04/11/2011

Au G20, Le Plouc recueille la colère des Cannois

Râleurs, les Genevois? Râleurs les Parisiens? Que dire alors des Cannois qui vitupèrent ce G20 qui leur tombe sur le crâne. Et leur casse les pieds. Sérieusement. Furieusement. Imaginez votre ville coupée en deux et réduite à l’état des deux Berlin de la guerre froide, et vous aurez une petite idée du calvaire cannois.

Surtout, si, comme ce vieux monsieur à la démarche rhumatisante, vous habitez dans la mauvaise moitié de Cannes, celle qui est fermée à la circulation. A la boulangerie de la rue de la République, il s’époumone de rage sur tous les tons de son accent provençal:

«Vous vous rendez compte? J’ai dû marcher pendant des kilomètres pour venir à la boulangerie. Moi, qui loge tout à côté. A deux pas. Et encore, deux tout petits pas. Y avait des gros flics immenses qui gardaient les barrières, juste en bas de chez moi. Je leur ai dit gentiment: Allez les gars, laissez-moi passer, la boulangerie, elle est là, juste en face. Je vais chercher mes croissants. Eh bien, ils m’ont regardé comme si j’étais un taliban, oui Môssieur, un ta-li-ban! J’avais beau agiter ce machin qui pendouille, rien à faire. Des vrais mulets. Avec mes vieilles jambes, ils m’ont obligé à faire tout le tour du quartier!»

Afin d'éviter toute interprétation erronée, signalons que le «machin qui pendouille» que le vieillard agite est le badge remis par les Zautorités pour que les Cannois de la Cité interdite puissent malgré tout regagner leur domicile.

La complainte du podagre déclenche dans la boulangerie un déluge de récriminations anti-G20. La boulangère se plaint d’avoir des baguettes en masse sur les bras:
«Et encore moi, c’est rien. Le restaurant d’à côté est resté ouvert, alors qu’il est en plein barrage. Il pensait recevoir les gens du G20. Pas un n’est venu. Il a dû sacrifier des milliers d’euros de nourriture. On se demande bien ce qu’ils peuvent manger ceux-là!»

Au marché Gambetta, c’est le même refrain. Peu de clients. Un vendeur de fruits se désole: «On se croirait en pleine guerre. Tout ça pour protéger cette bande de couillons. Et c’est nous qui payons. Ah, ne me parlez pas du G20, Môssieur».

Beaucoup de Cannois ont d’ailleurs déserté leur ville. Volets clos, commerces fermés, boulangère déprimée, marchand de légumes sinistré. Et la pluie qui ne cesse de tomber. La ville du Festival est tout sauf hollywoodienne.


Jean-Noël Cuénod

10:08 | Lien permanent | Commentaires (19) | |  Facebook | | |

Commentaires

Désolé pour les Cannois. Mais peut-être bien qu'ils auraient encore moins aimé voir toutes leurs devantures réduites en miettes par les black-blocks... Et comme il faut quand même bien que les principaux responsables mondiaux puissent se réunir pour se coordonner, et qu'il est sain que ce ne soit pas toujours au même endroit...

Écrit par : Philippe Souaille | 04/11/2011

Le pauvre vieillard ! Encore drôle qu'il ne se soit pas entendu répondre : "si vous n'êtes pas content, allez vous faire voir chez les Grecs..."

Écrit par : Michel Sommer | 04/11/2011

Toujours à défendre les princes de ce monde, Philippe?

Écrit par : RM | 04/11/2011

Et bien je pense qu'on l'a échappé belle ici au bout du Lac, quand je pense que le voisin député-godillot et ci-devant maire d'Evian, Marc Francina, faisait des pieds et des mains pour accueillir l'hydre autoproclamée "G20" - ou "G vain" c'est selon - , toute sa cour et son arrière-cour ...

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 04/11/2011

Je ne défends ni Sarkozy, ni Obama, Rémi, mais une idée toute simple: je préfère les voir essayer de se coordonner que de se chamailler parmi. Et il faut bien que ce soit quelque part. Chacun son tour.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/11/2011

La menace que si on ne les laisse pas faire comme ils veulent ce sera le chaos est un peu facile, ô Philippe. Les Romains disaient déjà pareil.

Écrit par : RM | 04/11/2011

Je n'ai jamais dit qu'il fallait les laisser faire comme ils veulent, Ô mon Rémi !
Je prône même exactement le contraire, à savoir les remplacer dans leur fonction de gouvernance mondiale par un parlement et un exécutif qui seraient élus spécifiquement pour ça. Mais en attendant, le monde a besoin de coordination et il faut faire avec ce qu'on a.

Écrit par : Philippe Souaille | 04/11/2011

Oui, en somme, vous proposez que les petits princes actuels soient remplacés par des princes plus gros encore. Mais je parlais des Cannois qui ne pouvaient plus circuler parce que les princes actuels avaient décidé de se réunir, et dont vous disiez que c'était ça ou les commerces saccagés. Or, vous n'en savez rien. La vérité est d'ailleurs que si les princes étaient mondiaux au lieu d'être nationaux, et si on gardait cette logique qu'étant élus par le peuple (d'un territoire restreint ou du monde entier, comme vous voulez), ils pouvaient légitimement empêcher les gens de circuler à leur guise dès qu'ils estiment devoir se rencontrer, on ne voit pas ce qui serait différent. Les réunions des chefs d'Etat, ce n'est pas sacré. Ils n'ont qu'à se réunir à la campagne.

Écrit par : RM | 04/11/2011

(Il y a des hôtels inoccupés, actuellement, dans les stations de ski !)

Écrit par : RM | 04/11/2011

(Des hôtels avec des salles de réunion !)

Écrit par : RM | 04/11/2011

@ RM,

" Les réunions des chefs d'Etat, ce n'est pas sacré. Ils n'ont qu'à se réunir à la campagne. "

La prochaine fois vous pourrez faire la même remarque par exemple pour les organisateurs du tour de France d'aller faire leur dernière étape non pas à Paris où ils emmerdent aussi tout le monde en bouclant des rues et en bloquant la circulation; mais à la campagne.

" (Il y a des hôtels inoccupés, actuellement, dans les stations de ski !) "

ça changerait quoi? On le voit bien à Davos avec le WEF

Écrit par : D.J | 04/11/2011

Ah ça, c'est du grand reportage. On se dit que ça vaut vraiment le coup d'envoyer un correspondant tous frais payés jusqu'à Cannes pour en rapporter de telles nouvelles. Jusques à quand, Jean-Noël Cuénod, abuserez-vous de notre patience? C'est tellement sans intérêt, sans style et sans contenu que c'est à se demander si vous y êtes vraiment allé. Seule la possibilité que vous adonniez à la fiction pourrait sauver ce misérable morceau de reportage. Faites-nous plaisir, et faites-vous plaisir, abandonnez le journalisme, devenez, je ne sais pas, agent d'assurances, cordonnier, ou même taxidermiste. Mais laissez ce métier à ceux qui savent encore un peu s'y prendre. Merci.

Écrit par : Jean-Christophe Felley | 04/11/2011

Ce ne sont pas les chefs d'états qui réclament de telles mesures de sécurité, mais la violence criminelle des manifestants et opposants à toute forme d'ordre et de discipline auxquels il faut ajouter les illuminés et les terroristes. Le Pape et JFK traversaient les villes en voiture décapotable, et le Président Chirac descendait les Champs Elysées à découvert, tous attaqués à l'arme à feu! d'oû vient la violence? même les vedettes actuelles du show biz doivent être entourées de gardes du corps alors que les stars qui les ont précédées s'asseyaient aux terrasses des cafés en signant des autographes!

Écrit par : Ivan Mazuranic | 04/11/2011

Cela ne changerait rien de façon absolue, il faudrait bien toujours mettre des barrières, mais plus le village est petit, moins il y a d'individus gênés.

Écrit par : RM | 04/11/2011

Désolé l’humaniste Philippe Souaille,
Les blacks blocks comme vous dite, ne sont-ils pas ceux qui logent dans les palaces cannois et palabrent dans leur blockhaus ?
Ne sont-ils pas ceux qui réduisent en miettes l’humanité entière ?
Chez ces gens-là, Monsieur, on ne pense pas : on triche !
Les vrais casseurs de l’humanité sont une infime minorité que vous semblez vouloir les protéger à tout prix. À chacun ses priorités, n’est-ce pas ?

Écrit par : Benoît Marquis | 04/11/2011

Ces gens qui siègent au g20, Benoît, sont pour l'essentiel des gens qui ont été élus, généralement démocratiquement (ou alors issus de régimes non démocratiques d'origine marxiste), ou des responsables d'agences internationales désignés par les représentants de gouvernements majoritairement élus démocratiquement.
Ils ne sont guère plus "ceux qui réduisent en miettes l'humanité entière" que vous ou moi.
Vous par exemple, en vous faisant le jouet des idéologies nationalistes qui refusent de voir que tant qu'on ne mettra pas en place une gouvernance mondiale digne de ce nom, capable de mettre un peu d'ordre dans cette foire d'empoigne, nous n'aurons que le M...ier nous méritons. Soit une petite planète partagée entre 200 Etats/clans de taille et de puissance variable, tous rivaux entre eux et dépourvus d'instance régulatrice ayant véritablement pouvoir de leur imposer le respect de règles communes.
Bref, la gouvernance mondiale actuelle, c'est exactement comme une assemblée de parrains maffieux qui se réunissent pour tenter de se mettre d'accord au lieu de rejouer tous les soirs le Massacre de la Saint-Valentin. Mais ils ne sont pas responsables de la situation. Les vrais responsables, ce sont tous ceux qui clâment qu'il faut renforcer les prérogatives du clan, surtout ne pas partager ni se mêler aux clans voisins ou plus lointains, arrêter de leur acheter des trucs (mais leur en vendre, ça oui...) etc...
Pour le reste, l'humanité (du moins la majorité d'entre elle) crevait de faim, de froid et de maladies diverses il y a 2000 ans, comme elle crevait de faim, de froid et de maladies diverses il y a trois siècles avant le boom des Lumières et comme elle crève de faim, de froid et de maladies diverses aujourd'hui. Plutôt moins aujourd'hui qu'il y a 3 ou 20 siècles, bien que le nombre d'humains, ait été multiplié par 10 en 3 siècles et par 30 en 2000 ans, du fait des progrès divers.
La seule partie de l'humanité dont le sort a cessé de s'améliorer depuis une trentaine d'année, c'est le petit dixième de l'humanité dont vous et moi faisons partie en tant que Suisses et qui vivait nettement mieux que les autres. Objectivement, sur le dos des autres...
Ce qui est en train de se passer, c'est que les autres (entendez les 9/10è pauvres de l'humanité appartenant à des états/clans maffieux non membres de l'alliance occidentale) ont commencé à se secouer le dos.
Moi je trouve ça très bien. Et vous ? J'essaie juste de faire ce que je peux, à mon niveau, c'est à dire en communiquant, pour informer sur le pourquoi et le comment de notre chute et de faire en sorte que nous ne nous brisions pas tous les os en tombant... Pour cela, mieux vaut identifier clairement les tenants et les aboutissants de la situation.
Clamer juste que nos gouvernants actuels sont les responsables de tout est idiot et à côté de la plaque. Ils font ce qu'ils peuvent, profitant certes au passage de la situation quand ils peuvent, mais ils peuvent peu. Et je préfère les voir essayer de s'arranger que de s'envoyer parmi leurs "soldats" et portes-fligues, qui seraient, je vous le rappelle, vous et moi... Ou nos enfants.

Écrit par : Philippe Souaille | 05/11/2011

Mais s'ils pouvaient se rassembler dans un lieu moins peuplé que Cannes, ils sont bien responsables d'avoir empêché beaucoup de gens de circuler à leur guise!

Écrit par : RM | 05/11/2011

Ce n'est pas parce qu'ils ne sont pas responsables de tout qu'ils ne sont coupables de rien!

Écrit par : RM | 05/11/2011

Bref, la gouvernance mondiale actuelle, c'est exactement comme une assemblée de parrains maffieux qui se réunissent pour tenter de se mettre d'accord au lieu de rejouer tous les soirs le Massacre de la Saint-Valentin.

J'ai relevé cette phrase dite plus haut par Philippe....exactement cela.

J'ai bien fait de ne pas y aller.

Écrit par : digny | 07/11/2011

Les commentaires sont fermés.