18/05/2013

La loi sur le mariage gay est validée: de quoi se mêle l'Eglise catholique?

La loi sur le mariage homosexuel est inscrite dans le droit. Elle a passé les filtres du parlement et du Conseil constitutionnel. Pourtant, par la voix du cardinal Barbarin  - archevêque de Lyon et à ce titre primat des Gaules -, l’Eglise dite catholique(1)  poursuit le combat: «Je pense que cette loi provoquera plus de trouble. Si elle passe, c’est évident que je continuerai ma mission», a-t-il déclaré vendredi devant les caméras d’Orange-Le Figaro (cf. l'intégralité de son intervention où il aborde d'autres sujets dans ESPACE VIDEO).

 

Que l’Eglise romaine fasse entendre sa voix pendant le débat qui a précédé l’adoption de ce texte, qu’elle organise des manifs à grande échelle pour s’y opposer, c’est dans l’ordre des choses démocratiques. Mais qu’elle maintienne ses consignes de bataille, alors que le mariage gay est devenu, en toute légalité, une loi de la République, cette Eglise sort de son rôle et dévoile ce qui constitue, de tout temps, sa véritable nature: une institution de domination qui prend en otage la sublime figure du Christ pour cacher ses desseins trop humains.

 

De quoi se mêle-t-elle, cette Eglise? La République ne cherche pas à lui imposer de consacrer religieusement une union entre personnes de même sexe. Si tel avait été le cas, l’institution aurait, à bon droit, protesté en brandissant la Loi de 1905 qui sépare en France Etat et religions. Maintenant que le «mariage pour tous» est devenu réalité juridique, qu’elle respecte, à son tour, cette séparation. On ne saurait s’en prévaloir lorsqu’elle nous arrange et en faire fi lorsqu’elle nous dérange.

 

En poursuivant son combat, que cherche-t-elle? A changer la loi? Tous ses recours sont épuisés. A entrer dans le jeu politique pour que, chassant la gauche du pouvoir, la droite abroge le mariage gay? Tout d’abord, il n’est guère probable qu’en cas d’alternance, la droite se lance dans une telle mesure qui tiendrait du casse-tête juridique. Ensuite, l’Eglise romaine ne pourrait plus prétendre se situer au-dessus de la mêlée. Elle y entrerait au beau milieu. Et foi d’ancien pilier de rugby, dans une mêlée, on prend beaucoup de coups! De ce mauvais combat, le catholicisme en sortirait encore plus cabossé qu’il ne l’est. 

 

Jean-Noël Cuénod

 

 

(1)    Selon l’étymologie grecque, «catholique» signifie «universel». Or, l’Eglise qui se prétend telle n’est qu’une branche, parmi d’autres, du christianisme, ni plus ni moins. Elle ne saurait donc prétendre à l’universalité. En tant que chrétien, je n’accepte pas qu’une institution qui doit plus à César qu’à Dieu veuille parler en mon nom.

 

ESPACE VIDEO

 

14:05 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : mariage pour tous, homosexualité, catholicisme | |  Facebook | | |

Commentaires

L'Eglise ? Il me semble qu'elle se mêle de ce qui...la regarde. Qu'en pensez-vous ?
A moins que vous ne suggériez que le Pape et ses auxiliaires ne se contente "d'enregistrer"les "évolutions" de la société (évolutions, bien évidemment).
Et ce n'est pas un...Catholique qui vous écrit.

Écrit par : Jean Gowrié | 18/05/2013

Quelle étrange question!...Si vous aviez simplement rendu compte de ce vous devriez voir autour de vus, puisqu'il paraît que vous êtes à Paris, vous sauriez que les opposants à cette Loi on décidé, selon leur slogan, de ne rien lâcher. Donc....

Écrit par : MM | 18/05/2013

je viens de voir le premier mariage gay je ne suis pas à l aise et l "église non plus...

C 'est la loi HOLLANDE LE Présudent l "a confimé.........

bonne soirée
la DAM de hte savoie

Écrit par : dany lemaitre | 18/05/2013

je viens de voir le premier mariage gay je ne suis pas à l aise et l "église non plus...

C 'est la loi HOLLANDE LE Présudent l "a confimé.........

bonne soirée
la DAM de hte savoie

Écrit par : dany lemaitre | 18/05/2013

On n'a jamais rien assis sur deux pieds.... le thème tel qu'il est présenté ne repose que sur deux pieds : oui ou non au mariage gay.
Il me semble qu'il serait bon d'ajouter un nouvel élément : la notion du mariage en soi. A l'heure où le mariage n'est pas la seule solution pour la vie en couple, il est normal qu'un phénomène vienne réveiller les consciences à son sujet, en l'occurence le mariage gay. En fait, n'est-ce pas le mariage tout court qui est remis en cause?
Au niveau juridique, il s'agit d'un contrat strict. Le mariage fut institué dans cet esprit-là.
Au niveau spirituel, il s'agit d'épousailles, de deux âmes ou esprits qui se rencontrent. Cela se fait naturellement. La relation entre époux peut être très forte et absolue dans l'instant mais l'évolution existenteille de chacun d'eux peut faire que ces épousailles se diluent.
Avec les mariages religieux, il y a un mélange des deux. L'Eglise a aussi ses juristes et cela ressort bien lors des divorces catholiques que l'Eglise appelle "annulation de mariage", comme si on pouvait annuler tout le vécu des deux membres du couple.
Puisque l'Eglise est séparée de l'Etat, son évolution voudrait qu'elle s'occupe plutôt de l'évolution des âmes et des esprits et non de contrat juridique!

Écrit par : Marie-France de Meuron | 19/05/2013

Jean-Noël, vous déclaré qu'en 1905 que l'état s'est séparé de la religion, ce n'est pas très exacte, avant cette date, seule l'église catholique était encore engoncée dans certains texte du code civil, cela suite à quelques réformes entreprises pendant le 3ème empire, la vraie séparation de l'église et de l'état date des réformes napoléoniennes, puis fut réhabilitée dans certains domaines !

Ensuite, si l'église se mêle autant de la sexualité, c'est pour des raisons évidentes ;

D'abord, il semble qu'elle n'a pas grand chose à dire en matière de spiritualité hormis ses litanies dogmatiques et creuses.

Ensuite, si la sexualité se veut de rester "chasse gardée", ce n'est pas sans arrière pensée, notamment en matière de mariage chez les prêtres et leurs pratiques largement répandues et contre-natures.

Pendant des siècles, la seule manière de pouvoir vivre une homosexualité sans risque vital, consistait prioritairement à la pratiquer dans le cadre de l'église catholique, beaucoup de témoignages d'ex-prêtres et d'ex-moines l'atteste, les monastères et autres lieux de séminaires étant devenus de vastes lupanars principalement visités par des hommes et des femmes aux tendances sexuelles particulièrement condamnées par l'église qui les accueillaient.

Depuis que les moeurs homosexuelles sont largement admises dans notre société, parallèlement, l'église catholique subit une très importante crise des "vocations", comme si ces "vocations" étaient par le passé, l'exclusivité de cette église très concernée aujourd'hui par le mariage gay.

La démission de Benoit 16 était liée à des scandales impliquant des cardinaux et autres dignitaires du Vatican dans des affaires de pédophilie impliquant les choeuristes de cet état particulièrement permissif en pratiques répugnantes impliquant des mineurs masculins.

Donc l'église catholique française, ne peut plus être dans son élément lorsqu'elle se prononce en matière de comportement homosexuel, ce qui se comprend !!

Écrit par : Corto | 19/05/2013

A part tout cela, vos indignations étymologiques sont sympathiques mais sans fondement, puisque, de fait, l'Eglise catholique n'a qu'un seul chef ( le pape), et donc, peut se concevoir par ceux dont c'est la confession comme une structure universelle, tandis que les orthodoxes et les protestants (sans parler des nombreuses sectes et groupes particuliers d'obédience protestante et/ ou issus de ce courant) ont plusieurs chefs et sont donc liées à des "portions" du territoire terrestre.

Écrit par : MM | 19/05/2013

En ce jour de Pentecôte,il est écrit que les apôtres reçurent le Saint Esprit pour répandre dans ce Monde la Bonne Nouvelle, la parole de Jésus ressucité en Christ.La Bonne Nouvelle ? Oui. Celle qui nous annonce que la vie est éternelle.Autrement dit,la Vie triomphe de la Mort ! Mais la Vie, la vie de chacun ne peut connaître cette victoire que dans une relation FORTE avec le Créateur.Une union PROFONDE, du fond du coeur, source d'Amour, de Lumière, de Pardon, d'Humilité face aux pièges tendus dans ce monde dont le but est de nous divertir de toute vie spirituelle . Gageons que ceux qui devraient nous parler de Dieu et de la Foi, trouveront un jour leurs propos actuel bien dérisoires face aux questions des derniers moments de leur propre existence...et terrifiants!

Écrit par : Fabrizio del Dongo | 19/05/2013

Si l'Eglise catholique était conséquente avec l'enseignement de Jésus, elle saurait "rendre à César ce qui appartient à César" c'est-à-dire se soumettre au gouvernement de l'époque tout en s'occupant de l'Essentiel (et non de l'existentiel)

Écrit par : Marie-France de Meuron | 20/05/2013

Si les gays peuvent se marier dans la plupart des pays catholiques, c'est uniquement grâce à l'église catholique qui cherche à parler d'autre chose que de ses pratiques sexuelles en son sein et contre-naturelles pour ne pas dire monstrueuses !!

Écrit par : Corto | 20/05/2013

En fait, les prêtre gays peuvent dorénavant se marier civilement, d'autant plus que la hiérarchie ne les a jamais excommunier à cause de leurs liaisons homosexuelles, que je sache !

Seules les unions hétéros étaient et sont proscrites par les évêques, cardinaux et papes successifs !

Donc, Mazel Tov pour les unions civiles gays entre prêtres !

Écrit par : Corto | 20/05/2013

Il n'y aurait pas de célébration de mariage pour tous si le peuple français s'était prononcé parce que la majorité silencieuse aurait voté non. En plus des opposants clairement affichés, il y a les autres qui attendent en silence un revirement de situation. La minorité est bien courageuse de mener un combat difficile certes gagné, mais à quel prix ?

Écrit par : Dominique | 20/05/2013

Les commentaires sont fermés.