23/04/2013

Mariage gay et passions tristes

26%.jpg

(Dessin d'Acé. François Hollande ne compte sans doute pas sur le mariage pour tous pour se refaire une santé dans les sondages)

 

 

Le mariage pour tous est définitivement voté par l’Assemblée nationale française. Les recours que déposeront les adversaires de la loi auprès du Conseil constitutionnel semblent aléatoires. Mais dans la rue la mobilisation continue. De grandes manifs contre le mariage homosexuel se dérouleront à Paris les dimanches 5 et 26 mai.
 
 
La droite parlementaire a trouvé dans cette proposition socialiste un abcès de fixation qui dépasse désormais son objet initial. Mais elle est souvent débordée par les groupuscules d’extrême droite les plus virulents et ne sait plus s’il faut calmer le jeu ou souffler sur les braises. Apaiser, au risque d’être taxé de mollesse. Attiser, au risque d’être brûlé.
 
 
Cette question du mariage gay a aussi révélé les passions tristes - comme les appelait Spinoza - qui traversent la France: amour du passé, haine du présent, angoisse de l’avenir. Pour cette partie de la population, la famille de toujours - un père, une mère, un enfant comme le proclament les pancartes antimariage gay - est l’axe autour duquel tourne son monde. On ne saurait donc le toucher en quoi que ce soit, sous peine de destruction.
 
 
Cette réforme est aussi perçue comme un avatar diabolique de la globalisation des échanges économiques. A cet égard, si les sujets sont complètement différents et ne portent pas sur les mêmes enjeux, il existe certains points communs entre les manifestants de droite contre le mariage gay et les manifestants de gauche, l’an passé, contre la réforme des retraites. Ces deux positions démontrent à quel point la France éprouve de la peine à entrer dans le XXIe siècle. Alors que bien d’autres pays ont réformé leurs retraites et adopté le mariage gay sans trop de remous, l’Hexagone résiste encore et toujours, à l’image d’Astérix et son village gaulois. On peut certes comprendre ce rejet de la société globalisée. Mais en la niant, les Français s’interdisent de l’affronter et d’en contrecarrer les effets délétères.
 
Jean-Noël Cuénod

21:18 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est pas grave, tout va bien, pendant ce temps les ambassades françaises se font bombées (Libye, Yémen) mais ne gâchons pas la fête !!!

Écrit par : Corto | 24/04/2013

Les Français ont une ouverture d'esprit limitée. L'art de gouverner est d'en tenir compte et d'agir avec tact, au lieu de leur imposer un progrès brutal qui bientôt devient un dogme figé. Car l'ouverture d'esprit limitée existe aussi chez les progressistes qui se ferment au patrimoine traditionnel.

Écrit par : Rémi Mogenet | 24/04/2013

La France n'avait qu'à payer les milices qui surveillent son ambassade.

Guimauve le Conquérant doit démissionner et se lancer dans la culture des navets et des artichauts de Jérusalem en compagnie de sa très agressive et frustrée concubine.

Du temps de Bastien Thierry les Français criaient : "De Gaulle au poteau", aujourd'hui il devrait hurler Hollande à la bêche !

Écrit par : F.H.Jolivet | 24/04/2013

http://reloaded.e-llico.com/article.htm?articleID=30628

Cela est pour tous ceux - blogueurs et députés indépendants - qui clament qu'il n'y a aucun lien envisageable entre la loi Taubira et la PMA, et que ceux qui le pensent/disent sont des homophobes.

Nous assistons à la tactique du salami (une tranche après l'autre) que prônent et suivent les mouvements LGBT suisses.

L'ultralibéralisme et ultraconsumérisme qui consiste à penser qu'un enfant est un droit ne passera pas par moi !

Écrit par : MM | 24/04/2013

MM, ce que fait le socialiste Hollande c'est simplement de l'électoralisme partisan et mercantile.

Il vient bêtement de se mettre une partie de l'électorat dans la poche, ce que l'on définit par "nivèlement par le bas", déjà qu'il avait été élu grâce aux voies des musulmans, avec les homos, les bien-pensants et amateurs de champignons, il ne lui restera plus libérer les prisons pour grappiller encore quelques scrutins !

Comme disait Coluche : la France est coupée en deux, avec moi, elle sera pliée en quatre, juste que là, ça ne rigole plus !!!

Comme si la gauche tentait de surfer encore sur la vague soixante-huitarde, Hollande dans ses calculs ne devrait pas oublié qu'il n'a pas été élu, c'était Sarko qui n'avait pas été réélu !

Écrit par : Corto | 24/04/2013

Les commentaires sont fermés.