c'est plutôt de ce côté la que je détecte comme des relents de chemise brune, incapable de composer avec les lois d'un état démocratique.

Alors s'il vous plait ne me parler pas de hargne... et réveillez vous !

Écrit par : Eastwood | 24/07/2013

Bourdouleix aurait intéressé Bourdieu, l'Habitus fait le moine, produit d'une droite en voie de radicalisation, il y ajoute une note personnelle, pas la première et pas la dernière, en Italie la seule ministre issue de l'immigration est comparée à un primate , c'est le renouveau de l'exposition universelle, plus près de chez moi Eastwwod sorte de Westwood d'un Tea party cher au Docteur Mabutse y va de son couplet avec en porte-voix Simonius tout juste sorti du Weiss bloc identitaire , prônant un renouveau laïc façon Afrikaner White Spirit.
Plus belle la vie sur la Plate-forme.

Écrit par : briand | 24/07/2013

Sans surprise briand me traite de nazis d'une manière un peu alternative, en prenant en otage l’image d'une ministre italienne noir sans aucun rapport avec le sujet.

Mais lui aussi est totalement réfractaire a la simple réalité: Quid du salut nazis de "évangélistes" et de leur mépris total des lois d'un état démocratique ?

C'est probablement trop compliqué pour ces "grands visionnaires humaniste" d'évaluer les faits factuellement et rationnellement sans y mettre une bonne couche d'aveuglement idéologique.

Et puisque vous citez Bourdieu, essayez donc d'expliciter un peu les habitus de vos amis du voyage, parce que dans mes souvenirs ils n'entraient même pas dans sa catégorisation.

Écrit par : Eastwood | 24/07/2013

Les commentaires sont fermés.