18/05/2012

Calvin s'invite au gouvernement de François Hollande

 

CalvinDrapFr.JPG

Le plouc avait pondu un texte intitulé La France deviendrait-elle protestante? le 15 juillet 2010. Deux ans plus tard on peut se demander si Jean Calvin n'est pas devenu enfin prophète en son pays natal. Lors de sa première séance, jeudi de l'Ascension, le gouvernement du président François Hollande a fait figure vertueuse. Le chef de l'Etat et tous les ministres ont diminué leur rémunération de 30%. Le président et le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, percevront, chacun, 14 910 euros mensuels (18 000 francs) et les ministres 9940 euros (12 000 francs) par mois.

De même, chaque membre du nouveau gouvernement a signé une charte déontologique afin d'éviter les errements qui ont plombé le quinquennat Sarkozy. Les ministres devront remettre à l'Etat les cadeaux d'une valeur supérieure à 150 euros et refuser les invitations privées émanant d'un gouvernement étranger ou de personnes physiques ou morales en relation avec leur ministère. De même, la charte prohibe les conflits d'intérêts. L'affaire Woerth-Bettencourt a marqué les esprits.

Fin du bling-bling

Ces mesures symboliques signalent que la retenue a succédé au bling-bling. Elles annoncent surtout qu'après s'être serré la ceinture le nouveau gouvernement s'apprête à en faire de même avec celle des Français, en respectant les différents crans. Les gros contribuables et les grands groupes seront plus comprimés que les citoyens modestes et les petites entreprises.

Nommé mercredi, le gouvernement dirigé par Jean-Marc Ayrault respecte toutes les sensibilités du Parti socialiste, avec des dosages très subtils afin de tenir en respect tous ceux qui, à l'intérieur du gouvernement, pourraient freiner la politique du nouveau président. Ainsi, l'encombrant Laurent Fabius se tiendra-t-il tranquille aux Affaires étrangères et l'impétueux Vincent Peillon et le sécuritaire Manuel Valls ont reçu ce qu'ils désiraient, à savoir l'Education nationale pour l'un et l'Intérieur pour l'autre.

Personne ne peut se sentir lésé, pas même Martine Aubry qui, n'ayant pas Matignon, a jugé que le plus prestigieux des ministères se situerait encore au-dessous de Sa Dignité. Elle voit tout de même deux de ses proches - Marylise Lebranchu (réforme de l'Etat) et François Lamy (politique de la Ville) - installés à des postes importants.

L'arrivée de la "tueuse de Jospin"

Outre que ce cabinet Ayrault fait apparaître plusieurs visages nouveaux - sur trente-quatre membres du gouvernement, seuls cinq ont déjà occupé cette fonction -, sa caractéristique principale demeure la parité absolue - 17 ministres femmes, 17 ministres hommes, une première.

La grande surprise vient de la nomination de la députée apparentée socialiste Christiane Taubira, une Guyanaise de 60 ans, au Ministère clé de la justice. Au premier tour de l'élection présidentielle de 2002, elle s'était présentée sous l'étiquette des radicaux de gauche, et avait obtenu 2,32% des voix, un score qui avait contribué à la défaite historique de Lionel Jospin, alors premier ministre socialiste. Il faut dire que ce dernier avait refusé l'accord que lui proposait la Guyanaise, qui, dès lors, avait décidé de maintenir sa candidature.

Ce gouvernement traduit surtout l'extrême habileté de François Hollande;il reste cet incomparable architecte des synthèses, ce qui lui a permis de rester pendant onze ans à la tête d'un Parti socialiste français où fourmillent de multiples courants et d'innombrables ambitions personnelles. Le nouveau président est parvenu à ménager sur son bac la chèvre, le chou et, surtout, les intérêts du timonier. Le défi principal de son quinquennat relevant de l'économie, Hollande a créé à sa main un solide pôle social-démocrate composé de Pierre Moscovici (Finances-Economie), Michel Sapin (Travail-Emploi), Marisol Touraine (Affaires sociales) et Jérôme Cahuzac (Budget). Ce pôle appliquera les périlleuses mesures destinées à relancer l'industrie tout en réduisant la dette.

Hamon et Montebourg tenus en laisse

Cela dit, le président socialiste doit aussi compter avec l'aile gauche de son parti. Dès lors, il a nommé les deux principaux représentants de cette tendance, Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Benoît Hamon (Economie sociale). Mais ce duo plus rouge que rose est placé sous le contrôle des principaux ministres «économiques» du pôle social-démocrate. François Hollande fait ainsi d'une pierre deux coups. D'une part, il oblige ses sociaux-démocrates à tenir compte de l'avis des «rouges» et à ne pas faire fi de l'aspect «justice sociale» des réformes; d'autre part, Montebourg et Hamon se voient contraints de respecter la solidarité gouvernementale lorsque le temps des mesures impopulaires sera venu. Et il ne saurait tarder.

Pour François Hollande, la prochaine étape sera de transformer sa majorité présidentielle en majorité parlementaire. Il cherchera à obtenir la majorité absolue afin de ne pas être contraint par les Verts et le Front de Gauche à redessiner les plans de ce bel édifice.

Jean-Noël Cuénod

10:35 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, france | |  Facebook | | |

Commentaires

Excellent commentaire!

Écrit par : Johann | 18/05/2012

les équipes sont sur le terrain,chacun à sa meilleure place, " justice- intérieur-extérieur ou vice et versa :en face ils concoctent , nul arbitre pour ce qui n'est pas forcément un match: dans d'improbable tribune Wall Street -LSE 上海证券交易所,d'autres acteurs jouent en même temps une autre partie, d'un autre sport ,en faisant croire qu'il s’agisse de rugby- football-basket-volley: l'important est de conserver la balle et de continuer à "jouer"

Écrit par : briand | 19/05/2012

Les commentaires sont fermés.