02/07/2012

Les aphorismes du plouc (4)

 

  • "Cruel est le destin de l'homme soumis aux lois de la pesanteur et aux pesanteurs de la loi", soupire le plouc, saoûl à rouler au sol et traîné par une main policière.

 

  •  C'est en buvant que le plouc devient imbuvable.

 

  •  Chaque fois que le plouc veut piloter son destin, il le noie.

 

  •  Prendre le large et ne jamais le rendre.

 

  •  Le plouc se gratte la tête en murmurant: "Pourquoi les rêvolutions finissent-elles souvent en cauchemarolutions?"

 

  •  Le sang du futur est inodore.

 

  •  Les applaudissements font toujours un bruit de pluie.

 

  •  Les clés sont des âmes en penne.

 Jean-Noël Cuénod

17:28 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bravo, avec vous, ce n'est pas "l'insoutenable légèreté" (de Kundera), mais la légèreté du saoul! Continuez vos aphorismes pour que nous puissions trinquer ensemble.
Lisant en ce moment votre "Quinquennat d'un plouf chef les bobos", je confirme: "avec Carla, c'est du sérieux"!

Écrit par : Michèle Roullet | 02/07/2012

Il est des erreurs qui sont plus jolies que la justesse!

C'est le cas lorsque Madame Roullet nous dit "Quinquennat d'un PLOUF chez les bobos".
L'aphorisme "Chaque fois que le PLOUF veut piloter son destin il se noie" est réellement plus savoureux!
Et puisque ce Plouc nous dit boire plus que de raison (que celui qui n'a jamais péché, lui jette la première bière), il est heureux que la Dame n'ait pas écrit: "Le fût du Plouc"! Car contrepet n'est point aphorisme.

Écrit par : Baptiste Kapp | 03/07/2012

Les commentaires sont fermés.