19/07/2013

LE MATIN OUVRE SA CHEMISE

 femmeMétro.jpg

Le matin ouvre sa chemise

Et laisse glisser l’air tiède

Sur les jambes nues des passantes

Sur leur poitrine au goût soleil

 

Prépare-toi pour la rencontre

Aiguise-toi au fil de ton cœur

 

De quelle bouche de métro

Sortira-t-elle comme un chant ?

Glissera-t-elle comme un songe ?

De quel coin de trottoir ombreux

Bondira-t-elle comme un faon ?

 

Ne crains rien homme amputé

Car l’autre partie de toi-même

En se dévoilant t’offrira

Les signes de reconnaissance

 

Plaisir éprouvant de l’espoir

Dans la ville au parfum d’orange

Jean-Noël Cuénod

 

 

 

Livres de poésie de l'auteur disponibles:

 

Dans les librairies Payot ou auprès de l'éditeur Samizdat (Denise Mützenberg, 8 chemin François-Lehmann - 1218 Grand Saconnex):

 

- Circonstances

 

- Le Goût du Temps (Prix Festival Rilke 2012)

 

 

 

 

 - Matriarche (Editions Editinter Paris)

 

- Liens (Editions Editinter Paris)

- Amour Dissident (Editions Editinter Paris. Coécrit avec Christine Zwingmann - Médaille du Sénat)

 

 

20:33 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Arrête ton Char,
De la difficulté de provoquer des commentaires énervants, au bas d'un poème dont les vers ne sont pas dans les fruits.
Alors que l'on a déclaré la guerre à la France Normale, si j'en crois certains blogueurs encore plus énervés ,il est peut-être utile de rappeler le passé résistant de Char de Cassou, du lieutenant Eluard à quand les Blogs de Minuit.

Écrit par : briand | 20/07/2013

Les commentaires sont fermés.