24/01/2012

Nicolas Sarkozy reçoit un sacré coup de mou

 

Sarkopirogue.jpg

Un meeting réussi ne fait pas le printemps présidentiel, certes. Toutefois, dimanche au Bourget, il s’est bien passé quelque chose. D’où cette impression diffuse que le destin a basculé, impression qui sera peut-être balayée le 22 avril, lorsque les Français glisseront leur bulletin dans l’urne. Tant d’événements peuvent encore survenir.

 

Mais aujourd’hui, François Hollande a repris la main et Nicolas Sarkozy a subi un sacré coup de mou. Les meetings de janvier demeurent essentiels dans les campagnes présidentielles françaises. Ils en constituent la rampe de lancement. Ou le candidat prend son envol. Ou il se casse le nez. Le 14 janvier 2007, le prétendant Sarkozy avait organisé une cérémonie hollywoodienne à la Porte de Versailles en mobilisant 50 000 fans, mis en scène par le télé réalisateur Didier Froehly. Du grand spectacle de pro. En comparaison, le meeting de Ségolène Royal faisait sortie de classe sous la gouverne d’une institutrice, jolie mais terriblement nunuche. On connaît le résultat.

 


Cinq ans plus tard, la mollesse a changé de camp. Dans la halle du Bourget, au cœur de la banlieue parisienne défavorisée, François Hollande emporte la foule par son verbe tantôt chaleureux, tantôt tranchant. Au même moment, le président Sarkozy adresse ses vœux à un millier de Guyanais et, sous l’œil des caméras, s’installe maladroitement dans une pirogue en prenant un air pincé, à côté de son ministre Guéant dont l’allure rendrait neurasthénique le plus démonstratif des setters irlandais.

 


Nicolas Sarkozy doit donc changer de tactique. Jusqu’à maintenant, il comptait sur les erreurs de son adversaire socialiste pour le battre, à la manière d’un joueur de tennis en petite forme. A ce jeu-là, l’actuel président perdra le trophée de l’Elysée. S’il attend trop pour se déclarer officiellement candidat, Sarkozy risque fort d’aggraver la déprime qui règne au sein de ses partisans.

 

Jean-Noël Cuénod

(Editorial paru dans 24 Heures de mercredi 25 janvier 2012)

19:43 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : élection présidentielle 2012, françois hollande | |  Facebook | | |

Commentaires

Le plus risible c'est d'entendre comme ce midi aux infos sur FR3 ,le même Hollande qui critiquait ces agences de notations vouloir maintenant les imposer aux entreprises.Ces messieurs doivent être très fatigués et feraient mieux de ne plus parler jusqu'aux élections présidentielles

Écrit par : lovsmeralda | 24/01/2012

COSTA CROISIERE...

les rats quitteraient-ils le navire...

Écrit par : wilfredagnes | 25/01/2012

Je vois que la théorie du complot, très à la mode par les temps qui courent, a de fervent adeptes aussi à Genève... En passant, je signale à Mme Ribordy que le mot gent étant du genre féminin, il n'y a pas lieu de le féminiser par dessus le marché!

Écrit par : friv | 28/01/2012

Les commentaires sont fermés.