16/01/2013

Respect et gratitude pour les soldats français au Mali

 

12676243-papillon-drapeau-francais-isole-sur-blanc.jpg

 

En Suisse, on peut être agacé par la France, ses ego bavards, ses polémiques infantiles ou son nombrilisme grognon. Certes. Mais depuis ce matin, les militaires français montent vers le Nord du Mali afin de mener la bataille - à pieds et non plus seulement dans les airs – contre les islamoterroristes qui ont semé la terreur partout où leur haine enturbannée a passé. Alors respect, la France! C’est aussi pour les Suisses, comme pour tous les Européens et les Africains, que ses soldats risquent leur peau.

 

Les autres pays de notre continent applaudissent les Français mais les laissent seuls face aux pires adversaires de la liberté et de la démocratie. «Ils se contentent de fournir quelques infirmières», raille avec raison l’eurodéputé Dany Cohn-Bendit. A quand une véritable force militaire européenne? A ouïr la pathétique Catherine Ashton - sinistre des affaires étrangères de l’Union européenne qui rendrait neurasthénique le plus joyeux des setters irlandais – ce n’est pas demain la veille. La seule chose que peut faire Bruxelles pour aider la France, c’est de nommer «prochainement» un «représentant spécial pour le Sahel». Tudieu, quel secours! 411 ans après l’Escalade, Bruxelles réinvente les «Renforts de Sézegnin» (1)

 

De sa minuscule voix éraillée par les courants d’air du métro Corvisart, le Plouc dit simplement merci à la République sœur.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

(1)    Explication destinée aux non-genevois: dans la nuit du 11 au 12 décembre 1602, dite «Nuit de l’Escalade», le peuple de Genève a repoussé l’assaut donné par les troupes du duc de Savoie. Plusieurs jours après la bataille, trois citoyens venant de Sézegnin, village éloigné de Genève, se sont annoncés en renfort à la porte de la ville, après avoir fréquenté les auberges placées malencontreusement sur leur chemin.

13:13 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Pauvres soldats, même leurs chefs ne savent où ils vont !!

Pendant ce temps les services secrets algériens, en bonne partie planqués près des banques genevoises et des bordels paquistanais obéissent aux ordres de Moscou et de Damas !

Écrit par : Corto | 17/01/2013

Merci et bravo, cher Jean-Noël Cuénod,
Que cela fait plaisir, à un autre Plouc, Français d'adoption (et d'ailleurs déjà un petit peu Suisse par mariage), de vous lire.

Écrit par : PAULO DE CARVALHO | 19/01/2013

Les commentaires sont fermés.