12/10/2012

EXCLUSIF ! Le jury du Prix Nobel de la Paix s’est trompé de date

Le plouc est en mesure de vous livrer un scoupe d’ampleur planétaire, voire sidérale et même sidérante. Le jury du Prix Nobel de la Paix s’est trompé de date en accordant aujourd’hui sa suprême récompense à l’Union européenne !

 

Cela dit, chacun aura rectifié de lui-même, comme le disent les journalistes qui ont été mouchés après avoir éternué une bévue.

 

 En effet, comment l’Union européenne aurait-elle pu être récompensée en 2012 pour ses efforts en faveur de la paix ?

 

Fallait-il la glorifier pour avoir laissé éclater sur son continent une guerre longue et effroyable en ex-Yougoslavie et s’être ensuite montrée dramatiquement incapable de la résoudre ?

 

Son action en Géorgie – où l’Europe a laissé la Russie s’emparer de deux territoires ‑ méritait-elle cet éloge ?

 

 Et que dire de la crise que traverse sa monnaie, à cause de l’impéritie de ses institutions ? Elle sème les émeutes en Grèce et la colère en Espagne ; sont-ce là des signes de paix ?

 

Le grand bienfait offert par l’Europe unie au monde est d’avoir pacifié, au milieu du siècle dernier, un continent ravagé par deux guerres mondiales. Mais le mérite n’en revient nullement aux actuels dirigeants de l’Union européenne. L’aquavit aidant, les jurés du Nobel  se sont donc trompés de soixante ans. C’est le Prix de la paix 1952 qu’ils voulaient décerner.

 

Le 23 juillet 1952 la France, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg signent le pacte de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier). En imbriquant les industries des pays qui, naguère encore, s’étripaient régulièrement, les dirigeants européens d’alors rendaient la guerre impossible entre les ex-belligérants. Cette idée a germé dans le cerveau d’un homme d’Etat français né au Luxembourg, Robert Schuman, qui l’a ensuite mise en pratique avec l’appui de l'Allemand Konrad Adenauer, du Luxembourgeois Joseph Bech du Néerlandais Johann Willem Beyen, de l'Italien Alcide de Gasperi, du Français Jean Monet et du Belge Paul-Henri Spaak. C’est à eux – et non pas à Barroso ou van Rompuy – que le prix Nobel de la Paix doit être attribué.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO

 

L’explication du pacte charbon-acier par Robert Schuman (document INA)

17:21 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

En effet, comment l’Union européenne aurait-elle pu être récompensée en 2012 pour ses efforts en faveur de la paix ?

@ Jean-Noël,

" Fallait-il la glorifier pour avoir laissé éclater sur son continent une guerre longue et effroyable en ex-Yougoslavie et s’être ensuite montrée dramatiquement incapable de la résoudre ?

Son action en Géorgie – où l’Europe a laissé la Russie s’emparer de deux territoires ‑ méritait-elle cet éloge ? "

Ce prix est surtout lié aux pays en question qui forment l'UE qui ont après plus de 60 ans vécut en paix et en amis ce qui n'était jamais arrivé auparavant.

D.J

Écrit par : D.J | 12/10/2012

Je partage vos avis, mais en même temps, le filer à qui, ce putin de prix depuis qu'il est parti de travers avec Obama ?

Y'avait kadhafi à la présidence du comité des droits de l'homme de l'ONU, alors que le monde arabe fait mine de faire des révolution, qui est nommé à la tête des pays non-alignés, nul besoin de vous le donner dans le mille, et oui, là encore la planète à fait son choix !

Donc ne nous plaignons pas trop, ça aurait pu être pire, mais la question n'en reste encore que plus entière en ce concerne cette nouvelle pantomime norvégienne. Nous pourrons pour sure attribuer le prix de la contorsion à ces faiseurs de ce qu'ils appellent "Paix" avec un "P" majuscule !

Nul doute que nos "attributeurs" de médailles qui, comme le dit Jean-Noel, marchent à reculons, à contre-courant et ajoutent au désastre du désastre et comme si ça ne suffisait pas, nous allons assister à la remise avec deux catastrophes mondiales comme portes-pièces.

C'est un peu le chant du signe, l'Europe s'apprête à peine au tsunami de 2013 et au lieu de l'alléger, nos technocrates du marketing de la non-pensée leste de ses pacotilles en or massif ce radeau de la méduse.

Pour conclure, si l'Europe mérite cette distinction, c'est sans doute pour son attitude pacificatrice envers la dictature el assad ou c'est que les norvégiens ont un humour tragique !

Écrit par : Corto | 12/10/2012

Oui, à n'en pas douter le Prix Nobel de la Paix s'est trompé de destinataire !! N'est.ce pas une insulte que de l'attribuer à un organisme qui a tout fait sauf oeuvrer dans le sens de la paix ?

Écrit par : Kiara | 12/10/2012

Les commentaires sont fermés.