27/03/2013

TOUCHE PAS A MA JULIE!

Le Plouc est totalement solidaire de ses camarades de la Tribune de Genève, de 24 Heures, du Matin et de 20 Minutes. Amis lecteurs, ce combat est aussi le vôtre. Alors, TOUCHE PAS A MA JULIE! 

 

STOPPONS LES FOSSOYEURS DE LA PRESSE ROMANDE!

 

Le groupe de presse alémanique Tamedia, propriétaire entre autres de la Tribune de Genève, du Matin, de 20 Minutes et de 24 Heures, veut économiser 34 millions en trois ans, dont 17,8 millions rien qu'en Suisse romande.

 

De plus, un rendement de 15% en moyenne est demandé à ces journaux, ce qui semble parfaitement illusoire dans le contexte économique difficile que nous connaissons actuellement. Malgré les dénégations des dirigeants du groupe, il sera impossible d'atteindre ces objectifs sans sabrer lourdement dans les emplois. Certains cadres l'ont d'ailleurs confirmé dans les médias.

 

Même en trouvant de nouvelles et hypothétiques recettes, il faudra supprimer des dizaines de postes dans les journaux, dont le contenu et la qualité baisseront en conséquence. Vu l'ampleur des économies exigées, certains titres pourraient même purement et simplement disparaître! Le coup sera fatal pour la diversité de la presse en Suisse romande, ainsi que pour sa qualité.

 

De telles exigences sont absolument inacceptables! Surtout de la part d'un groupe qui, malgré le contexte économique, arrive encore à dégager 152 millions de bénéfice net en 2012, année dernièrement qualifiée de "bon cru" par le président du conseil d'administration Pietro Supino. Cela lui a permis de redistribuer 47 millions à ses actionnaires, ce qui n'a visiblement pas suffi à calmer leur appétit. Tamedia est d'ailleurs en suffisamment bonne santé pour se permettre de racheter un journal au Danemark.

 

Devons-nous accepter qu'un des deux plus grands groupes de presse du pays sacrifie des emplois en Suisse pour investir à l'étranger? Non!

 

Les employés du secteur de la presse ont déjà fait assez d'efforts ces dernières années, qui ont été marquées par les restructurations, vague de licenciements, baisses de prestations et mesures d’économie en tout genre. Cerise sur le gâteau, en décembre, nous apprenions que la convention collective de travail (CCT) des journalistes romands était résiliée par les éditeurs, qui veulent revoir les salaires à la baisse. Les journalistes suisses alémaniques et tessinois, ainsi que les imprimeurs, sont d’ailleurs déjà privés de CCT.

 

Cela suffit! Nous appelons les citoyens, les lecteurs, les politiques à se mobiliser pour défendre la diversité et la qualité de l'information, essentielles pour la démocratie et le débat d'idées.

 

La Société des rédacteurs et du personnel de la Tribune de Genève

14:11 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | | |

Commentaires

Cher confrère,

Lu ton commentaire avec intérêt. De même que celui de Philippe Barraud ici:

http://tinyurl.com/bnphw56

Après la protestation des victimes potentielles et les bons sentiments des autorités, il conviendrait de définir une stratégie de riposte efficace..

J'y réfléchis et j'ai quelques idées...

Confraternellement

jaw

Écrit par : jaw | 27/03/2013

Bonjour, Monsieur Cuénod,
Je ne puis qu’être solidaire avec vous et vos collègues car il y va une fois de plus, tout ce qui intéressent les groupes de presse, c’est de faire du fric et encore du fric et ça ira de mal en pis années après années.
Le moment ne serait-il pas venu de créer un collectif de journalistes de Suisse romande ? De faire de l’information et pas de la communication, avec des journalistes debout et non assis. Que les journalistes ne se limitent pas à compiler des communiqués d’agences de presse ou d’articles d’autres journaux.

Écrit par : Benoît Marquis | 27/03/2013

Peut être qu'à force de ne rien dire, de ne pas déranger, on finit par ne plus rien dire du tout !

Un journal sert l'information, et personnellement je ne vais plus tellement dans les journaux pour la trouver, l'information !

Je ne dis pas que les journalistes sont responsables, mais ils obéissent un peu trop à leurs rédactions, aux intérêts de certains lobbys, aux annonceurs, à plein de phénomènes incompatibles avec l'expression tel qu'on la retrouve dans le net par exemple !

Depuis quelques années, il faut allez chercher l'info où elle se trouve pour s'informer, c'est à dire faire un peu le travail des journalistes, ce que les pourvoyeurs ne transmettent pas nécessairement, donc plus le monde s'ouvre aux sources variées d'info, plus les journaux rétrécissent, donc pas de miracle, on va à grand pas vers les moteurs de recherches pour répondre aux questions.

Maintenant en matière de culture locale, mis à part "Le Temps", les journaux du groupe outre-Sarine, font triste mine !

Parfois, on dit, "too big to crash", c'est une grosse erreur !

Écrit par : Corto | 27/03/2013

Puisque l'on parle de non dit, de comment ne pas dire, voilà ce que Mireille Vallette refuse de publier, alors qu'un curton m'invite à m'exprimer sur la météo !

Monsieur, l'Abbé Arbez, l'église voudrait donner des leçons aux musulmans ?

Laissez moi rire, quant à vos connaissances en histoire, vous ne faite que représenter l'organisation criminel la plus menteuse de toute l'humanité, de toute façon, tout ce que je vous demande, c'est de plus vous abriter derrière le judaïsme pour vociférer vos propos abjectes !

Je vous le répète, le judaïsme n'a rein à voir avec le catholicisme, mais rien à voir du tout, à un point tel qu'aucune comparaison est possible !!

Maintenant que l'église n'ait rien à dire, comme elle l'a toujours fait, hormis que la terre est plate et autres obscénités mélangeant "amour" et bouchers n'est pas surprenant, alors vous venez vous inviter dans un débat dans lequel vous n'avez pas la parole, un débat où vous insultez l'islam en soi-disant parlant au nom du "judéo-christianisme", c'est de la foutaise et vous êtes un danger pour le peuple juif qui n'a aucun besoin de vous pour se défendre !

Est-ce que c'est clair ?

Écrit par : Corto | 27/03/2013

Pour revenir sur le sujet, nous venons de passer à ce qu'à l'époque de Gutenberg les sociétés ont traversées il y a quelques siècles !

Les journaux, ces éléphants lourds et rigides, n'ont pas su s'adapter , ni à l'évolution technologique internet, ni à la politique à adopter face aux annonceurs publicitaires et ni aux monopoles !

Mais la cause première, c'est l'écrasant autoritarisme lié aux monopoles, vouloir appartenir à un groupe faisant du nivèlement par le bas, coupe toute ambition personnelle, pour la plupart des journaux, c'est la course à la médiocrité parsemée de pseudos originalités sans profondeur ni réelles vocations.

La seule originalité proposée par ces grands groupes, s'apparentent plutôt à la vulgarité, plutôt qu'à une vraie créativité, de fait, les journaux sont devenus les derniers remparts des "éléphants" dans une société révolue, dés lors, ils sont voués à de "grosses" mutations !

Donc, c'est aux "Journalistes" de réformer leur outil !

Si ils attendent des changements venant de leur hiérarchie, il vont disparaitre avec l'eau du bain !

Écrit par : Corto | 29/03/2013

Les commentaires sont fermés.