22/03/2013

Sarkozy, Cahuzac et les voyages Paris-Genève

«Le poisson pourrit toujours par la tête». Si cet adage de Mao Tsé Toung dit vrai, alors la France a de légitimes raisons de s’inquiéter sur son état de santé. Durant la même semaine, deux scandales judiciaires ébranlent ses deux principaux partis de gouvernement. Le socialiste Jérôme Cahuzac doit démissionner de son poste de ministre du Budget, après l’ouverture d’une information pénale le concernant. Et l’ancien président Nicolas Sarkozy est mis en examen pour abus de faiblesse dans l’affaire Bettencourt, au moment même où il est en train d’orchestrer son retour sur la scène politique.

 

Bien sûr, la présomption d’innocence s’applique à ces deux politiciens, comme nous le serinent les communicants de chaque bord. Mais tout de même, comment ne pas voir le point commun de ces deux dossiers, à savoir les noces diaboliques du fric et de la politique? Quelles que soient les issues judiciaires de ces procédures, c’est ce que retiendront les citoyens français. Et Marine Le Pen ne se fait pas faute de le leur rappeler tous les jours.

 

La politique de l’Hexagone se révèle particulièrement onéreuse car elle se caractérise par l’extrême personnalisation de ses joutes électorales. Ce phénomène est encore renforcé par le scrutin majoritaire qui prévaut outre-Jura. Il faut donc déployer une débauche d’énergie communicante pour parvenir à se faire entendre dans cette foire aux ego. Et cela requiert force appuis financiers. D’où la tentation de recourir à des moyens que le fisc et la justice tolèrent de moins en moins.

 

Autre point commun à ces deux affaires, la lancinante présence des banques genevoises. Comme d’habitude, allez-vous me dire. Certes, mais il est de mauvaises habitudes que la place financière genevoise ferait bien de perdre. Car son image — mais aussi celle de notre canton — ressort chaque fois défigurée de ces grands déballages politico-financiers.

 

Jean-Noël Cuénod

(Editorial pour la Tribune de Genève)

 ESPACE AUDIO

Sur les ondes de RMC, le député-maire UMP Patrick Balkany, ami très proche de Nicolas Sarkozy, s'est lâché. Voici le son...


Patrick Balkany : "Je vous emmerde" dans... par rmc

 

21:26 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Et sarko, il a pas fait le voyage, pardon les voyages Paris-Genève quand il n'était qu'un avocat conseillant des gens fortunés?

Écrit par : Johann | 22/03/2013

" Autre point commun à ces deux affaires, la lancinante présence des banques genevoises. Comme d’habitude, allez-vous me dire. Certes, mais il est de mauvaises habitudes que la place financière genevoise ferait bien de perdre. Car son image — mais aussi celle de notre canton — ressort chaque fois défigurée de ces grands déballages politico-financiers. "

Bien sûr qu'il faut moraliser les banques, là-dessus chacun est d'accord, toutefois il ne faut confondre le combustible, l'allumette, le feu et la fumée.

Ce n'est pas parce deux ténors de la politique française auraient, dit-on, mis les doigts dans le pot de confiture qu'il faut supprimer la confiture.

La cupidité est à l'homme ce que la truffe est au cochon, supprimer l'un c'est faire dépérir l'autre. La morale appartient à l'homme, très peu au cochon, mais jamais à la truffe !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 23/03/2013

le truc du compte bancaire en Suisse n'est que de l'huile sur le feu jetée par des UMP en mal de calmant à la rage qui les habite.

sinon l'évasion fiscale n'est pas un délit en Suisse.
sinon tout français dans ce besoin fait son évasion en territoire EU et a le choix entre le Lux (lieu génial d'évasion fiscale de multis européennes) et les îles vierges (favoris des british)

se faire virer ministre pour un vieux compte ouvert en Suisse, histoire de se faire payer ses émoluments dus de labos suisses, c'est quand même pas de veine pour un medecin!

quand on est medecin français ayant (forcément, étant donné le système fr des recherches) travaillé avec des labos, c'est pas un crime à la hauteur de ceux de Sarko se faisant financer sa campagne & autres, par des Kadafi, mamie Zinzin & cie, via Woerth, succèdant à des Baladur Balkani & Cie, autres comptes de campagnes trafiqués & financements occultes, en passant par les affaires des Fregates, provoquant des morts au Pakistan, etc le sang ne manque pas

nous sommes des citoyens en mal de démocratie globale et spectateurs de guerres de personnes accros à leurs politicardisme, utilisant tous moyens juridiques, pression etc

je dirais à cette occasion qu'il faut soutenir les français qui se battent contre, mafia à Marseille, Corse &.

Écrit par : Pierre à feu | 23/03/2013

Jean d'Hôtaux, les français font usage, à leur bon vouloir,

de leur confrontation entre le droit suisse légalisant l'évasion fiscale,
et l'usage français politico-médiatique qu'ils peuvent en faire

histoire de passer sous le tapis l'évasion fiscale générale qu'ils ne contrôlent pas,
d'1 majorité de leurs sociétés aux revenus non taxés sur territoire, au Lux ou en tout autre île anglo-normande comme en tout autre territoire européen.

ceci n'est qu'un os à ronger. lancé dans le public: salut les dogs!

Écrit par : Pierre à feu | 23/03/2013

Ou la malédiction qui plane sur les anciens présidents de la République, qui finissent rapidement au cimetière comme François Mitterrand ou devant le tribunal correctionnel comme Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy. Sans oublier Georges Pompidou, mort en fonction

Écrit par : Francis GRUZELLE | 23/03/2013

Concernant Cahusac,(Sarko c'est plus grave), la balle est dans le camp du Proc genevois, à nouveau la Suisse se distingue, mais là, rien de très nouveau !

Il ne fera pas bon de sortir son passeport rouge d'ici peu, et cela juste pour les compte du poignée de voyous couverts par nos "politiques" et nos "journalistes" de gauche !!

Comme quoi, la gauche et le fric font bon ménage, surtout quand il est sale !

Écrit par : Corto | 24/03/2013

Les commentaires sont fermés.