26/10/2011

Continuez comme ça, Messieurs Novartis et compagnie !

En pleine crise, Novartis réalise des prouesses financières. Au troisième trimestre, le groupe pharmaceutique «suisse» s’est goinfré d’un bénéfice net de 2,8 milliards de francs, en hausse de 12%. Quant au chiffre d’affaires, il se montre coquet : 13.05 milliards de francs. Et pour récompenser leurs salariés d’avoir travaillé de façon si efficace, Messieurs Novartis et compagnie vont supprimer 1100 emplois en Suisse, surtout à Bâle et Nyon-Prangins dont le site sera fermé.

 Qu’on se rassure, Messieurs Novartis et compagnie font savoir qu’ils créeront 700 emplois mais ailleurs, dans des pays à bas salaires ; ils ajoutent dans leur communiqué : «Afin de renforcer notre position future, nous avons pris des mesures pour réduire notre base de coût. Ces mesures sont nécessaires ». Les « positions futures » de Nyon ou de Bâle n’intéressent guère ces Messieurs. Ils ne se sentent pas concernés, voyez-vous.

Continuez comme ça, Messieurs Novartis et compagnie. Continuez, avec vos semblables, à déchirer en lambeaux le tissu économique du pays qui vous a élevés, formés, nourris, qui a mis à votre disposition de coûteuses écoles, des hôpitaux dernier cri, des transports performants, de gentilles lois fiscales et un droit du travail plutôt sympathique.

Continuez comme ça. Pourquoi vous gêner ? Le pouvoir ne peut rien contre vous. D’ailleurs, il n’a nulle envie de vous chagriner. Devant vous, les citoyens sont désarmés. Vous seriez bien stupides ne pas en profiter.

 Et puis, vous avez votre inoxydable bonne conscience en bandoulière. Le Plouc est bien certain que vous ne manquez pas un feu du Premier-Août et lorsque sur nos monts le soleil annonce un brillant réveil, vos yeux se mouillent. Vous êtes des patriotes, des vrais, dont le cœur bat aux exploits de nos sportifs. Qui sait ? Peut-être que certains d’entre vous votent UDC. C’est dire à quel point vous êtes Suisses.

Continuez comme ça, Messieurs Novartis et compagnie, et, un jour, ce pays qui est encore le vôtre sera tellement amoché que vous ne le reconnaitrez plus.

 

Jean-Noël Cuénod

17:04 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |

Commentaires

« La trahison des Lumières », magnifique mais ô combien pessimiste ouvrage de Jean-Claude Guillebaud avait prédit il y a 10 ans déjà ce qui nous arrive. Le monde capitaliste n'ayant plus de contrefort où s'appuyer (chute du Mur de Berlin, effondrement du communisme) le néo-liberalisme est enfin délié de toutes les promesses sociales que ses pairs devaient en réponse au marxisme. Résultat, le nouveau pouvoir s’appelle « Economie » ou « Marché » ou économie de marché…. On ne sait plus trop, peu importe, notre avis n’a plus aucune importance.
Il y a eu les années Reagan puis les Thatcher, suivies des W. Bush et les mots d’ordre de fustiger les pauvres, de diaboliser le « social » de laisser crever la classe moyenne sous le fardeau du travail toujours moins payé, moins sûr. Puis il a fallut profiter de la misère des pays « émergeants » pour sauver les profits… mais à qui profitent-ils ?
Je suis profondément dégouté de ce qui arrive dans notre pays. J’y suis né, j’y travaille depuis l’âge de 16 ans, j’ai créé des entreprises, je suis indépendant et responsable depuis 25 ans, j’exerce une profession « libérale » et je suis dégouté… On riait il y a dix de voir la jeunesse montrer son désespoir par des « no futur », « nos enfants sont nos maîtres » disait le sage, on ne l’a pas écouté, on ne les a pas entendu.
Novartis, UBS et consorts feraient bien d’écouter la rue, une rumeur d’indignation monte de plus en plus qui pourrait bien marquer un changement grave, très grave…

Écrit par : Athanase | 26/10/2011

Merci au Plouc de service. Que son coup de gueule, même inefficace, fait plaisir. Mais y aura-t-il une bonne fois, parmi les politiciens de droite, de l'UDC au PDC, quelques-uns pour se lever et défendre les travailleurs ou seront-ils encore et toujours à la botte des riches, laquais d'un système perverti. Y a-t-il encore des êtres humains au sens noble et responsable du terme dans ces rangées de personnes se disant libérales, démocratiques, chrétiennes...? Hélas, non que des laquais serviles je vous dis ou des pleutres.
D. Neeser, blog TdG "pasteur et citoyen"

Écrit par : Daniel Neeser | 26/10/2011

on a eu le même refrain, chanté en choeur
par nos banques, assurances & autres grandes multis,

Dans les années 1990: avec 1993, la guerre du Golf, le pétrole etc:
"la crise" donc, pour ces grands, et les licenciements en masse pour les employés

vous souvenez-vous de cette période dénommée "gel d'embaûche", ou ne sont-ce que les licenciés à qui on en parlait?

Rebelote autour de 2000, avec la bulle informatique: "la crise" donc, pour ces grands, et les licenciements individuels surtout chez les seniors, remplacés par de plus jeunes nouveaux venus sur le marché

Depuis 2008: Crise en continuum chez nos grands employeurs bénéficiaires, pour le plus grand bien de leurs actionnaires

versus Chômage en continu chez les licenciés trop vieux pour nos grands employeurs, licenciés trop jeunes pour leur retraite.

Heureusement, pas d'indignés ici: on a pris garde de vite les remplacer par de jeunes nouveaux venus d'ailleurs, trop heureux d'un avenir qui s'annonce si bling-bling

Écrit par : graphycs | 26/10/2011

@Daniel Neeser

c'est justement pourquoi je n'ai voté ni PLR ni UDC ni évangélistes, ni ni aucun de ces listés, si "indécis" dans leurs objectifs de plaire qu'on aurait dit des opportunistes (restant dans un euphémisme poli),
mais une idée (fallait chercher).

Écrit par : graphycs | 26/10/2011

@Jean-Noel Cuenod, merci !

cela ne vous aura pas échappé / juste pour le rappeler: des années que ce principe est appliqué ailleurs comme ici, en Allemagne ou en France (ex. les aciéries du Nord actuellement presque totalement démantelées avec Mittal, ses promesses et les subventions obtenues etc.. sauce française).

Effectivement,
- voir que nos grosses multis ne font pas mieux en Suisse, pourtant dans un contexte de rendement super profitable,

- voir ces mêmes shemas de licenciements / fermetures / délocalisations, appliqués sans autre par ces grands employeurs affichant avec fierté leur belle croissance ,

Effet boule de neige - un effet monstre! Vive les prochains chiffres du nombre de licenciements! Combien de postes éliminés? Combien de nouveaux arrivants en Suisse?

Combien de licenciés capables devenant incapables?
Combien de nouveaux diplômés restant sans emploi?
Combien de chômeurs devenant incapables d'être recrutés?

Écrit par : graphycs | 26/10/2011

La 3me guerre mondiale a déjà commencé. C'est une guerre économique. Elle est en train de battre son plein. Et que voyons-nous? Des traitres se vendre à l'ennemi. Pour des poignées de lentilles.

Nous sommes impuissants? A voir! Ne pourrions-nous pas, par exemple, lancer une initiative réprimant le crime économique sous toutes ses formes. La désindustrialisation est un crime économique. Se "réfugier" à l'étranger pour bénéficier d'un forfait fiscal et échappé à l'impôt de son pays est un crime économique. Etc.

Les citoyens français ont le droit de vote quel que soit leur lieu de résidence? Alors qu'ils payent donc des impôts à l'Etat français quel que soit le lieu de leur résidence. Double nationalité = double imposition.

Écrit par : Johann | 31/10/2011

Voilà un bel article qui nous rappelle que la crise est trop souvent mésestimée.

Écrit par : kvinnor | 19/11/2011

Les commentaires sont fermés.