29/03/2013

Pâque, Pâques et la libération des préjugés

WHITE%20CRUCIFIXION.jpg

Pâque juive et Pâques chrétiennes coulent de la même source. Toutes deux célèbrent la libération. Libération du joug de l’esclavage par l’Eternel. Libération du joug de la mort par la Résurrection (illustration: "La Crucifixion Blanche" de Chagall). Libération des préjugés par la réflexion. Eux aussi nous pourrissent la vie et nous obscurcissent la vue. Eux aussi nous enferment dans le prêt-à-penser, cette prison de l’esprit humain. Libération enfin de la Parole divine, trop souvent prise en otages pour des motifs de passions politiciennes, tirées de ci, de là, à gauche, à droite, à hue, à dia. Et à diable.

L’exemple donné par les adversaires du mariage gay est particulièrement illustratif de cette instrumentalisation de Dieu, fomentée non seulement par des politiciens mais aussi par des prêtres. Ni les partisans du «mariage pour tous» ni ses opposants ne trouveront dans les Evangiles un programme idéologique à leurs convenances. Nul ne saurait s’arroger le droit de faire parler Dieu ou Son Fils en faveur ou en défaveur d’un pacte d’union homosexuelle.

 

A l’époque où les Ecrits Saints ont été rédigés, l’homosexualité était, certes, strictement interdite. Mais aucun juif, aucun chrétien ne revendique aujourd’hui la mise à mort des homosexuels, comme le prescrit le Lévitique (chapitre XX, verset 13) qui n’évoque d’ailleurs que l’homosexualité masculine. Et lorsque Paul dans sa première épître aux Corinthiens (VI, 10) les bannit de l’héritage du Royaume de Dieu, ce n’est pas l’Eternel qui parle mais un homme mortel qui s’adresse à d’autres hommes mortels de son temps, avec les images, les mots et les mœurs de son temps. Si on ne remet pas les Ecritures dans leur contexte, on les condamne à devenir lettres mortes. Dieu a créé la vie, donc le mouvement. Le pasteur français Louis Pernot, que l’on peut lire avec fruit sur le site «Evangile et Liberté», a fort bien mis en lumière la nature profonde de la Bible:

«Ce n’est pas un livre qui essaie de nous expliquer gentiment ce que nous devons être, faire et croire, c’est un livre qui véhicule toute la profondeur de l’expérience humaine. Lorsqu’on le lit, on est plongé dans un livre qui vit».

Dans ce mouvement de la vie, les Ecritures nous signalent cet axe qui demeure fixe, l’Amour. Et cela seul importe, comme l’évoque l’Evangile de Marc (XII, 29 et suivants). Le premier commandement est d’aimer «le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force» et le second, d’aimer «ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas d’autre commandement plus grand que ceux-là». Tout est dit. Le reste n’est que propagande.

 

Jean-Noël Cuénod

10:20 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

@J-N.Cuenod,dieu serait enchanté de vous lire.Votre article fait plaisir
Et si le Saint esprit pouvait se manifester auprès des éternels empécheurs de tourner en rond,comme ceux qui interdisent la fumée en bistrot alors qu'ils n'y mettent jamais les pieds,n'achètent jamais leur journal au bar tabac du coin ,beaucoup étant abonné au numérique ou d'autres qui veulent obliger les vendeuses à rallonger leurs journées alors qu'ils achètent par Internet .Ah si au moins,croisons les doigts il n'est jamais trop tard pour y croire!
Remarquez si Jésus était vivant,ils seraient les mêmes à le montrer du doigt pour le faire crucifier toujours par d'autres bien entendu ,le travail sale qui leur permet de vivre et bien vivre sans austérité eux ne connaissent pas!
joyeuses Paques pour Vous Monsieur

Écrit par : lovsmeralda | 29/03/2013

Sympa votre texte pour une fois. Espérons que son message se reflétera dans vos prochaines contributions.

Écrit par : Zut | 29/03/2013

Tétèlestai: Tout est accompli !

http://www.youtube.com/watch?v=MO4MG46SRbU

Écrit par : jaw | 29/03/2013

Joyeuses pâques, sans jamais oublier nos origines.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=ZXqMQfpNSes

Écrit par : Mérou | 29/03/2013

Certes! Sauf que les adversaires du "mariage pour tous" sont loin d'être comptés dans les seuls rangs des fervents catholiques ou juïfs, mais bien au-delà, et dans toutes les couches de la société. Donc : rétrécir ce débat à une supposée attitude liberticide qui aurait été nourrie de la mauvaise interprétation des Ecritures est dramatiquement loin de la réalité; réalité qui s'est - vous n'avez pas manqué de le noter, j'imagine - largement exprimée dans les rues de Paris dimanche 24 mars.
Cela dit, Joyeuses Pâques à vous aussi!

Écrit par : MM | 29/03/2013

"...Le reste n’est que propagande."

Vous ne croyez pas si bien dire:

"Je me permets de vous signaler cet excellent article qui illustre bien une partie de l'état d'esprit de cette race "la plus formidable qui soit":

http://www.lenouvelliste.ch/fr/news/international/une-jerusalem-arabe-au-bord-de-l-abime_11-134032

Ecrit par : Marie-France de Meuron | lundi, 09 mars 2009
Blog H Ramadan.

""Les Juifs sont le peuple de Dieu dans la mesure où ils obéissent aux dix Commandements, parmi lesquels se trouvent la non-convoitise et de ne pas tuer."

"Jésus s'en est justement distingué, lui qui a fini par être accusé et condamné par eux."

"Il est vrai qu'il est temps de vivre le présent et de ne pas réchauffer constamment le drame de la Shoah afin d'éviter de s'occuper du ghetto des Gazaouis.
Du reste, ce drame a une connotation moins puissante actuellement puisque la plupart de la population n'a pas vécu à cette période.
-

"Il suffit de constater à quel point la population suisse se contente encore de croire à la thèse des roquettes responsables de la dévastation causée par Tsahal. "

Et plus grave:

"J'espère que les peuples se réveilleront suffisamment tôt pour cesser de croire qu'on peut faire une confiance aveugle dans le gouvernement d'Israël et que son usage de la bombe atomique sera sans danger pour nous."

Ecrit par : Marie-France de Meuron | 27.04.2009


Je tiens à rappeler à ceux qui louent la recrudescence de l'antisémitisme des années 30 et la diabolisation d'Israël, ces passages de l'Evangile de Jean chapitre 4 verset 22, où Jésus dit à une Samaritaine:

"Vous adorez ce que vous ne connaissez pas mais nous nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs."

« Elle (l'Église) rappelle aussi que les apôtres, fondements et colonnes de l'Église, sont nés du peuple juif, ainsi qu'un grand nombre des premiers disciples qui annoncèrent au monde l’Évangile du Christ. "


Merci pour ce message d'amour et de paix. JOYEUSES PÂQUES

Écrit par : Patoucha | 29/03/2013

Cher Jean-Noël, chère Patoucha et chers "tous",

Cela fait bientôt 10 ans que les maires successifs de Tel-Aviv ont déclarés leur ville, "capitale internationale du mouvement gay", des rues entières sont arborées à longueurs d'années avec des drapeaux arc-en-ciel !

Jean-Noël expose les écritures d'il y a plusieurs millénaires et pourtant Israël affiche ouvertement aux yeux du monde sa profonde tolérance en matière de comportements sociaux, ce qui ne fait que prouver que le judaïsme n'est pas univoque et statique, nous parlons d'un peuple dans sa complexité et sa multiplicité !

Dans sa position, le Grand Rabbin de France, s'est exprimé sur le "mariage religieux" et non sur le mariage civil, qui lui appartient aux lois nationales, il ne s'est pas présenté lors des manifestations, ni aucun mouvement juif d'ailleurs, ne pas confondre avec les casseurs catholiques liés à l'extrême droite ayant tabassés des "femmen" !

Maintenant concernant "Pâques" et "Pessah", deux célébrations n'ayant rien à voir, si ce n'est cette sempiternelle sale habitude des églises romaines de vouloir recouvrir les célébrations, tant juives que celtiques notamment avec les dates et autres mimétismes devenus coutumiers de ces illustres faussaires.

Concernant la célébration de "Pessah", il s'agit de plusieurs rituels en un, certes, il y a ce que le Livre a transmis à sa descendance mais contient également un versant "paganiste" , en la circonstance, lié aux récoltes de céréales, à Pessah les juifs se débarrassent des céréales de l'année précédente, ceci afin de ne pas prendre l'habitude de trop faire de stock.

Concernant la volonté post-mortem de déifié un être humain pour en faire un exemple, je ne prononcerai guère sur cette approche du divin, si ce n'est que cette divinité mangeait kosher, respectait les consignes du judaïsme à la lettre et s'exprimait librement comme le font encore aujourd'hui des millions de juifs, ce qui ne semble pas le cas de tous les papes, papes, petits "Jésus" en puissance se taisant même sur le comportement de leurs ministres !

Dans un commentaire posté à l'Abbé Arbez, le judaïsme n'a rien de commun avec le christianisme romain, mais quand je dis "rien à voir", c'est vraiment rien à voir. Ce n'est même pas que les deux soient opposés, ils n'ont rien en commun !

Alors que cet Abbé à priori bien intentionné dans les apparences, il y a un terme qui a trahit sa course assoiffée de termes "élogieux", c'est le terme "judéo-christianisme" !

Ce terme ne veut absolument rien dire, pour s'en persuadé, il suffit de lire cette Marie-France de circonstance, cette personne exprime bien mieux l'esprit encore englué de la tradition chrétienne envers le judaïsme que quiconque.

Donc je proposerai à cette Abbé de contenir les "siens", comme cette Marie-France avant de faire des déclarations aussi faciles !

Je ai dit déclaré que le terme "judéo-chrétien" ne date pas de Mathusalem, mais bien de la période anti-dreyfusarde et je le défie de trouver une seule mention de ce terme antérieure à l'affaire Dreyfuss !

Mais là encore, à cette époque, lorsque le peuple d'Israël subissait de sérieuses attaques, les catholiques n'ont pas attendus longtemps pour retirer un avantage de cette mésaventure, en l’occurrence, ce terme illustrement contre-nature !

Le christianisme n'est pas judéo-chrétien, et encore moins le judaïsme, pour ne pas dire, "pas du tout", pourquoi ?

Le christianisme romain, ne s'est pas inspiré de l'héritage juif, il l'a usurpé, interprété à rebours, calomnié et hais tout au long de sa piteuse histoire !

Trouvez moi un seul exemple permettant d'apparenter les deux pratiques et on en reparle !

Écrit par : Corto | 30/03/2013

En un sens, nous n'aurions même pas besoin de livre de morale. Nous savons, au fond de notre coeur, quand nous faisons le mal ou le bien. L'usage pervers d'un/du livre, c'est de justifier ce qui est injustifiable

Écrit par : J.-C. Vauclair | 02/04/2013

Les commentaires sont fermés.