22/11/2011

Décès de Danielle Mitterrand: elle fut la première «première dame»

DanielleMitterrand.jpg La France est en deuil de sa première «première dame». Avant Danielle Mitterrand, les femmes des présidents de la République étaient vouées à la confection des blanquettes de veau à l’ancienne, comme Yvonne de Gaulle ou à l’encouragement des peintres contemporains, à l’instar de Claude Pompidou. Elles étaient priées de jouer les potiches à l’Opéra lors des visites de chefs d’Etat. Et c’est tout. Pas question qu’elle mette leur grain de sel politique dans la tambouille de leur seigneur et maître.

 

Danielle Mitterrand a bouleversé cet ordre machiste des choses. Militante, elle fut avant que son mari ne devienne président, militante, elle est restée. Quitte à gêner parfois l’action de François Mitterrand à la tête de l’Etat. Elle a donc pris l’exemple d’Eleanore Roosevelt, première dame américaine, qui était le véritable bras droit de son mari Franklin Delano.

 

En France, seule Bernadette Chirac a suivi cette voie. Même si elles ne se ressemblent en rien, les deux femmes ne manquent d’ailleurs pas de points communs, entre l’engagement politique et la direction d’organisations humanitaires. Elles ont su utiliser la surface médiatique offerte par leur position pour promouvoir des idées et des causes personnelles. Cela dit, rien n’est irréversible. Alors que Nicolas Sarkozy a prôné la modernité dès son arrivée au pouvoir, force est de constater que l’actuelle première dame française s’est coulée dans un moule plus conventionnel, se contentant de faire de la figuration intelligente lors des voyages officiels et de promouvoir ses artistes préférés auprès du ministre de la Culture. Qui n’est autre que le neveu par alliance de Danielle Mitterrand.

 

Ce rôle de «première dame» n’a pour seule légitimité que la nostalgie monarchique éprouvée par certains peuples républicains. Mais diantre, comment appellera-t-on le mari de la future présidente de la République?

 

 

Jean-Noël Cuénod

20:04 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le mari de la future présidente? Si vous parlez de 2012, j'en vomis d'avance.

Écrit par : Sandro Minimo | 22/11/2011

Aucun soucis la blondasse ne trouvera pas les 500 signatures d’hommes politiques pour être officiellement candidate à l’élection présidentielle. De nombreux élus ne veulent pas compromettre leur avenir en la parrainant.
A noter que les bisbilles et éviction de membres influents du FN du temps où le borgne faisant la pluie et le beau temps a laissé des traces.

Écrit par : Hypolithe | 23/11/2011

On l'appellera le premier sieur de France.

Pour Carla, elle a beaucoup milité pour la reconnaissance en France du patrimoine savoyard, en disant qu'elle le partageait par son origine turinoise! Ensuite, Sarkozy est venu dire à Chambéry que la Savoie avait été une "petite patrie" qui s'était fondue dans la grande, une belle idée, grâces lui soient rendues.

Écrit par : RM | 23/11/2011

A noter que le moustachu Napoléon III avait manipuler les Savoyards épris de liberté et désireux de vivre d'un manière indépendante.

Aujourd'hui beaucoup s'en morde les doigts mais on ne peut rien y changer quoique la Ligue savoisienne se bouge quelque peu elle qui désire le rattachement de la Savoie à la Suisse.

Donc ce n'est pas le petit Nap IV le nabot à talonnette qui deviendra le premier sieur de France à moins qu'il veuille usurper le travail et les magouilles effectuées entre Napoléon III et Cavour & Cie.

Non, mais des choses pareilles !

Écrit par : Hypolithe | 23/11/2011

On ne va pas refaire l'histoire. Napoléon III, c'est le passé. Ce qui compte, c'est simplement la reconnaissance officielle du patrimoine savoyard, car le patrimoine culturel, d'une façon ou d'une autre, est toujours soutenu par les Etats, ou par un seul, parfois. Il s'agit de reconnaissance nationale et internationale. Et Sarkozy a fait plus que Mitterrand, à cet égard, car Mitterrand a dit que la Savoie, ce n'était pas vraiment la France, mais en fait, la vision juste qu'il faut avoir, sur ce sujet, c'est celle qu'a donnée Sarkozy, et non celle qu'a donnée Mitterrand. Je parle de François, bien sûr, Danielle, je n'en sais rien.

Écrit par : RM | 23/11/2011

C’est marrant, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai tendance à préférer Danielle Mitterrand, résistante à 17 ans qui pendant 70 ans s’est battue, peut-être en faisant des erreurs, pour des opprimés un peu partout dans le monde, a refusé de succomber aux délices du pouvoir, à une Bernadette Chirac, Reine Mère arrogante, qui a mené toute sa vie un train de vie de princesse du Moyen-Orient en piquant dans la caisse via a son grand Escroc de mari (les frais de bouche c'était pour ses sorties personnelles ou pour ses "oeuvres socailes" d'après vous ?) et qui et qui survit aujourd’hui difficilement depuis que son mari a quitté le pouvoir dans le « studio » du Quai Voltaire fourni par les Harriri, (au prix de quelles compromissions )?, avec les maigres susbsides que lui fournissent sa place d’administratrice chez LVMH et la charité que lu fait fait le milliardaire Pinault.
Croyez-vous que si Laurence, la fille des Chirac, n’avait pas été anorexique, Madame Chirac se serait impliquée dans quoi que ce soit au niveau humanitaire ? Avec ou sans un David Douillet, avec ou sans des notes de frais pharaoniques …
Ne seriez-vous pas un peu Duhamélisé, Elkabachisé, Druckerisé après un un trop long séjour à Paris comme correspondant d’un journal étranger pour nous sortir des comparaisons aussi triviales ?

Écrit par : Cartouche | 25/11/2011

Bien envoyé Cartouche !
J'ajoute que cette expression de "première dame" est une ânerie qui sent bon son ancien régime (puisqu'on ne peut plus dire "majesté", on se rattrape comme on peut) et prise, comme souvent, aux Américains par les journalistes et ceux qui fabriquent leur vocabulaire, les communiquants.
On rougit de savoir qu'elle est utilisée couramment par l'Elysée d'aujourd'hui, mais l'Elysée d'aujourd'hui est le dernier endroit où on chercherait des exemples de bon français, ou de culture, ou de bon goût.

Pour revenir à Danielle Mitterrand la dernière chose qu'elle fut c'est bien "première dame". Laissez ça à Drucker parlant de Mme Chirac.

Écrit par : Porey | 25/11/2011

Les commentaires sont fermés.