31/03/2013

LE GRAND IMMOBILE

silence.jpg

 

Ô Eternel écoute mon silence

Parce que tout te nie je crois en toi

Tu es l’évidence que je ne vois pas

Mais qui éclaire mon chemin nocturne

Au bout de la route tu seras là

Et je te découvrirai sous mes traits

 

Grand Immobile tout autour de toi

S’agite se jette se meut s’émeut

S’étripe se triture se torture

Mais il y a cette musique en nous

Ô Eternel écoute mon silence

Jean-Noël Cuénod

20:02 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je suis très touchée que vous nous transmettiez votre état d'âme et d'esprit de ce dimanche pascal.
Le Grand Immobile, ne peut-on pas dire que Sa vibration est si élevée qu'elle nous en paraît immobile?

Écrit par : Marie-France de Meuron | 01/04/2013

Le Grand Immobile, je l'appelle "Le Grand Soliditaire" (c'est le titre d'un de mes poèmes). Solide mais Solitaire (cette idée m'est venue de Camus qui, dans La Peste, à propos d'un mot écrit par le personnage principal, fait dire au narrateur qu'on ne sait pas s' il faut lire "solitaire" ou "solidaire".

Écrit par : J.-C. Vauclair | 01/04/2013

Le Grand Immobile, je l'appelle "Le Grand Soliditaire" (c'est le titre d'un de mes poèmes). Solide mais Solitaire (cette idée m'est venue de Camus qui, dans La Peste, à propos d'un mot écrit par le personnage principal, fait dire au narrateur qu'on ne sait pas s' il faut lire "solitaire" ou "solidaire".

Écrit par : J.-C. Vauclair | 01/04/2013

Le Grand Immobile, je l'appelle "Le Grand Soliditaire" (c'est le titre d'un de mes poèmes). Solide mais Solitaire (cette idée m'est venue de Camus qui, dans La Peste, à propos d'un mot écrit par le personnage principal, fait dire au narrateur qu'on ne sait pas s' il faut lire "solitaire" ou "solidaire".

Écrit par : J.-C. Vauclair | 01/04/2013

Je te découvrirai sous mes traits sublimés, un peu comme une figure du Bouddha? C'est un joli poème.

Écrit par : Rémi Mogenet | 01/04/2013

Les commentaires sont fermés.