03/10/2012

François Hollande et l’impuissance de la puissance

Serait-ce possible ailleurs qu’en France? Son président intervient un jour à la tribune des Nations Unies à New York pour y débattre de l’avenir de la planète, puis se retrouve le lendemain dans une cage d’escalier de la banlieue grenobloise pour essuyer les reproches d’une habitante excédée par la violence de son quartier. Voilà donc François Hollande bondissant d’un fait divers à l’autre, comme un vulgaire Sarkozy.

 

Il se voulait être chef d’Etat «normal». C’est raté. En France, le président de la République doit être «anormal». Contrairement aux apparences et aux analyses de nombreux médias outre-Jura, ce phénomène n’est pas dû à la frénésie que Nicolas Sarkozy n’a cessé d’alimenter durant son quinquennat. Le ci-devant président n’a fait qu’amplifier un mouvement naturel, créé par les institutions de la Ve République.

 

Celles-ci confèrent au «présimonarque» de l’Elysée des prérogatives qu’aucun autre chef d’Etat d’un pays démocratique ne possède. Barack Obama rêverait de disposer des mêmes pouvoirs que François Hollande et d’une chambre d’enregistrement aussi docile que l’Assemblée nationale.

 

Mais cet excès de puissance virtuelle se transforme en impuissance réelle. Seul au sommet de son autorité, le président français est comptable de tout: des hauts-fourneaux qui ferment à Florange, des marins-
pêcheurs qui veulent pêcher davantage de noix de Saint-Jacques, des loyers qui grimpent, de la violence scolaire, des incivilités sur les trottoirs et même – pourquoi pas? – du dérapage des handballeurs montpelliérains.

 

L’essence de la Constitution française est caractérisée par le recours à la notion d’«homme providentiel», à l’image de son créateur, le général de Gaulle. Et lorsque nos confrères de Paris espèrent l’émergence en France d’un «nouveau Roosevelt», c’est encore à la «providence» qu’ils se réfèrent. Curieuse nation qui se veut berceau de la laïcité tout en demeurant inspirée secrètement par la monarchie de droit divin!

Ce phénomène provoque deux situations négatives.

 

Tout d’abord, les problèmes affluant, en fin de compte, vers un seul homme, le pouvoir subit un embouteillage comparable à celui du «périphérique» parisien un dimanche soir. Tout est différé, dilué, bloqué dans des commissions.

 

Ensuite, cette «présimonarchie» induit une certaine infantilisation des esprits au sein de la population. Le peuple, déléguant tout à son chef, se contente de subir et de râler en évitant surtout de se remettre lui-même en cause.

 

L’actuelle Constitution est devenue obsolète. Pire, elle empêche la France de se défendre dans le monde globalisé. Démocratiser les institutions, de façon que le peuple se sente enfin responsable de lui-même, est devenu en France une ardente nécessité.

 

Jean-Noël Cuénod

 

ESPACE VIDEO. La scène de la cage d'escalier à Echirolles, près de Grenoble, après l'assassinat de deux jeunes.


François Hollande interpellé à Echirolles par BFMTV

16:00 | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : france, présidencele, faits divers, grenob | |  Facebook | | |

Commentaires

Analyse intéressante et pertinente.
Mais c'est navrant de se bouffer 30 secondes de pub avant d'accéder à la vidéo.
Qui encaisse les redevances de ces sociétés qui nous inondent ???

Écrit par : Jean-Claude | 03/10/2012

Le Plouc n'encaisse rien, hélas!

Écrit par : Cuénod | 03/10/2012

Dans la mesure du possible, préférez You Tube, américain, que Dailymotion (européen) pour vos diffusions vidéo. Pas de pub qui nous encombre de l'essentiel de ce que l'on veut présenter. L'argent, ça pollue les esprits quand il impose sa loi absolue et redonne à l'esclavage ses lettres de bassesse. Dailymotion fera alors peut-être un effort de dépollution de son site. J'aime la pub à condition que j'en garde le contrôle et que je la visite quand j'en ai l'intérêt et la curiosité. Il y a des pubs géniales.

Juste un mot au sujet du prési-monarque. Si l'Assemblée nationale est élue et menée par le parti opposé au président, on dit de lui qu'il devient alors un président honorifique dont les prérogatives sont largement réduites. Il faudrait savoir...

Écrit par : pachakmac | 03/10/2012

Je n'en doute pas.
Cependant, il devient quasi impossible d'ouvrir une vidéo sans s'appuyer la promo pour telle lessive, canapé, boisson, etc, etc.
Ce pourrait aussi être un sujet de reportage d'investigation :)

Écrit par : Jean-Claude | 03/10/2012

Plus on est spontanément marqué par la religion traditionnelle, plus on s'en défend avec âpreté. C'est vrai que De Gaulle est une figure sacrée, mais Mitterrand aussi, il faut voir comment on réagit quand on entend critiquer par exemple sa politique culturelle! En fait, on vénère les hommes politiques comme s'ils étaient des demi-dieux, faute d'avoir de vrais demi-dieux à avoir le droit de vénérer ouvertement: des hommes qui ont entendu la voix des anges, telle Jeanne d'Arc. Rousseau voulait qu'on fasse des prophètes des hommes mus par leur seule intelligence prodigieuse. Mais le sentiment religieux est naturel, il se projette sur l'intelligence surhumaine, les Romains aussi vouaient un culte au "génie" de l'empereur, c'est à dire à la lumière divine qu'on croyait voir sur son front. On est en France encore plus rationaliste, on pense que c'est le cerveau de Mitterrand, qui était divinement fabriqué!

Écrit par : Rémi Mogenet | 03/10/2012

En France une bonne dictature vaut mieux qu'une mauvaise démocratie. Ce pays a toujours été plus grand quand il était dirigé par un homme fort. C'est une question de culture. En Suisse par exemple c'est complètement différent.

Écrit par : norbert maendly | 03/10/2012

Pour les mystificateurs nostalgiques, les politiques sont des marionnettes et rien de plus !

Pour les apologistes de la degaulerie, mis à part le fait de s'être caché en Angleterre pendant l'occupation pour finir en se cachant en Allemagne pendant les événements de 68, on aura jamais vu dans toute l'histoire des nations un pareil poltron !

L'humanité a gardé cette tare, celle d'idolâtrer un chef, que ferait ou que serait une nation sans son chef ?

Nous avons vu la Belgique rester des mois sans gouvernement, sans ses chefs, ce pays a t-il pour autant souffert de cet état de fait ?

Les nations pourraient-elles se passer de ses fanfarons d'opérettes, il le faudra bien ! Un jour notre humanité transcendera cette dépendance oedipienne vis-à-vis de ces modèles archaïques !

Les présidences, comme des défilés de mode, hypnotisent pour de courtes périodes les masses mais derrière ces grotesques apparats, ne restent que des vides, tous plus symptomatiques les uns que les autres !!

Vouloir devenir "grand", n'est-ce point un aveu de petitesse ? Tous ces efforts égocentriques, ne sont-ils pas des signes d'incapacité de fonctionner en groupes ?

Écrit par : Corto | 04/10/2012

Joseph de Maistre disait qu'en France la démocratie était impossible parcxe qu'on y était spontanément en état de vénérer un homme qui incarne la volonté divine. Héritage du césarisme.

Écrit par : Rémi Mogenet | 04/10/2012

(...).On est en France encore plus rationaliste, on pense que c'est le cerveau de Mitterrand, qui était divinement fabriqué!"

Peut-être aurait-il mieux valu, alors, que la France fût plutôt athée...

Écrit par : Michel Sommer | 04/10/2012

Rémi, exactement, disons à mi-chemin entre le césarisme et l'oeuvre de Dante dans sa Divine comédie !

Écrit par : Corto | 04/10/2012

La France est plutôt athée, dans son discours public, son sentiment que le cerveau de Mitterrand est sacré est inavoué. On a le sentiment qu'il a été fabriqué divinement, mais on ne se l'avoue pas, on dit que c'est la nature, les lois de l'évolution, on pense qu'elles ne s'appliquent nulle part mieux qu'à Paris, on parle comme si c'était scientifique alors que c'est de la science-fiction, et que le ressort en est mythologique.

Dante? Je ne vois pas. Pourquoi?

Écrit par : Rémi Mogenet | 04/10/2012

Vague tentative ratée de mystifier !

La France restera à jamais un pays ou coule le vin et le camembert bien fait !

Pour le reste, c'est du décor décadent en stuc brossé encore imprégné de ses senteurs capétiennes, c'est pour cette raison que la France continuera de faire deux pas en avant et trois en arrière, menuets et quadrilles, pom pom pom !

Pourquoi Dante ? posez-vous la question !

Écrit par : Corto | 04/10/2012

Les commentaires sont fermés.