08/05/2013

Un an de France hollandaise (2): comment le président "normal" est-il devenu "anormalement" impopulaire?

FHollande.jpg

 

Une pluie battante a baptisé le quinquennat de François Hollande. Un an plus tard, l’avalanche des mauvaises nouvelles tombe sur ses épaules. Il est devenu le président français le plus impopulaire de la Ve République après douze mois de pouvoir, battant même son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

 

Le sondage (CSA) le plus calamiteux est intervenu lundi dernier. Si l’élection présidentielle se tenait maintenant, François Hollande subirait le même sort que Lionel Jospin en 2002: il ne passerait pas le premier tour et serait battu par Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen. Certes, sondage n’est pas suffrage mais cette succession de revers ne peut qu’affaiblir l’autorité présidentielle.

 

Cela dit, cette impopularité était programmée, même si son ampleur a de quoi étonner. En effet, François Hollande doit moins son élection à l’adhésion des électeurs à son projet et à sa personne qu’au rejet dont le président sortant Sarkozy était l’objet. Au printemps 2012, les Français ont voté «contre» un candidat et non pas «pour» son adversaire. D’ailleurs, le score du second tour (51,64% — 48,36%) s’est révélé plus serré que ne l’avaient prédit les sondages. Dès lors, les électeurs n’ont accordé aucun état de grâce au nouveau président. Tous les éléments négatifs - hausse vertigineuse du chômage, baisse du pouvoir d’achat, désindustrialisation massive - ont été portés à sa charge. L’argument socialiste de l’«héritage déplorable» laissé par la droite jusqu’alors aux commandes du pays, n’a pas convaincu.

 

A cette impopularité incendiaire, l’affaire Cahuzac a ajouté un baril d’essence. Et le cortège des autres dossiers politico-financiers a jeté la «République exemplaire» voulue par François Hollande dans la fosse commune des promesses non tenues. Toutefois, si un jour le chômage décroît, il y a fort à parier que les scandales seront oubliés.

 

A tous ces maux, s’ajoute une incertitude: les Français ne savent toujours pas à quel président ils ont affaire.

 Serait-ce l’homme des reculades qui accepte l’austère pacte budgétaire européen après en avoir souligné les périls majeurs pour la croissance?

L’instituteur débordé par les cancres en laissant ses ministres clamer tout et son contraire dès qu’un micro leur passe sous le nez?

Le prestidigitateur qui s’emmêle dans ses finesses en tentant vainement de sauver les hauts fourneaux de Florange?

 Le chef de guerre qui a sauvé le Mali du désastre islamiste par ses promptes et fermes décisions?

 Le négociateur qui a réussi à réformer en partie l’emploi grâce au dialogue social, ce qui n’est pas un mince exploit en France?

 

Ces aspects opposés de son action empêchent de distinguer le cap que le président Hollande compte faire prendre à son pays. Cette image est d’autant plus troublée qu’il avait axé sa campagne sur la volonté de «rassembler les citoyens» pour devenir un président «normal». Or, la France paraît plus divisée que jamais, non seulement sur le mariage gay mais aussi à propos de l’Europe, des choix économiques et sociaux.

 

On a supposé un peu vite que Nicolas Sarkozy était le principal acteur de cette culture de la discorde. En fait, les Français n’ont besoin de personne pour sombrer en de stériles querelles internes.

 

Jean-Noël Cuénod

13:28 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Monsieur Cuénod.
Je ne vous ai pas écrit depuis longtemps. J'avais trop de problèmes avec les mots de passe que TDG impose. La présidence désastreuse de Hollande et des"bras cassés" du gouvernement Ayrault ne me surprend pas. C'eut été identique, sinon pire avec Sarkozy et sa mafia. Le système politique français est une aberration que je pense vous avoir déjà expliqué. Malheureusement mes concitoyens bernés et abrutis par toute cette clique politique et leurs minables médias sont totalement déboussolés. Ils votent pour ces irresponsables...Alors je me suis distrait en écrivant des livres (2) une autobiographie: Le Rescapé de la Bombe (1er Mai 1962 à In Ekker) puis une Fiction préventive: 2039. Je les ai auto-édités et produits à 200 exemplaires chacun. L'autobiographie est (tous vendus). Quant à 2039, il est tout récent; je l'ai même aussi en anglais sur mon ordinateur. J'aimerais trouver de l'aide pour la diffusion car je ne suis guère apprécié par la mafia des éditeurs de France. Amicalement... Jean-Claude Meslin Tel: +33450228616

Écrit par : Jean-Claude Meslin | 08/05/2013

Réparer le tissu social de la France prendra des années,voire des décennies,François Holland donne l’impression d’être inconscient de la situation économique désastreuse et chaotique dont il a hérité. Selon un sondage si je me souviens bien du -Journal du Dimanche- 40% des Français jugent la politique économique actuelle menée par François Hollande d'identique à celle mise en place par Nicolas Sarkozy lors de son quinquennat

Écrit par : Berrekla kamel | 11/05/2013

Kamel.
Vous avez raison; que ce soit Hollande ou Sarkozy ou n'importe lequel des autres clowns de la politique française actuelle, rien ne changera. Il faut faire l'audit de la situation et prendre les mesures radicales qui s'imposent. Cesser, lorsque l'on a un problème de chercher les excuses et non les solutions. Le système politique français actuel est périmé et totalement inadapté à l'époque. Ce n'est pas mieux pour l'économie car nous avons aussi le système capitaliste le plus fourbe de tous. Quant au système social, dont on se vante tant; il se désintègre.Des millions de français ne peuvent plus se faire soigner.Les besoins de première nécessité (vue,dentition etc.) à moins d'avoir une mutuelle qui aura coûté très cher sont à des prix exhorbitants. Demandez aux retraités, ce qu'ils en pensent.Il y a une dizaine d'années,j'avais imaginé ce théorème:France = 4 F (Frime, Fric, Fraude, Fourberie). La France se dégrade depuis une quarantaine d'années à un rythme effrenné. Vouloir être une grande puissance et faire la morale au monde entier coûte très cher surtout lorsque l'on n'est que la marionnette d'un autre. On en arrive même à se faire détester de tous. Regardez l'Eurovision de la chanson. Où plutôt que de noter les artistes,on note les pays qu'ils représentent. Depuis dix ans,la France est dans les"choux"(23em en 2012)

Écrit par : Jean-Claude Meslin | 13/05/2013

Les commentaires sont fermés.