16/03/2012

Ne laissez pas le plouc tout seul au Salon du Livre de Paris !

Cuénod_couv.jpg

Le plouc vient de publier chez Slatkine le journal de son quinquennat bien à lui, « Quinquennat d'un plouc chez les bobos ». Et voilà que son éditeur a organisé une séance de signatures au Salon du Livre de Paris, pour démarrer la sortie du bouquin.

 

Quand ? Samedi 17 mars 2012, de 15 h. à 17 h.

 

 Où ? A la Porte de Versailles, Parc des Expositions, Pavillon 1 Paris XVe (Métro 12, arrêt Porte de Versailles ; métro 8, arrêt Balard)

 

Quel stand ? Celui des éditeurs suisses - ASDEL qui se trouve sur le plan du Salon au V46.

 

Le plouc est saisi par une angoisse sourde mais non muette : et si personne ne venait là-bas ? Donc, n'hésitez pas à faire salon avec ce plouc. Même s'il s'agit bien de ce Salon du Livre et non du Salon de l'Agriculture (c'est mieux, il y a moins de ministres ruminants).

 

La couverture du « Quinquennat d'un plouc chez les bobos » a été créée par Hermann, l'éditorialiste du crayon de la « Tribune de Genève ». Les dessins des pages intérieures ont été réalisés par le peintre et sculpteur Bernard Thomas-Roudeix - membre éminent du mouvement d'artistes La Peau de l'Ours - et la préface a été rédigée par Edwy Plenel, fondateur de « Médiapart » et ancien directeur du « Monde ».

 

Voici la présentation du bouquin.

 

2007. Nicolas Sarkozy commence son quinquennat en feu d'artifice : nuit people au Fouquet's où rien ne nous sera épargné, pas même Mireille Mathieu, et croisière de milliardaire Bolloré sur tranche.

 

Tout en bas de l'échelle du prestige, Jean-Noël Cuénod commence le sien, de quinquennat, comme correspondant permanent à Paris de La Tribune de Genève et de 24 Heures. Pas de Fouquet's, mais Paris à pied pour cause de grève ; pas de yachts, mais gaz lacrymogène pour cause d'émeute, à Villiers-le-Bel. Comparé à la bling-blinguerie ambiante et régnante, ledit correspondant se sent plouc. Un plouc dans cette curieuse tribu parisienne appelée les « bobos ».

 

Voici son journal de bord durant ces premières années dans Sarkoland. On y verra bien sûr Nicoléon Sarkonaparte et son grand Magic Sarko Circus, sans oublier - mais comment l'oublier? - DSK et son show chaud.

 

 Mais le plouc a aussi rencontré la pauvreté au ras du bitume, la joie terrienne et céleste de la province. Entre larmes, rire et colère, un but : essayer de comprendre ce pays si proche et si lointain.

 

Jean-Noël Cuénod

 

16:35 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | |

Commentaires

Ce sera dur, de venir depuis la Haute-Savoie, c'est encore plus loin que depuis Genève.

Écrit par : Rémi Mogenet | 16/03/2012

Félicitations!
Et si je pouvais, je viendrais. Mais cela semble compromis.
Dommage. En pensée avec vous, c'est certain.

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 16/03/2012

Faites un effort Mme Richard-Favre, Dominique de Villepin y fera un crochet.

Écrit par : Benoît Marquis | 16/03/2012

Merci du message, Monsieur Marquis!

Jean-Noel Cuénod aura compris le mien, je n'en doute pas.

Pour votre info, c'est avec lui, qu'il y a trois ans, j'ai partagé mon point de vue sur Dominique de Villepin.

Jean-Noël Cuénod a été un interlocuteur fort agréable avec lequel j'ai pu échanger de manière courtoise même si controversée au sujet du retour de Dominique de Villepin à la politique. C'était en avril 2009, après la Conférence qu'il avait donnée à L'Assemblée Nationale sur "La France et l'OTAN".

En trois ans, on apprend, c'était mon but!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 17/03/2012

Nous, retraités immigrés devenus pauvres coq et poule de Bresse (AOC tout de même) en France profonde, on ne peut que se réjouir et espérer pouvoir acquérir quelques exemplaires de ce bouquin. On attend les renseignements de pattes fermes
Avec ces chroniques, on se remettra au parfum de la GRANDE VILLE, là où pendant cinq ans s'est dé-construit ce pays magnifique. Et comme on n'a pas le droit de le dire dans les urnes, on confie aux citoyens de faire le nécessaire pour le re-construire, ou du moins commencer...

Ne pouvant pas être avec le Plouc au Salon nous y penserons et au moins espérons que point trop de ministres ou de candidats viendront pour y étaler leur confiture, pardon leur culture dans le dit salon (et donc sans grains de sel...)

Écrit par : wilfredagnes | 18/03/2012

Bonne réussite pour le plouc, merci

Écrit par : faire part | 19/03/2012

Les commentaires sont fermés.