27/11/2011

Les aphorismes du Plouc(2)

* Dieu, c'est l'Eternel fuyant

 

* Quand l'Eternel rejoint l'infini, l'horloge parlante fait la sourde oreille.

 

* Avec autant d'impuissance que de tristesse, Le Plouc voit ses voisins frapper, cogner à des portes qui n'existent pas.

 

* Le Plouc assiste aux combats de boxe comme un protestant se rend au bordel: avec honte et délectation.

 

* Le Moi est une prison sans certitude.

 

* Le Plouc aimerait avoir l'infini des femmes.

 

 

Jean-Noël Cuénod

 

15:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.