10/02/2012

L’écologie disparaît de la campagne

La catastrophe nucléaire de Fukushima, c’était l’an passé. Autant dire il y a un siècle. Même en France où l’écologie ne suscite pas autant de passion que dans les pays de culture protestante, la protection de l’environnement devenait alors une ardente obligation.


Le Parti Europe Ecologie- Les Verts se considérait comme la future troisième force de la République voisine. Après tout, les écolos gaulois n’avaient-ils pas obtenu 16% aux élections européennes de 2009 et 12% aux élections régionales l’année suivante?

 
Aujourd’hui, changement de paysage radical, l’environnement a déserté la campagne présidentielle française. Certes, la crise de l’euro, les fermetures d’entreprises, le chômage qui grimpe et le pouvoir d’achat qui sombre expliquent en grande partie ce désintérêt.


Il faut y ajouter la faiblesse confondante de la candidate des Verts. Eva Joly se traîne entre 2% et 3% des intentions de vote, soit 10% de moins que le potentiel électoral de son parti. En choisissant, lors de leur primaire, l’ancienne magistrate au détriment du «télécrate» Nicolas Hulot, les écologistes français ont préféré s’ancrer à gauche plutôt que de céder aux tentations de la société du spectacle.


Noble intention, certes, mais elle fait fi de cette réalité: les Français ne sont pas prêts à ouïr les sermons d’une paroissienne luthérienne, même si elle porte des lunettes qui font rire.


En voulant sauvegarder leur pureté idéologique, les Verts français ont raté l’occasion de rendre audible un discours sur la crise économiquequi soit différent de celui des autres partis et de peser sur les choix politiques du prochain quinquennat.

 

Jean-Noël Cuénod

(Editorial paru vendredi 10 février dans 24 Heures)

 

16:55 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

On a mis sous le tapis la catastrophe de Fukushima, c'est une erreur historique. Les informations venant du site annoncent peut être une autre tragédie. C'est comme le reste de la politique, "le mensonge des autruches" aurait pu être une autre fable de La Fontaine.

Cette dame aux aux lunettes, "modèle rapetouts" n'a pas les capacités à mobiliser les foules; les verts n'ont rien vu, c'est normal ils ne savent pas planter les choux à la mode de chez nous...

Les verts sont comme les vers ils produisent du terreau qui peut servir; ils ne sont pas jardiniers et quant à récolter, oui, dans mille ans, lorsqu'il n'y aura plus rien à semer ou à planter.En attendant ils amusent la galerie enfin, pas moi.

Ils n'ont jamais parlé de réformer l'enseignement, grand fabriquant de salariés qui cherchent du travail justement de salariés; alors qu'il y a "des tonnes" de possibilités, mais avec une éducation entreprenariale. Demain, il faudra des gens -hyper -spécialisés* et des entrepreneurs de toutes tailles; que racontent-ils ? Rien de plus que les autres de gauche à droite. Normal, ils sont allés dans les mêmes écoles de la médiocrité. Donc, aucun débat n'est possible à ce niveau.

* Combien d'offres d'emploi ne sont pas satisfaites par manque de techniciens spécialisés et, à cause du manque de vision des politiciens de droite et de gauche...ont-ils encore le cerveau bien fait pour imaginer?

Écrit par : Pierre NOËL | 10/02/2012

on attendait des réactions de la Berne Fédérale,c'est fait.Des privés se sont regroupés pour contrer les verts et leurs idéaux absurdes basés sur des séries comme La petite maison dans la Prairie
Ils sont bien décidé à lutter contre le programme anti-nucléaires et comme ce sont des contribuables ce sera leurs paroles avant celle des doux rêveurs de Vers à soie ou de ceux pronant le régime aux insectes alors qu'on sait que le dixième de ces ingestions seront indigestes et provoqueront durablement des maladies du foie

Écrit par : lovsmeralda | 11/02/2012

Les commentaires sont fermés.