27/05/2013

L’élection du Conseil fédéral par le peuple: danger usine à gaz!

 

usineagaz.jpg

 

 Et pourquoi le peuple n’élirait-il pas le Conseil fédéral? Le Plouc serait prêt à voter cette initiative, même si elle provient de cette peu engageante grosse-moutre UDC. Mais son stylo est resté suspendu au-dessus de la case «oui» du bulletin de vote par correspondance. Et finalement, a coché la case «non». Pourquoi? Entre les deux gestes, Le Plouc a lu les explications relatives à cette votation.

 

Le problème central de cette initiative est soulevé par cette perspective qui relève du cauchemar pour nombre de Suisses: et si sept Zurichois étaient élus au gouvernement? Pour y parer, les partisans de l’initiative ont prévu un quota de deux conseillers fédéraux au moins provenant des régions francophones ou italophones. On remarque en passant qu’une notion inconnue en Suisse jusqu’alors est ainsi introduite: celle de régions linguistiques, ce qui peut à l’avenir mettre à mal les cantons.

De même, offrir au gouvernement une onction populaire  lui donnera une charge symbolique très forte, ce qui risque de renforcer son pouvoir et d’affaiblir la démocratie. A cet égard, l’exemple français devrait nous faire réfléchir.

 

Mais le diable ne se terre pas forcément dans ces détails. Il s’agite dans cette invraisemblable usine à gaz que seuls des cerveaux fumants, fumeux et fumistes ont pu concevoir. Lisez donc cette prose fluide comme un cervelas fondu et extirpée, à grand-peine, du matériel de vote.

 

Premier temps: tirons la moyenne géométrique

 

L’initiative prévoit une procédure particulière pour le cas où, au terme de la procédure ordinaire, il n’y aurait pas au moins deux représentants des régions francophones ou italophones parmi les élus: dans un tel cas, les deux sièges réservés à ces régions seraient attribués selon un mode de calcul qui se fonde sur la moyenne géométrique et qui confère ainsi un poids plus élevé aux suffrages des citoyens votant dans les régions francophones ou italophones.

 

Deuxième temps: multiplions les suffrages

 

Cette moyenne géométrique se calcule comme suit: le nombre de suffrages obtenus dans régions francophones ou italophones par un candidat domicilié dans l’une de ces régions est multiplié par le nombre de suffrages qu’il a obtenus dans l’ensemble de la Suisse.

 

Troisième temps: extrayons la racine carrée

 

On extrait alors la racine carrée du résultat de cette multiplication. Sont élus les candidats qui obtiennent les moyennes géométriques les plus élevées. Les candidats de la Suisse alémanique ou de la Suisse rhéto-romane qui ont obtenu le moins de suffrages dans la procédure ordinaire doivent alors leur céder la place, même s’ils ont obtenu la majorité nécessaire.

 

Voilà un texte qui est tout, sauf transparent et qui aboutira, en fin de compte, à délégitimer les élus latins qui auront dû leur élection aux combinaisons de la règle à calcul, bien plus qu’aux suffrages du peuple.

 

Une loi compliquée est une mauvaise loi. Une loi très compliquée est une très mauvaise loi.

 

Jean-Noël Cuénod

10:42 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vue de Geneve, tu vas passer aussi pour un bobo attardé selon Docteur es intelligence Decaillet.
Moi je crois plutot que la démocratie Suisse exemplaire n'est pas mur pour élire quelqu'un au suffrage universel. Il y a trop de magouille de parti. En y regardant de plus près, tout les niveaux d'élection font l'objet d'une formule magique, y compris en ligne national B des grands conseils cantonaux.

De toutes les facons une démocratie avec au maximum 40% de participation à chaque vote, c'est un peu les jeux du cirque, PANEM et CIRCENSES, pour calmer les zozos.

Écrit par : IciGeneve | 27/05/2013

La loi ne sera jamais aussi compliquée que les arrangements des parlementaires fédéraux avant les élections.

Écrit par : norbertmaendly | 27/05/2013

En tout cas vos explications sont claires!

Écrit par : Michèle Roullet | 27/05/2013

De toute manière, ce sont les banques qui ordonnent leurs dictas !

Le modèle baasiste serait peut-être ce qu'il pourrait y avoir de plus souple pour gouverner la Suisse !!

On en a marre de toutes ces illusions !! ça coute un fric fou ces mises en scènes !!!

Écrit par : Corto | 28/05/2013

Et dire qu'on a donner le droit de vote aux femmes !!

Écrit par : Corto | 28/05/2013

Pour moi ce sera un NON. Je suis mon intuition et ne me laisse influencée par personne.

Écrit par : Patoucha | 28/05/2013

Je préfère les math même un peu compliquées aux magouilles des parlementaires lors de élections au CF ! Pensez un seul instant que tout candidat doit être auditionné, interrogé, pesé et soupesé par les groupes comme garantie d'un bon choix pour le pays. Ceci n'a pas empêché de choisir EWS, jamais auditionnée, inconnue pour beaucoup de ceux qui ont voté pour elle, à la seule qualité d'être l'arme sournoise anti CB.
Le système proposé est certes compliqué, il est novateur face à l'esprit de nos habitudes politiques mais ce sont les magouilles des parlementaires qui ont poussé le peuple à rejeter le mode parlementaire actuel et à proposer cette nouvelle façon de faire. Elle ne sera pas plus parfaite que l'actuelle mais elle ne sera pas pire non plus et le choix sera celui du peuple.

Écrit par : uranus2011 | 29/05/2013

faire croire à "plus de démocratie" avec ce truc, dans une Suisse avec tant de km de frontières UE

c'est donner le droit de vote et de choisir le président du CF à une majorité de la population de nos cantons-frontières, ex-frontaliers, new naturalisés, secundos & issus, tous ignorants de ou se foutant complètement du système politique du pays de leur salaire

c'est soutenir les bobos partisans de l'adhésion suisse à l'UE

c'est combler quelques lacunes de cette glorieuse nouvelle constitution genevoise si paneuropéenne si customisée pour la gauche caviar de l'arc lémanique, ces fonctionnaires présidents auto-proclamés du mille-feuilles d'agences agglo & affiliés du grand-genève


à Décaillet & potes, boulot de journalistes
manque un peu de démocratie de ce côté-là:

c'est sur ce truc auto-proclamé Grand-Genève qui s'organise juridiquement tout seul entre 2 chaises, l'une helvétique, l'autre franco-parisienne,

qu'on veut voter!

Écrit par : Pierre à feu | 29/05/2013

l'UDC continue de noyer le poisson au lieu de déposer motions/ s'occuper des nécessaires amendements: quid du financement-transparence & cie!

Écrit par : Pierre à feu | 29/05/2013

Que de grands idéologues sur les blogs !!

UDC, PS, mais que choisir ??

Ils sont si proches dans la pratique !!

Écrit par : Corto | 30/05/2013

Les commentaires sont fermés.