31/10/2012

L’UMP ou l’irrésistible tentation du hara-kiri

Par son appel à recourir aux manifs si le mariage homosexuel et le vote des étrangers aux municipales sont adoptés par le parlement français, le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé a rajouté ce week-end, une épaisse couche «droitiste» à son discours. Elle survient après l’épisode du pain au chocolat arraché de la bouche des petits Français par de vilains islamistes.

 

Comment une figure importante d’un grand parti conservateur peut-elle en appeler au désordre de la rue? La raison en est simple, Jean-François Copé doit rattraper François Fillon dans la course à la présidence de l’UMP. Et pour l’instant, son langage musclé plaît aux militants et aux sympathisants qui, toutefois, semblent préférer François Fillon, puisqu’il paraît être le seul à pouvoir mener son camp à la victoire lors de l’élection présidentielle en 2017.

 

Par ses discours extrémistes, Jean-François Copé lance des passerelles vers le Front national. Plusieurs facteurs l’y engagent. D’une part, 30% des sympathisants de l’UMP se déclarent favorables à des alliances électorales, selon un sondage d’OpinionWay. D’autre part, nombre d’élus locaux de l’UMP poussent leur parti à conclure des accords régionaux avec les frontistes de Marine Le Pen afin de sauvegarder leurs sièges. A court terme, la tactique de Copé paraît cohérente. A moyen et long terme, elle trahit l’inconfortable position de l’UMP sur l’échiquier politique français.

 

Tout d’abord, Marine Le Pen ne conçoit une alliance avec l’UMP que dans la mesure où le Front national se trouve en position hégémonique. Ensuite, les opinions des deux partis sont tellement éloignées sur des sujets majeurs comme l’Europe et l'économie, qu’un accord sur le plan national conduirait la formation de Copé et de Fillon à se faire hara-kiri.

 

En effet, l’électorat de l’UMP n’est pas homogène. Un autre sondage OpinionWay démontre qu’il est divisé en quatre grandes familles: les «gaullistes» (31% des sympathisants de l’UMP), les «conservateurs antilibéraux» (24%), les «libéraux» (21%) et les «progressistes» (24%). La part la plus favorable au Front national se trouve au sein des «conservateurs antilibéraux». En revanche, les «libéraux» et les «progressistes» seraient enclins à rejoindre les rangs du nouveau parti de Jean-Louis Borloo, l’UDI (centre-droit), en cas d’alliance avec le Front national. Dans cette configuration, le groupe «gaulliste» se partagerait sans doute entre pro et antifrontistes. Dès lors, l’UMP réduite à sa part la plus droitière risquerait fort d’être avalée par le Front national. Le champ serait ainsi laissé libre à l’UDI qui affiche clairement sa volonté de devenir le grand parti de la droite modérée et de gouvernement.

 

Borloo et Marine Le Pen ont au moins un point commun, ils veulent tous deux dévorer l’UMP. Le nouveau président de ce parti devra donc affronter des adversaires résolus et bien organisés au sein même de l’opposition.

Jean-Noël Cuénod

 Lors de la fête de l'Aït-el-Kébir, les musulmans français ont distribué un petit pain au chocolat en forme de croissant qu'ils ont, si l'on ose dire, baptisé le "Copé". Le secrétaire général  de l'UMP s'est au moins fait un nom dans la viennoiserie allal.

 

copéChocolat.jpg

 

13:03 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : islam, ump, france, front national, marine le pen, copé, fillon, borloo | |  Facebook | | |

26/10/2012

Les classes moyennes et l’étranger obsédant

A quoi ressemblent-elles, ces classes moyennes que les gouvernements caressent dans le sens du poil électoralement, pour mieux les tondre fiscalement? Entre le patron d’une petite boîte et son informaticien, les intérêts diffèrent quand ils ne divergent pas. Pourtant, ils partagent tous deux cette caractéristique propre aux classes moyennes: d’une part, leurs revenus sont trop importants pour qu’ils bénéficient des aides sociales réservées aux « superpauvres »; d’autre part, leurs revenus et leur fortune sont trop réduits pour qu’ils évitent les rigueurs de leur fisc d’origine en jouant à saute-frontières, à l’instar des « superriches ».

 

Pour les gouvernements confrontés aux crises et, pour les moins prévoyants, au poids de la dette publique, les classes moyennes constituent donc les gibiers privilégiés quand il s’agit de remplir les caisses de l’Etat. Les «gens de la moyenne» se considèrent à juste titre comme visés. D’où la naissance chez eux d’un fort sentiment d’injustice à l’égard des catégories qui échappent aux rigueurs fiscales, les « superriches » et les « superpauvres ». Dans les deux cas, l’étranger, sous ses différentes formes, est visé. Comme point d’arrivée des « superriches » qui s’y réfugient pour fuir leurs responsabilités fiscales. Comme point de départ des « superpauvres » qui fuyant la misère et la guerre, cherchent à trouver dans nos pays européens une terre pour vivre, voire survivre.

 

La colère contre les « superriches » s’épuise vite. Tout d’abord, ils ne sont plus là, «sous la main». Et les tentatives pour les faire cracher au bassinet collectif ont été, jusqu’à maintenant, vouées à l’échec. Dès lors, la colère des classes moyennes se tourne vers les « superpauvres » qui, eux, partagent le même espace local ou national. Les voilà supposés délinquants, islamo-intégristes, terroristes en puissance et profiteurs des aides sociales.

 

 Toutes les analyses, toutes les démonstrations pour démontrer la fausseté de ces allégations n’ont aucun effet. Lorsque la colère sociale a trouvé un os à ronger, comment le lui retirer des mâchoires? Les diverses versions de l’extrême-droite européenne l’ont fort bien compris. Il faut chasser les « superpauvres », clament-elles. C’est le thème sous-jacent de l’actuelle islamophobie. Ce discours rencontrant une audience de plus en plus élargie, il peut fort bien mener au pouvoir ceux qui le répètent façon mantra. Que feront-ils alors? Retour aux frontières murées? Ce n’est plus possible tant nos économies nationales sont imbriquées les unes dans les autres. Expulsions massives? Mais il faudrait passer des accords avec les pays d’origine. Et pourquoi ces derniers le feraient-ils? Pour les beaux yeux de Marine Le Pen et de ses «coreligionnaires» suisses?

 

Si le succès des mouvements d’extrême-droite en Europe est possible voire probable, leur échec est donc inscrit dans leur idéologie. Se posera alors la seule vraie question: comment faire payer les « superriches 

 

Jean-Noël Cuénod

10:31 | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : étranger, islamophobie, extrême-droite, classes moyennes | |  Facebook | | |

24/10/2012

Jérôme Kerviel, condamné par lui-même

KervielAppel.jpg

Si Jérôme Kerviel a subi, mercredi, une cinglante défaite devant la Cour d’appel de Paris, il ne le doit qu’à lui-même. Début 2008, lorsque la Société Générale a annoncé que son courtier lui avait fait perdre 4,9 milliards d’euros, Kerviel disposait encore de nombreux atouts à faire valoir pour sa défense.

 

Les dirigeants du groupe bancaire éprouvaient mille peines à expliquer comment l’un de leurs salariés avait pu mettre en échec des systèmes de surveillance dont ils vantaient tous azimuts l’extrême rigueur. Ainsi, le 4 juillet 2008, la Commission bancaire française condamnait-elle la Société Générale à une amende de 4 millions d’euros pour «carences graves» de son système de contrôle interne.

 

En reconnaissant ses indéniables erreurs, en jouant le modeste employé dépassé par les événements et en tablant sur l’impopularité des banquiers, Kerviel aurait sans doute écopé d’une peine plus légère et évité sa condamnation à rembourser la totalité du préjudice subi par la Société Générale. C’était d’ailleurs le système de défense organisé par sa première avocate, Me Elisabeth Meyer.

 

Mais l’arrogance de Kerviel — qui est apparue flagrante durant ses deux procès — a pris le dessus. En changeant maintes fois de défenseurs, il a brouillé son image, jusqu’alors très positive dans l’opinion française toujours prompte à s’enflammer pour un «petit» contre un «gros». Avec Me David Koubbi — plus habitué à plaider des dossiers de «people» que des affaires économiques — il a décidé d’entamer une guerre offensive contre la Société Générale, allant jusqu’à donner des leçons de transactions bancaires à la présidente Filippini, ancienne juge d’instruction spécialisée dans le droit pénal financier.

 

Kerviel et ses avocats en appel, ont voulu mettre sur pied un procès de rupture, en prenant les juges à partie. Ils ont oublié que pour réussir un procès de rupture, il faut être porté par une noble cause.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

20:01 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

20/10/2012

Cri du coeur d'un musulman de Suisse: "Stop à la terreur et à la haine!"

Le plouc a reçu le courriel ci-dessous à la suite de son édito paru le 8 octobre 2012 sur le démantèlement d’une cellule terroriste animée par des Français convertis à l’islam. Il s’agit d’un cri du cœur poussé par une personnalité musulmane bien connue à Genève et ailleurs Hafid Ouardiri.  Ce cri mérite d’être entendu et même, écouté.

                          

Musulman,je suis doublement victime de ces voyous, barbares et criminels.

 

Pour ces innocents qu'ils arrachent à la vie et pour ma foi, l'islam à laquelle ces monstres se déclarent convertis.

Quel horrible outrage à Dieu ils commettent en perpétrant de tels actes barbares en son Nom.

 Nés dans les banlieues sans éducation dans lesquelles ils ont connus tous les échelons de la délinquance pour échouer dans les pénitenciers. Là, ils sont entrés en contact avec on sait quel "imam diabolique" qui les aurait convertis au terrorisme en les initiant à son idéologie meurtrière qui ressemble étrangement aux agissements des "hashashins" (assassins), mercenaires, drogués à mort qui allaient massacrer les innocents et semer la haine et le désordre dans certaines régions du Moyen-Orient il y a de cela quelques siècles.

 Non, ils n'ont pas été convertis à l'islam mais au terrorisme, à la haine et à la violence aveugle !

Ils sont les ennemis de tout le genre humain et sont porteurs de tous les racismes, de l'antisémitisme et ne l'oublions pas ils sont aussi et surtout les promoteurs de l'islamophobie. Car il n'y a pas pires ennemis de l'islam que ces énergumènes qui se réclament de lui pour tuer cruellement et corrompre la terre en étant persuadés qu'ils font le bien.

 Ils se vengent sans pitié pour se soulager de leurs échecs. Ce sont des gens gravement malades qu'ils fallait soigner avant qu'ils en arrivent à ce stade.

  C'est une abomination comme d'autres abominations que notre histoire a connu, il y a certainement une explication à cela mais jamais au grand jamais une justification à de tels actes inhumains.

 L'islam n'a rien à voir avec ces abominables criminels et les musulmans aujourd'hui dans leur extrême majorité souffrent à cause de ces détracteurs criminels. Ils doivent, aidés de toutes et de tous, lutter contre ce fléau qui les menace ainsi que tout le genre humain toutes appartenance confondues.

  Il ne faut pas que tous les opportunismes politiques ou autres, qui sont à l'affût de ces malheurs, en profitent pour ajouter la haine à la haine, la confusion à la confusion. Ils ne doivent pas encourager l'amalgame pour grapiller quelques voix en usant par ci par là de la stratégie du bouc-émissaire et de la culture de l'ignorance à outrance.

 Il faut que ceux qui sont chargés de la sécurité et de la justice accomplissent leurs tâche avec une tolérance zéro pour montrer à ses voyous tueurs sans foi ni loi qu'ils ne seront pas impunis.

Stop à la terreur et à la haine.

 

 

Hafid Ouardiri 

Fondation pour l'Entre-Connaissance

15:32 | Lien permanent | Commentaires (58) | Tags : islam, terrorisme | |  Facebook | | |

17/10/2012

L’impossible débat politique en France

 

La classe politique française démontre avec la régularité d’un métronome bruyant son incapacité à mener un débat politique. Dernier exemple, celui offert par l’hystérie qui a suivi les déclarations du ministre Vincent Peillon. Celui-ci, pourtant, ne proposait rien de révolutionnaire, sinon que l’on réfléchisse à la dépénalisation — éventuelle — de l’usage de cannabis. Au lieu d’argumenter, l’opposition de droite, soutenue par une partie de la gauche, a hurlé: défense de poser cette question! Pourquoi? Parce que! Sur d’autres sujets, le constat est le même.

 

Cette incapacité à débattre plonge ses racines au plus profond de l’Histoire. Si l’on considère le pouvoir politique sous deux formes, l’une verticale, l’autre horizontale, force est de constater que, le plus souvent, la France a privilégié la verticalité. Dans cette optique, la division entre gauche et droite est dépassée. Il y a des «horizontalistes» à gauche comme à droite et des «verticalistes» dans les deux camps.

 

Roi «horizontaliste», Henri IV a permis à ses anciens coreligionnaires protestants de pratiquer leur foi sous certaines conditions, en signant l’Edit de Nantes le 13 avril 1598. La France devenait ainsi plurielle, ce qui aurait pu faire naître une lente évolution vers un Etat progressivement démocratique. C’est, en partie, pour arrêter ce processus que le roi «verticaliste» Louis XIV a révoqué cet Edit le 22 octobre 1685. La France régressait alors vers la monoculture religieuse, contraignant environ 300 000 (sur une vingtaine de millions d’habitants) de ses sujets protestants — la plupart, issus de la bourgeoisie intellectuelle en plein essor — à l’exil où ils ont participé à créer la richesse industrielle des pays du Nord de l’Europe et de l’Amérique.

 

A la Révolution, la France aurait pu prendre un autre pli. Mais les «horizontalistes» girondins — partisans d’une sorte de fédéralisme — ont été battus par les «verticalistes» jacobins qui ont fait triompher le centralisme autoritaire de la République «une et indivisible».

 

Si l’horizontalité offre aux débats politiques l’espace nécessaire pour se développer, tel n’est pas le cas de la verticalité. Dans l’optique verticale, le débat n’est qu’un babil retardant la mise en pratique des décisions prises par «en haut». Mais du fait de cet éloignement du «haut» par rapport au «bas», lesdites mesures ont de la peine à s’imbriquer dans le réel. Or, l’une des vertus du débat public est, justement, de rapprocher le «haut» et le «bas» et de permettre l’imbrication de la politique dans le réel.

 

La France saura-t-elle devenir plus «horizontale» malgré ses pesanteurs historiques? Les crises qui se succèdent vont sans doute la contraindre, qu’elle le veuille ou non, à revoir son type de fonctionnement politique.

Jean-Noël Cuénod

Faudra-t-il déconstruire la verticale du pouvoir en France?toureiffel1.jpg

 

15/10/2012

Le Plouc fait sa lecture publique: deux bouquins pour une soirée!

 

Lecture 26 Chaises complet jpg.jpg

 

Passez-vous par Paris samedi 20 octobre? Alors cette annonce est pour vous, rien que pour vous...

Le plouc lira des extraits de son «Quinquennat d’un plouc chez les bobos» et de son recueil de haïkus «Le Goût du Temps» (prix Festival International Rilke 2012)

 

Samedi 20 octobre 2012 à 18 h.

A l’Atelier «Les 26 chaises»,

49 rue Polonceau, Paris 18e,

 

Cette lecture publique se déroulera en présence de l’artiste Bernard Thomas-Roudeix qui a illustré de ses dessins les pages intérieures du «Quinquennat d’un plouc chez les bobos». Vous pourrez admirer d’ailleurs à cette occasion lesdits dessins et les autres œuvres de ce peintre-sculpteur.

 

Le «Quinquennat d’un Plouc chez les bobos» (Slatkine-Genève) est l’évocation par un correspondant de la presse étrangère du règne de Sarkozy sur le ton, tantôt humoristique et sarcastique, tantôt grave et ému.  Cet ouvrage ne parle donc pas que de Sarkozy, ses dames et ses drames ou de DSK et ses pantalonnades, mais aussi de la France dans tous ses états durant ce quinquennat.

 

Egalement écrit par Jean-Noël Cuénod, «Le Goût du Temps» (SamiZdat-Genève) est un recueil illustré par les lavis du peintre Philippe Rillon, président du Mouvement de la Peau de l’Ours. C’est l’essence du temps que Cuénod a tenté d’approcher par le vecteur de la forme la plus concentrée de la poésie, le haïku. De remarquables œuvres de Rillon seront aussi exposées.

 

Venez donc écouter le plouc et débattre avec lui et ses amis artistes, autour d’un verre.

ON NE VA PAS SE LAISSER ABATTRE… NON MAIS!

Jean-Noël Cuénod

 

18:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

12/10/2012

EXCLUSIF ! Le jury du Prix Nobel de la Paix s’est trompé de date

Le plouc est en mesure de vous livrer un scoupe d’ampleur planétaire, voire sidérale et même sidérante. Le jury du Prix Nobel de la Paix s’est trompé de date en accordant aujourd’hui sa suprême récompense à l’Union européenne !

 

Cela dit, chacun aura rectifié de lui-même, comme le disent les journalistes qui ont été mouchés après avoir éternué une bévue.

 

 En effet, comment l’Union européenne aurait-elle pu être récompensée en 2012 pour ses efforts en faveur de la paix ?

 

Fallait-il la glorifier pour avoir laissé éclater sur son continent une guerre longue et effroyable en ex-Yougoslavie et s’être ensuite montrée dramatiquement incapable de la résoudre ?

 

Son action en Géorgie – où l’Europe a laissé la Russie s’emparer de deux territoires ‑ méritait-elle cet éloge ?

 

 Et que dire de la crise que traverse sa monnaie, à cause de l’impéritie de ses institutions ? Elle sème les émeutes en Grèce et la colère en Espagne ; sont-ce là des signes de paix ?

 

Le grand bienfait offert par l’Europe unie au monde est d’avoir pacifié, au milieu du siècle dernier, un continent ravagé par deux guerres mondiales. Mais le mérite n’en revient nullement aux actuels dirigeants de l’Union européenne. L’aquavit aidant, les jurés du Nobel  se sont donc trompés de soixante ans. C’est le Prix de la paix 1952 qu’ils voulaient décerner.

 

Le 23 juillet 1952 la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg signent le pacte de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier). En imbriquant les industries des pays qui, naguère encore, s’étripaient régulièrement, les dirigeants européens d’alors rendaient la guerre impossible entre les ex-belligérants. Cette idée a germé dans le cerveau d’un homme d’Etat français né au Luxembourg, Robert Schuman, qui l’a ensuite mise en pratique avec l’appui de l'Allemand Konrad Adenauer, du Luxembourgeois Joseph Bech du Néerlandais Johann Willem Beyen, de l'Italien Alcide de Gasperi, du Français Jean Monet et du Belge Paul-Henri Spaak. C’est à eux – et non pas à Barroso ou van Rompuy – que le prix Nobel de la Paix doit être attribué.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

 

L’explication du pacte charbon-acier par Robert Schuman (document INA)

17:21 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

10/10/2012

Jean-Marc Ayrault, soporifique erreur de casting

ayrault.jpgLe premier ministre — le plouc allait écrire «sinistre» — Jean-Marc Ayrault fait l’unanimité des médias français contre lui. A droite, certes. Mais à gauche, aussi. Impatience intempestive? Dans ce cas particulier, non. En plus de quatre mois d’exercice, le chef du premier gouvernement de l’ère Hollande apparaît comme la grande erreur de casting du président socialiste.

 

Sur le plan formel, ses prestations médiatiques et ses interventions parlementaires sombrent dans l’ennui le plus soporifique.

 

 Quant au fond, c’est pire. Ayrault égrène les contre-vérités comme un moine, son chapelet. Devant députés et médias, le premier ministre affirme que le pacte budgétaire européen (le TSCG -Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance) n’entame pas la souveraineté nationale et budgétaire de la France.

 

C’est faux. Le déficit structurel (hors conjoncture exceptionnelle) de chaque Etat membre ne devra pas dépasser 0,5% de son PIB (produit intérieur brut). Et si la Commission européenne constate qu’un pays ne respecte pas cette «règle d’or», les sanctions prévues seront aussitôt déclenchées. De plus, les Etats seront obligés de soumettre à Bruxelles leurs projets d’émission de dettes. Si de telles mesures n’entament pas la souveraineté nationale, alors les mots n’ont plus de sens!

 

Le gouvernement français estime, non sans raison, que ce traité est indispensable. Mais qu’il le dise clairement, en détaillant toutes les conséquences qui en découlent. Une marche en avant vers le fédéralisme européen paraît inéluctable, compte tenu de l’ampleur de la crise, et le TSCG représente un pas de plus. Toutefois, progresser vers l’intégration européenne en catimini est la pire des méthodes, comme le clame l’eurodéputé Daniel Cohn-Bendit. Le peuple se sent alors dépossédé et grossit les rangs du Front national.

 

Jean-Marc Ayrault a réitéré en soutenant devant les caméras de France 2 que «neuf Français sur dix ne seront pas touchés par les hausses d’impôt». Peu après, le quotidien de gauche Libération confronte cette déclaration à la réalité des chiffres. Résultat: «Les trois quarts des foyers fiscaux qui payent l’impôt sur le revenu le verront augmenter en 2013»!

 

Jean-Marc Ayrault se contente donc de glisser la poussière sous le tapis au lieu d’entreprendre le grand ménage, mais il le fait tellement mal que chacun peut s’en rendre compte. Pour l’instant, il sauve sa place, car le président Hollande ne peut pas s’offrir le luxe de griller son fusible tout de suite. Cela dit, Ayrault ne passera pas cinq ans à Matignon, comme l’a déjà laissé entrevoir le président.

 

Sous Nicolas Sarkozy, le gouvernement mentait avec aplomb. Avec Jean-Marc Ayrault, il ment avec langue de plomb. Ce n’est sans doute pas le changement promis par François Hollande et espéré par une majorité de Français.

 

Jean-Noël Cuénod

 

LE PLOUC CAUSE DANS LE POSTE

 

  •         En surfant sur le site internet de France-Info, vous pouvez écouter et enregistrer l’émission « Micro-Européen » de Marie-Christine Vallet à laquelle participait le plouc avec une consoeur espagnole dimanche 7 octobre ;
  •        Jeudi 11 octobre de 11 h. à midi, le plouc sera au  micro de « Chronique Hebdo » sur les ondes de Radio Libertaire, avec un de ses complices, le peintre-sculpteur Bernard Thomas-Roudeix. Il y sera question des deux bouquins plouquesques parus cette année : « Quinquennat d’un plouc chez les bobos » et « Le Goût du Temps ».  Pour les Franciliens et Parisiens, la fréquence F M est 89.4 ; pour les autres, il faut se rendre sur le site http://rl.federation-anarchiste.org

15:26 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

07/10/2012

Cellule terroriste démantelée: l’islam radical «made in France»

Il ne se prénommait pas Omar ou Mohamed, mais Jérémie. Il ne venait pas d’Alger ou de Tunis, mais de Melun. Sa religion de naissance n’était pas l’islam; il s’y est converti à l’âge adulte.

 

Jérémie Louis-Sidney — abattu à Strasbourg lors du démantèlement ce week-end de sa cellule islamoterroriste — anéantit tous les préjugés rabâchés en France par le Front national et l’aile extrémiste de l’UMP. Selon le procureur chargé de ce dossier, les membres de cette cellule présentent tous le profil de Français convertis à l’islam de fraîche date.

 

Désormais, l’islam radical devient vraiment une affaire intérieure française et ne peut plus être considéré sous son seul aspect de «produit d’importation». Pour la France — mais aussi pour ses voisins — c’est un choc.

 

Pourquoi cette conversion de Français vers l’islam dans ce qu’il a de plus extrémiste? De tels parcours se révèlent complexes par nature. On peut tenter de les comprendre en hasardant quelques hypothèses. Lorsque des jeunes dérivent dans la déglingue et la délinquance, leur identité sombre avec eux. Privés le plus souvent de ces repères punitifs qui rassurent tout en éduquant, ils les cherchent et les trouvent parfois dans ces marqueurs identitaires forts que sont les religions.

 

Par un phénomène bien connu, ces convertis se sentent obligés de faire de la surenchère dans la pratique de leur nouvelle religion afin de s’y ancrer. Plus rigoristes que les dévots, plus extrémistes que les intégristes, ils constituent des proies rêvées pour tous les prêcheurs de la violence religieuse. Ce phénomène interroge à la fois l’islam véritable — sans ses déformations radicales — et nos sociétés occidentales.

 

Quels sont les éléments qui, dans la religion musulmane, offrent le prétexte à de tels passages à l’acte?

 

Pourquoi nos sociétés démocratiques sont-elles incapables d’offrir un cadre solide et cohérent à cette partie de la jeunesse qui se sent abandonnée, pire ignorée?

 

Jean-Noël Cuénod

ESPACE VIDEO

20:29 | Lien permanent | Commentaires (34) | |  Facebook | | |

03/10/2012

François Hollande et l’impuissance de la puissance

Serait-ce possible ailleurs qu’en France? Son président intervient un jour à la tribune des Nations Unies à New York pour y débattre de l’avenir de la planète, puis se retrouve le lendemain dans une cage d’escalier de la banlieue grenobloise pour essuyer les reproches d’une habitante excédée par la violence de son quartier. Voilà donc François Hollande bondissant d’un fait divers à l’autre, comme un vulgaire Sarkozy.

 

Il se voulait être chef d’Etat «normal». C’est raté. En France, le président de la République doit être «anormal». Contrairement aux apparences et aux analyses de nombreux médias outre-Jura, ce phénomène n’est pas dû à la frénésie que Nicolas Sarkozy n’a cessé d’alimenter durant son quinquennat. Le ci-devant président n’a fait qu’amplifier un mouvement naturel, créé par les institutions de la Ve République.

 

Celles-ci confèrent au «présimonarque» de l’Elysée des prérogatives qu’aucun autre chef d’Etat d’un pays démocratique ne possède. Barack Obama rêverait de disposer des mêmes pouvoirs que François Hollande et d’une chambre d’enregistrement aussi docile que l’Assemblée nationale.

 

Mais cet excès de puissance virtuelle se transforme en impuissance réelle. Seul au sommet de son autorité, le président français est comptable de tout: des hauts-fourneaux qui ferment à Florange, des marins-
pêcheurs qui veulent pêcher davantage de noix de Saint-Jacques, des loyers qui grimpent, de la violence scolaire, des incivilités sur les trottoirs et même – pourquoi pas? – du dérapage des handballeurs montpelliérains.

 

L’essence de la Constitution française est caractérisée par le recours à la notion d’«homme providentiel», à l’image de son créateur, le général de Gaulle. Et lorsque nos confrères de Paris espèrent l’émergence en France d’un «nouveau Roosevelt», c’est encore à la «providence» qu’ils se réfèrent. Curieuse nation qui se veut berceau de la laïcité tout en demeurant inspirée secrètement par la monarchie de droit divin!

Ce phénomène provoque deux situations négatives.

 

Tout d’abord, les problèmes affluant, en fin de compte, vers un seul homme, le pouvoir subit un embouteillage comparable à celui du «périphérique» parisien un dimanche soir. Tout est différé, dilué, bloqué dans des commissions.

 

Ensuite, cette «présimonarchie» induit une certaine infantilisation des esprits au sein de la population. Le peuple, déléguant tout à son chef, se contente de subir et de râler en évitant surtout de se remettre lui-même en cause.

 

L’actuelle Constitution est devenue obsolète. Pire, elle empêche la France de se défendre dans le monde globalisé. Démocratiser les institutions, de façon que le peuple se sente enfin responsable de lui-même, est devenu en France une ardente nécessité.

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO. La scène de la cage d'escalier à Echirolles, près de Grenoble, après l'assassinat de deux jeunes.


François Hollande interpellé à Echirolles par BFMTV

16:00 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : france, présidencele, faits divers, grenob | |  Facebook | | |