20/11/2012

Copé l’emporte sur Fillon mais pourquoi un tel «petchi » ?

de gaulle.jpg

 

Jean-François Copé a donc emporté la présidence de l’UMP avec 98 voix d’avance, au terme d’un psychodrame où le comique se disputait au lamentable. Dépasser en ridicule le congrès socialiste de Reims paraissait mission impossible. Mais en politique française le pire est toujours probable. L’élection à la présidence de l’UMP a démontré que si la gauche est souvent maladroite, la droite sait se montrer gauche. Le spectacle cocasse des deux concurrents, François Fillon et Jean-François Copé, revendiquant chacun la victoire, le feuilleton des magouilles réciproques, le «petchi» — cet helvétisme nous permet d’éviter un mot plus gaulois — des opérations électorales internes ont décrédibilisé l’UMP, fer de lance fort émoussé de l’opposition.

 

Pourquoi les deux grands partis de gouvernement français sombrent-ils dans le grotesque chaque fois qu’il s’agit d’élire leurs dirigeants? L’an passé, le Parti socialiste nous avait offert un petit espoir en organisant avec succès sa primaire pour désigner le candidat de la gauche à la présidentielle. Mais peu après, le PS retombait dans ses vilaines manières en nommant son premier secrétaire au terme d’une désignation digne du Parti communiste chinois.

 

Ce travers chronique traduit l’incapacité de la classe politique française — de gauche comme de droite — à comprendre la société mondiale globalisée qui est aujourd’hui la nôtre, qu’on s’en lamente ou qu’on s’en loue. Caciques blanchis sous le harnais des médiocres ambitions personnelles, accumulant les mandats afin de conserver leurs gamelles bien remplies, ne parlant d’autre langue qu’un anglais à la Raffarin et écorchant la leur à force d’en faire du bois pour pipeaux, les hommes politiques français ne quittent pas du regard leur nombril hexagonal, sans se rendre compte qu’il devient toujours plus petit.

 

Les institutions de la Ve République ne créent plus de géants et ne fabriquent que des nains. Il est donc temps de les changer afin qu’émergent les forces vives qui sauront préparer la France à faire ce grand saut dans la société globalisée qu’elle redoute tant.

 

 

Jean-Noël Cuénod avec un dessin d'Acé

09:18 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : copé, fillon, ump, ps | |  Facebook | | |

Commentaires

Je ne pense pas du tout que l'amélioration du système politique en France passe par l'acceptation d'un monde global qui par ailleurs n'englobe que la rente pour rejeter des masse de populations prétendu non rentable dans la comptabilité du système financier. La décadence de la 5eme république c'est tout le contraire. C'est l'abandon des valeurs du conseil de la résistance au profit d'intérêts individuels des apparatchiks qui crée la confusion actuelle .

il faut tourner le dos a tous ça, quelque soit les résultats électoraux de tels ou tels , nous n'avons plus rien à voir comme citoyen lucide avec ce théâtre de guignol, plus rien à espérer de ces gens qui se font élire par leurs "adhérents" ? l’ élu tient d’ailleurs son origine du religieux. Extrait de la bible : « Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élu ». Propos on ne peu plus réfractaire à l’idée de la citoyenneté censé ouvrir à chaque individu le chemin de l ‘égalité .
Adhérer c'est coller, alors que nous attendons le décollage des idées ! : Nos problèmes se résoudront autrement que par la chanson des urnes, notre solidarité les uns vis à vis de autres doit s'exercer sans eux, en dehors de ce théâtre des ombres ou penser consiste à rester collé a ce spectacle de mauvaise qualité.
Le vise président du FN se rend sur la tombe du général de Gaulle pour y déposer une gerbe. Copé élu à la tête de l’UMP défendra à la tête de ce parti fondé par un gaulliste (Alain Juppé) les thèses de l’extrême droite. On est en France en plein hystérie politique : l’hystérie étant rappelons le caractérisé par des crises émotionnelles avec théâtralisme, des phobies

Écrit par : Bézos | 20/11/2012

Jean-Noël Cuénod, il me semble que ce à quoi on a assisté se retrouve dans bien des pays du monde que la France se hâte le plus souvent de condamner.

Bourrage d'urnes, élections dites truquées, egos en mal de pouvoir et d'intérêts divers, font désormais partie du paysage "démocratique" occidental.

Je ne crois donc pas que la question de la mondialisation soit ici déterminante.
Au contraire, plus l'anonymat menace, plus les sujets auraient tendance à vouloir s'imposer.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/11/2012

Je précise, s'imposer au sein même de la mondialisation.

Ce qui signifie que la mondialisation en tant que telle est intégrée par les sujets avides de pouvoir mais que pour y jouer leur rôle, ils semblent prêts à tous les coups. Et cela au nom de la démocratie que chacun revendique haut et fort.

Voir à ce propos http://voix.blog.tdg.ch/archive/2012/11/18/fillon-cope-democratie.html

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 20/11/2012

Merci pour ce très bon article ici. Je cherchais quelque chose comme ça pendant un temps assez long et enfin je l'ai trouvé sur votre blog. C'était vraiment intéressant pour moi de lire sur les applications Web et leur situation sur le marché de nos jours. remercie une fois de plus et de garder l'affichage de ces plus gentilles dans un proche avenir aussi.

Écrit par : messi | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.