10/04/2013

Le paradis fiscal risque bien d’être éternel

 L’affaire Cahuzac et les révélations de l’Offshore Leaks vont sonner le glas des paradis fiscaux, dit-on un peu partout. Le glas du secret bancaire suisse, selon toute vraisemblance. Le glas des paradis fiscaux en général, rien n’est moins sûr.

 

Si, vue de l’étranger, la Suisse figure encore parmi ces paradis où coulent le lait et le miel défiscalisés, c’est surtout en raison du secret bancaire. Mais, depuis l’adoption en février dernier de l’accord FATCA avec les Etats-Unis – qui impose aux banques suisses de transmettre au fisc américain toute information sur les comptes détenus chez nous par ses contribuables –, ce cher secret a reçu un sacré coup dans l’aile.

Il y a tout lieu de penser que l’Union européenne exigera de la Suisse un pareil accord. Elle finira bien par l’obtenir un jour ou l’autre. Une époque du secret bancaire et fiscal made in Switzerland sera dès lors achevée. La Suisse sera touchée mais n’en mourra pas pour autant.

 

 Notre pays n’est pas une monoculture financière comme Chypre ou d’autres véritables paradis fiscaux. Il a bien d’autres atouts à jouer sur la scène économique, en premier lieu l’excellence de ses formations professionnelles et universitaires.

 

Les paradis fiscaux seront-ils définitivement enterrés dans le sable des îles Caïmans? Nous faisons le pari qu’ils continueront à prospérer sous d’autres formes et en d’autres lieux. Car la fraude fiscale – ô pardon! – l’«optimisation fiscale» n’est qu’un effet et non la cause.

 

Celle-ci réside dans le capitalisme financier qui prend le pas sur le capitalisme industriel. Ce dernier doit prêter attention à son environnement social. Ford payait bien ses ouvriers afin qu’ils disposent des fonds nécessaires pour acheter les voitures qui sortaient de ses usines. Le capitalisme financier, lui, n’a pas ce genre de soucis. Il vit hors-sol, mû par la puissante et inventive énergie cupide.

Au moment où politiques, hauts fonctionnaires et magistrats élaborent lois, règlements, accords internationaux destinés à vaincre la fraude fiscale, des ingénieurs de la finance sont en train de concevoir les structures dans lesquelles les paradis fiscaux de demain pourront accueillir ces fruits juteux réservés par l’énergie cupide à ceux qui savent l’utiliser.

 

S’attaquer à l’effet plutôt qu’à la cause paraît donc illusoire. Mais, alors, comment faire rendre gorge au capitalisme financier afin qu’il restitue, au moins en partie, ce qu’il a pris à la société? Du socialisme autoritaire à la social-démocratie en passant par le libéralisme, aucun modèle n’a pu répondre à cette question. Elle constitue donc le grand défi politique et économique du XXIe siècle.

 

Si l’on continue à ne braquer son regard que sur le palmier des paradis fiscaux, on s’interdit de comprendre et, par conséquent, de maîtriser cette jungle financière sans limites.

 

Jean-Noël Cuénod

20:52 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

A) A noter à propos du fordisme, comment il a été détrôné ?
C'était dans un reportage sur obsolescence programmée diffusé sur arte il y a quelque temps.

En fait ford s'est fait battre par la concurrence qui proposait une gamme de produit plus large, qui changeaient sans arrêt de forme et de couleur.
Ford a perdu par l'attrait qu'il n'a pas su donner; et c'est quand il a perdu que la voiture s'est démocratisée.

Conclusion
ce modéle ne pouvait pas durer.

B)
Un bon trader à papa, pourrait dire que le probléme actuel c'est le rythme de la finance.

le marché ne sert que de lieu d'échange, une sorte de criée au poison, le probléme survient quand il n'est plus géré par des Hommes mais par des machines et qu'il se fait à la vitesse de la lumière.
Par exemple le cours d'une action peut étre menacé par le systéme qui passe des millions d'ordre à la seconde sans jamais devenir effectifs. Cela a un nom que j'ai oublié.

Depuis quelques années ce type de bug a relativement été passé sous silence.
C'est dans la méme veine que l’attitude française de mettre en prison ceux qui démontre la vulnérabilité des cartes bleus.

Ecossais D2

Écrit par : nikos dit feld | 11/04/2013

Garde à vous Fisc:
optimisez et puis tirez, vous direz au garde-chasse que c'est l'impôt qui tue l'impôt.
à la fin ce n'est pas l'arme qui est confisquée , c'est le Bien qui est victime de l'impôt confisquatoire.
Ces tires-pipes ont'ils un avenir à la grande place du Cirque ? oui je l'espère s'ils sont réservés aux enfants du Paradis.,

Écrit par : briand | 11/04/2013

Pour la Suisse, ce n'est pas vraiment un gros problème, maintenant que les régimes occidentaux et démocratiques se sont ligués contre la cuisine helvétique, ce petit pays sans réelles ressources hormis certains savoir-faire, se tourne vers les empires socialistes ou ex-socialistes, des réserves de fric sale inépuisables !

Les hôtels 5 étoiles genevois ne préparent plus des recettes du michelin, mais concoctes des petits plats exotiques ou russes !

Le problème pour la Suisse, c'est que ces nouvelles clientèles amènent leurs contre-parties, leurs réfugiés affamés et leurs dirigeants peux éduqués !!

Genève se transforme en un vaste zoo, que dis-je en vivarium venimeux et la population locale ne va pas tarder à se révolter, ce n'est qu'une question de temps !

Nos conseillés d'état doivent se payer des gardes du corps, la Suisse sombre dans la violence et plus personne ne reconnaitra ce pays, jadis si paisible dans les 2 ans à venir !

Genève passe en peloton de tête en matière de délinquance, la police et les prisons sont "overbookés", d'un coté des dictateurs en goguette salace dans nos prestigieux établissements hôteliers à 600.-- la nuit et de l'autre, des forcenés à 1'000,-- la nuit dans un établissement non moins réputé avec dentistes, psychiatres, hôpital carcéral et matons bourrés d'antidépresseurs !

Il faudra changer de politique, mais c'est sans compter sur les cadors fédéraux des banques rongées par les pègres les plus pathogènes avec comme cerise sur le gâteau, ce machin tout aussi mal fréquenté en temps de crise qui domine le reste des côtes lacustres autrefois si régénératrices de quiétude !

Des ordres de taxis et autres limousines trafiquants des "sombritudes" passant des socialistes française aux socialistes démocratiques populaires d'autres enseignes prestigieuses naviguant entre un aéroport "pas Unique", des hôtels tripots 5 étoiles et les institutions les plus honorables que De Gaulle considérait déjà il y a 60 ans comme un "machin", je rectifierais en "machine" à blanchir avec succursale helvétique !

Cela fait bientôt cinq ans que tel "Cassandre" "je" Corto, prédit ce qui finit par arrivés, aujourd'hui ce commentaire passera inaperçu alors qu'il y a peu, j'étais censuré, insultés, usurpé légalement par des règlement bornes, maintenant que nos penseurs sont mangés à leur propre sauce, ces "prophéties" jadis écartées maladroitement, font légions dans toutes les rédactions les plus "patriotes", bravo !!

Voulez-vous connaitre la suite ?

Écrit par : Corto | 12/04/2013

Nous pouvons lire sur un autre blog TdG ce qui suit :

« Des cadavres » de demandeurs d’asile flottent aux rives de la Perle du lac!


Aujourd’hui à 18h, Stopexclusion a organisé une manifestation à la plage de la Perle du lac. Une centaine de défenseurs du droit d’asile ont incarné le drame de plus de 17 000 réfugiés noyés depuis 1988 en essayant de traverser la méditerranée pour atteindre l’Europe.

Etrange, non ?

Écrit par : Corto | 12/04/2013

Les commentaires sont fermés.