25/11/2011

Procureur général: c'est Coquoz qu'il nous faut!

Le Plouc quitte sa tanière parisienne pour ramener sa fraise en pleine saison des pruneaux et se mêler de ce qui ne le regarde plus: l'élection du procureur général par le Grand Conseil de Piogre, le 1er décembre. Il faut dire que plus de vingt ans passés sur les bancs inconfortables de la presse judiciaire genevoise, ça laisse des traces.

Des deux prétendants, Le Plouc n'en connaît bien qu'un seul, le juge Christian Coquoz, présenté par les démocrates-chrétiens, soutenu par les socialistes et les verts. D'Olivier Jornot, candidat libéral-radical, il ne sait que deux choses: ce juriste n'a jamais été magistrat et a participé avec un talent redoutable à l'assassinat de cette vieille institution républicaine qu'était le jury populaire. De l'avis général, Olivier Jornot est un député à l'intelligence acérée et un avocat brillant. Mais Le Plouc a suffisamment hanté le Bourg-de-Four pour affirmer que ces deux qualités ne suffisent pas à faire un bon procureur général, surtout en cette période où le Parquet craque de toutes parts et menace de s'effondrer sous le poids de la gabegie.

Or, le juge Coquoz, lui, dispose de toutes les aptitudes requises pour prendre la tête du Ministère public au pire moment. Sa compétence ne fait pas l'ombre d'un doute. Il a démontré au sein du Ministère public de la Confédération son efficacité d'enquêteur dans les maquis de la finance criminelle internationale. A la tête de la police genevoise, il a dû gérer des situations rendues impossibles par la faiblesse du Conseil d'Etat et la ruse tactique des syndicalistes policiers. Christian Coquoz n'a pas hésité à démissionner afin de sortir d'une situation devenue inextricable, au lieu de s'accrocher à son fauteuil. En tant que magistrat, Christian Coquoz n'est pas un tendre mais il n'hésite pas à réprimer les criminels en col blanc et même d'astrakans. De toute façon, ce n'est pas de la tendresse que l'on demande à un PG. Mais plutôt le contraire.

Pour restaurer le Parquet, c'est donc Coquoz qu'il nous faut.

 

 

Jean-Noël Cuénod

12:48 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook | | |

Commentaires

Diable! La Coquoz Channel s'élargit jusques aux faubourgs de la Ville-Lumière!

Écrit par : Pascal Décaillet | 25/11/2011

Bof.

Ses titres de gloire sont minces.

Comme chef de la police, il a déguerpi comme un pleutre à la première difficulté lors de l'affaire de la balle en plastic. On aurait aimé le voir soutenir ses subordonnés ou au contraire leur reprocher de ne pas avoir utilisé de la véritable munition. Bref, de la guimauve.

Son passage au MPC, bref et fade, a été si discret et insignifiant que personne ne se souvient (peut-être lui le premier) de ce qu'il y a fait. Là encore, il a quitté lamentablement en démissionnant une institution un peu chahutée,

En d'autres termes, Christian Coquoz offre surtout le profil de quelqu'un qui ne sait gérer autrement qu'en démissionnant des situation politiques un peu tendues. Il n'est donc pas qualifié pour briguer le poste de Procureur général, qui sera très exposé ces prochains et qui implique des qualités de battant plus que celles de fuyard dont M. Coquoz est le spécialiste.

Je ne pense pas que M. Jornot soit plus valable, lui q1ui est responsable à 90 % de la gabegie liée au nouveau code de procédure. Louis Peïla était sans doute le candidat idéal. Le choix est donc mince, mais entre deux maux, il faut choisir le moindre et je dirai à mon député de voter pour Jornot. entre un maladroit téméraire et un maladroit couard, il vaut choisir le trop téméraire...

Écrit par : Gilles Daplont | 25/11/2011

Cornot ou Jorquoz ?
Le choix n’est pas difficile à faire il me semble.

Écrit par : Benoît Marquis | 25/11/2011

Ah Coquoz, le copain du flic Michel Neyret de Lyon !

Écrit par : Corto | 25/11/2011

Corto citez vos sources et avancez des preuves évidentes.
Si non, coincez et triturez vos doigts jusqu'à ce qu'une arthrose carabinée survienne, c'est tout le mal que je vous souhaite.

Écrit par : Hypolithe | 26/11/2011

Allez jetter un oeil sur la procédure impliquant la CBH (compagnie bancaire helvétique) qui sert de cheval de troie dans cette affaire mêlant différents comptes alimentés et servant de plateformes aux mafias basées à Genève et Lausanne !

Alors que la CBH (compagnie banquaire helvétique) n'abrite qu'un tantième des montants l'acharnement de Coquoz dans différents dossiers liés à Michel Neyret et ses complices genevois est accablant de mauvaise fois, en ce moment, alors qu'en plus de la démission du PG, 4 autres procureurs tachés par des scandales de retombées internationales, démissionnent aussi, mais cela n'intéresse pas nos journalistes pures races genevois.

Mais que c'est il passé dans la procédure Neyret, qu'y a t-il qui sommeil dans les enquêtes volontairement bâclées au sein du Ministère public genevois et plus particulièrement de ce qui oppose certains Procureurs du canton, prenons le cas de J-B S et de Coquoz dans l'affaire Neyret ;

Coquoz venant juste de s'affubler de la présidence de la toute nouvelle chambre de recours pénale du canton de Genève (anciennement, Chambre d'accusation) mais fonctionnant différemment depuis la mise en vigueur du nouvel Ordre de procédure pénal, poste clé afin de permettre à quiconque de ralentir considérablement le cour d'enquêtes "gênantes", surtout en matière de blanchiment d'argent sale dans notre petit fortin bancaire souvent pas très propre.

Ce faisant Michel Neyret n'a pas été arrêté dans cette affaire par pure hasard, et où le bât blesse, c'est que les complices de ce policier légendaire, ne sont rien d'autre que des membres d'organisations terroristes islamistes dont certaines ramifications de transferts de fond ont amenés les enquêteurs de la DSG française sur des comptes genevois, tessinois et zurichois !

C'est lors d'une collaboration entre la DSG et le Ministère public genevois que Michel Neyret est apparu dans ce carrousel liant les secrets des dieux et le Procureur Coquoz, qui n'a cessé de mettre des bâtons dans les roues d'autres Procureurs, tant fédéraux que de différents cantons dans cette affaire plus que rocambolesque !

Le duo Coquoz/Chevallaz est devenu célèbre sur l'ensemble du territoire européen alors que la presse genevoise tente par tous le moyens d'étouffer ce complot islamiste et ses ramifications genevoises !

Écrit par : Corto | 26/11/2011

CBH, Coquoz, Neyret, Chevallaz, DSG, MP Genève, organisations terroristes islamiques, Procureurs, comptes genevois - zurichois et tessinois.... Wouaaaaahhh, Maurice Jaccard (Corto), c'est une véritable investigation du Mossad que vous expliquez.

Écrit par : Cramia | 26/11/2011

Le chef de l'armée suisse, André Blattmann, est arrivé samedi en Israël pour rencontrer son homologue israélien Benny Gantz ainsi que le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak.

Écrit par : Corto | 27/11/2011

Le chef de l'armée suisse, André Blattmann, est arrivé samedi en Israël pour rencontrer son homologue israélien Benny Gantz ainsi que le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak.

Écrit par : Corto | 27/11/2011

CBH, Coquoz, Neyret, Chevallaz, DSG, MP Genève, organisations terroristes islamiques, Procureurs, comptes genevois - zurichois et tessinois.... Wouaaaaahhh, Maurice Jaccard (Corto), c'est une véritable investigation du Mossad que vous expliquez.

Écrit par : Treatment for Chlamydia | 27/11/2011

Les commentaires sont fermés.