17/09/2011

LA FORET SANS LIMITE

 

                                                                         LA FORET SANS LIMITE

                                                                      Rêve d'une forêt sans limite
                                                                      Femme à la peau de lune et de jasmin

                                                                      Rejette ton drap d'un mouvement vif
                                                                      Que tes cuisses respirent sans linceul
                                                                      Et laissent les serpents de la brise
                                                                      Exercer leurs travaux de caresses

                                                                      Ecoute le chant du chèvrefeuille
                                                                      Il fait battre le coeur de ton sommeil
                                                                      C'est la voix des parfums de la terre
                                                                      Qui s'élève vers la nuit des temps

                                                                      Accepte l'hommage des racines
                                                                      Leurs entrelacs sera notre berceau
                                                                      Comme il fut naguère notre tombeau
                                                                      C'est le sang de l'humus qui s'écoule
                                                                      De la blessure perpétuelle
                                                                      Pour irriguer les champs de ton ventre

                                                                     Rêve d'une forêt sans limite
                                                                     Pour y promener l'enfant du soleil

 

                                                                      Jean-Noël Cuénod

23:21 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Une forêt qui est la mère de l'Homme? Cela a certainement de la grandeur. Un peu compliqué, "sera notre berceau", "fut notre tombeau": cela demanderait des explications. La mère forestièreest parfois possessive, aussi, Victor Hugo faisait de ses vapeurs le réceptacle de l'esprit d'ignorance qui avait résisté à la Révolution. Il disait un peu pareil des sensations charnelles, à vrai dire, quoi que sa vie ait été. Il y a un côté "vie grouillante" qui contredit un peu l'idée d'une respiration infinie. Cela me rappelle Malraux, les images au-delà du bien et du mal, pour ainsi dire. Mais enfin, cela a l'avantage de ne pas être trop abstrait, comme sont certains poètes illustres de notre temps.

Écrit par : R.M. | 18/09/2011

Pour ma part, j'aime bien, excellent travail.

Écrit par : Martin | 22/09/2011

Les commentaires sont fermés.