06/05/2013

Un an de France hollandaise : la Ve République est hors d’usage

SARKOLLANDE.jpg

L’uniforme du général de Gaulle n’est plus adapté aux modestes mesures de ses successeurs les plus récents (dessin: Acé) . En cinq ans, Nicolas Sarkozy n’était pas parvenu à entrer dans ce costume taillé pour un homme hors du commun à l’occasion d’une situation historique exceptionnelle, la guerre d’Algérie et la décolonisation.

 

Aujourd’hui, c’est François Hollande qui se noie dans les oripeaux de la Ve République, après un an d’exercice présidentiel.

 

Dans aucune autre démocratie, le chef de l’Etat ne détient autant de pouvoirs qu’en France. Même le président de la superpuissance américaine doit composer avec son Congrès qui se montre souvent rétif, voire hostile. François Hollande, lui, est maître de son parlement et de son gouvernement. Une partie essentielle de la justice - les Parquets - est hiérarchiquement soumise à son ministre de la Justice, autant dire à lui-même. Paradoxe apparent, cette hypertrophie aboutit à la paralysie. Dès qu’un phénomène est poussé à l’exagération, il dégénère en son contraire. Trop de pouvoirs entraînent l’impotence.

 

Le président français étant responsable de tous et comptable de tout, il devient l’unique cible vers laquelle convergent toutes les flèches. Et son propre camp n’est pas le moins prompt à décocher ses traits. Le peuple n’a donc nul besoin de se sentir responsable de son destin puisqu’il dispose d’une tête de Turc à trancher tous les cinq ans. Il peut même actionner chaque jour ou presque sa guillotine virtuelle, les sondages se chargeant d’en aiguiser la lame.Dès lors, n’osant plus entreprendre de réformes fondamentales, le président se réfugie derrière les écrans de fumée de la politique communicante.

 

La Ve République est devenue un fardeau pour la France, un fardeau qui l’empêche de se montrer réactive dans la tourmente de la mondialisation. Certes, changer de République est un processus qui réclame du temps et de la concertation. Mais autant ne pas trop tarder à l’amorcer.

 

Jean-Noël Cuénod

09:43 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : françois hollande, elysée, nicolas sarkozy, de gaulle | |  Facebook | | |

Commentaires

Et combien même, une trentième république voie le jour en France, qu'est-ce que cela pourrait bien changer ?

Faire changer tous les papiers à entêtes de la république, donner du travail à tous les graveurs de plaques pour les devantures des ministères ?

La France restera encore pour de longs mandats, la France d'une classe privilégiée avec ou sans une mollachue pour ne pas parler de "mollarchie" !!

Non, Jean-Noël, rien de neuf n'est prévisible au pays des gaulois depuis que le grand druide a perdu la recette de la motion magique !!!

Écrit par : Corto | 07/05/2013

Les commentaires sont fermés.