16/10/2011

François Hollande candidat contre Nicolas Sarkozy: l’édito du Plouc.

Désormais candidat officiel du Parti socialiste, François Hollande va s’atteler dès lundi à sa première tâche, à savoir recoller les morceaux du Parti socialiste français. Certes, le résultat qu’il a obtenu dimanche à l’issue de l’ultime tour de la primaire de la gauche semble assez large pour l’aider à atteindre ce premier objectif. Car seul un PS uni derrière lui peut envisager la victoire pour l’Elysée au printemps prochain.

Or, cette union fraîchement acquise a été récemment mise à mal. Les débats du premier tour et celui du second s’étaient bien déroulés, jusqu’à jeudi. Ce jour-là, malgré sa bonne prestation de la veille devant les caméras de France 2, Martine Aubry a constaté qu’elle n’avait pas réussi à faire la différence avec Hollande. Elle s’est donc répandue en attaques personnelles virulentes contre son rival socialiste, pensant capter ainsi des voix à la gauche de la gauche. En vain. Mais le venin qu’elle a instillé dans le corps socialiste continuera à faire son effet. Les forces de dissolution se révèlent souvent plus fortes que celles de coagulation dans la vie politique française.

François Hollande devra donc user de toutes les ressources de sa diplomatie pour soigner le PS et réduire le pouvoir de nuisance de Martine Aubry. L’ancien patron des socialistes pourra-t-il réconcilier ce parti avec lui-même, lui qui n’y était pas parvenu avant le calamiteux congrès de Reims en 2008? Toutefois, grâce à cette primaire qui a réuni dimanche près de trois millions d’électeurs, le président de la Corrèze dispose aujourd’hui d’une légitimité nationale qu’il ne possédait pas hier. Et cela peut vous changer un homme.

En face, Nicolas Sarkozy a entamé sa mue. De président impopulaire, il va se transformer en candidat pugnace. C’est son rôle préféré. Mais l’élection de 2012 ne ressemblera en rien à celle de 2007. Sarkozy traînera un bilan qui est jugé négatif par la plupart des Français, même par ceux qui ont voté pour lui il y a bientôt cinq ans. L’actuel président ne pourra plus brandir l’étendard de la rupture et devra se couler dans la posture du rassembleur. Or, il n’y est jamais parvenu, malgré ses efforts récents. François Hollande, en revanche, paraît meilleur dans ce rôle, même si Nicolas Sarkozy soulignera à gros traits son inexpérience gouvernementale, alors que lui fait partie de décideurs mondiaux.

Hollande devra donc recoller les morceaux du PS, puis ceux de la France, en persuadant les classes moyennes qu’il peut leur faire entrevoir un espoir d’éclaircie. Avec cette primaire qui a donné une crédibilité nouvelle au PS français, le candidat socialiste a gagné une étape. Mais pour arracher le maillot jaune à Sarkozy, il lui faudra en remporter bien d’autres. Et éviter les coups tordus.

Jean-Noël Cuénod

21:17 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : françois hollande, primaire, ps, sarkozy | |  Facebook | | |

Commentaires

Martine Aubry restera dans le poste qui est le sien. Le candidat socialiste aura besoin de tous les soutiens possibles au PS et en dehors du PS. L'enjeu maintenant est de constituer le plus large rassemblement pour faire face aux droites et contrer Marine Le Pen.

Écrit par : alain perrogon | 16/10/2011

Ainsi donc la plouc a effacé mon dernier commentaire. Pravda sur Rhône. Bravo!

"De président impopulaire, il va se transformer en candidat pugnace."

Comme semble le confirmer un sondage d'aujourd'hui, Nicolas n'a aucune chance contre François. Et le rejet de l'actuel président est si important qu'il n'a aucune chance. Et je disais que si le plouc n'avait pas compris l'importance de ce rejet (école, hôpitaux, tribunaux, et même la police [cf. émission de France Inter hier matin]), il était vraiment un plouc. C'est pas un compliment, ça?

Écrit par : Johann | 19/10/2011

j'adore la petite blague sur le maillot jaune de Sarko :)

Écrit par : maillot de foot pas cher | 20/10/2011

Les commentaires sont fermés.